Teenage Kicks démarre sa cinquième saison avec une preview des championnats de Football League (D2 à D4) et Premier League. On ne va pas se mentir, La League One 2014-2015 possède, comme sa petite soeur, un sacré nombre de clubs pouilleux, et c’est ça qui fait le charme de cette division. Présentation.

Voir le classement après cinq journées (sur 46).

Les prétendants à la montée

"VOUS AVEZ ENTENDU ? C'EST NOUS LES FAVORIS SELON TK LES GARS, ALORS BOUGEZ-VOUS !"

“VOUS AVEZ ENTENDU ? C’EST NOUS LES FAVORIS SELON TK LES GARS, ALORS BOUGEZ-VOUS !”

Le favori number one cette saison se nomme Sheffield United. Ayant terminé à la place du con l’année dernière (7e, premier non-qualifié pour les play-offs), les Blades devront avant tout régler leurs problèmes offensifs (48 buts inscrits seulement l’an dernier, pire attaque parmi tous les clubs non-relégués) pour espérer monter. Nigel Clough est-il l’homme de la situation ? Les fans en semblent convaincus, et les chiffres leur donnent raison : nommé manager en remplacement de David Weir en octobre dernier, il n’a connu que 7 défaites en 33 matchs de championnat, soit une de moins que son prédécesseur en 13 matchs ; et il a surtout atteint les demi-finales de la FA Cup, décrochant au passage le titre de meilleur entraîneur de la compétition. Avec un début de saison moins pourrave, Sheffield est capable d’accrocher au minimum les play-offs, mais vise une promotion automatique, afin d’aller (enfin) rejoindre les grands rivaux de Wednesday dans la division supérieure. Avec 7 points en 5 matchs, United est dajà un peu en retard sur ses objectifs, il va falloir accélérer.

On met aussi une petite pièce sur Leyton Orient. Troisièmes la saison passée, les O’s ont cruellement échoué en finale de play-offs, aux tirs au but. Les prestations solides des Frenchies du club, Romain Vincelot et Mathieu Baudry, que vous pouvez suivre semaine après semaine chez nos copains de Hat-Trick sont un indicateur de la nouvelle dimension dans laquelle est entré le club. Le club peut-il nous faire une Brentford (échouant en finale de PO il y a deux ans, les Bees ont obtenu la promotion automatique l’année dernière) ? Avec seulement 6 points lors des cinq premiers matchs, ils seraient bien capables de me faire mentir, ces cons…

Louis Tomlinson, à l’aise avec un ballon

“Et les relégués de l’an passé ?”, vous entends-je demander. Ne paniquez pas, ils sont là aussi, avec en tête de proue les Doncaster Rovers. Après l’imbroglio du rachat-pas rachat par Louis Tomlinson, des One Direction (on en a suffisamment parlé sur ce blog, je ne vais pas lui faire l’honneur de mettre un lien), les Rovers ont été relégués à la différence de buts l’an dernier, à la défaveur d’une ultime défaite face à Leicester. Avec 7 points en 5 matchs, Doncaster fait un début de championnat timide, mais c’est surtout les fins de saison qui sont haletantes avec ce club (descente à la dernière journée l’an dernier donc, mais promotion à la toute dernière minute il y a deux ans, rappelez-vous.)
Barnsley sera également a surveiller, sous la houlette de Danny Wilson, revenu en urgence au club l’an dernier, trop tard cependant pour éviter la relégation. 15 ans après son premier passage au club qui l’a vu envoyer les Tykes en Premier League, pour la première fois de leur histoire. Nul doute que la promotion est plus qu’un objectif, c’est une obligation. Avec 8 points en 5 matchs, Barnsley est pour l’instant aux portes des play-offs.
Quant à Yeovil Town, ils sont de retour dans une division qui leur sied mieux, et ne semblent pas en mesure de rééditer l’exploit d’il y a deux ans.

