C’est reparti pour la troisième saison Teenage Kicks, The blog du foot anglais. Ça tombe bien, la Premier League a redémarré le 18 août, 114è édition du football professionnel anglais d’élite depuis 1888-89 et la vision divine de William McGregor, Créateur de toute chose. Pour se remettre intelligemment dans l’ambiance, les indispensables fiches TK club par club en 10 questions-réponses pertinentes saupoudrées d’une saveur toute olympique of course.

En anglais, on appelle ça le low-down : ce qu’il faut savoir. Voici donc le low-down sur ce début de saison de Premier League 2012-13. Aujourd’hui, on torche l’alphabet :

West Bromwich Albion, West Ham et Wigan Athletic.

Pour le reste de l’intro et les indispensables précisions d’avant-lecture, voir ici.

[Cliquer sur les photos facilite la lecture]

West Bromwich Albion

Comment s’est passée la saison dernière déjà ? (10è, 47 points, - 7) Fort bien, meilleur classement du club depuis 31 ans (et la superbe 4è place de 1981, sandwiché entre Arsenal et Liverpool - l’Albion conquérant de l’ère Ron Atkinson, avec Tony Brown - 279 buts WBA -, Bryan Robson, Remi Moses et le trio Laurie Cunningham-Cyrille Regis-Brendon Batson, « The Three Degrees » comme les surnomma Atkinson, du nom de ce groupe Motown de chanteuses black de l’époque. Première fois qu’un club anglais alignait trois joueurs noirs dans son équipe première - ironique qu’Atkinson ait été précurseur en la matière. Bryan Robson suivit Atkinson à Man United en 1981 et auparavant, Cunningham était parti chercher gloire et fortune ailleurs à partir de 1979 - Real Madrid, Marseille, etc. - avant de disparaître tragiquement dans un accident de la route près de Madrid en 1989. Une statue sera érigée localement en leur honneur le 15 juillet 2014, pour les 25 ans de l’anniversaire du décès de l’ex ailier virevoltant. A noter que cette statue sera placée dans le centre de West Bromwich - et non devant le stade des Hawthorns - puisque le projet est financé par le Conseil Municipal, le club n’ayant pas participé à son financement, dommage. S’il y a un secteur en plein boum en Angleterre, c’est bien la fabrication de statues de footballeurs, il en pousse partout depuis une bonne dizaine d’années !).

Cunningham, Batson et Regis avec les Three Degrees, de passage à WBA

L. Cunningham, B. Batson et C. Regis avec les Three Degrees de passage à WBA

Les supporters regrettaient le départ de Roy Hodgson en fin de saison pour les Trois Lions mais son successeur, le novice Steve Clarke, a superbement repris la boutique.

Bon, et comment sont les vibes en ce moment ? Positives, comme chez tous ceux qui ont bien démarré ! (3-0 contre Liverpool et 1-1 à White Hart Lane). WBA entame sa troisième saison d’affilée en PL et cette stabilité nouvelle augure d’un avenir prometteur pour les Baggies, surnommés The yo-yo club (sept montées ou descentes entre PL et D2 de 2002 à 2010).

Non seulement WBA a réussi à garder tous ses bijoux de famille (Odemwingie, Brunt, Long, Morrison, Olsson, Mulumbu, etc.) mais a ajouté au grisant mix le coriace milieu défensif argentin Claudio Yacob (très efficace contre Spurs), l’expérimenté Suédois Markus Rosenberg (Hambourg) et le surpuissant Belge Romelu Lukaku - photo de gauche -, le « new Didier Drogba » a été prêté par Chelsea pour un an (acheté 18M en janvier 2011 mais rarement aligné par AVB). Le retour de Zoltan Gera, blessé toute la saison dernière (genou), est aussi un gros plus.

WBA est toujours aussi excellemment géré, l’un des seuls clubs professionnels anglais à dégager des bénéfices (9M saison 2010-2011, derniers chiffres disponibles - pour seulement 2M de dettes). Revers de la médaille, certains supporters se plaignent de cette approche « frileuse » et voudraient voir le club lâcher les chevaux.

Les Baggies ne font pas de bruit mais savent recruter malin ! Un recrutement dû en partie au Directeur sportif et technique du club, Dan Ashworth (pour une fois qu’on dit du bien d’eux, autant le citer). Malheureusement pour le club, la FA l’a repéré et devrait bientôt l’installer au poste de Directeur technique national.

Qui est arrivé cette saison ? Ben Foster (Birmingham, 4M), Yassine El Ghanassy (Ghent, prêt), Romelu Lukaku (Chelsea, prêt), Markus Rosenberg (Werder Brême, gratuit), Claudio Yacob (RC Avellaneda, gratuit)

Qui s’est éclipsé ? Keith Andrews (Bolton, gratuit), Simon Cox (Nottingham Forest, 2M), Joe Mattock (Sheffield Wednesday, gratuit), Marton Fulop (Asteras Tripolis, gratuit), Nicky Shorey (Reading, gratuit), Paul Scharner et Somen Tchoyi (libérés).

Photos & profils effectif et les fiches Wiki.

Un p’tit jeune à surveiller (ou plusieurs) ? Oui, George Thorne, très coté, un milieu offensif athlétique de 19 ans. Trois apparitions en équipe première l’an dernier, 20 capes avec les U19 anglais. Scharner et Andrews partis, on devrait le voir plus souvent cette saison.

Si WBA était un sport olympique, ça serait quoi ? Le trampoline, évidemment (club yoyo)

… un sélectionné/objet olympique ? Un ressort. Objet qui va bien avec leur autre surnom (ils en ont beaucoup), les Boing Boing Baggies. Pour tout savoir sur ces idiosyncrasies WBA, c’est ici.

C’est qui le big boss au fait ? Jeremy Peace, 55 ans, détient 60 % des actions depuis dix ans (plusieurs petits actionnaires se partagent le reste). Cet ancien trader de la City est aussi président. Expert dans l’art de l’achat-vente de joueurs, il gère intelligemment le club (voir notre profil). Ses quelques détracteurs soulignent sa pingrerie et son manque d’ouverture (a l’habitude de conduire les assemblées générales du club… à Londres).

Et le manager ? Steve Clarke, un Ecossais de plus entraîneur PL ! Et une nomination surprise après le départ de Roy Hodgson pour les Trois Lions. Clarke était numéro 9 sur la shortlist de juin (Ranieri, Hughton, Rangnick, etc.) mais décrocha tout de même le poste. Prône un football offensif et s’est donné comme bel objectif d’atteindre les 50 points. Enfin un entraîneur qui annonce la couleur d’entrée de jeu !  Les supporters Baggies qui s’inquiétaient de l’inexpérience totale de Clarke à ce niveau ont vite été rassurés.

Il n’y avait pas lieu en fait de se tracasser car cet ancien défenseur de Chelsea n’est pas le perdreau de l’année : il a été pendant 14 ans successivement adjoint et entraîneur des réserves de Newcastle, Chelsea, West Ham et Liverpool où il épaula Kenny Dalglish pendant 18 mois. Essaiera de remédier au problème numéro 1 l’an dernier : le déficit de buts à domicile (23 seulement).

Clarke cultive un franc-parler rafraîchissant. A un journaliste qui lui demandait, avant le Tottenham-WBA du week-end dernier, s’il pensait que André Villas-Boas avait été malchanceux de se faire limoger par Chelsea (le sentiment prédominant en Angleterre), il répondit par la négative…

Et les cotes, ça donne quoi ? Titre : 2 000/1. Relégation : 4/1

West Ham United

Comment s’est passée la saison dernière déjà ? 3è de D2, montée en PL via la finale des play-offs (victoire 2-1 sur Blackpool).

Sam Allardyce (« Big Sam ») et son style de prédilection Route One n’ont pas fait l’unanimité, surtout à Upton Park où ce fut laborieux (très critiqué). Ce chant évoquant douloureusement un lointain passé et une tradition révolue descendit parfois des travées frondeuses :

We play on the floor,
We play on the floor,
We’re West Ham United
We play on the floor

Non, non, les gars, c’est fini ça, avec Big Sam c’est dans les airs que ça se passe.

Bon, et comment sont les vibes en ce moment ? Relativement positives, puisque le club a retrouvé la terre promise et des propriétaires ambitieux (même si la leçon de football reçue à Swansea sonna comme un sacré reality check, voir épisode précédent).

