Posts tagged ‘moldave’

Teenage Kicks a décidé de surfer sur la vague du tollé soulevé par l’article parodique[1] des Cahiers sur la Dream Football League, et de l’impact qu’il a eu sur la rubrique sports du Times. Mais le journal anglais avait déjà été dupé il y a quatre ans, par un Moldave inconnu. On vous rassure, Rob Beal n’a rien à voir là-dedans.

Janvier 2009, le site internet du Times publie une liste intitulée Football’s Top 50 Rising Stars, où apparaissent des joueurs qui sont désormais en effet des stars (Hernanes #1, Benzema #2, Silva #3, mais aussi Ozil #37 ou Moses #42) et d’autres qui n’ont pas ou peu percé (D.Costa #5, Fleck #7, Altidore #8). Bref, un top 50 avec ses réussites et ses ratés, comme il y en a beaucoup. Mais pas seulement. À la 30e position du classement apparaît un jeune Moldave du nom de Masal Bugduv.

30. Masal Bugduv (Olimpia Balti)
Moldova’s finest, the 16-year-old attacker has been strongly linked with a move to Arsenal, work permit permitting. And he’s been linked with plenty of other top clubs as well.

On y apprend donc que le jeune Bugduv, attaquant de 16 ans, est suivi par plusieurs clubs dont Arsenal, mais que le transfert est en attente, en attente d’un permis de travail.
Ce joueur, inconnu du grand public, avait pourtant auparavant été cité par Goal.com dans sa présentation du match Moldavie-Lettonie, mais aussi par le magasine When Saturday Comes, qui le décrivait comme “one bright spot” (comprendre “une lueur d’espoir”) au milieu des conflits nationalistes moldaves.

Un faux nom pour un faux joueur

On pense que Bugduv ressemble à ça.

On pense que Bugduv ressemble à ça.

Pourtant, Bugduv soulève des doutes chez certains bloggeurs influents, comme Neil McDonnell (a.k.a. Fredorraci sur le site sportisatvshow.blogspot.fr).
Inspiré par un commentaire de blog concernant l’article du Times, et qualifiant l’apparition de Bugduv comme un “fanny mistaek” (commentaire posté par un Russe, ce qui explique la mauvaise orthographe : voir ici), il se met à fouiller le web à la recherche d’indices remettant en cause l’existence même du joueur.
En effet, Bugduv n’apparaît pas dans l’effectif professionnel de l’Olimpia Balti, ni dans celui de la sélection -18 de la Moldavie. Poursuivant ses recherches, McDonnell tombe alors sur plusieurs articles de presse qui semblent montés de toutes pièces.
« I will destroy Luxembourg and join Arsenal », déclarerait Bugduv, dans de – fausses – dépêches d’Associated Press (voir ici) publiées sur plusieurs forums. McDonnell trouve aussi des commentaires de blogs qui semblent copiés-collés, ainsi que des incohérences concernant le nom du club (Olimpia Balti devenant Olimpia Tirol), et même une édition de la page Wikipedia concernant Masal Bugduv postée par un utilisateur du nom de… masalbugduv.
McDonnell prend alors contact avec l’auteur du commentaire mal orthographié (voir plus haut, je vais pas faire le travail à votre place non plus), qui s’avère être le rédacteur en chef du magazine Soviet Sport, Ivan Makarov.
Makarov met alors McDonnell en contact avec le rédacteur en chef du site MoldFootball.com, et obtient la confirmation qu’il souhaitait : Masal Bugduv n’existe pas et a été inventé de toutes pièces. Pis, le nom “Masal Bugduv” n’est pas un nom moldave.
Je savais pas trop quoi foutre comme image, alors je vous ai mis un canard avec une casquette.

Je savais pas trop quoi foutre comme image, alors je vous ai mis un canard avec une casquette.

Comment piéger les medias

McDonnell s’empresse alors de poster ses découvertes sur le blog SoccerLens (ici), et explique en détail comment les medias anglais ont été dupés.
Le Times modifie alors son article en douce, remplaçant Bugduv par Jay Simpson, un jeune joueur d’Arsenal, mais il est trop tard, le buzz a déjà été fait, et Bugduv se retrouve en une de tous les forums anglais de football. Un comble pour un joueur qui n’existe pas.
Ce que personne semble avoir remarqué, cependant, c’est la finesse du canular, et le plan monté par l’auteur de celui-ci afin de piéger les medias. Plutôt que de s’attaquer directement aux medias eux-mêmes, l’auteur du hoax n’a publié ses fausses informations que dans des commentaires de blogs, lesquels ont été repris par d’autres blogs, puis d’autres, puis des sites d’information and so on jusqu’à piéger le Times.
Mises bout à bout, toutes ces informations semblent en effet douteuses, mais ce n’est que parce que McDonnell a pris le temps d’enquêter en profondeur sur ce cas, ce que n’ont pas forcément le temps de faire des journalistes pressés par le temps et les contraintes qu’impliquent une publication programmée[2].

Vingt balles à celui qui lit ce bouquin.

Vingt balles à celui qui lit ce bouquin.

Cela dit, certains éléments linguistiques peuvent mettre la puce à l’oreille d’un anglophone, ou plutôt d’un irlandophone. En effet, le journal moldave -fictif encore une fois – qui est à l’origine des premières dépêches d’Associated Press, se nomme Dario Mo Thon. “Diario” signifie bien “journal quotidien” dans certaines langues latines, mais “mo thon” est un terme irlandais signifiant “mon cul”.
Et le nom Masal Bugduv n’est autre que la représentation phonétique de l’expression gaélique “m’asal beag dubh”, signifiant “mon petit âne noir”, mais c’est aussi le nom d’une nouvelle en gaélique d’un écrivain du début du XXe siècle, Padraic O’Conaire. Cette nouvelle conte l’histoire d’un homme qui se fait avoir en achetant trop cher un âne paresseux.

Une belle allégorie de la situation du Times, à l’époque comme aujourd’hui.

[1] Et non pas “canular”, comme l’ont bien précisé nos amis anaux de HorsJeu : Du canular et du cochon.
[2] Ils devraient, certes, mais bon, on ne va pas revenir sur le débat.