Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Lusitanos-Bordeaux en vrai

Suivant la devise du "seul journal qui paye sa place au stade", les Cahiers ont dépêché un correspondant à Créteil pour rendre compte de la victoire des Lusitanos de Saint-Maur devant les Girondins de Bordeaux. Un reportage sportif qui n'oublie pas les aspects environnementaux.
Auteur : Lindo de Souzo le 20 Jan 2002

 

La queue pour se garer, la queue pour acheter sa place, la queue pour rentrer dans le stade… Créteil n’a pas dû souvent connaître une telle effervescence footballistique, et c’est aux Lusitanos de Saint-Maur qu’elle le doit. Profitant de cette belle affiche, les dirigeants ont d’ailleurs décidé de renflouer les caisses du club. Certaines places se vendent ainsi à 25 euros (soit près de 164 francs), pas loin des tarifs de ce qui est pratiqué habituellement pour un match de D1. Niveau sécurité, c’est plutôt à un match de Coupe du monde qu’on a l’impression d’assister. Un triple barrage est ainsi nécessaire pour accéder aux tribunes. Et comme les équipes chargées de la fouille ont été composées de deux jeunes femmes pour un homme –chacun s’occupant d’un spectateur du même sexe-, l’attente est parfois bien longue pour nous autres mâles avant d'accéder aux travées (le contraire de la queue pour les toilettes en fait).

Ça attaque fort…
Quoi qu’il en soit, à l’approche de 18h, le stade Duvauchelle* résonne des chants portugais d’un public tout acquis au club de National. Au micro, le speaker annonce le nom des joueurs bordelais: ceux de Basto et Pauleta sont salués par des applaudissements. Dugarry n’a pas droit à ces égards: il est copieusement sifflé, alors qu'il n'a encore rien fait. Le speaker connaît le même sort quand il se hasarde à lancer un très fair-play "Allez Bordeaux", et les joueurs rentrent sur le terrain. Le spectacle peut commencer. Et il commence fort. Sur le coup d’envoi, une longue balle en profondeur est adressée à l’attaquant des Lusitanos. Il s’échappe, mais pousse un peu trop sa balle: Ramé parvient à capter le ballon. A peine sept minutes se sont écoulées, et Dugarry a droit à sa première ovation. Sur un bon dribble, il subit une vilaine faute d’un défenseur adverse: à terre, il entend une bordée de sifflets descendre des tribunes. La suite du match voit les Girondins imposer leur jeu en passes courtes. Au quart d’heure de jeu, un beau mouvement entre Dugarry et Dhorasoo met Pauleta en position favorable, mais l’attaquant est hors-jeu. Les supporters portugais peuvent être rassurés: les "Miseria" qu’ils prononcent comme une incantation à chaque fois que l’International lusitanien touche le cuir semblent faire effet… Deux minutes plus tard, Dugarry envoie à nouveau son goleador maison en face à face avec Gaby Oliveira, mais il lui manque quelques centimètres pour pousser le ballon au fond des cages.

La claque
Et c’est encore Duga, décidément en grande forme après deux mois d’abstinence, qui s’illustre. Suite à une feinte de corps à l’entrée de la surface il arme une frappe un peu écrasée, bien captée par le portier. La domination des marines et blancs est outrageuse mais, à la surprise générale, c’est les Lusitanos qui ouvrent la marque. Les banlieusards parisiens jouent une touche suite à un ratage total d’Ulrich Ramé sur un dégagement au pied. Une passe en retrait de Pierre Planus dans la surface s’achève par un petit lobe de Doudou Kamada qui finit dans la lucarne. 1-0, c’est tout de même un petit miracle, au vu des premières minutes de ce match. Les Girondins poursuivent d’ailleurs sur leur bonne lancée. Deux coups francs consécutifs pour deux nouvelles fautes sur Dugarry — toujours copieusement hué — permettent à Costa et Sommeil de placer une tête décroisée, trop décroisée pour permettre aux bordelais de revenir au score. 25 minutes viennent de s’écouler, et le public a mangé son pain blanc, du moins en termes de qualité de jeu.

Dugarry, Duga pleure
La suite de la première mi-temps voit les Portugais jouer à l’italienne: le match est entaché d’une pluie de fautes sur Dugarry, décidément intenable (mais dégoûté), ou Dhorasoo, dont le jeu rapide est bien souvent interrompu par des irrégularités. Le match est haché, les Girondins peinent à mener à bien leurs mouvements collectifs, d’autant que Meriem n’a pas la même influence que lors de sa première partie sous ses nouvelles couleurs face à Lyon. A la 40e, ce sont même les Lusitanos qui frappent un coup franc des 30 mètres en force que Ramé détourne avec difficulté. La seconde mi-temps calque son rythme sur la première: les défenseurs banlieusards balancent de longues relances hasardeuses et continuent leur travail de sape en empêchant les Bordelais d’exprimer leur technique. Dhorasso parvient cependant, au prix d’une remarquable percée, à adresser un centre en retrait qui ne trouve personne. Le public portugais se met alors à chambrer en lançant des "Allez Calais" aux joueurs girondins. Une ola fait se lever tout le stade hormis… le kop bordelais, qui subit l’ire des supporters locaux. A quelques minutes de la fin du match, un supporter des Lusitanos croit même faire un arrêt cardiaque quand il voit annoncer 10 minutes de temps additionnel par le quatrième arbitre: c’est en fait le meneur de jeu des Lusitanos qui cède sa place à l’un de ses partenaires. Les cinq dernières minutes sont marquées par les assauts répétés de Girondins vexés qui placent quelques têtes cadrées ou non qui ne parviennent jamais au fond des filets. Les Lusitanos inscrivent même le but de la victoire par Pimenta à la dernière minute, sur un contre rondement mené. Le stade explose. La sortie de l’enceinte est ponctuée d’un concert de klaxons. C'est Créteil-Soleil.