Citons aussi, en vrac, Bristol City, dont tous les voyants semblent au vert, ainsi que les deux “play-offeurs” malheureux de la saison dernière, Peterborough (toujours sous la houlette de Darren Ferguson et pour l’instant leader de la division, avec 12 points) et Preston North End, le premier champion de l’histoire, emmené par un séduisant Simon Grayson, et auteur d’un départ plus que correct (9 points).

Enfin, même si ça nous fait mal de le reconnaître, il faut bien avouer que MK Dons a une équipe taillée pour viser la montée, et pourraît bien traîner ses guêtres d’usurpateur en Championship l’an prochain.

Les clients à la descente

La pire défense de l’an dernier, Crewe Alexandra, semble cette année encore bien mal barrée. Auteurs d’un zéro pointé en ce début de saison, les Railwaymen semblent condamnés à retrouver une League Two qu’ils ont quitté il y a deux ans.

Auteur également d’un début de saison catastrophique, Colchester United, un point en cinq rencontres, devra faire beaucoup mieux à domicile que l’an dernier (10 défaites dans leur antre) pour espérer se maintenir à nouveau (16e l’an passé, à six points de la zone de relégation).

Notts County a bien failli ne pas faire partie de cette preview. Dans la zone rouge pendant 40 journées sur 46 l’an dernier, les Magpies se sont sauvés in extremis grâce à un sursaut d’orgeuil jusqu’alors impensable (6 victoires lors des 9 dernières journées, contre seulement 9 lors des 37 premières). Ils se sont heureusement déjà donné un peu d’air, en entamant bien leur saison : 7 points en 5 matchs.

Les promus risquent également d’être dans le dur, en particulier Rochdale et Scunthorpe, possédant chacun seulement 4 points après 5 journées. On s’attendait également à une saison difficile de la part de Fleetwood Town, mais les Fishermen déjouent actuellement tous les pronostics, totalisant déjà 11 points, et solidement accrochés à la deuxième place du championnat. Pas de soucis en revanche pour Chesterfield, le champion de League Two a les armes pour se maintenir aisément, et pourquoi pas, créer la surprise dans la course à la montée (avec 10 points en 5 matchs, ils sont carrément dans les temps).

Enfin, en vrac, Oldham (pour sa 18e saison consécutive en League One, record du genre), Gillingham et Walsall devraient connaître également une saison compliquée (ce qui ne me dérange pas, perso, je ne sais même pas où peuvent être ces foutues villes).

Les joueurs à surveiller

Benik Afobe, l’attaquant prêté par Arsenal à MK Dons, est sans doute le joueur le plus doué de cette division. Auteur de 3 buts cette semaine (dont deux contre Manchester United, excusez du peu), l’attaquant passé par toutes les catégories de jeunes chez les Three Lions veut prouver qu’il mérite sa chance l’an prochain chez les Gunners. Ca passe avant tout par une saison complète en League One.

Mettre Romain Vincelot et Mathieu Baudry, les deux Frenchies de Leyton Orient dans cette sélection semble chauvin, mais le premier a marqué cette semaine le seul but du match de Cup contre Aston Villa, quelques minutes après son entrée. Quant au deuxième, il a comme son compère été l’un des grands artisans de la 3e place obtenue par son club l’an dernier, et voudra encore briller cette saison.

On gardera également un oeil sur Sam Baldock, l’attaquant de Bristol City, meilleur buteur de la division l’an passé, ainsi que sur Tom Pope, de Port Vale, Jose Baxter, attaquant de Sheffield formé à Everton, et Lanre Oyebanjo, fraîchement arrivé à Crawley, et qui, à 24 ans, possède déjà à son palmarès un FA Trophy, une victoire en finale de Play-offs de Conference, et un diplôme en mathématiques.

Enfin, Joe Garner, de Preston North End, tentera de reproduire son excellente saison passée, où il avait inscrit une volée splendide en demi-finales des play-offs (attention, qualité pourrie (la vidéo, pas la volée, hein, on vous a dit que la volée était splendide, faut suivre…)).

Les vieux de la vieille

Il a l’air jeune, Roy Carroll, non ? Ah bon.

