Un peu de légèreté pour conclure la saison Teenage Kicks : le bilan club par club, mode Twitter, en 140 mots (enfin, pour ce qui est du résumé de la saison quoi).

Voir introduction dans la première partie, avec tous les jolis liens (clips grands moments de la saison, plus beaux buts, photos, etc.). Par ailleurs, la Premier League a publié le 17 juin son calendrier pour la saison à venir, la liste club par club ici et celle de tous les matchs ici. Et pour voir les tenues des vingt clubs de PL, c’est par ici que ça se passe.  

Cette sixième partie devait être la dernière. Cependant, nous avons reçu ce week-end de sérieuses menaces émanant de la frange dure de notre fan-club (Euskara Extra Teenageberri-Kixa) nous ordonnant de faire durer le plaisir. Consulté, le Quai d’Orsay nous a conseillé d’ajouter deux parties. C’était soit ça, soit risquer la prise d’otage. Vu le climat sensible du moment, nous avons dû bouleverser nos plans, West Ham sortira sous peu et l’excitant tandem Wigan Athletic-Wolverhampton Wanderers suivra en dernière partie.

Aujourd’hui : West Bromwich Albion (pour les autres parties, voir Articles récents, à droite).

[nb : tous les chiffres sont en £. Ceux de la rubrique financière portent sur la période 2009-2010. Les dettes (nettes) : emprunts bancaires, propriétaires ou autre provenance. Source Companies House et Guardian].

 

 

WEST BROMWICH ALBION (11è, 47 pts. G-A - 15 / 56 / 71)

Résumé de la saison

Un bilan globalement positif pour ce club Tour de Babel aux dix-sept nationalités qui, en se maintenant, met un coup d’arrêt à son yoyotage chronique (sept montées ou descentes entre la PL et la D2 depuis 2002). Une saison en trois actes pour les Baggies :

Acte 1. Bon premier gros tiers sous Roberto Di Matteo (8è au 5 décembre, 16 journées - 6 victoires, 4 nuls, 6 défaites)

Acte 2. 11 décembre : déclenchement de la spirale négative - 9 matchs, 7 défaites - conclue par le limogeage de l’Italien début février (le club est alors 16è)

Acte 3. 11 février : arrivée de Roy Hodgson. Le globe-trotter londonien, bouté d’Anfield un mois avant, donne un coup de fouet digne d’une Dominatrix au collectif.

La saison en détails vue par les supporters Baggies.

Satisfactions

Les deux vedettes cette saison : Youssouf Mulumbu et Peter Odemwingie.

Peter et Youssouf, le grand amour

Peter et Youssouf, le grand amour

Le Congolais a été élu Player of the Season du club par les supporters. Souvent comparé à Scott Parker (registre milieu box to box hyperactif), le reject Parisien a inscrit sept buts cette saison, pas mal pour un milieu défensif ! Selon une stat Opta, Mulumbu a le meilleur ratio conversion tentatives / buts parmi les joueurs à plus de cinq buts cette saison : 46 %. Avec 116 interceptions, il s’impose aussi largement comme l’empêcheur numéro 1 de passer en rond. L’ex Espoir français a également été choisi par ses coéquipiers comme Player of the Year du club. Pas une mauvaise affaire non plus : acheté 175 000 £ au PSG en 2009. A signé une prolongation de contrat en janvier le liant au club des West Midlands jusqu’en juin 2014 (mais la Fiorentina s’intéresserait de près à lui, voir ici). Dans les tribunes du stade des Hawthorns, la fortement membrée Youssuf Mulumbu Appreciation Society (770 amis) aime chanter, voir clip :

 

Mulumbu, he comes from Africa
He’s better than Kaka
Ohhhhhhh Mulumbu Woahhhhhh
Mulumbu Woahhhhh

Peter Odemwingie, 15 buts en PL et 9 passes décisives (cinquième au classement des canonniers PL). L’ex Lillois est lui aussi une sacrée affaire, acheté seulement 2M au Lokomotiv Moscou. Le reste des bons élèves : C. Brunt (le milieu nord-irlandais a inscrit 4 buts et se classe quatrième ex-aequo du classement des passeurs décisifs, 11), S. Cox, J. Morrison, J. Olsson, S. Reid, P. Scharner, S. Tchoyi, J. Thomas. Le premier et seul but de Simon Cox en PL (contre Tottenham en avril) a été élu But de l’année du club, voir clip.

