La saison 2013-2014 de Premier League terminée, TK dégaine son bilan club par club.

Rédaction légère assurée par le quatuor Teenage Kicks suivant :

  • Didier Féco (Cardiff, Chelsea, Crystal Palace, Everton, Norwich)
  • Kevin Quigagne (Hull, Newcastle, Stoke, Sunderland, West Ham)
  • Matthew Dymore (Fulham, Man City, Man United, Swansea, WBA)
  • Pan Bagnat (Arsenal, Aston Villa, Liverpool, Southampton, Tottenham)

Newcastle (10è, 49 points, G-A - 16 / 43 buts pour / 59 contre)

A l’instar de Leeds, QPR, Portsmouth, Blackburn ou Port Vale, NUFC est l’un de ces clubs Barnum capable d’alimenter à lui seul une gazette quotidienne année après année. Un vrai grand club Un gros club Un vrai club avec un grand stade Un club avec un stade qui mérite donc un double article rien que pour lui. Aussi l’occasion pour Teenage Kicks de présenter ses plus plates excuses.

Dear readers et readeuses, l’heure est venue de battre notre coulpe sur nos poitrines velues. Il y a quelque temps, des éléments toxiques (supps de Sunderland ? De Gateshead ?) ont piraté l’interface TK ainsi que nos comptes Facebook et Twitter. Ces vils individus, sous couvert de pseudo journalisme jeune et décalé, ont véhiculé une idéologie violemment nihiliste visant à présenter Newcastle United comme un club uniquement mis sur terre pour histrionner et emmerder le monde. Ce putsch, que nous avons tenu secret pour vous protéger de possibles représailles (ces barbares ont vos noms, adresses IP et email), a généré quelques écrits anti Magpie contraires à l’esprit d’impartialité et probité qui fait la force de ce vénérable blog, le Daddy des sites de foot anglais sur le Net francophone.

Notre réactivité n’étant plus celle de notre lointaine jeunesse, nous nous sommes laissés déborder par ces éléments fourbes et vifs. Leur supériorité informatique a rendu impossible tout effaçage de la prose oppressante, ces hackers ayant paralysé la fonction Supprimer. Fort heureusement, les forbans ont fini par être boutés hors de nos murs virtuels et pouvons vous assurer que les heures sombres de TK sont bel et bien dans le rétro. Enfin, enfin, une saine neutralité est de retour ici.

Bon, nos excuses étant présentées et notre orgueil ravalé, partons gaiement casser du Mag, mais en toute objectivité cette fois.

Résumé de la saison

Les deux seules certitudes de la vie, aiment philosopher les penseurs anglais de comptoir, sont a) qu’on mourra tous un jour, et b) qu’on versera un max à l’Etat (the only certainties in life are death and the taxman). Depuis une bonne décennie, il conviendrait d’ajouter une joyeuse valeur sûre à ce déprimant truisme existentiel : on peut toujours compter sur Newcastle United pour nous divertir, même pendant la somnolence de l’intersaison.

Dès le piteux exercice 2012-13 terminé (16è, 41 points), les médias lancèrent les traditionnels soaps estivaux Geordies. Cette fois, les guest stars furent Papiss Cissé qui refusa de porter le maillot, pour cause de sponsor louche (le décrié Wonga, prêts jusqu’à taux annuels de 5 853 % !) et Yohan Cabaye idem mais, lui, pour cause de club louche (convoité par Arsenal, il refusa de jouer et écopa d’une amende de 80 000 £). Finalement, fin août, tout ce petit monde rentra dans le rang et décida de se donner à fond pour NUFC, probablement à 5 999 %.