Le déménagement au stade Olympique devrait propulser le club dans une dimension nouvelle (même si les supporters sont très partagés là-dessus). Une saga interminable et fortement judiciarisée qui débuta en octobre 2010 et  s’achèvera dans un bon mois. Avec, enfin, la nomination du futur occupant des lieux, très probablement West Ham comme prévu à l’origine en 2010, puisque les Hammers étaient seuls sur le coup à un mois de la clôture des dossiers… Avant que Tottenham ne surgisse de derrière les fagots à la dernière minute après s’être brouillé avec leur conseil d’arrondissement sur la contruction de leur nouveau stade. Suivi à la culotte par Leyton Orient en casaque rouge et blanche et les rugbymen du London Wasps ainsi que d’une cohorte de projets divers et variés plus ou moins farfelus ou avides de publicité, c’est selon (jusqu’à vingt prétendants au stade olympique courant 2011 !).

Les dossiers des quatre postulants retenus sont entre les mains du nouvellement créé London Legacy Development Corporation chargé de gérer l’après J.O. Il s’agit de :

1)   West Ham United (grandissime favori)

2)   Leyton Orient, D3 (club historique fort intéressant situé à 700 mètres du parc olympique, voir dossier TK)

3)   Un établissement d’enseignement supérieur spécialisé dans le football et les médias, la University College of Football Business

4)   Un projet de… circuit de Formule 1 ! Bernie Ecclestone s’est dit intéressé, le circuit serait construit autour et à l’intérieur du stade… Bernie voit même bien plus grand : il veut créer une course de F1 qui passerait par Buckingham Palace, Big Ben et Trafalgar Square.

2,6 milliards que ça devait coûter... Tony les a tous blousés

2,36 milliards que ça devait coûter... Tony les a tous blousés. Et avec le sourire of course

Une chose est certaine : la piste d’athlétisme restera et l’heureux élu devra composer avec. West Ham l’emportera sûrement et espère y démarrer la saison 2014-15. Le club prévoit l’aménagement de rangées de sieges rétractables qui couvriraient la piste les jours de match. Le stade aura une capacité de 60 000 places.

Contrairement aux cahiers des charges de 2011, le stade restera propriété publique et le locataire paiera un loyer annuel. C’est la moindre des choses, le stade a coûté 490M. Quand Tony Blair présenta le devis des J.O au comité olympique en 2004, la facture était de 2,36 milliards de £. Elle s’élèvera finalement à 11 milliards (dont 80 % de fonds publics). Certaines sources parlent même d’une ardoise globale dépassant les 20 milliards dans quelques années ; projection réaliste étant donné la voracité des gouvernements successifs depuis les Nineties pour les montages Public-private partnership (PPP), de véritables bombes à retardement qui plombent actuellement, entre autres, les budgets de l’éducation nationale anglaise et du National Health Service, ce NHS si cher aux Britanniques et mis à l’honneur lors de la cérémonie d’ouverture.

Côté recrutement, les supps Hammers sont relativement satisfaits, tout en regrettant le départ de Robert Green, plutôt bon ces deux dernières saisons (ça fait tout drôle d’écrire ça). On pense cependant que Jussi Jääskeläinen devrait faire l’affaire, même s’il n’est plus tout jeune (37 ans). Mais au vu du match contre Swansea, on est plus trop sûr à vrai dire (grosse boulette).

Qui est arrivé cette saison ? James Collins (Villa, 2,5M), Mohamed Diamé (Wigan, gratuit), Alou Diarra (Marseille, 2M), Stephen Henderson (Portsmouth, montant non communiqué mais environ 750 000), Jussi Jaaskelainen (Bolton, gratuit), Matt Jarvis (Wolves, 10,75M), George McCartney (Sunderland, gratuit), Modibo Maïga (Sochaux, 5M), Raphael Spiegel (Grasshopper Zurich, montant non communiqué)

Qui s’est éclipsé ? Beaucoup de gratuits : Pablo Barrera (Cruz Azul), Julien Faubert (Real Madrid Elazigspor), Abdoulaye Faye (Hull), Robert Green (QPR), Frank Nouble (Wolves), Freddie Sears (Colchester), Marek Stech (Yeovil).

Et une petite bonne douzaine de libérés, dont John Carew et Papa Bouba Diop. Sans oublier Sam Baldock (Bristol City, 1M) et Ravel Morrison (Birmingham, prêt)

Photos & profils effectif et les fiches Wiki.

Un p’tit jeune à surveiller (ou plusieurs) ? Oui, un surtout : Jordan Spence, athlétique latéral droit de 22 ans, international U21 anglais. Formé au club, il pourrait profiter de la relative faiblesse des Hammers à ce poste pour se montrer (l’international Ivoirien Guy Demel et Joey O’Brien, souvent blessé, sont actuellement devant Spence). Prêté en en D2 et D3 ces dernières saisons. Il se dit toutefois que Sam Allardyce ne lancera pas de jeunes dans le grand bain de la PL et ça sera soit un club de Football League pour Spence soit des matchs de coupe.

Les supps Hammers vouent également une affection particulière au classieux et athlétique défenseur polyvalent/milieu défensif James Tomkins, ex U21 anglais (son poste de prédilection demeure toutefois défenseur central). Certes ni tout jeune ni méconnu (24 ans et expérimenté) mais au club depuis l’âge de 7 ans et très apprécié. Cette saison pourrait le voir véritablement éclater au plus haut niveau dans un West Ham new look et, espérons-le pour eux, plus successful que ces dernières saisons (on peut cependant en douter).

Si West Ham était un sport olympique, ça serait quoi ? Tout ce qui se balance haut, loin et fort : disque, javelot, poids, marteau.

... un sélectionné/objet olympique ? Un préservatif (voir ci-dessous). 150 000 furent distribués aux athlètes des J.O londoniens (on ignore le chiffre pour les Paralympiques).

C’est qui le big boss au fait ? Le duo de chauds lapins David Sullivan (63 ans) et David Gold (75 ans), depuis janvier 2010. Ces ex propriétaires de Birmingham City ont fait fortune dans les médias, l’immobilier, le porno et la lingerie coquine (Ann Summers, la florissante chaîne qui a décoincé les Britanniques, est dirigée par la fille Gold, la très médiatique Jacqueline Gold). Les deux David détiennent 61 % des actions (la banque islandaise Straumur, 35 %) et pèsent 650M à eux deux. Y’a pas à dire, le vibro, ça rapporte.

Et le manager ? Sam Allardyce, adepte du jeu direct et physique (avec comme notable exception le Bolton cru 2002-2007, avec les passages de Jay-Jay Okocha, Gary Speed et Y. Djorkaeff entre autres).

Partit ensuite à Newcastle où, à peine 24 h après son arrivée mi mai 2007, il virait cinq joueurs (dont Titus Bramble, qu’il trouva trop enrobé). Huit mois plus tard, à son tour de prendre la porte. Puis Blackburn, d’où il fut injustement limogé en décembre 2010 alors que le club était 13è avec un effectif limité (15è au final).

A bien rebondi chez les Hammers et vu la poulaillerie totale régnant à Blackburn (D2) depuis la reprise du club par la famille indienne Rao en novembre 2010 (poulets Venky’s), Big Sam doit s’estimer heureux de ne plus être le pigeon de cette foire à la volaille (voir clip de la BBC sur le poulet envahisseur lâché par des supporters mécontents). Comptera sur sa grande expérience des relegation scraps pour maintenir les Hammers parmi l’élite (ainsi que sur les moyens des proprios au mercato d’hiver si besoin est).

Big Sam n’aura cependant peut-être pas le temps de démontrer sa science du maintien : la rumeur court depuis hier soir que West Ham pourrait faire venir Harry Redknapp si les résultats ne s’amélioraient pas fissa (on parle aussi de Harry à QPR pour les mêmes raisons - West Ham avait déjà envisagé le remplacement d’Allardyce par Harry fin juin ; ce dernier avait managé les Hammers de 1994 à 2001, avec 4 finish dans le Top 10 PL).

Et les cotes, ça donne quoi ? Titre : 3 000/1. Relégation : 3/1

Wigan Athletic

Comment s’est passée la saison dernière déjà ? (15è, 43 points, - 20). Purgesquement jusqu’en mars (lanterne écarlate), puis fin de saison en exocet.

Les deux premiers tiers furent abominables : 14 défaites sur 23 matchs, dont 8 d’affilée de la 4è à la 11è journée ! Mais que l’emballage final fut somptueux : 7 victoires sur 9 matchs. Dont, excusez du peu : Liverpool à Anfield ; Man United à domicile ; Arsenal à l’Emirates et la plus belle de toutes… Newcastle à domicile, 4-0 ! Une claque monumentale (NUFC restait sur 6 victoires, 1 seul but encaissé) infligée le 29 avril et qui plomba sérieusement les chances Magpies de jouer les places Ligue des Champions.

Ça lui apprendra à Alan Pardew de critiquer les Latics trois jours avant le match ! Il avait réclamé de manière très condescendante le double des 4 500 billets réservés à NUFC : « J’espère que Wigan nous donnera plus de billets pour qu’on remplisse le stade.  Cet argent leur ferait le plus bien. » - la règle étant que le club hôte s’engage à allouer au minimum 6 % de la capacité du stade aux supps visiteurs. Avec cette claque 4-0, « Pardiola » a eu sa réponse. Et Newcastle le lot de consolation Ligue Europe.