Le Camerounais Tchoyi et le Nord-Irlandais Brunt
Le Camerounais Tchoyi et le Nord-Irlandais Brunt

Déceptions

G. Barnes, S. Carson (surtout première partie de saison), G. Dorrans, M-A Fortuné, P. Ibáñez, G. Jara, G. Tamaş, G. Zuiverloon. Citons aussi R. Bednář. Ce dernier, en perte de vitesse depuis l’été dernier, n’est guère en odeur de sainteté au club (affaires de cocaïne). L’international tchèque a  peu joué cette saison et a été expédié, via Leicester, à Ankaragücü en milieu de saison.

Et Abdoulaye Méïté, laborieux sous Di Matteo, qui ne lui faisait guère confiance en PL (juste aligné en Coupe de la Ligue), mais bien meilleur sous Hodgson. L’Ivoirien quitte l’Angleterre après cinq saisons tumultueuses, où les évaluations sont allées de « waste of space » (à Bolton) à « no longer rubbish » (de février à mai 2011) en passant par « prima donna » (il refusa de jouer, voir ici). Jugé globalement trop irrégulier, fébrile et prédisposé aux cagades, il a été libéré. L’ex Marseillais sans club vient d’être recueilli par le promu Dijon.

Méïté, de la Côte d'Ivoire à la Côte d'or, via la Cote-en-berne
Méïté, de la Côte d’Ivoire à la Côte d’Or, via la Cote-en-Berne

L’homme invisible 

Plutôt un trio. Marc-Antoine Fortuné, plus transparent qu’invisible. Luke Moore, on lui prédisait un gros avenir (acheté 3,5M en 2008 à Villa) mais un manque de motivation et un faible rendement l’ont rendu douteux pour le niveau PL (peut-être qu’une sérieuse blessure à l’épaule en 2006 lui a fait perdre son mordant). Et enfin Gianni Zuiverloon (acheté 2,3M en 2008), prêté à Ipswich puis libéré.

Highlights

La deuxième partie de saison, après l’arrivée le 11 février du sauveur Roy Hodgson. Puisque les managers ne sont plus jugés qu’à l’aune de leur « bilan résultats » celui de l’ex entraîneur de l’Inter Milan est le suivant : 5 victoires, 6 nuls, 2 défaites (21 points engrangés en 13 matchs).

Les belles victoires à l’extérieur, contre Arsenal (3-2 à l’Emirates - élue performance de l’année par les supporters) ; 4-1 contre Everton à Goodison Park ; 3-2 contre Sunderland au SoL ; et enfin le nul à Old Trafford (2-2), le seul club cette saison à avoir tenu Man United en échec sur ses terres.

Et bien sûr la victoire 2-1 sur le rival Aston Villa le 30 avril (comique autogoal de Méité - « farcical own goal, real slapstick nonsense » dixit The Guardian). Succès synonyme de maintien, logiquement élu « Second Highlight of the Season » (derrière le maintien) par les supporters dans un récent sondage internet.

Lowlights

La période de la 10è à la 25è journée : 11 défaites en 16 matchs. Fin octobre, WBA est 4è. Début février, le club est 16è et Di Matteo se fait limoger.

La défense, trop perméable (doux euphémisme : 71 buts encaissés) seulement deux clean sheets de la saison et, entre le 29 août et le 8 mai, 34 matchs consécutifs avec au moins un but encaissé (deux nouveaux records PL).

Les lourdes défaites, 6-0 (Arsenal), 3-0 (Stoke, Fulham et Man City). Les éliminations en coupes contre deux clubs de D2, Reading et Ipswich. Un autre fait d’armes peu glorieux cette saison : les sept cartons rouges (total le plus élevé de PL) ; faudra voir à se calmer et rappeler à Mulumbu d’éviter les bains de foule et les tacles « appuyés » (deux rouges).

Enseignements à tirer / secteurs à renforcer

Il faut un attaquant supplémentaire pour épauler Odemwingie, et un autre gardien pour remplacer Scott Carson, parti en Turquie après une saison mi-figue mi-pudding, surtout la première partie (l’Américano-Anglo-Gallois Boaz Myhill, le deuxième gardien, lui piqua sa place, avant lui aussi d’être jugé moyen et de la reperdre au profit de Carson, préféré par Hodgson). Voir les derniers potins recrutement ici.

Ils ont repris le boulot quand ?

Aujourd’hui. Suivra une tournée de deux semaines aux USA (trois matchs amicaux).

Trucs bizarres / marrants

Les arrosoirs ont bien réveillé Juju Faubert et Carlton Cole

Les arrosoirs ont bien réveillé Juju Faubert et C. Cole

Une année calme du côté des Hawthorns et pas grand-chose à se mettre sous les zygomatiques, si ce n’est de comiques problèmes d’arrosoirs automatiques autour du terrain qui se déclenchèrent intempestivement lors du derby contre Aston Villa, trempant staff et reporters. Décidément, les jardiniers des West Midlands ont du souci avec leur matériel lowcost. Lors du Birmingham-West Ham de novembre plusieurs arrosoirs se mirent en route en plein match, réveillant au passage Cameron Jerome, Juju Faubert and co, voir clip de l’incident. Bon, pas la franche poilade mais rafraîchissant.