Parallèlement, on eut droit à un fabuleux sketch en interne avec la nomination en juin du controversé (mais ami du propriétaire, Mike Ashley) Joe Kinnear comme directeur sportif chargé spécifiquement du recrutement (un ex manager Magpie, oct. 2008-fév. 2009 - saison de la relégation -, des problèmes cardiaques l’avaient forcé à arrêter).
Kinnear fit d’entrée exploser le busomètre en écorchant comiquement le nom de ses joueurs (Yohan Kebab, Hatem Ben Afri, Shola Amamobi, etc. - il avait déjà rebaptisé Charles N’Zobgia « Charles Insomnia » en 2009) et en se targuant haut et fort de « pouvoir pousser la porte du bureau de n’importe quel manager au monde, recruter n’importe quel joueur et posséder le meilleur carnet de contact dans le métier ».

L’ex manager du Crazy Gang de Wimbledon (deuxième mouture) fut vite surnommé JFK - Joe Fucking Kinnear - par les supporters Mags, en souvenir de sa première conf’ de presse NUFC en 2008 où il éructa fucking & dérivés 52 fois en neuf minutes (pour faire bonne mesure, il interdit tous les médias, menaça d’en poursuivre trois, insulta reporters et ex joueurs).
En tandem avec le big boss, celui que les fanzines locaux appellent Joke Kinnear et aiment comparer à Kim Jong-Un ne tarda pas à (re)faire interdire de Saint James’ Park tous ceux qui le dérangeaient un chouia, à savoir les trois journaux locaux (Evening Chronicle, Journal et Sunday Sun - même groupe) et le Newcastle United Supporters Trust.

Guère surprenant : nombre de quotidiens nationaux (ou/et de journalistes) ont subi un sort identique à SJP depuis le rachat du club par Mike Ashley (2007), notamment les Daily Telegraph, Daily Express, Daily Mirror et Sunday Express. Se cache également derrière ces excès autocratiques un motif plus cynique qui serait une première* dans le football anglais : l’intention de vendre aux médias des « prestations » jusqu’alors gratuites, à savoir les interviews et les news du club (sauf Sky, BT Sport & BBC qui raquent déjà lourd - 1,1 milliard £/an - via les droits de retransmission versés à la Premier League plc). Cette monétisation de l’info s’articulerait autour d’une structure forfaitaire baptisée Media Access Package par NUFC (pack Bronze, Argent ou Or - détails ici, avec spéculations amusantes : comment déterminer le métal de chacun ? Parce que Ben Arfa, un jour il est Platine, et la semaine suivante il est Plomb hein… Les joueurs de Newcastle seront-ils cotés dans une bourse interne ? Si oui, bonjour les Lundis noirs…).

[*En octobre dernier, deux mois avant Newcastle, Port Vale (club de D3 de Stoke-on-Trent) avait interdit l'entrée du stade au quotidien local, The Sentinel, en voulant facturer l'accès aux matchs/conf de presse & interviews 10 000 £/saison].

Le ras-le-bol des supps Magpies (ici le groupe Time4Change) s'est exprimé bruyamment tout au long de l'année
Le ras-le-bol des supps s’est exprimé bruyamment tout au long de l’année

Suivra un catalogue de grotesqueries follement distrayantes (jusqu’à son limogeage par consentement mutuel début février), dont la soi-disante acquisition en janvier de Mohamed Salah pour 25m £, décla faite quelques heures après la signature de l’Egyptien à Chelsea - pour 12m £ - ou, très fort, la tentative d’achat de Shane Ferguson, prêté à Birmingham City… par Newcastle. Vouloir recruter un joueur qui vous appartient déjà, hum, original et inédit, bravo à NUFC d’innover si brillamment.

« Judge me on my signings » avait claironné JFK. Le jugement fut donc expéditif puisqu’au lieu des Salah, Grenier, Douglas, Cabella (près de signer au 1/06/2014) et autres pépites annoncées, les supps Magpies verront débarquer… absolument personne (Rémy, prêté par QPR, avait déjà été recruté bien avant l’arrivée de Kinnear). Ah si pardon, Olivier “The New Alex Song” Kemen, ado français de 16 ans aux talents maradonesques (voir son but de la main) et Luuk de Jong en janvier, jeune attaquant prêté par Mönchengladbach.