Bon, et comment sont les vibes en ce moment ? Relativement positives. On est bien sûr ravi que le manager Roberto Martinez soit resté (après avoir décliné les avances d’Aston Villa et surtout Liverpool) et on se dit que cette septième saison de Premier League d’affilée, même sans Moses, Diamé et Rodallega, pourrait relativement bien se passer, à savoir un finish dans le Top 15.

L’arrivée de l’international Ivoirien Arouna Koné a redonné espoir à Wigan. Les buts devraient aussi venir du meilleur buteur Latic l’an dernier, l’Argentin Franco di Santo (7 buts/32 matchs, en net progrès) et, espérons-le, de Mauro Boselli, acheté 6M à Estudiantes en 2010 mais surtout prêté depuis son arrivée.

On ne le Koné pas encore en Angleterre mais ça ne saurait tarder

On ne le Koné pas encore en Angleterre mais ça ne saurait tarder

Qui est arrivé cette saison ? Fraser Fyvie (Aberdeen, 450 000), Arouna Kone (Levante, 4M), Ryo Miyaichi (Arsenal, prêt), Ivan Ramis (Real Mallorca, 4,5M).

Qui s’est éclipsé ? 3 gratuits : Mohamed Diamé (West Ham), Chris Kirkland (Sheffield Wednesday) et Hugo Rodallega (Fulham). Un très cher : Victor Moses (Chelsea, 9M). Et trois libérés : Steve Gohouri, Jordan Robinson et Hendry Thomas.

Photos & profils effectif et les fiches Wiki.

Un p’tit jeune à surveiller (ou plusieurs) ? Oui, deux en particulier (hormis James McCarthy) :

1)   L’attaquant Callum McManaman, il a brillé l’an dernier à Blackpool (prêt)

2)   Fraser Fyvie. Ecossais de 19 ans ½, milieu box to box, le futur Paul Scholes paraît-il…

Si Wigan était un sport olympique, ça serait quoi ? Le ball-trap (skeet). Euh, pas franchement indispensable.

… un sélectionné olympique ? Les trois apatrides. Super sympas, frais et bondissants lors de la cérémonie d’ouverture mais soyons francs, qui a cherché à connaître leurs résultats une fois la compét’ commencée ?

C’est qui le big boss au fait ? Dave Whelan (& family), via Whelco Holdings. Whelan, 75 ans, est un ancien défenseur professionnel de haut niveau (D1 à D4) et un homme d’affaires local qui a réussi dans le secteur des magasins de sport (JJB Sports). Fortune estimée à 140M. Mais son gros coup sportif fut Wigan Athletic. En février 1995, Whelan rachète ce minot, qui végète alors en D4 dans l’un des stades les plus déglingués d’Angleterre (Springfield Park), sinon d’Europe de l’Ouest (voir détails puants). L’affluence moyenne cette saison-là n’est que de 1 845 spectateurs !

Eté 1999, Whelan inaugure le nouveau stade qu’il a financé (30M), une enceinte de 25 000 places située au bord du canal Leeds-Liverpool. Le DW Stadium est également l’antre des Wigan Warriors, le très populaire club de rugby à XIII de la ville. Les Warriors écrasent en notoriété les footeux. Jugez-en plutôt à cet échantillon de leurs celebrity fans (tiré de wiki) et comparez avec celui des Latics :

Bradley Wiggins, Rio Ferdinand, Ryan Giggs, Will Greenwood, Kym Marsh (actrice de soap), Ricky Hatton (boxeur très connu), Lee Westwood, Alex Ferguson, Robbie Savage et Ian Botham (ex vedette de cricket très célèbre… et ancien footballeur à Scunthorpe ! 1980-85, alors en D3/D4).

Wigan Athletic : Mikhail Gorbachev

En 2005, Wigan monte en Premier League et a depuis successivement fini 10è, 17è, 14è, 11è, 16è, 16è et 15è. Depuis 1995, Whelan a injecté plus de 100M dans le club et pourrait bientôt rechercher un investisseur « sûr et bien intentionné » (dixit lui-même) pour reprendre le flambeau Latic. Enfin, il dit ça tous les ans et il est toujours là.

Et le manager ? Roberto Martinez, souvent contacté avec insistance par d’autres clubs mais toujours là. Un lien indéfectible semble l’unir au propriétaire, voir notre dossier complet sur Wigan, Martinez et Dave Whelan.

Et les cotes, ça donne quoi ? Titre : 4 000/1. Relégation : 6/4

That’s all folks pour cette mini série (retrouvez-nous donc sur Facebook et Twitter).

Kevin Quigagne.

25 commentaires

  1. OliD dit :

    Colchester ?? La vache… Qu’est-ce qui lui est arrivé, au petit Freddy Sears ? Il y a quelques années, il était tout de même considéré comme le plus grand espoir du club, et un des grands espoirs du foot anglais en général, non ?

  2. Gabriel dit :

    Merci beaucoup pour cette excellente série fourmillante d’anecdotes en tout genre et fouillée dans ses moindres détails, et au-delà même du terrain. Avec ça, la saison de PL sera un plaisir à suivre sur TK!

  3. Kevin Quigagne dit :

    @ OliD : et ouais ! Colchester, ventre mou de D3, le tout dernier club de Teddy Sheringham (il fallut le mettre dehors d’ailleurs, il voulait continuer, à 42 ans !). Sears a souvent été prêté ces dernières saisons, D2 et D3, d’ailleurs à Colchester l’an passé.

    Ses stats confirment l’impression que j’ai depuis quelques années en le voyant, il n’a pas le niveau PL. Il a du peps à revendre mais est trop juste physiquement pour la PL. Finition insuffisante pour l’élite, aussi bien devant le but que sur son aile.

    Comme tant d’autres, il a été bigged up, U21 anglais puis déclin relatif. Etre occasionnellement sélectionné U21 ne signifie pas grand chose, car ensuite, en intégrant la D2 ou la PL, tu te retrouves en concurrence avec un max de joueurs étrangers souvent internationaux/expérimentés chez eux et là, tu fais même plus partie des remplaçants mais des réservistes/placés sur la liste d’attente des futurs prêtés en FL.

    Vu la taille et la consistance des effectifs en PL (souvent + de 40 joueurs, jusqu’à 63 l’an dernier), bonjour pour percer ! Il suffit alors de pas grand-chose pour plonger (outre la concurrence/manque d’opportunités : les blessures, manager, club qui va mal, mauvais choix, etc.)

    Je me souviens que Four Four Two lui avait consacré sa rubrique “The boy’s a bit special” vers 2008.
    Rubrique d’ailleurs supprimée vers 2010, faut dire qu’elle faisait pas mal “Kiss of death” ! Le nombre de joueurs que FFT a encensé et qui ont ensuite « disparu » en Football League, wow.

    Bon, je précise quand même que c’était rarement les pépites d’or et jeunes cracks confirmés qu’ils présentaient mais des Espoirs, des jeunes de D2 ou réserves PL, qui avaient une chance de percer en PL, une « outside chance » comme on dit. Mais c’est devenu tellement difficile de faire son trou en PL que tous ces ex wonderboys finissent bien souvent en FL, même en non-league.

    @ Gab, merci. J’en referai pas une comme ça tous les ans ! (+ 15 jours de boulot non stop, plus de recherches, lecture et vérifs que pour le Watergate).

  4. Romlakers dit :

    T’aurais encore le lien pour l’article sur les ex prodiges ayant plongé?

  5. David Scie Mal dit :

    Merci. Grace à ce blog je suis paré pour affronter la PL cette année.

  6. Kevin Quigagne dit :

    Non désolé Rom, c’était dans la version papier, la rubrique n’existe plus depuis deux ans il me semble.

    Je viens d’en refeuilleter quelques-uns, et me suis rendu compte que pas mal quand même ont fait leur trou (voir plus) en PL, j’étais resté sur une vision un peu catastrophiste du truc !

    Un jeune Lee Cattermole (18 ans, alors à Boro) avait par exemple été interviewé en 2006. Niveau Forces, il disait « aimer tacler » (tu l’as dit Lee !) et « mouiller le maillot pendant 90 minutes » (il le mouille trop, ça lui assèche le cerveau).
    Niveau Faiblesses, il disait « ne pas marquer assez » (lucide… il n’a pas changé. Catts c’est un peu le Claude Makélélé du foot anglais : 169 matchs PL, 4 buts ; il tire mal c’est affreux).

    Y’en a d’autres qui tirent mal aussi, c’est les Roumains du CS Buftea. Fauchés, ils n’ont pu aligner que leur équipe de jeunes contre une D3 en coupe : 31-0.

