Sauvé par le bip

3 juillet 2008 – 22:41

À l’aube, je me suis faufilé dans le bureau de Gérard. Après une nuit de repousse des poils, je fais déjà peur. Alors si en plus je me décoiffe les sourcils et les oreilles… Figé derrière la porte, avec la posture de Coupet sur le but de Van Persie, j’ai attendu. Quand la porte s’est entrouverte, j’ai poussé le même cri que Jean-Michel Larqué devant sa télé quand il m’a entendu faire ma demande en mariage. J’ai cru avoir poussé le bouchon un peu loin lorsque son pacemaker a commencé à jouer des notes que même Thuram n’a jamais su inventer en chantant cent-quarante-deux Marseillaises. Par précaution, je suis allé décrocher le défibrillateur portatif aimanté à l’ordinateur de Gérard. Ça lui a laissé le temps de voir défiler toute son année 93 devant les yeux.

Mon message était passé. Je l’ai compris plus tard, quand il a sorti son «”no win” situation» à Escalettes. Absolument génial! Du Raffarin dans le texte. Aujourd’hui, le conseil fédéral n’a pas moufté quand il leur a ressorti ça dans son top trois des excuses en bois pour ne pas me couper la tête. En gros, je n’avais pas les hommes pour gagner. Il ne se qualifie pas souvent pour des phases finales, Gérard, mais je dois reconnaître qu’il est sacrément créatif dans le dénigrement des internationaux. Ce n’est pas Ginola qui me contredira.

Me voilà donc reparti pour de nouvelles aventures, même si c’est avec tous les fusils braqués sur moi. Le plus drôle, c’est qu’on tombe encore contre la Roumanie pour se qualifier à la Coupe du monde. Ce boulot, c’est pas facile tous les jours. Mais parfois, c’est un pur enchantement…

Embuscade à la fédé

2 juillet 2008 – 20:14

De toute façon, je n’ai pas le choix. Si je ne suis pas maintenu, il ne me reste plus qu’à postuler pour obtenir le rôle de la sixième “Desperate Housewives”, celle à moustaches. Attendre chaque soir le retour d’Estelle à la maison pour qu’elle me raconte ses journées au bureau avec Pierre Ménès et Dominique Grimault, autant mourir – ou aller faire trois mois à Tottenham et une saison à Auxerre pour finir agent de Mickaël Landreau, comme Santini. Ça doit être chiant comme la mort, mais vu la tête de Jacques, ça a l’air beaucoup plus douloureux. Sans façon.

J’ai toujours eu une grande confiance dans le pouvoir de non décision du président Escalettes. Jean-Pierre a autant la tête de l’emploi pour diriger la FFF que Willy Sagnol pour devenir maître de ballet à l’Opéra national de Paris. C’est quand j’ai entendu dire qu’il allait “consulter” que j’ai commencé à flipper. Si seulement j’avais été nommé DTN l’an dernier, j’aurais su trouver les mots pour dire des choses gentilles sur moi. Mais il a fallu qu’ils choisissent Houllier. J’étais mal…
Alors la veille de leur rendez-vous, je me suis laissé enfermer au siège de la Fédé en me planquant dans la salle des trophées, aux endroits réservés à 2002-2008. J’ai eu la place d’y planter ma canadienne.

Rance 98

22 juin 2008 – 22:23

Ça n’a pas manqué. À peine posé le pied sur le sol français qu’on annonçait déjà mon remplacement. Il faut dire que tout “France 98″ s’est mis en tête de soutenir la candidature de Didier Deschamps. Ça m’a un peu rappelé Paris 2012, ce grand élan national, Dugarry reprenant le rôle de Marie-Claire Restoux. Avec ses grosses fesses, ses cheveux gras et son talent naturel pour la chute contrôlée, le mimétisme est presque parfait. Duga, sa seule technique de dribble consistait à obtenir un coup franc. Ce n’est pas qu’il ralentissait le jeu, c’est qu’il l’arrêtait littéralement. Il a dit à France Foot: “Un bon entraîneur, c’est un entraîneur qui gagne”. Lui, ça ne l’a jamais dérangé d’être un attaquant qui ne marquait pas. De son côté, Lebœuf a déclaré que “l’opinion publique est de son avis”. Après, on dit que c’est moi qui vais mal, mais on devrait surtout être inquiet pour le pays.

Ils ne sont pas encore allés jusqu’à accrocher un pin’s géant à l’effigie de leur copain sur la Tour Eiffel, comme pour les JO en 2004, mais je suis sûr qu’ils vont y penser. Moi, c’est Lizarazu que j’épinglerais volontiers au revers de ma veste. Il finit sa carrière internationale en se faisant lober comme un junior par un Grec quinquagénaire et maintenant, il vient donner des leçons de départ à la retraite.
Bref, qu’ils usent plutôt de leur influence pour faire entrer Deschamps comme consultant chez Canal+ afin de compléter leur dream team pour orthophonistes.