Un peu juste pour viser l’Europe, la vague ambition de ce club perpétuellement For sale et qui affiche de loin le solde net Achat-Vente de joueurs le plus bas de PL sur les cinq dernières saisons : achats : 93m £, ventes 138m £, solde négatif de 45m (le 19è est Everton, solde négatif de 12m ; et le 18è Arsenal, solde négatif de 4m ; le 1er est Man City, achat 640m, ventes 161m). NUFC est le seul club de PL à n’avoir acheté aucun joueur cette saison, malgré la nomination en grande pompe de Kinnear et les 20m £ du transfert de Cabaye.

En définitive, une dixième place un peu miraculeuse pour ce club à l’accent très français (35 buts tricolores sur 42 inscrits), plus pour très longtemps d’ailleurs. Et si le classement ne ment jamais, il nous fait de grosses cachoteries car voir Southampton et Newcastle se tenir dans un mouchoir de poche (respectivement 8è et 10è) fait franchement saigner des yeux. Une grossière anomalie dûe à une bonne phase aller : 6è à Noël, avec 33 points (merci Cabaye et Rémy).


Remballez vos bérets, vos fausses moustaches Brigades du Tigre à la con et vos oignons en plastique, le carnaval est fini les gars.

Satisfactions/Déceptions/Objectifs

Les bons points (surtout valables pour la première moitié de saison bien sûr) vont :

- à Loïc Rémy, 14 buts/26 matchs PL, le prêté par QPR sauve classieusement la baraque Mag. Largement indisponible en phase retour, blessé deux mois et suspendu trois matchs.

- à Yohann Cabaye, 7 buts et un fort impact. Sortait d’une saison moyenne, s’est nettement racheté avant de s’échapper au PSG en janvier.

- à Moussa Sissoko, auteur de plusieurs grosses perfs, dont v Hull City (4-1) et v Chelsea (2-0). On lui pardonne volontiers ses quelques matchs cauchemardesques (e.g v Sunderland en février, 1/10 dans le Times).

- au capitaine argentin Fabricio Coloccini (ci-dessous), défenseur central technique. « Colo », 32 ans, au club depuis 2008. Taulier de l’équipe, il se chargea des causeries d’avant-match à la suspension d’Alan Pardew. N’a plus les jambes de ses 20 ans cependant. Parle tous les ans de partir mais se ravise vite quand son agent lui montre sa fiche de paye (3,2m £/an, jusqu’en 2016. Et encore, ça a baissé, 4,7m les quatre premières années).

- à Mike Williamson, solide arrière central un peu lent, sans la prestance et l’aisance balle au pied de Colo mais fait le boulot. En décembre dernier, la stat suivante est sortie : sur 32 clean sheets depuis la remontée en PL en 2010, Williamson a disputé 22 matchs.

- au milieu défensif ivoirien Cheick Tioté, grosse percussion, redoutable tacleur.

- à Yoan Gouffran, 6 buts PL, avec quelques performances très remarquées.

- à Tim Krul, a continué d’impressionner (hormis quelques boulettes sur la fin). Selon Opta, c’est le sweeper-keeper (gardien-libéro) le plus efficace de la PL, il a nettoyé les parages avec succès une bonne soixantaine de fois. Est dans les 23 Néerlandais du Mondial, en concurrence avec M. Vorm (Swansea) et J. Cillessen (Ajax) mais en troisième choix à priori.

- au milieu néerlandais Vurnon Anita, sorti de sa coquille cette saison même si toujours trop irrégulier.

Mention aussi à Mathieu Debuchy (en hausse par rapport à l’an passé) et Paul Dummett, latéral gauche de 22 ans qui a commencé l’année troisième latéral gauche derrière D. Santon et le Français M. Haïdara pour la finir titulaire. Egalement le seul Geordie de l’équipe, avec les frères Ameobi. N’est toutefois pas le bienvenu en Uruguay.