  7. Kevin Quigagne dit :

    J’ai oublié le lien du 31-0 : http://tinyurl.com/cs7h6f4

  8. LxTrnr dit :

    Kevin, si tu as un peu de temps, j’aimerais connaître quelques bons publics anglais (que les clubs viennent de PL ou non, même de préférence en D2, D3, etc.). J’entends par là le soutien (chants, déplacements, affluences, etc.), dans la victoire comme dans la défaite, la fidélité, les engagements (si il y a) dans la vie du club, des trucs sympas quoi, grosso modo, c’est pas pour t’embêter. Je suis le foot anglais avec beaucoup d’attention, encore plus grâce à ta rubrique et, j’aimerai en savoir plus sur cet aspect. Par ailleurs, dans quels stades anglais me conseillerais-tu d’aller ? Je suis actuellement à côté de Londres (Barnet), et, je suis en séjour pour 3-4 mois, les déplacements ne me dérangent pas mais, j’aimerai savoir si la ferveur est telle que les légendes nous le content :) (pour vécu, des matchs de Bundesliga et de 2. Bundesliga, ça me foutait des frissons partout). Voilà, merci d’avance si tu es apte à me rendre ce service, si tu ne peux, je comprends très bien. Et, continue dans cette voie ! Amicalement.

  9. Kevin Quigagne dit :

    Merci Lx.

    C’est toujours délicat de parler de l’ambiance dans les stades, les chants, etc. car tout ça a pas mal changé…
    Dans les années 1980 et surtout 1990, je me rendais régulièrement dans des dizaines de stades anglais un peu partout dans le pays. Pour des raisons professionnelles, familiales et géographiques, beaucoup moins depuis dix ans (principalement Sunderland et Sheffield Wednesday depuis les Noughties).

    Et pis avant, les taux de remplissage en PL et Football League étaient bien plus faibles que maintenant (autour de 60-70 % vers 1990-95, + de 90 % aujourd’hui), on pouvait même se procurer relativement facilement des billets supps extérieur, chose impossible aujourd’hui si t’es pas abonné depuis six générations.

    Certains publics ont une réputation plus chaude que d’autres mais c’est quand même homogène. Y’a un hype pas possible généré par la Premier League, les joueurs eux-mêmes et les spins doctors (bien relayé par les médias) autour de l’ambiance soi-disant fabuleuse des stades anglais, la ferveur, les chants pendant 90 minutes, etc. Le mot d’ordre ou consensus étant de ne pas esquinter le mythe-fond de commerce, on se doit de dire que c’est formidable.

    En réalité, l’ambiance dans les stades anglais de PL est souvent décevante, idem en Football League à vrai dire. Si ça chantait à fond pendant 90 mns, crois-moi qu’on retrouverait du dentier dans les travées hein ! Parce que c’est souvent plus près de la retraite que de la jeunesse tout ça…

    Je ne vais pas revenir ici sur les raisons de tout ça, c’est un autre débat. Disons simplement qu’heureusement que les supps extérieurs se déplacent souvent par milliers en Angleterre, c’est eux qui mettent l’ambiance en général, c’est tout dire.

    Essaie donc de choisir un match de Football League avec des clubs à fort contingent supps extérieurs, style Leeds, Cardiff, Wolves, Sheffield Wednesday en D2 ; Swindon et Sheffield United en D3 ; Bradford et Plymouth en D4. Enfin, c’est pas l’idéal non plus car s’ils sont très bruyants, ça signifie souvent aussi que leur équipe est en train de taper la tienne à domicile… Disons que tu « subis » plus l’ambiance qu’autre chose mais mieux que l’ordinaire.

    Les chants, etc. c’est devenu plus du folklore et du nostalgia business qu’autre chose, malheureusement. Tu parles de tes expériences en Bundesliga 1 et 2 mais tu ne retrouveras pas du tout la même ferveur en Angleterre (je ne connais cependant pas les stades allemands, mais l’Angleterre entière bave sur la SudTribune de Dortmund et autres, ça te donne une idée).

    Toutefois, aller au stade, c’est pas seulement les tribunes, l’avant-match compte aussi, le « build-up to the game » comme on dit (l’après-match aussi, si victoire) : prendre une pinte dans les pubs, discuter avec les supps extérieurs, acheter les fanzines, écouter à la radio le tour des stades à partir de 13 h 30 environ (de tous les stades, y compris Football League), etc. Indispensable ça la radio avant les matchs le samedi aprèm !

    Comme tu es sur Londres, voir de la PL va être très difficile vu que le taux de remplissage des 6 clubs PL doit friser les 100 %. Tottenham a la réputation d’avoir la meilleure ambiance parmi ceux-là. QPR aussi. Mais dégoter un billet pour WHL doit pas être de la tarte. QPR peut-être plus facilement, Loftus Road n’étant pas toujours plein (c’est cher cependant QPR, minimum 50 £).
    Fulham a le plus beau stade, à voir si tu peux.

    En championship, essaie Charlton et Millwall (aucune crainte à avoir pour ce dernier, depuis que les Américains – John Berylson, le pote de John Henry, LFC – ont repris le club y’a 5 ans, c’est bien plus zen -hormis les matchs contre West Ham ou les clubs à possible contingent Hool, notamment Leeds et Cardiff, même si les 2 derniers Millwall-Leeds se sont passés sans incidents notables).

    T’as aussi Watford à 10 kms de chez toi, nouveau proprio (les fameux Italiens Pozzo – Udinese et Granada), ils tournent pas mal depuis le début de saison (2 vict. 1 déf.), bonnes chambrées, environ 12 000.

    Aussi Crystal Palace, mais comme Charlton, éloigné de chez toi (au moins 1h30 de transport j’imagine). C’est la cata en ce moment pour eux mais Selhurst Park a une bonne réput’.

    En D3, Brentford est sympa (célèbre pour avoir un pub à chaque coin du stade, enfin, du paté de maison qui entoure le stade) et pas trop trop loin de Barnet, 1h de transport j’imagine mais pour Londres c’est relativement proche ! Dans un bon jour (comme le 5-1 infligé à Crewe le week-end dernier), ça peut être une belle sortie foot, surtout le pub crawl d’après match autour du stade ! Les Bees ont récupéré d’Ecosse un buteur fort intéressant, le Marocain Farid El Alagui, énorme contre Crewe.

    Aussi pas trop loin de chez toi en D3 : Stevenage. Le derby Stevenage-MK Dons peut être sympa, devrait pas y avoir de problèmes pour trouver un billet, petites affluences a Stevenage, pas plus de 4 000 dans ces eaux-là.

    Et pis t’as vu les stars de MK Dons : Jimmy Bullard, Alan Smith (ex Leeds, Man United, Newcastle) et Luke Chadwick (ex MU) ! Rien que pour Bullard, ça vaut le coup (mais contrat que jusque qu’au 31/12/2012 pour Jimmy).

    Ou alors va carrément à Milton Keynes (if you absolutely must), prends un National Express/train, ils ont un grand stade, aucun prob’ pour billets (mais c’est pas la Bombonera hein, le Franchise FC comme on les appelle est un club particulier, tu dois connaître son histoire j’imagine).

    En D4, t’as Barnet aussi, j’avais fait un topo sur eux quelque part sur le Net, si ça t’intéresse, j’essaierai de retrouver ça.
    S’appellent aussi les Bees mais pas du tout pour les mêmes raisons que Brentford. Club relativement connu pour son stade, enfin, sa pelouse car on la dit bien en pente (gros lézards avec la mairie d’arrondissement d’ailleurs depuis pas mal de temps, coin argenté de Londres et ça pose problème avec les riverains du stade, le lease du stade, etc.). C’est un minuscule club qui se maintient miraculeusement chaque année, affluences d’à peine 2 000 mais essaie un match à Underhill. Ils vont mal (dernier) et il leur faudra plus que Jon Nurse (attaquant) pour se porter à leur chevet.

    T’as évidemment aussi l’AFC Wimbledon en D4, mais pareil, assez loin de chez toi (ils jouent pas à Wimbledon mais à 12 kms de là, à Kingston upon Thames, sud-ouest de Londres, ça parle cependant de plus en plus sérieusement de revenir à Wimbledon SW19, faudra d’abord transformer le site qu’ils veulent acheter, un célèbre stade de courses de lévriers/stock cars/speedway, le Wimbledon Wimbledon Greyhound Stadium qui serait en vente).

