Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Foot et politique

Le fil politique est un fil du rasoir, alors évitons de nous y couper. Par ailleurs, n'oublions pas que son but est d'accélérer l'avènement du grand soir, un de ces quatre matins!

  • OK Choucroute! le 28/11/2021 à 23h22
    Il y a d'ailleurs eu une émission d'Arrêt sur Image il y a quelques semaines (en accès libre), sur le traitement médiatique des accidents du travail mortels, avec Eric Louis, Philippe Poutou et la sociologue du travail Véronique Daubas-Letourneux.

    lien

    "Un livreur Uber circulant à scooter meurt percuté par un conducteur qui a pris la fuite, lundi 25 octobre à Lille, rapporte La Voix du Nord. La même journée, c'est un intérimaire de 18 ans qui décède dans un abattoir à Lanfains, dans les Côtes-d'Armor : il s'est retrouvé coincé sous une cuve contenant des centaines de kilos de poulets, selon Ouest France. Samedi 23 octobre, un ouvrier de 28 ans meurt sur le chantier d'un immeuble en construction à Pleurtuit, en Ille-et-Vilaine : la dalle en béton d'un balcon s'est effondrée sur lui, selon France Bleu Armorique. En l'espace de trois jours seulement, ces travailleurs sont morts dans l'exercice de leur activité professionnelle. Mais il y a de grandes chances que vous n'en ayez pas entendu parler. Les accidents du travail sont ignorés dans les médias, ou alors abordés en quelques lignes, souvent dans la seule presse locale. Pourquoi une telle invisibilité ?"

  • Koller et Thil le 28/11/2021 à 23h46
    J'avoue que je ne me sens pas spécialement intéressé par les accidents de travail. S'ils sont symptomatiques d'un dysfonctionnement profond ça peut devenir un vrai sujet, mais pris isolément ce sont de simples fait divers, non ?

    Ce serait plutôt sein des entreprises qu'il faut mettre le paquet sur la communication, et c'est ce qui est fait dans ma multinationale. On nous rabâche très régulièrement les oreilles avec les chiffres de la sécurité, on reçoit des mails à chaque accident mortel (au niveau de la multinationale) ou simplement "grave" (au niveau de la filiale) il faut déclarer les presque-accidents, il y a des réunions sur ces sujets, et quand récemment on a eu quatre morts dans la même semaine (chez des prestataires aux quatre coins du monde), on nous a fait le combo complet avec communications et réunions en triple exemplaires (à peu près un par échelon). C'est de la comm pure et dure, avec ses bons côtés et ses mauvais, mais le moins que l'on puisse dire c'est qu'il n'y a pas d'invisibilité.

  • Moravcik dans les prés le 29/11/2021 à 01h43
    Darmanin vient de raconter que des migrants en mer avaient menacé de jeter leurs bébés par-dessus bord si on venait les interpeller. Peu avant Dupont-Moretti racontait que les ordres de lacérations de tentes et perçages de cuves d'eau étaient une vue de l'esprit. D'ailleurs Schiappa avait dit quelques jours avant que les démantèlements de camps servaient à les mettre à l'abri.

    Bon, je retourne m'intéresser au régime sans frites ni coca de Joris Gnagnon.

  • Pascal Amateur le 29/11/2021 à 07h37
    Pourquoi mettre à l'abri des gens aussi barbares ?
    La com' gouvernementale n'est pas au point.

  • lemon le 29/11/2021 à 07h51
    Tu écris cette phrase qui doit être le cœur du pb en fait

    "Mais à l'inverse, si on déconstruit la race, le genre..."

    Certains (dont moi évidemment) jugent que les mouvements dits progressistes actuels reconstruisent la race et sanctifient le genre, c'est bien le soucis.

  • Red Tsar le 29/11/2021 à 08h07
    Je ne pense pas que ton expérience soit opposable aux travaux pré-cités.
    D'une part, le fait que des entreprises communiquent en interne (car je comprends bien qu'un accident du travail n'arrange pas non plus un employeur), ne remet pas en cause le fait de leur non-traitement médiatique.
    D'autre part, au plus proche de ceux qui travaillent sur des situations accidentogènes (d'ailleurs, Ponthus, qui était le point de départ de ma plongée sur cette question, écris quelques belles pages là-dessus), bien souvent ce qui est décrit c'est une forme d'hypocrisie. Comme tu le dis : réunions, communications, protocoles inapplicables, souvent après l'accident... Mais on ne traite pas le fond de la question.

  • Hyoga le 29/11/2021 à 08h27
    OK, mais pourquoi souhaites-tu un traitement médiatique? Ca me paratrait sain qu'il y en ait si on découvre des manquements, par exemple, mais sinon si c'est pour dire que malgré tous les efforts des entreprises il y a toujours des accidents, je ne suis pas certain de voir l'intérêt. Parce que soyons clairs, l'appel à médiatiser sous-entend qu'il y a des manquements qui ne sont pas relevés par les médias. Non?

  • OLpeth le 29/11/2021 à 08h50
    C'est un secret de polichinelle que d'avoir massacré l'inspection du travail en réduisant ses effectifs et en sanctionnant ceux qui essaient de faire leur boulot ne permet pas de contrôler efficacement l'application des lois en la matière.
    Certains modèles économiques sont accidentogènes par nature (quand le rythme de travail et les effectifs obligent à travailler dans le stress et le surmenage), donc après l'accident inévitable peu de choses changent car cela remettrait en cause l'existence même de l'entreprise. Après on peut discuter qu'il puisse exister des entreprises dont le modèle économique implique des accidents réguliers...

  • Hyoga le 29/11/2021 à 09h20
    par exemple dans le cas cité ci-dessus, un livreur Uber qui a eu un accident de la route, tu fais quoi comme article? Tu dis que la rémunération basse de Uber oblige/incite les livreurs à faire beaucoup de trajets, peut-être à conduire imprudemment pour augmenter la cadence, et que c'est ce qui a conduit à l'accident?
    Pour les deux autres il faudrait avoir accès à l'enquête post accident pour en déduire quoi que ce soit, il me semble.

  • Red Tsar le 29/11/2021 à 12h09
    "par exemple dans le cas cité ci-dessus, un livreur Uber qui a eu un accident de la route, tu fais quoi comme article? Tu dis que la rémunération basse de Uber oblige/incite les livreurs à faire beaucoup de trajets, peut-être à conduire imprudemment pour augmenter la cadence, et que c'est ce qui a conduit à l'accident?" : c'est un bon début, Hyoga. Tu peux appeler CNews pour ce soir ?