Satisfactions/Déceptions/Objectifs

Les déceptions :

- le défenseur central Mapou Yanga-Mbiwa, talentueux et parfois brillant cette saison mais encore trop inconstant, a signé quelques shockers (matchs exécrables), certes trop souvent utilisé au poste inhabituel pour lui de latéral droit. Jugé trop juste dans les duels aériens par Pardew. Arrivé en janvier 2013 pour 6,5m £ et lié à NUFC jusqu’en 2018 mais peu de chance de le revoir à Saint James’ Park en août (Bordeaux et Lille sont dessus).

- les deux attaquants Papiss Cissé (2 buts/1381 minutes de jeu, dont la moitié hors-jeu probablement) et Luuk de Jong (0 but/670 mins de jeu pas vif vif hein).

- l’Argentin Jonás Gutiérrez (ci-contre). L’ailier tourne en mode Canada Dry depuis deux saisons au moins : le galgo (lévrier) en jette, mouille le maillot, tacle comme un enragé mais manque terriblement d’efficacité.
« Spiderman » a trop peu joué cette saison pour qu’une analyse chiffrée soit pertinente mais ses stats 2012-13, où il évolua principalement ailier/milieu gauche, sont les suivantes : 34 matchs, 1 but, zéro passe décisive, 0.8 « centre précis » par match. Comparé à ses pairs, c’est léger (e.g R. Snodgrass - 37 matchs, 6 buts, 6 passes déc. ; S. Maloney, 36 m., 6 buts, 8 p. déc. ; S. Pienaar, 35 m., 6 buts, 6 p. déc. ; K. Mirallas, 27 m., 6 buts, 3 p. déc.). Ou, comme l’écrit en novembre dernier un journaliste dans le Evening Chronicle (canard local) : « Jonás Gutiérrez works incredibly hard every time he plays but his end product is exactly zero. » Prêté en janvier au Norwich de Chris Hughton (son ancien manager Mag), où il a ciré le banc.

- l’international italien Davide Santon, en baisse. Ce droitier de 23 ans joue latéral gauche depuis deux ans sans se plaindre mais ça semble lui poser des problèmes (était latéral droit à l’Inter Milan). Meilleur aux deux tiers de saison car positionné plus souvent à droite (Pardew a-t-il enfin pigé où le mettre ?). L’ex « jeune prodige du football italien » (8 capes Seniors) a finalement été remplacé par un pas du tout prodige, Paul Dummett, un jeune sans aucune expérience du haut niveau (mais qui s’est pas mal débrouillé). Ecarté en toute fin de saison.

- les frères Ameobi. On ne sait plus trop si c’est une déception ou un simple renvoi à une cruelle évidence. Le duo - l’avant-centre Shola, 32 ans, et le dégingandé ailier Sammy, 22 ans, sorte de croisement de labo lowcost entre Peter Crouch, Paulo Wanchope et Grand Corps Malade - est sympa et bien élevé (du cru, souriants, toujours un mot gentil dans la presse locale pour telle ou telle personne ou asso) mais Dieu que les bougres sont inefficaces. Certes, ils sont principalement remplaçants mais bon, c’est pas une raison hein (2 buts pour Shola en 1 281 minutes de jeu et 5/3 000 minutes ces trois dernières saisons. Shola est recordman du nombre d’entrées en jeu de l’histoire de la D1 anglaise : 145).
Un autre Ameobi sévit dans le paysage footballistique mondial, Tomi. Il traînait en Islande récemment (dans l’ancien club de Lee Sharpe) et joue désormais en D8 sur Newcastle. A suivre, il sera peut-être bientôt Magpie, qui sait.

En attendant, Shola vient d’être libéré par Newcastle, après 14 ans dans l’effectif pro Magpie et 19 au club. On le retrouvera peut-être à la Coupe du monde puisqu’il est international nigérian depuis peu. Et il claque avec eux en plus (2 buts en 5 sélections - Ameobi était du 2-2 contre l’Ecosse il y a quelques jours, la liste des 23 Super Eagles sera publiée demain).