    Ou bien, vu que t’es pas trop loin de Luton Town (again, train/National Express), va les voir, c’est de la D5 mais ils font de belles affluences (environ 6 500 de moyenne) et c’est vraiment le stade à l’anglaise (à l’ancienne), quasi imbriqué parmi les habitations, voir :

    http://tinyurl.com/9mgwxdt

    [clique sur la photo du stade de Luton]

    Ou alors, prends le train pour Brighton (D2), ils ont un superbe stade de 27 500 places depuis l’an dernier, mais déjà trop petit, donc pas facile non plus de voir les Seagulls. Toutefois, il n’etait pas plein pour la venue de Barnsley (probablement que les Tykes n’avaient pas vendu la totalité de leur allocation billets) alors tente ta chance, il doit y avoir possibilité de voir un match à l’Amex/Falmer Stadium. Et pis Brighton, c’est top pour une sortie week-end.

    Portsmouth (D3) est une possibilité aussi, j’y vécut mes premiers matchs en Angleterre début Eighties, avec Plough Lane (Wimbledon, stade détruit). Y’a plus de club, plus trop d’équipe mais le public est toujours là : 18 000 spectateurs contre le rival Bournemouth y’a 2 semaines.
    Mate The Football League Show aussi pour te faire une idée (BBC1, samedi soir, visionnable online une semaine sur le iplayer de la BBC :

    http://tinyurl.com/9sjjvc3

    Consulte aussi l’indispensable http://www.footballgroundguide.com/ pour tous les renseignements pratiques et autres.

    Et n’oublie pas de revenir ici nous raconter tes aventures quand t’auras vu un/plusieurs match(s) !

  10. LxTrnr dit :

    Merci Kevin pour tous ces conseils et renseignements, me voilà apte à affronter les stades anglais avec le joli guide que tu m’as fourni.
    J’avais coché dans mon agenda à match à Hillsborough (rien que pour l’histoire), je ne sais pas encore contre quelle équipe (certainement contre Leeds, courant octobre). Après, sur Londres, je vais voir Fulham à Craven Cottage et peut-être les Spurs à WHL. Sinon, on m’a également conseillé Brighton, d’autant plus qu’ils font un bon début de saison il me semble, donc, je pense y aller aussi (rien que pour l’histoire de la mouette sur les sièges qui chiaient, ça vaut le détour !). Après, je me demandais s’il n’existait pas quelques risques de se faire prendre à parti par des supps adverses un peu virulents (style Cardiff, Millwall, etc.). Je ne savais pas la tradition d’avant-match aussi religieuse mais, c’est clairement à truc à expérimenter d’après tes dires donc, on va tenter. Mon grand rêve de gosse serait d’aller à Anfield, juste pour le YNWA d’avant match (c’est mon équipe phare made in UK donc bon), et après ces quelques mois, je vais finir par quelques matchs autour de chez moi (le Underhill est tout sauf accueillant, je vais éviter !). Et puis bon, je suis quand même là pour voir de bons matchs de foot mais, y a moyen que d’avoir un max de kiff en Angleterre, c’est super sympa. Merci pour tout en tout cas, ça m’a grandement aidé.
    Parenthèse : si tu es un jour intéressé par un séjour en terre teutonne, je te conseille de démarrer par des matchs de Regionalliga, c’est top niveau ambiance et, le jeu est pas si dégueu’ que ça dans ces div’ inférieurs. Autrement, le Commerzbank-Arena de Frankfurt, c’est mon stade fétiche, les supps t’accueillent comme ils se doivent, je pense que tu apprécierais mais, ça doit certainement pas être la même ambiance qu’ici (bien que l’engouement soit le même je pense). Je ne suis jamais aller à Dortmund, je suis passé chez l’ennemi, j’avais eu des places il y a 5 ans, quand Schalke jouait le titre (défaite 2-0 à la Veltins contre Dortmund), la Nordkurve, simplement magnifique (bon, ça s’est vite tu vu la physionomie du match).
    Bon, je te raconte ça quand j’aurais fini mon périple (ou au fur et à mesure bien entendu !).

  11. Kevin Quigagne dit :

    Va voir Millwall ou West Ham sans crainte, y’a encore des problèmes bien sûr avec un noyau dur de quelques centaines de hools mais dans 95 % des cas, ils se font leur fight loin du stade et peu de chance de tomber sur eux.

    Après, c’est comme partout, un minimum de jugeotte est requis, n’entre pas avec un maillot Millwall dans un pub West Ham à 18 h 00 un samedi quand tout le monde est bien chaud…

    Mais c’est vrai que y’a toujours pas mal de fights, on en entend quasi jamais parler dans les médias nationaux anglais mais y’a l’air d’en avoir beaucoup. Pas plus tard qu’hier par exemple, la police a arrêté un type qui organisait des fights entre Millwall et West Ham. Banal mais ce qui l’est moins c’est que ce demeuré - Andy Swallow - est chief exec d’un club de foot semi-pro ! (Grays Athletic, en D7).

    Swallow est en fait un hool assez connu en Angleterre, il a 50 balais et était l’un des fondateurs de la fameuse InterCity Firm de West Ham, dont les anciens sont aujourd’hui des petites vedettes à part entière, triste (bouquins, médias, etc. Cass Pennant en particulier).

    http://www.southendstandard.co.uk/news/echo/9906135.Football_boss_charged_with_arranging_hooligan_brawl/?ref=nt

    Comme tu peux le lire, le truc devait se passer à Dagenham, bien loin de West Ham donc, c’est souvent comme ça, la violence entre supps existera toujours mais elle est de plus en plus underground disons.

    Enfin, en règle générale car t’as encore souvent des accrochages directs / non organisés entre hools lors de derbies surtout ou entre clubs qui se détestent pour X raisons.

    Et j’en ai vu quelques-uns dans tout le Yorkshire et sur Sunderland/Newcastle (enfin vu, façon de parler, une fois live dans le centre-ville de Sheffield, baston pas possible entre des centaines de hools sur Division Street dans l’hyper-centre, un dimanche doit y avoir 12 ans, et plusieurs fois aux actus régionales / à la radio, quasiment jamais à la TV nationale, sauf truc hyper violent comme celui d’août 2009,
    http://www.guardian.co.uk/football/2009/aug/26/west-ham-millwall-violence-fa).

    Mais aux abords du stade, c’est vraiment devenu rarissime.

    Essaie d’aller au Underhill quand Barnet recevra un des gros de D4 Plymouth, Rotherham, Oxford ou Bradford, ça devrait être un peu plus animé. Oui, ça c’est sûr que c’est déglingué, le truc a + de 100 ans, la mairie leur promet une grosse rénovation depuis X années, etc. Ya des problèmes, ils ont même voulu leur sucrer le stade en mai, ça avait pas mal fait parler (achète le Football League Paper, excellent hebdo, tout sur la Football League).

    Toutefois, un truc qui pourrait fortement t’intéresser : la réserve d’Arsenal joue à Underhill.

    Enfin, ça a changé de nom et nature depuis cette saison, la compét’ s’appelle Under-21 Premier League, même si y’a pas que des jeunes, les clubs ont aussi le droit d’aligner des plus vieux, surtout s’ils reviennent de blessure.

    Arsenal - Everton demain soir près de chez toi :

    http://www.arsenal.com/match-menu/173435/reserves/arsenal-res-v-everton-res

    Consulte aussi :

    http://en.wikipedia.org/wiki/Arsenal_F.C._Reserves

  12. jepigepo dit :

    Excellentissime comme toujours !

    et au delà des textes, tes réponses éclairent encore d’ avantage.. précis, pointu (Sharp dirait Cantona), clair..que du bonheur !!

    Heureux de voir MacManaman espoir du football anglais (un cousin de Steve il me semble, né à Huyton (comme Barton la stupidité en moins ), supporter des Toff’, ah les conflits familiaux)
    Pas mal l’ anecdote sur Allardyce virant Titus Bramble pour excès d’ embonpoint… Big Sam ne tolère pas la concurrence morphologique ! Par contre beaucoup de craintes pour les Hammers si il reste à la tête de l’ équipe avec sa philosophie du K&R
    Quant au niveau des ambiances dans les stades, nous sommes loin des ferveurs des années 70-80, mais tu as raison, en away les supporters sont beaucoup plus motivés et veulent se faire entendre ! le débat serait beaucoup trop long et les explications multiples..

    Peux tu m’ éclairer sur un point qui reste nébuleux pour moi : l’ interdiction à un joueur de l’ équipe 1ère de jouer avec la réserve du dit club ? Je ne vois cela qu’ en Angleterre et qu’ elle en est la raison ?

    Merci Kevin Rushie

    PS : Fais chier, Sunderland est devant nous au classement !! mais la véritable question reste : Qui est derrière nous ?

  13. Romlakers dit :

    Di Canio, manager de Swindon en d3, a encore fait des siennes. Il a sorti son Gardien après 18 minutes de jeu, coupable de graves erreurs selon lui, et a déclaré que c’était le pire joueur qu’il avait eu l’occasion de voir. Il sait mettre en confiance ses joueurs le Paolo!

  14. Romlakers dit :

    Énorme le Paolo, allez voir ses vidéos sur Sky, c’est qulque chose.