À 37 ans, Kevin Davies continue de jouer, pour le plus grans plaisir des fans de Preston North End. Et l’international anglais, ancien de Bolton a encore de beaux restes, il a disputé l’en dernier 37 matchs de championnat. Le promotion avec son équipe marquerait à coup sûr une belle fin de carrière.

Arrivé à Notts County en provenance de l’Olympiakos, l’ancien gardien de Manchester Roy Carroll est plus vieux que son entraîneur, de 67 jours. Plutôt cocasse comme stat, non ?

Les entraîneurs en vue

Le fils de Sir Alex, Darren Ferguson peut être vénère d’avoir échoué en demi-finales de play-offs l’an passé, et compte bien cette saison mener son équipe, Peterborough, en Championship, sans passer par la case barrages.

Il aura cependant fort à faire face au Sheffield de Nigel Clough. L’ancien attaquant de Liverpool et, surtout, Nottingham Forest, a pris sa retraite de joueur entre ses 32 et ses 42 ans, on ne sait pas trop (en fait, pendant ces 10 ans, il a été entraîneur-joueur de Burton Albion, où il a vraiment joué jusqu’à ses 38-39 ans, se contentant ensuite de quelques caméos).

L’autre entraîneur dont on dit le plus grand bien est Karl Robinson, même s’il coache ces imposteurs de MK Dons. À seulement 33 ans, le manager du Franchise FC maintient depuis quatre ans son équipe dans le haut du tableau, et a réussi quelques jolis coups cet été sur le marché des transferts (Benik Afobe, Will Grigg…). Son objectif est d’un jour entraîner son équipe de coeur, Liverpool. Tremble, Brendan Rodgers.

Petite curiosité cette année en League One : tous les entraîneurs étaient déjà dans leur club à la fin de la saison dernière.

Fleetwood Mac. Oui, je sais, y’a pas tellement de rapport…

Le club à suivre

L’histoire de Fleetwood Town ressemble à s’y méprendre à une partie de Football Manager. Encore au 9ème échelon national en 2004, les Fishermen (oui, Fleetwood est sur la mer, on ne peut rien vous cacher) ont enchaîné six promotions en dix ans et se retrouvent déjà en haut du tableau de League One.
L’équipe est-elle en surrégime ou va t-elle sérieusement prétendre à la montée ? Only time will tell, my friends…

Le club à ne pas suivre

Même s’ils ont un effectif plutôt séduisant, faites-moi un plaisir, chers lecteurs, boycottez les matchs de MK Dons. (Genre quelqu’un regarde des matchs de League One…)

Les pronos TK

Montées (3) : Leyton Orient, Sheffield United et Peterborough
Descentes (4) : Crewe Alexandra, Notts County, Rochdale et Scunthorpe

7 commentaires

  1. Baleine_Boksic dit :

    Merci TK !

    On a fait un WE foot à Londres avec quelques potes l’an dernier, ou on a vu Orient et Palace.

    Niveau jeu ils sont pas mal Leyton, coté droit il y a un nigérian dont le nom m’échappe pas mauvais du tout, plus Lisbie devant, qui peut peser sur les défenses. Baudry, il est bon mais il rate le péno du barrage d’accession l’an dernier il va falloir se rattraper cette année…

    Pour les amateurs l’ambiance à Leyton est plutot familiale (et les places pas données). Le stade est assez marrant avec des immeubles à la place des virages, et les vieux sièges en bois.

  2. The Fab One dit :

    C’est vrai que j’ai peu de chances de voir un de ces clubs en action mais je ne suis pas totalement dépaysé. Je suis en train de lire “Rouge ou mort”, le dernier livre de David Peace sur la période Bill Shankly à Liverpool et on y croise la route de Leyton Orient, Sheffield United et même Scunthorpe.
    Grâce à la preview, on se rend compte que, cinquante ans après, la problématique de ces “petits” clubs reste toujours la même, boucler la fin du mois…

  3. roberto cabanastonvilla dit :

    Allez, un petit combo vieilles gloires pour la montée : sheff U et preston.