Vu la pléthore de joueurs clés en fin de course/contrat ou qu’en ont marre de cette chienlit tout simplement (Debuchy, Krul, Rémy, Papiss Cisse, etc.), l’objectif Number 1 sera de réussir le grand chantier du recrutement. Financièrement, ça ne devrait pas poser de problèmes. En théorie. En effet, le club dégage désormais un bénéfice (10m £ en 2013) et les caisses sont pleines, avec environ 20m £ supplémentaires cette saison (vente de Cabaye), nonobstant les 129m £ de dettes, « saines » cependant (internes). Le seul créancier est en effet le proprio Mike Ashley qui ne facture pas d’intérêt sur la dette - en contrepartie, il s’octroie le droit de faire un max de pub à SJP pour sa société Sports Direct, numéro 2 européen du secteur derrière Décathlon.

Problème : malgré les gros bénéfices dégagés par SD - Ashley vient même d’empocher 204m £ cash en vendant un wagon d’actions - Newcastle United voudra-t-il vraiment sortir l’oseille pour remplacer la moitié de l’équipe ? Pas sûr. La priorité d’Ashley est surtout de vendre NUFC pour racheter Glasgow Rangers et disputer régulièrement la Ligue des Champions (quand les Gers auront refait surface). Avec comme but ultime : exposer le plus possible  Sports Direct pour en faire un grand à l’international.

L’homme invisible

Bon, je vous fais grâce de la tripotée de mecs qu’on ne sort que pour la League Cup ou quand une épidémie de gastro frappe l’effectif titulaire (les Marveaux, Obertan, Bigirimana, etc.) pour présenter le seul Invisible qui nous intéresse : Hatem Ben Arfa. Le « cas Ben Arfa » ou « Il faut sauver le Soldat Ben Arfa », devrais-je écrire. Commença l’année en fanfare mais la finit encavé. Quelques grosses fulgurances en début de saison (e.g contre Fulham en août, Villa en septembre, Man United et Stoke en décembre), suivies d’un gros trou noir, avant d’être écarté après une énième claque (4-0, contre Man City début avril) puis porté disparu en toute fin de saison.

Souvent remplaçant cette saison, because la concurrence (Sissoko et Gouffran), également parce que Pardew l’a dans le collimateur depuis un bail. Oubliées les comparaisons avec Messi, place au dézingage public. La liste de griefs du manager est longue :

a) trop irrégulier
b) néglige les tâches défensives
c) n’arrive pas à se débarrasser de son pêché mignon, le croquage XXL
d) manque d’application et de discipline tactique (il dézone trop et met en danger l’équilibre de l’équipe)
e) hormis les périodes post blessures, il est trop souvent à court de forme, voire en surpoids (Pardew lui a collé un programme personnalisé de fitness)

Sans parler des fortes rumeurs selon lesquelles certains joueurs cadres (Coloccini en tête) auraient demandé à Pardew de plus l’aligner, pour les raisons évoquées ci-dessus.

L’inclusion de cet artiste du ballon rond dans la rubrique Casper peut être perçue comme sévère mais le degré de mansuétude des médias envers un joueur est souvent inversement proportionnel au niveau de forfanterie de ses déclas. Et Hatem en sort de belles, comme celle-ci (dans un France Football de septembre 2013) :

« Les gens vont penser que je suis fou, mais je rêve toujours de gagner le Ballon d’Or. Dans 20 ou 30 ans, je veux que l’on cite mon nom à côté de ceux de Platini, Zidane, Pelé ou Maradona. »


Hatem, seul au monde.

Disons qu’actuellement, on risque plutôt de l’associer aux Ameobi Brothers. En contrat jusqu’en juin 2015 mais pourrait gicler avant. Et dire qu’en septembre dernier, Ben Arfa impressionnait tellement que Newcastle voulut absolument lui offrir un contrat longue durée… (son agent aurait refusé les offres du club. Pensait-il pouvoir gratter plus en cours de saison si son protégé continuait à flamber ?).