Cheville ouvrière

19 juin 2008 – 19:56

Je suis allé prendre des nouvelles de Franck à l’hôpital de Zurich. Il m’a raconté qu’il y avait eu une période de flottement, la veille, autour du diagnostic de la blessure : personne, pas même lui, n’avait l’air de savoir si c’était la cheville ou le genou qui avait été touché. L’urgentiste qui l’a accueilli était sceptique. Il faut dire que Ribéry, quand tu le vois débarquer, tu te demandes si le mec qui l’a assemblé ne s’est pas trompé en lisant la notice, et s’il n’a pas interverti deux ou trois pièces. Franck, c’est un peu la version Ikea de Frankenstein. Et il est vrai qu’avec ses jambes arquées, son poids anormal par rapport à sa taille et son côté pas fini, il ressemble un peu à une commode suédoise.

Après plusieurs radios de la jambe, il s’est finalement avéré que c’était une entorse de la cheville, et qu’il faudrait poser une plaque. Franck m’a demandé si elle serait dévoilée en présence du maire de Boulogne-sur-Mer. Il a fallu lui expliquer qu’il n’y aurait pas son nom dessus, et qu’il devrait attendre la fin de sa carrière internationale pour avoir droit à ce genre d’honneurs. Il m’a fait remarquer que Luyindula avait arrêté la sienne il y a quatre ans, et qu’aucune rue ne portait son nom. Je n’ai pas su quoi répondre.

L’épouse dans la tête

18 juin 2008 – 2:15

Répondant aux questions de M6 juste après le match, le sélectionneur déclare : “J’ai juste une chose à dire aujourd’hui, je n’ai qu’un seul projet, c’est d’épouser Estelle. Donc c’est aujourd’hui que je lui demande”.

En fait, j’ai senti que le gars de la télé allait me demander si je comptais démissionner, alors j’ai perdu les pédales en voulant faire diversion. À force de tout retenir, je me suis trouvé complètement désemparé au moment de dire ce qui me passait par la tête.
Bref, j’ai voulu avoir l’air humain, mais j’ai surtout eu l’air bête. Le tour de force, c’est d’avoir réussi à me brouiller avec le seul ressortissant français qui pouvait encore avoir de l’indulgence pour moi à ce moment précis. Je l’ai sentie se crisper à mille kilomètres de distance. J’aurais voulu remonter le temps. Jusqu’au 9 juillet 2006, tant qu’à faire.

J’ai tout de même admis une erreur: j’aurais dû annoncer que nous préparions la prochaine Coupe du monde 2010 avec cette équipe de transition. Le problème, c’est qu’en disant ça, je me suis grillé une excuse pour la prochaine fois. Parce que partis comme on est, je ne sais même pas si on sera prêts pour l’Euro 2012. Ça nous fait un point commun avec l’Ukraine et la Pologne.
Enfin, on essaie de regarder les choses du bon côté. On a éliminé la Roumanie et l’Italie va forcément se faire sortir par l’Espagne. Thierry a souligné qu’il avait marqué 100% des buts de l’équipe de France. “200%, même”, a fait remarquer Coupet en faisant allusion à sa déviation du coup franc de De Rossi.

Escamotage à l’italienne

18 juin 2008 – 1:32

Au terme d’un match rapidement compromis par la blessure de Ribéry et l’expulsion d’Abidal, la sélection française quitte prématurément la compétition sur une défaite amère (0-2).

Nos espoirs sont sortis avec Ribéry sur la civière. Thierry avait bien essayé l’imposition des mains, mais ça n’a pas marché. Je crois que Franck s’était mis en tête de chercher Materazzi partout sur le terrain pour venger Zizou. Enervé de ne pas le trouver, il s’est jeté n’importe comment sur Zambrotta.
Abidal a fait pareil sur Toni quelques minutes plus tard, alors que lui, il ne pouvait pas avoir de doutes sur la personne: cela faisait plusieurs fois qu’il le voyait de dos avec son nom sur le maillot, s’échappant vers le but.

J’ai fait entrer Boumsong à la place de Nasri. Ça confirme que Jean-Alain ne peut décidément jouer qu’à la suite d’un concours de circonstances complètement improbables. C’était un peu vache pour Samir, mais je n’allais pas non plus attendre qu’il touche son premier ballon. Après, je n’ai plus trop suivi le match, j’ai harcelé le quatrième arbitre, pour la forme. Mais le cœur n’y était plus, et quand ils ont mis le deuxième, j’ai juste poussé le gros soupir que je retenais depuis deux semaines.
De toute façon, j’étais déjà dans mon après-match, parce que c’est là que commençait la vraie compétition pour moi, avec un âpre combat pour ma survie. Malheureusement, j’ai confondu Koh Lanta et L’Île de la tentation, et j’ai fait comme les Bleus: j’ai raté mon entrée avec ce qui ressemblait déjà à une sortie.