  15. Kevin Quigagne dit :

    @ Jepi. Merci.

    Le système des réserves à été totalement changé cette saison, un changement qui s’inscrit dans le cadre d’une refonte totale des championnats de jeunes – avec en tête de gondole l’Elite Player Performance Plan, dont Teenage Kicks parlait ici en février 2011 :

    http://cahiersdufootball.net/blogs/teenage-kicks/2011/03/05/fevrier-dans-le-foot-anglais-34/

    Il va effectivement devenir plus difficile pour un joueur de l’effectif de jouer en réserve car ce nouveau système limite la présence sur la feuille de match à 4 joueurs de + de 21 ans.

    Alors pourquoi ces changements radicaux ? Pour plusieurs raisons.

    1) le succès de la NextGen Series a incité les instances à revoir les choses

    2) l’ancien championnat réserviste en place jusqu’à l’an dernier, Premier Reserve League, était de plus en plus décrié, pour 2 raisons principales :

    a) niveau jugé pas assez élevé car il mélangeait des clubs professionnels de tous niveaux, 4 groupes, avec de la PL et D3 mélangés, même D4 – Crewe Alexandra, cette saison en D3, réputé pour son centre de formation.

    b) il ne permettait pas assez aux jeunes de s’exprimer. De fait, 4 ou 5 clubs de PL, dont Man City, n’avaient aligné aucune équipe l’an dernier et les clubs étaient de plus en plus demandeur d’une restructuration du système (certains voulaient même que leur réserve intègre la Football League, comme ça se fait en Espagne, jusqu’en D2, ou France jusqu’en D4).

    3) (raison principale qui découle de 2 b) La PL s’inquiétait depuis quelques années du peu de temps de jeu dont les meilleurs jeunes bénéficient, parfois présents ni en réserve (trop de joueurs d’effectif) ni en équipe première car dans le groupe des 18 mais jamais utilisés. Ou alors nulle part.

    Le nombre de jeunes formés localement qui font leur trou en PL (et qui ont du temps de jeu) est devenu tellement faible que les instances ont tenu à ce que les meilleurs jeunes jouent davantage (et contre de meilleures réserves) pour, entre autres raisons, rehausser le niveau des Homegrown players.

    Donc, à partir de cette saison, exit la Premier Reserve League (où l’on voyait des joueurs de l’effectif, des semi-convalescents, des punis, etc.) et la Premier Academy League qui était la compétition entre jeunes (jugée donc trop faible donc car tous les clubs pros étaient mélangés, plus géographiquement que par niveau).

    Deux nouveaux championnats de jeunes ont été créés sous la bannière de la toute nouvelle « Professional Development League » (PDL) :

    - Le U21 league

    - Le U18 league

    Ces championnats, surtout le U21 évidemment, sont destinés à être bien plus « high profile » qu’auparavant et les clubs sont donc incités à utiliser leur stade pour la U21, au moins occasionnellement, au lieu de jouer dans des coins perdus à 25 kms du club. Les matchs se disputent le lendemain des matchs de l’équipe première, donc le dimanche ou lundi le plus souvent.

    Arsenal utilise par ex. l’Emirates en plus d’Underhill (stade de Barnet) et les U21 ont joué devant 5 600 personnes contre Blackburn récemment. Man City a utilisé l’Etihad, Reading le Madjeski, etc. (c’était d’ailleurs gratuit à Man City, et 3 £ à Arsenal avec grosses réduc moins de 16 ans).

    Le championnat U21 compte 2 divisions (voir wiki). Tous les clubs qui y évoluent ont un centre de formation classé 1 ou 2.

    Ce classement aussi est nouveau : avant t’avais d’une part les Academies (une grosse quarantaine) et les Centres of Excellence (le cran au-dessous, environ 50, en gros les clubs de D3 et D4 + certains clubs de Conference).

    Dorénavant, comme je l’écrivais dans l’article sur QPR y’a 10 jours, les Academies sont classées de 1 à 4 et on ne mélange pas les torchons et les serviettes en ce qui concerne les compét’ de jeunes. Les PL jouent entre elles (PDL 1è division) et les centres de formation catégorie 2 entre eux, PDL 2è division.

    La 1è division PDL ne compte plus que 22 clubs (contre 40 avant), repartis en 3 poules, 17 clubs de PL et 5 D2 (alors qu’avant comme je l’écris plus haut, t’avais de tout, PL, D2, D3, petits clubs, etc. Tu voyais des scores de cricket parfois, style Chelsea v Southend 9-0).

    Manquent à l’appel en 1ère div PDL : QPR, Swansea et Wigan, car leur centre ne répond pas aux critères requis pour la catégorie 1 comme je l’expliquais dans les articles de cette série Premier League 2012-2013 (de même, quand la distinction se faisait entre le statut Academy et Centre of Excellence, ces deux clubs avaient un CoE, pas une Academy).

    Ces critères sont divers et variés, surtout des ratios d’équipement et d’encadrement, la liste complète doit être sur le site de la PL, je l’avais consultée y’a quelques années (nombre de terrains / jeunes, staff / jeunes, nombre de matchs des jeunes en équipe première, ec.).

    La 2è division PDL compte 23 clubs, 17 D2, 5 D3 et une D4 (Barnet).

    Tous les autres clubs professionnels qui n’évoluent pas en PDL sont eux catégorie 3 ou 4 et évoluent dans la Central League (2 poules) pour les U21 et la Football League Youth Alliance (4 poules) pour les U18.

    Bon, tout ça souffre de quelques exceptions (voir le wiki sur la PDL) mais c’est comme ça que se présente le truc.
    Parallèlement, t’as le championnat du NextGen Series depuis un an pour les U19 :

    http://en.wikipedia.org/wiki/2012%E2%80%9313_NextGen_Series

  16. Kevin Quigagne dit :

    @ Romlakers.

    Paraît-il que ce gardien, Wes Foderingham, aurait un gros boulard en ce moment (qu’il exhiberait sur les réseaux sociaux) et, après son erreur sur le premier but, Di Canio l’aurait sorti pour, en partie, lui dégonfler le melon.

    Cela dit, di Canio est givré, ça c’est certain. Il s’est engueulé la semaine dernière avec le capitaine Paul Caddis, lui a retiré le brassard et sur un coup de sang, l’a envoyé illico à Birmingham !

    Bon, tout le monde s’est calmé, le gardien a dû presenter ses excuses et ça a discuté lundi matin entre 4 yeux :

    http://www.guardian.co.uk/football/2012/sep/03/paolo-di-canio-swindon-town

    C’est très rare mais ça arrive parfois, je me souviens du gardien de Hull y a 3 ou 4 ans environ remplacé après 20 minutes aussi pour les mêmes raisons (mais pas par Di Canio donc les médias en avaient parlé 50 fois moins).

  17. Romlakers dit :

    Un remplacement c’est quand même assez insolite et c’est pas de nature à mettre en confiance le concerné. Mais c’est surtout Di Canio qui est marrant. Faut le voir parler, gesticuler sans arrêt, s’enerver sans retenue et démolir ses joueurs. Cependant ça a l’air de marcher, il a réussi à faire monter Swindon et ils sont relativement bien classés en D3, même si je crois qu’ils disposent de moyens considérables pour leur niveau.

  18. Kevin Quigagne dit :

    Oui, il est effectivement spectaculaire ce Di Canio. Moi, ses gesticulations et ruminations ne me font plus grand effet, on l’a eu à Wednesday, j’étais à Hillsborough ce fameux 26.09.1998 contre Arsenal quand il envoya l’arbitre Paul Alcock au sol, lamentable.

    Y’eut pas mal de moments comiques l’an dernier, j’aime bien celui-là, contre Northampton le 31 décembre 2011 :

    http://www.youtube.com/watch?v=yoBCx93TCcY

    (une chanson fut créée, “He’ll run on your pitch, etc.”)

    Cette année, celui-ci est pas mal :

    http://www.youtube.com/watch?v=jQqFxvrYbXk

    Comme des dizaines d’autres en Football League - fiasco ITV Digital -, Swindon Town connut des moments très difficiles dans les Noughties (DEUX redressements judiciaires – même 3 en comptant la rechute 2000-2002, le deuxième fit surtout mal, en 2007, 8M de dettes – et non pas 4M comme l’écrit Wiki).

    Les choses allèrent tellement mal que Swindon devint le premier club ex PL à descendre en D4, en 2006 (Bradford le suivit un an plus tard, mais eux ils y sont toujours englués).

    Swindon a effectivement potentiellement de gros moyens depuis quelques années et c’est probablement même le club le plus blindé de D3 avec Preston North End et Sheffield United.

    Gros public déjà, 8 000 en D4 et probablement dans les 12 000 cette année – ils étaient 18 300 y’a pour la venue du Franchise FC y’a 10 jours.