 

Le Manager

Roy Hodgson, arrivé après le limogeage de Di Matteo début février. L’expérimenté Roy (WBA est son vingtième poste d’entraîneur / sélectionneur, dans huit pays différents) a rendu WBA bien plus solide et a accompli un boulot impressionnant en peu de temps, aussi bien sur le plan tech-que-nique que tac-que-tique. Selon un joueur pilier-du-club-qui-tient-à-rester-anonyme, l’aspect tactique était fortement négligé avant Roy. Cependant, vu les sornettes que peuvent raconter certains joueurs une fois le manager viré (surtout les mécontents), cette dernière évaluation est à prendre avec précaution.

Roy Hodgson, avant (Liverpool, d’août à janvier)… et après (WBA, à partir de février).

In / Out (au 4 juillet)

In : G. McAuley (Ipswich, gratuit), B. Jones (Preston, gratuit)

Out : S. Carson (Bursaspor, Turquie, 2,1M). G. Barnes, M. Haber, D.Kiely, A. Méïté, G. Zuiverloon (tous libérés)

Retours de prêt : R. Bednář, P. Downing, L Daniels, S. Mantom, J. Mattock

Les dernières rumeurs ici (au 3 juillet). Zoltan Gera (libéré par Fulham) pourrait signer et ainsi retrouver son manager chez les Cottagers, Roy Hodgson. L’international hongrois (71 capes) a passé quatre saisons à WBA, de 2004 à 2008. Nigel Reo-Coker, libéré par les voisins d’Aston Villa, et David Vaughan (Blackpool) intéresseraient Roy Hodgson.

Le big boss est…

Peace (sans love)

Peace (sans love)

Jeremy Peace, un ex comptable de 54 ans devenu homme d’affaires et qui détient 60 % du club (plusieurs petits actionnaires se partagent le reste). Pas vraiment un adepte du management consensuel, l’omnipotent et mal nommé Peace dirige les Baggies d’une main de fer (innombrables batailles de boardroom et embrouilles avec dirigeants, actionnaires, managers, avocats, supporters, autres clubs, etc.). Bref, il mène son club comme une boîte d’investissement de la City. En décembre 2000, Peace obtient un siège au directoire et, dans la foulée, évince le président pour prendre les rênes du club en juin 2002. WBA retrouve alors l’élite (quittée en 1986) et commence sa phase de club-ascenseur. En 2005, Peace devient l’actionnaire principal. Il s’est bâti une belle réputation de fin négociateur et faiseur de deals improbables, tels la (sur)vente de Curtis Davies (pour 8M !) ou avoir persuadé Celtic de payer 2M pour le « privilège » de récupérer le manager Baggie Tony Mowbray. Respect.

Prix des abonnements et billets (adultes) saison 2011-2012

Abonnements : 399 à 499 £ (WBA compte environ 18 000 abonnés)

Billets (4 catégories de match mais les quatre tribunes sont au même tarif) : de 25 (cat. C) à 40 £ (Cat A+ : Aston Villa, Liverpool et Man United)

Chiffre d’affaires (revenus) / masse salariale et autres stats financières

28M / 23M. Bénéfice avant impôts : 0,5M. Dette : 10M

[chiffres 2009-2010, club en D2. C.A de 47M la saison précédente pour une masse salariale de 31M]

Kevin Quigagne.

 

6 commentaires

  1. Pan B. dit :

    Sympa ton lien sur la saison vu par les fans de WBA, par contre je suis pas sûr qu’ils respectent les normes de sécurité du stade, notamment du nombre de personnes admises dans l’enceinte :

    Are you a season-ticket holder?

    Yes 50.1%

    No 59.9%

  2. AiMeCee dit :

    @Pan B.
    Euh, c’est normal que ça fait plus de 100% le total ? ^o)

  3. Mister Frisk dit :

    Encore un super boulot
    J’adore la numérotation des articles

  4. Kevin Quigagne dit :

    Pour la question sur les abonnés, la raison de l’apparente anomalie est simple : l’inconditionnel public Baggie se donne toujours à 110 %.

    Septième et antépénultième partie demain (West Ham, part I).

  5. Pan B. dit :

    AiMeCee > C’est justement ce que je voulais souligner ;)

    Kevin Q. > Et tes vacances alors ?

  6. Pan B. dit :

    Ah, chez vous aussi on travaille plus pour gagner au mieux autant ?

    Pour les images, je confirme, c’est bizarre, j’essaierai de regarder ça ce soir.

Répondre