Incidents de car

17 juin 2008 – 23:57

J’avais quand même bon espoir: l’Italie, c’est la seule équipe aussi vieille et aussi lente que la nôtre. Et tant pis si ça devait ressembler à un mélange de partie d’échecs et de Subbuteo, parce que ce n’est pas en football qu’on peut briller, en ce moment. Mais la journée a mal commencé dès le petit-déjeuner, avec une aggravation du conflit générationnel dans la salle à manger. Sagnol avait récupéré une table pour poser ses cartons de médicaments à côté de lui, mais les jeunes ont estimé qu’elle faisait partie de leur territoire et ils ont voulu la reprendre. Tout le monde s’est dressé sur ses jambes comme un seul homme, plus Thuram. Lilian a voulu s’interposer en se lançant dans un appel à la sagesse, mais Benzema l’a interrompu en disant qu’il n’aimait pas le gospel, qu’il préférait le R’n'B.

La tension était à son comble, on se serait cru dans une version en survêt de West Side Story. Mais Gallas a rappelé qu’on avait un dernier match à jouer et que ce n’était pas le moment de se mettre dessus. Je me suis félicité de cette intervention, et ce n’est qu’après que je me suis souvenu qu’il avait dit “dernier match”.
Arrivé à la gare de Zurich, ça ne les a pas empêchés de se battre à nouveau pour les places dans le bus. Les kids n’ont pas compris que les sièges des anciens étaient quasiment de droit divin, alors quand Thierry a vu Hatem au sien, ça a fait du grabuge. Pour en finir, j’ai mis les vieux à gauche et les jeunes à droite. Toulalan s’est assis dans l’allée centrale. Ah, si les schémas tactiques pouvaient être aussi simples…

Préparation mentale

16 juin 2008 – 21:55

Thierry a aussi raté la réunion de préparation de France-Italie, ce matin. On a appris qu’à force de contempler le siège de Nestlé, en bas au bord du lac, il était parti les démarcher dans le dur. À voir la tête qu’il faisait à son retour, avec la machine à café qu’ils lui avaient quand même offerte sous le bras, il ne les a pas convaincus que lui seul pouvait les faire gagner contre Zidane et Danone.

Pour motiver les gars contre l’Italie, je leur ai montré ce sondage européen qui établit que les Italiens eux-mêmes considèrent à plus de 76% qu’ils trichent mieux que les autres dans les compétitions sportives… Sachant que dans ce sondage, ils sont aussi les moins nombreux à avouer avoir triché un jour, on mesure l’ampleur de leur duplicité. Au moins, on ne pourra pas me taxer de xénophobie: ça, ce sont des données scientifiques.
J’ai aussi rappelé notre victoire au Stade de France et le doublé de Govou. Dommage qu’avec son traumatisme crânien sur son deuxième but, Sidney n’a aucun souvenir du meilleur match de sa carrière. Il aurait pu enfin se convaincre qu’il pouvait être un très bon joueur.

Enfermés dehors

15 juin 2008 – 21:35

L’isolement commence à peser. J’ai surpris Squillaci en train de parler aux oiseaux et Boumsong se promener avec une caméra et un air intello. Pour tromper l’ennui, les enjeux des parties de dominos atteignent maintenant plusieurs milliers d’euros. Ça tend un peu l’ambiance, surtout que c’est Titi qui fait la banque, et il a commencé à prêter de l’argent aux grands perdants à des taux usuraires. Avec Franck et Lassana qui organisent des courses de Vélib dans les couloirs de cet hôtel aux trois-quarts vide, ça fait vraiment Shining, comme ambiance. Je sens que bientôt, le dispositif de sécurité va servir à empêcher les gars de s’échapper.

Thierry ne va pas bien dans sa tête, alors il se raccroche à ce qu’il peut. Il y a eu une plainte du personnel: les femmes de chambre en ont marre de le voir se balader ostensiblement à poil dans les couloirs. Son cas ne s’arrange pas, on a découvert qu’il envoyait des faux spams “Enlarge your penis” à Benzema et Gomis. Il fronce tout le temps les sourcils quand il parle. Franck lui a demandé pourquoi, il a répondu que c’était pour écouter attentivement ce qu’il dit.

Bloqués à l’orange

13 juin 2008 – 23:27

Face aux Pays-Bas à Berne, les Bleus encaissent une sévère défaire (1-4) qui les enfonce un peu plus dans leurs doutes.

Le problème, c’est qu’à vitesse normale, on joue bien. Mais quand les Hollandais ont passé la seconde, on a eu l’impression d’être au ralenti. J’ai même eu peur que Sagnol et Thuram soient transformés en statues de sel sur la roulette de Van Nistelrooy. Ça faisait déjà trois joueurs tout raides avec Malouda au marquage sur le premier but, et je n’avais pas encore vu Coupet sur le celui de Robben.

On n’est quand même pas vernis. Il y a d’abord l’arbitre qui mange la feuille – je ne savais pas qu’on pouvait jouer avec deux gardiens – puis Thierry qui nous fait une Guivarc’h seul devant Van Der Sar. Il est grand, mais ce n’était pas une raison pour lober la tribune. Vu que Malouda venait de faire notre plus beau geste depuis le début, j’ai compris que c’était plié.
J’ai donc fait tout ce que les journalistes demandaient, mais de bien jouer, ça ne nous a rapporté qu’un carton historique. Et le pire, c’est que ça va les énerver encore plus, d’avoir eu aussi tort que moi.