    (mk dons, pour se soulager, foutez leur 2 milliards de dette à 30% d’intéret sur FM, ça marche assez bien)

  4. Jean Marie LP dit :

    Come on MK Dons, we will fuck you froggies de mes deux

  5. Quinette dit :

    Le retour de TK, un des aspects sympas de la rentrée…
    Bon, en revanche, il va falloir être courageux les gars parce que je sens gros comme une maison la promotion des MK Dons à la fin de l’année.

  6. louvressac dit :

    juste pour faire mon malin….
    Gillingham c’est dans le kent !
    Quand tu sors du tunnel sous la manche, tu prends la M20 direction Londres
    (personnellement je prends la sortie 7,je continue jusqu’à la M2,puis direction nord Pour une sortie et vous voila a gillingham…)
    Alternativement pour les piétons qui viennent de Douvres c’est sur la ligne de chemin de fer entre dover priory et london victoria.
    Pour walsall, c’est sur le périph de Birmingham en direction de Stoke/Liverpool 2 sorties après aston villa.
    Le stade est a 50m de l’autoroute a main droite droite, juste a coté du bâtiment du RAC ,impossible de le manquer….
    Détail intéressant ,la gare qui dessert le stade (bescot stadium) est a 10 min de celle de witton située a 100m de villa park
    Il y a deux ans j’ai pu faire un walsall-hartlepool a 15h00 et un villa-arsenal a 17h30 sans manquer une qeule minute…

  7. Kevin Quigagne dit :

    Avec du retard (très pris ces dernières semaines), merci à tous, même si je ne suis pas l’auteur de l’article (c’est Pan Bagnat).

    @ Baleine_Boksic.

    Bon choix avec Leyton Orient et Brisbane Road (effectivement, il est spécial ce stade) dont j’ai parlé pas mal dans TK, par ex ici :

    http://cahiersdufootball.net/blogs/teenage-kicks/2011/03/05/fevrier-dans-le-foot-anglais-34/

    et ici dans ce Spécial « Top XI stades britanniques » :

    http://cahiersdufootball.net/blogs/teenage-kicks/2013/11/05/top-xi-stades-britanniques/

    Evénèment cet été, Barry Hearn, le proprio depuis 1995 (il avait racheté le club pour… 2,47 £) a finalement vendu son bébé au businessman italien Francesco Becchetti. Hearn est un personnage à part dans le football et le sport anglais, j’avais fait son portrait ici :

    http://cahiersdufootball.net/blogs/teenage-kicks/2013/10/02/des-boss-pas-comme-les-autres-1/

    Le mec a réussi à rendre le billard et les fléchettes hyper glamour et extrêmement rémunérateurs pour les meilleurs de ces disciplines en les médiatisant un max, via Sky, mais aussi en les internationalisant (tournois lucratifs au Qatar, à Hong-Kong, etc.).

    Tel le célèbre (en Angleterre) Phil “The Power” Taylor – que je mentionne dans l’article et que Matthew a mis en photo dans son dernier article sur la D2 – qui disait il y a peu avoir empoché 300 000 £ sur le seul mois de juillet. Yep, en jouant aux fléchettes…

    Bon, pour en revenir à Brisbane Road, tu parles des immeubles dans les virages, le club y possède des apparts. Le manager y loge notamment (Russell Slade, en place depuis 2010), sa famille vit dans le Yorkshire et lui crêche là donc, gratos je crois (et vu le prix de l’immo à Londres, c’est un sacré deal !). Le club y loge les joueurs de passage aussi.

    @ The Fab One.

    N’ai pas encore lu Red or Dead. A vrai dire, j’ai un peu de mal avec la prose répétitive, itérative et saccadée de David Peace même si The Damned Utd se lit pas mal dans l’ensemble, de ce que je m’en souviens, beaucoup mieux apparemment que Red or Dead.
    720 pages de cette prose, hmm, je sais pas là, va falloir y aller mollo me dis-je. Les extraits lus ici ou là (dont 30 ou 40 pages à Waterstone’s) me rebutent plutôt mais j’essaierai un de ces 4. Enfin, pas sûr, car ce ne sont pas les excellents livres sur Liverpool qui manquent.