Highlights

Les victoires 1-0 à Old Trafford (la première depuis 42 ans), 2-0 contre Chelsea à SJP et 5-1 contre Stoke à Noël.

7 victoires à l’extérieur, plus vu depuis la glorieuse ère Bobby Robson.

Une lueur d’espoir au niveau de la relève, l’Academy a trois cadors en magasin, dont deux Geordies :

1) l’attaquant/ailier Adam Campbell, 19 ans, international anglais U19. Prêté en janvier à St Mirren (D1 écossaise) où il a brillé.

2) l’attaquant Adam Armstrong, tout juste 17 ans, 4 apparitions PL et 10 buts/10 matchs en U17 anglais. Etait de la victoire la semaine dernière au Championnat d’Europe des U17 (contre les Pays-Bas, ne joua pas la finale car blessé en demi).

3) Freddie Woodman, le portier de la sélection anglaise des U17 (son père, Andy, est entraîneur des gardiens du club).

Lowlights

Le premier match de la saison et cette claque de 4-0 infligée par Man City.

La correction 0-3 reçue à SJP en février contre Sunderland (idem qu’avril 2013), ainsi que le « match aller » perdu 2-1 (47 ans que Sunderland n’avait plus réussi le doublé sur Newcastle, et 90 ans que les Mags n’avaient plus perdu trois fois d’affilée contre S’land).

Sur les 19 défaites (!), 9 l’ont été par au moins trois buts d’écart.


Répétitifs ces DVD…

Le manager

Alan Pardew, jadis appelé « Pardiola » sur les bords de la Tyne, surtout par des étudiants bourrés ou fumeurs de moquette. Notre orchidoclaste préféré est toujours aussi controversé, autant pour ses choix tactiques (joueurs clés utilisés hors de position - dont Ben Arfa -, dispositif qui varie souvent, etc.) que son comportement de fou furieux au bord du terrain ligne. A ajouté le coup de boule sur joueur adverse à son palmarès, déjà bien fourni :

- 5 novembre 2006, contre Wenger, alors que Pardew manageait West Ham. Etait venu célébrer un but dans la zone technique d’Arsène qui l’avait repoussé. Altercation. L’Alsacien écopera de 10 000 £ d’amende, Pardew bafouillera des excuses.

- 4 mars 2012 au Stadium of Light, contre Martin O’Neill, manager de Sunderland. Là encore, ce chieur de première était venu célébrer le but du 1-1 dans la zone technique du Nord-Irlandais. Début d’accrochage, vite stoppé. Aucune sanction.

- 18 août 2012, contre Tottenham à SJP lors de la premiere journée. Notre sociopathe favori engueule et pousse un arbitre assistant qui avait eu l’outrecuidance d’accorder une touche aux adversaires. Envoyé finir son caca nerveux dans les tribunes puis suspendu deux matchs, avec 20 000 £ d’amende.

- 30 octobre 2013, Newcastle-Man City. Insulte Pellegrini sur la ligne de touche (« Ferme-là, putain de vieux connard ») après l’annulation d’un but de Cheick Tioté. Aucune sanction. Pardew s’excusera auprès du Chilien un peu plus tard et promettra de « faire du travail d’intérêt général », en ajoutant : « Je compte aussi verser de l’argent à une oeuvre caritative locale en guise de pénitence car mes deux filles m’ont reproché mon comportement. »

- 1er mars 2014, Hull-Newcastle. Un ballon atterrit dans la zone technique Magpie, Meyler (Hull) pousse stupidement Pardew en tentant de récupérer le ballon, ce dernier voit rouge et bim, il tente de le coup-d’-bouler. NUFC lui colle une amende de 100 000 £. Le lendemain, les supps Black Cats parlent d’une statue de Pardew devant SJP ressemblant à ça. Sanction de la F.A : 60 000 £ d’amende, 4 matchs d’interdiction de stade et 3 matchs de suspension de banc. Son coup d’ boule de grand-mère a donc tarifé 200 000 €, ouch.