    Le club a été racheté en 2008 par un consortium dirigé par le businessman Andrew Fitton (après avoir stabilisé le club repayé les dettes, enfin, une partie).

    Plusieurs grosses fortunes dans ce consortium, surtout Martyn Arbib, qui pèse autour de 325M et Andrew Black, co-fondateur de Betfair – il pèse 110M £ –, également Jeremy Wray).

    Mais c’est loin d’être les seuls moneybags de D3, y’a aussi : Walsall, Stevenage, Tranmere Rovers, Southend, Doncaster, Leyton Orient et j’en oublie sûrement.

    Gros match demain soir contre l’ennemi Oxford United au Kassam en Football League Trophy, coupe plus connue sous son nom de sponsor, Johnstone’s Paint Trophy. Les Us sont leur plus gros rival, pourrait y’avoir du grabuge niveau hools. La police du coin est sur les dents (incidents lors du dernier derby y’a 6 mois) :

    http://www.bbc.co.uk/news/uk-england-oxfordshire-19466096

    Article sur la féroce rivalité entre Oxford et Swindon (villes distantes de 50 kms) :

    http://www.bbc.co.uk/sport/0/football/17224115

    Cet article sur Di Canio est bien fait et en dit long sur l’énergumène :

    http://thewashbag.com/2012/09/04/paolo-di-canios-uncertainty-principle/

    Et enfin, thewashbag.com est le site à consulter pour suivre l’ancien club de Vincent Péricard, LE celebrity follower de Teenage Kicks (si tu nous lis Vince, on te passe le bonjour).

  19. Romlakers dit :

    Merci encore pour ces infos, le travail d’investigation ne doit pas être évident. Si je cerne bien les données, si tu veux diriger un club anglais, même en D3, tu dois être bien pourvu financièrement, vu la concurrence. C’est assez incroyable de voir tant de moyens dans de si petites divisions. Serait ce dû à la passion des Anglais pour le football et qu’ils ne rechignent donc pas à investir?

  20. jepigepo dit :

    Bonsoir Rushie,

    quand je lis tes explications mon ciel s’ éclaircit…enfin presque !
    Si je comprends bien des équipes comme QPR ou Swansea ne possèdent pas les centres requis pour accéder à la 1ere PDL
    Juste une réflexion intérieure…cela n’ empêche nullement Swansea de proposer nombres de jeunes et un football de qualité.
    Alors est ce à dire en raccourci que la 1ere PDL n’ est pas nécessaire pour le beau jeu et l’ éclosion de talent ?
    Deuxième interrogation : quels sont les clubs possédant une véritable academy ? En tant que véritable je signifie les clubs de PL possédant infrastructures et jeunes issus du centre.. Pas la peine d’ avoir un centre de formation si ce n’ est pas pour extraire un ou deux jeunes chaque année etjuste se mettre aux normes requises

  21. Kevin Quigagne dit :

    @ Romlakers.

    Oui, c’est ça, désormais le moteur pour beaucoup est bien plus la passion que l’espoir d’un quelconque investissement spéculatif.

    C’est même un hobby pour eux, des dizaines de proprios / directors de clubs pros anglais possèdent des fortunes colossales (100’s millions), s’emmerdent un peu dans leur monde feutré des Hedge funds et autres réunions d’affaires et ne sont pas à quelques dizaines de millions près – même si évidemment ils préfèrent dégager des bénéfices.

    Le foot leur apporte cette dose de folie et d’exaltation bien spéciale, introuvable ailleurs, surtout s’ils ont dépassé les 55-60 ans. C’est leur façon à eux de s’encanailler. Sur les 120 clubs pros anglais, pour un proprio qu’arrive à faire de l’argent, doit y’en avoir 25 qui en perdent.

    Y’a bien sûr des périodes où investir était très juteux, surtout si achat-revente dans un délai relativement court, mettons achat bon marché dans période 1985-1995 et revente au cours des Noughties. Comme au cours de l’ère des businessmen investisseurs, j’en parlais ici :

    http://tinyurl.com/cwvpp4o

    Mais maintenant, mettre de l’argent dans un club de Football League ou PL n’est plus rentable, tout simplement car acheter un club coûte 100 fois plus cher que y’a 20 ans à l’achat et ensuite à la gestion, les salaires et autres étant un gouffre souvent qualifié de “bottomless pit” (infrastructures, Academy, personnel, etc.).
    Même si, évidemment, les revenus médias (énormes en PL, désormais 50M minimum par an) et la billetterie couvrent désormais la grande majorité des frais pour la plupart des clubs (mais y’a toujours des dettes à rembourser, des rallonges à consentir pour faire venir tel ou tel joueur, etc.).

    Par exemple, Man United valait 10M en 1990… (!) Newcastle 3M… (les Mags étaient alors en D2 et sortaient d’une décennie galère ; 3M, c’est le prix que paya John Hall en 1991).

    Après évidemment, celui qui investit dans de la D2 et a l’énorme chance de monter en PL rapidement, puis revendre son club plus ou moins dans la foulée s’en tirera bien financièrement mais c’est rare !

    Souvent le proprio aura dû passer des années coûteuses en Football League avant de banquer (exemple Madjeski par exemple à Reading, il a dépensé largement plus que les 40M qu’il a récupérés du nouveau co-proprio russe).

    Il faut avoir les reins financièrement solides en Football League, comme en PL au fond vu que la billetterie + minimes revenus médias couvrent à peine la masse salariale + charges et les frais de fonctionnement d’un club, énormes (par ex. 23 matchs à l’extérieur, transport & hébergement – si t’ex excentré, style Carlisle, Torquay, Plymouth ou Exeter, ça revient très cher).

    J’entendais l’autre jour que la wage bill annuelle de Leyton Orient, donc club très modeste de D3 avec une affluence moyenne d’à peine 4 000, était de 2M + charges + primes, donc au minimum 3M. Et c’est probablement l’une des plus petites de D3. Sans leur proprio-mécène, le fameux Barry Hearn, Orient ne serait plus en D3 depuis longtemps.

    Pour la petite histoire, Hearn est le promoteur sportif le plus connu d’Angleterre. Il est celui qui a réussi à faire exploser le profil (et donc les recettes) de la boxe, du snooker et des fléchettes depuis 15 ans, via Sky et BBC – cf le championnat du monde de fléchettes qui se tient annuellement sur 3 semaines à Londres au moment des fêtes de Noël & janvier et doté de plus d’1M £ de prix, énorme. 2 000 spectateurs quotidiennement, une gigantesque salle transformée en resto-pub géant pour l’occasion ! Ambiance pas possible, show assez dingue, je te raconte pas comment Hearn t’a glamourisé tout ça ! A mater :

    http://tinyurl.com/bv5ny7b

    (tu remarqueras que le commentateur parle de membres de la famille royale et Michael Essien présents dans la salle, et d’Essien qui veut un maillot de Phil “The Power” Taylor, superstar en Angleterre – les vedettes du foot qui adulent les joueurs de fléchettes, le monde à l’envers… On voit d’ailleurs Essien dans le clip agiter un panneau Phil Taylor. Impensable ne serait-ce que y’a 5 ans).

    Hearn est très fort et a même reussi à faire raquer Sky pour… de la pêche live ! Oui, des heures de direct à voir des types assis avec une canne à pêche. Le truc cartonne depuis des années et est devenu un évènement du calendrier « sportif » de Sky, qui a appelé ça Fish ‘O’ Mania…

    http://tinyurl.com/bpxbytc

    Ce qui explique aussi pourquoi tant de ces petits ou moyens clubs de D3 forment et vendent leurs joueurs aux plus gros de D3 ou aux divisions supérieures. C’est aussi pour eux une bonne source de revenus, l’exemple le plus frappant étant Crewe Alexandra, qui a vendu pour… 30M £ de joueurs depuis trente ans ! (et l’arrivée de Dario Gradi, cette année Nick Powell à MU).

    Pour les grosses écuries qui postulent à la D2, les masses salariales sont énormes. Sheffield United payait par exemple l’international gallois Ched Evans 20 000 £/semaine l’an dernier, donc plus d’1M/an (enfin, il est taule pour 5 ans depuis avril dernier et ne leur coûtera donc plus grand chose).

    Les Blades c’est un peu particulier pourrait-on me rétorquer car ils ont des gros contrats reliquats de la D2 mais de toute manière, même dès la D5 faut aligner les spondoolicks pour avoir une chance de progresser, on a vu ça ces dernières saisons avec Crawley Town et Fleetwood Town (ce dernier qui paraît-il payait ses meilleurs joueurs jusqu’à 15 000 £/mois, en D5…).