    Oui, ces petits clubs de D4 & D3 ne roulent pas sur l’or et sont souvent endettés mais je pense que le Financial Fair-Play pour la D3-D4 dont je parlais dans mes commentaires sous mon article D4 devraient forcer ces clubs à mieux se gérer. Ils n’étaient encore pas trop à plaindre il y a 50 ans car avant la Premier League (donc quand la football League englobait D1 à D4), les revenus globaux (recettes billetterie surtout car les revenus médias étaient quasi nuls) étaient équitablement partagés*, voir mon dossier là-dessus :

    http://cahiersdufootball.net/blogs/teenage-kicks/2012/02/13/fevrier-1992-naissance-de-la-premier-league-13/

    [*c’est d’ailleurs justement ce régime “kolkhozien” qui est à l’origine direct de la création de la Premier League – et non pas Hillsborough comme on le lit trop souvent dans les gazettes françaises (Hillsborough accéléra le processus, c’est tout). L’idée d’un championnat sécessionniste de la Football League – donc la PL, nommée autrement bien sûr, voir mon dossier – émergea dès 1980 en réaction à ce partage des revenus, qui commença à faire grincer des dents certains gros clubs au début de l’ère Thatcher, l’ère du “Greed is good” comme on disait à l’époque].

    @ Quinette.

    Nous ne pouvons te censurer car tu es un fidèle lecteur et commentateur de nos articles mais tu ne devrais pas parler comme ça, de manière aussi blasphématoire, un peu de respect stp.

    Me chauffez pas avec Milton Keynes, je l’ai très mauvaise, ces imposteurs sont 2è et ça m’emmerde. Et ils gagnent 6-1 hier, avec leurs prêtés qui pétent la santé, Afobe et Grigg, pourvu qu’ils repartent dans leur club ces deux-là. Et Dele Alli bien sûr, ce milieu offensif de 18 ans est en train de tout casser, déjà 6 buts (dont un hat-trick hier), j’espère qu’il giclera au mercato d’hiver même si MK vient de revaloriser son contrat, qu’il dit vouloir rester, etc. Apparemment, un tas de gros clubs sont dessus, tant mieux.

    Voir résumé de ce match dans le Football League Show, à 45 minutes ici, ainsi que tous les matchs de FL du week-end :

    http://www.bbc.co.uk/iplayer/episode/b04jmp71/the-football-league-show-20142015-20092014

    @ Louvressac.

    Gillingham, c’est aussi le seul club de Football League de l’histoire footballistique du Kent (mais pas le seul club professionnel de l’histoire de ce comté ; y’a eu Dover Athletic qu’a été pro y’a quelques années – mais en D5 – et ils sont de retour en D5 cette saison mais ils doivent être semi-pros). Maidstone United fit un bref passage en Football League de 1989 à 1992 mais fut dissous en 1992.

    Bravo pour ton groundhopping réussi un samedi aprèm, pas évident de bouger rapidos un samedi dans une conurbation. L’avantage de ces stades (le Bescot par exemple) c’est que ça de prend pas 2 plombes pour en sortir, que ça soit en voiture ou vers la station train/métro, donc ouais, effectivement, envisageable de faire ce que tu as fait. Surtout que bon, doit pas y avoir des trop de monde qui prend le train après un match de Walsall.

    Sinon, bonjour l’attente à la station entre les trains/métros en sortie d’un stade PL car mettre des milliers de personnes dans quelques wagons, impossible, donc faut souvent attendre 3 plombes, ce qui m’arrive souvent à Sunderland vers Newcastle (sauf, évidemment, si tu pars juste avant le coup de sifflet final et tu cours comme un malade vers la gare train ou métro).

Répondre