Comble de l’ignominie pour les supps Mags : Pardew a touché une prime pour avoir fini dans le Top 10… Le Premier League Manager of the Season 2011-12 a finalement été conservé - décision du directoire il y a deux semaines - mais pourrait gicler avant Noël si les résultats ne suivent pas. Un break lui ferait le plus grand bien (4 ans de NUFC, ça use) et il pourrait ainsi écrire son autobio. Certains supps fans de Proust lui ont déjà soufflé le titre : A la recherche du temps pardew

Photos de la saison

Après le mythique cliché de l’agression d’un supp Magpie sur un pauvre cheval l’an passé, les Mags récidivent avec un autre immortel : le coup de boule d’Alan Pardew sur David Meyler, Hull lors du Hull City-Newcastle (1-4) du février.

Ce à quoi Meyler a répondu par ce headbutt la semaine suivante face à Sunderland en FA Cup (3-1) en marquant le troisième but :

Signalons enfin la chouette expo Toon Times actuellement présentée au Discovery Museum de Newcastle, à la gloire de la ville et (surtout) du club. J’ai vraiment kiffé le memory tag wall (mur-dédidace, ci-dessous)

en forme de but avec cette question en gros posée sur la barre transversale : What does Newcastle United mean to you? On répond sur des étiquettes jaunes accrochées au filet.
J’ai évidemment laissé une trace de ma gratitude, c’eût été terriblement inélégant de se rincer l’oeil et repartir en douce comme un voleur. Pis l’expo est gratos, bien faite, avec plein de superbes photos, de fascinantes archives et documents d’époque ainsi qu’une belle collection d’objets souvenirs (comme le maillot du dernier titre national des Mags ; 1927 quand même, ça commence à dater). J’ai fiché ma gratitude dans la lucarne droite, celle trouvée par Jack Colback à Saint James’ Park en février pour le troisième but de Sunderland, sur ce tag : « Pour moi, Newcastle United, ça veut dire 3 points faciles tous les ans à SJP. Un supp Mackem qui vous aime bien, au moins une fois par saison. » Long live Newcastle United.

Les autres clubs :

Partie 1 : Arsenal, Aston Villa, Cardiff
Partie 2 : Chelsea, Crystal Palace
Partie 3 : Everton, Fulham, Hull
Partie 4 : Liverpool et les Manchester

6 commentaires

  1. Incendie Paillot dit :

    Un article “fabulous”, merci ! Il faut dire que t’as été bien aidé par un club extraordinaire au sens premier du terme, avec en star numéro 1 son directeur sportif chargé du recrutement ! Merci pour le lien Youtube pour sa première conférence de presse d’il y a quelques saisons. Je ne suis malheureusement pas assez doué en anglais pour tout comprendre, à part les fucks + fucking et aussi les “none of your business”…
    Sinon, juste une correction : Yanga-Mbiwa se prénomme Mapou et non Yapou ; tu as été contaminé, ha ha !!

  2. Kevin Quigagne dit :

    OK merci IP, j’viens de décoquiller et lancer le 6è volet dans la foulée, encore un gros morceau.

  3. devikink dit :

    A la recherche du temps Pardew, elle est pas mal celle-là !

  4. Migou dit :

    je vote pour la gazette quotidienne sur Leeds et/ou Port Vale (que j’ai vu joué cette saison à Tranmere. Excellent souvenir, surtout la 3ème mi-temps).

  5. anthony dit :

    T as ete gentil avec nous cette fois yves!

  6. sequane77217139 dit :

    Ahah, j’ adore, la dédicace ! Je vous remercie pour ces articles de haute volée, ainsi que pour les autres.

Répondre