  22. Romlakers dit :

    C’est fou de mettre autant d’argent quand même. Si les propriétaires décident de subitement partir je n’ose imaginer le gouffre financier qu’ils laisseraient derrière eux. Même si apparemment il y a une sorte de fairplay financier qui se met en place en FL mais ça discute aussi en PL. Si ça peut permettre d’instaurer une concurrence loyale avec les autres clubs européens ce serait bien.

    Sinon pour les clubs de D5 du genre Fletwood s’ils ne montent pas directement, et c’est loin d’être facile vu la D5 et le peu de places disponibles, financièrement ça doit être une catastrophe( JE pense à Luton qui rate la montée depuis quelques temps).

  23. Kevin Quigagne dit :

    Tiens Rom, on parlait de ce charmant Steve Evans la semaine dernière ici, ben le revoilà (ça faisait longtemps), en forme olympique : il aurait agi « de façon indécente envers une femme du staff de Bradford City » devant le vestiaire (je vois d’ici la finesse du truc) :

    http://tinyurl.com/cgoty6y

    [je commenterai plus tard sur ces discussions en PL que tu évoques mais avant, les réponses aux deux questions de Jepigepo du 5 sept]

  24. Kevin Quigagne dit :

    @ Jepigepo

    Oui, QPR, Swansea et Wigan ont été classés cat. 2 (le mois dernier).

    Jusqu’ici bien sûr, pas de catégorisation de 1 à 4, simplement une distinction entre Academy (le top niveau, 40 centres, grosso modo clubs PL & D2) et Centre of Excellence, niveau inférieur (une cinquantaine, grosso modo D3 & D4 + quelques D5). Le niveau inférieur au CoE étant le Development Centre, qu’on trouve dans les clubs de non-league et clubs régionaux.

    Depuis cette saison 2012-2013, officiellement, le terme Centre of Excellence n’existe plus, tout centre de formation étant une Academy, classée donc de 1 à 4.

    N’oublions pas que comme je le disais dans cette série Premier League 2012-2013, tout ça est nouveau et que pour mesurer vraiment les effets de tous ces changements, il faudra quelques années. L’un des critères concrets de réussite sera alors le % d’intégration de ces U18 et surtout U21 dans les équipes première de PL en particulier.

    Pour récapituler, dans ce cocktail novateur, on trouve donc :

    - la nouvelle catégorisation des centres de formation effective depuis cette saison

    - le règlement Homegrown Players depuis deux saisons

    - le nouveau système EPPP qui débute cette saison

    - ces deux nouveaux championnats de la PDL

    Pour répondre à ta question (la PDL 1 etc.), je pense que cette PDL est nécessaire car, contrairement à l’ancien système, elle met aux prises les Academies de PL entre elles, donc plus compétitive qu’avant.

    La NextGen Series (U19) devrait aussi aider car les jeunes s’étalonneront contre les meilleurs d’Europe Liverpool en sait quelque chose…

    http://tinyurl.com/c4uj34h

    Pour ce qui est de ta seconde question (Academies club PL), je n’ai aucun chiffre mais je mettrais Arsenal, Aston Villa, Everton, Southampton et West Ham parmi les plus « productives » ces dernières années (Soton était évidemment en FL).

    Après, il conviendrait de s’entendre sur le terme « productif » hein, car pour plusieurs raisons (surtout débouchés PL limités et beaucoup d’étrangers), faut pas s’attendre à ce que ces Academies PL produisent plus de 2 joueurs/an destinés à la PL (peu importe le club), soit tout de suite, soit dans les trois ans à venir mettons, pas mal avec passage la Football League.

    La majorité des jeunes formés dans les Academies PL atterrissent d’ailleurs en Football League.

  25. Kevin Quigagne dit :

    @ Romlakers

    Oui, il y a désormais un Fair Play Financier pour la Football League, je l’avais présenté dans les grandes lignes ici au printemps dernier, approuvé en avril 2012 par la majorité des clubs, similaire dans l’esprit au FPF de l’UEFA. Tous les détails ici :

    http://tinyurl.com/bl8uzjf

    http://tinyurl.com/c6lx249

    En Premier League, y’a bien sûr le FPF de l’UEFA à l’essai et qui entrera en vigueur la saison prochaine (FPF que les clubs anglais ignorent royalement pour l’instant).

    Et donc, comme tu l’évoques, depuis l’annonce en Premier League y’a quelques mois du nouveau méga deal médias 2013-2016 (+ 40 % par rapport au précédent) on discute d’une espèce de « salary cap » en PL ou tout autre mesure de nature à contrôler l’inflation des salaires amenés à (encore) faire un bond l’an prochain. Les guillements pour salary cap sont bien sûr ironiques…

    Ces débats « d’austérité » annoncés par l’état major de la Premier League avec force publicité ne sont bien entendu qu’esbrouffe et compagnie, plus pour la forme qu’autre chose hein.

    Ne surtout pas trop croire aux ruminations de Richard Scudamore (le big boss de la PL) et son bras droit Dave Richards, pardon SIR Dave Richards…
    (un incompétent notoire qu’on a eu à Sheffield Wednesday dans les 90s – synonymes de la déliquescence Owls – mais, comme souvent, un incapable joliment recompensé, avec en l’occurrence la présidence de la Premier League en 1999.
    La dernière fois qu’on a parlé de lui c’est quand ce rodomont est tombé dans une fontaine en sortant d’un meeting Fifa au Qatar, après avoir braillé divers trucs bien marrants, comme par exemple que « la Fifa et l’UEFA avaient volé le football aux Anglais » et que « des Anglais de Sheffield avaient inventé le football, pas les Chinois » http://www.guardian.co.uk/football/2012/mar/14/dave-richards-fifa-uefa-stole-football).

    L’état major de la Premier League veut surtout faire son show pour tenter d’apaiser le Grand Vizir (Platini) sur le ton du « Vous voyez messieurs de l’UEFA, nous sommes des gens responsables, l’inflation des salaires et vos mesures d’austerité nous font passer des nuits tellement blanches que nous avons réuni tous les clubs pour les obliger à moins dépenser. »

    Même si, dans un énorme malentendu, la PL pondait une mesurette Salary Cap dans ce sens (et il faudrait l’accord de 70 % des clubs, donc pas gagné), Scudamore sait très bien que les clubs trouveront des moyens de contourner le truc (par ex. via les image rights ou autre, comme je l’expliquais ici, bas d’article : http://tinyurl.com/7saf64z.
    Une nouvelle mesure restrictive = un nouveau loophole fiscal, c’était la politique de Blair, c’est celle évidemment de D. Cameron).

    Il est important ici d’interpréter les soundbites de la Premier League avec précaution. Quand la PL parle de « salary cap » ou de « restriction salariale », attention, c’est pas du tout le truc à l’ancienne où le salaire était fixé tous les dix ans et basta, oh non…

    Eux (PL et clubs), leur idée de plafond salarial n’a vraiment rien à voir avec les mesures à grand-papa : au mieux, ils viseraient une limitation de l’augmentation des salaires chaque année.

    Par exemple, la première année de ce nouveau méga deal 2013-2016, on se mettrait d’accord pour ne pas dépasser X % d’augmentation ; la deuxième, pareil, et ainsi de suite. Style, le joueur le mieux payé serait plafonné à 300K/semaine année 1 ; 325 année 2 ; 350 année 3.

    Bref, pas du tout l’image du « salary cap » tel qu’elle vient à l’esprit (image salary cap 1901-1961, très strict).

    Scudamore et les clubs détestent que l’UEFA viennent mettre le nez dans leurs affaires et il ne ressortira pas grand-chose (sinon rien) de concret de ces réunions présentées parfois comme « capitales ».

    Pis alors le temps que le nouveau plan de Scudamore et des clubs se mette en place… Entre les commissions, les sous-commissions, consultations, amendements, votes et re-votes, on sera probablement encore en train d’en discuter ici au prochain deal PL dans 2 ans.

    Y’a tout un jargon très utilisé en anglais pour qualifier ce type d’agitation de surface sans substance dont les politiciens sont les Maîtres incontestés (que tous cherchent à copier) : ça va de « cosmetic » (superficiel) à l’adjectif « perfunctory » en passant par l’expression « to pay lip service ». Ça revient au même : on feint de prendre ça au sérieux (en prenant bien soin de passer la patate chaude à d’autres).

    Pour ce qui est de Luton Town que tu évoques (comme Grimsby, ex D2, et aussi englué en D5), leur problème est qu’ils n’ont pas d’argent car pas de mécène qui peut dire « Bon, cette saison, on va mettre un gros coup de collier financier et faire venir des joueurs à 10K/mois ».

    Ils ont juste un gros public très fidèle – 6 000 – mais ça ne guarantit même plus la suprématie en D5. Les Hatters appartiennent désormais à LTFC2020 (Luton Town Football Club 2020 Limited) depuis le redressement judiciaire de 2008 et les gros problèmes financiers de la fin des Noughties.

Répondre