* Dominique Duvauchelle était un journaliste de stade 2, prématurément disparu au début des années 80.

Bréviaire

chambreur ?
Le speaker à la fin du match : "Bonne chance aux Girondins pour le championnat et la Coupe de l’UEFA".

coaching
Basto arrière-gauche, c’est sympa pour lui, mais c’est pas très efficace pour le club.

jeu d’enfants
Avoir un Doudou, c’est quand même vachement rassurant.

sans commentaire
Christian Jeanpierre (TF1): "Belle passe de Carlos Meriem".

Réactions

  • piem le 21/01/2002 à 10h14
    1/ Les Lusitanos se sont fait viré de Saint Maur alors arrêtez un peu avec Saint Maur par ci, Sain Maure par là !-))

    2/ Si on parle effectivement d'équité dans la compétition, il y a déjà une première chose : la suppression des tirs au but injustes par essence et du but en or le cas échéant...

    Ensuite, il faudrait faire en sorte que les compétitions internationales soient organisées en terrain neutre et sans spectateur, je propose au choisx le désert du Sahara ou le Groenland, au moins Duga ne serait sifflé que par les Pingouins ou les Chameaux...

    La règle qui impose de jouer sur le terrain du plus faible ne devrait pas forcément impliqué l'absence d'exploit... par ailleurs, Sedan Nantes n'avait rien d'indigne en terme d'affiche car on sait tous ce que Sedan fit avec la même équipe l'année suivante... Et puis, regardez le terrain du plus faible n'est pas toujours un avantage, regardez Nantes Bastia en coupe de la Ligue...

    Je lis surtout dans tout ça une mauvaise fois chronique et l'aigreur de quelqu'un qui a été faire la queue et a raqué super cher pour voir son équipe favorite perdre !-))))

  • ZZ le 21/01/2002 à 10h16
    honnêtement, je crois que la raison majeures de ces mésaventures, c'est le manque de professionnalisme du pro moderne... J'assimile de plus en plus les joueurs de D1 à des joueurs de salon, pas capables quand il le faut de jouer des matchs "aux couteaux"... La D1 nous fait , il me semble un gros complexe... Dès que nos chers protégés sont un peu bousculés par des gens qui, en théorie, ne devraient pas les bousculer, il n'y a plus personne...

  • El mallorquin le 21/01/2002 à 10h30
    Rassure-toi piem, je n'ai pas pour ma part eu droit au tarif cahiers du foot, je suis jeune et bien portant et comme j'ai le look portugais on m'a fait demi-tarif ! :-))

  • piem le 21/01/2002 à 10h37
    ZZ est vraiment un sage (pas le joueur le Cdfiste) parce qu'avec sa thèse en nous expliquant les déroutes des D1 en Coupe(s), il explique aussi les déboires en Championnat des clubs qui jouent la Champion's League, il est trop fort ce ZZ !-)))

  • Le Croisé le 21/01/2002 à 11h43
    Globalement d'accord avec El Mallorquin. Cette invertion des matchs ça fait populisme de merde tendance TF1, comprend qui veut...
    Ensuite Piem tu nous saoules...
    Et pour finir, les T.A.B n'ont rien d'injustes, ni le but en or d'ailleurs... Sinon qu'on m'explique rationnellement pourquoi...
    Enfin, pour les dotations, vu l'esprit mercenaire des joueurs du 21eme siècle, qu'attend la fédé pour s'aligner? Elle a au moins autant de blé... en tout cas celui qu'elle n'a jamais correctement redistribué depuis le mondial 98...
    Et mêm si la coupe est beaucoup plus longue et concerne la France entière, ne serait-il pas bon d'attaquer avec le CFA2 par exemple... ce qui permettrait de concentrer ces fameuses dotations...
    Franchement, c'est vrai que Calais c'est marrant une fois, mais tous les ans systématiquement...
    Désolé Piem, mais j'ai envie de revoir des clubs un peu plus costauds en UEFA...

  • El mallorquin le 21/01/2002 à 13h17
    Ouais enfin je tiens quand même à préciser que ça ne me gène pas qu'une "petite" équipe en batte une "grosse". Je veux juste une rencontre sportivement équitable entre les deux. C'est tout.
    Bon j'arrête...

  • suppdebastille le 21/01/2002 à 15h22
    Commençons par supprimer la coupe de la ligue et la LNF reversera l'argent de la coupe de la Ligue sur le coupe de France.
    Ca embeterait surement les Bourgoin / Aulas et cie de risquer de voir l'argent de la LNF tomber dans l'escarcelle de "petits clubs amateurs".
    A part ça, évidemment il faut supprimer cette règle franchouillarde beauf d'inversion du terrain s'il y a 2 divisions d 'écart, je sais qu'on se retrouvera avec des stades vides lorsqu'une D1 recevra une CFA mais tant pis.
    Les surprises c est bien , mais il y a aucune raison d'aider les clubs inférieurs, cette règle va totalement dans le sens du foot Francais TF1 / Simonet qui permet à JPP (celui du 13h de TF1) de faire des beaux reportages des gentils amateurs (qui pour la plupart du temps n'ont d'amateurs que le nom, quand des smicards lisent que des footballeurs "amateurs" touchent 15 000 F par mois, ça doit un peu les énerver) qui vont battre ces salauds de riches joueurs pros.

  • piem le 21/01/2002 à 17h04
    Disons que je ne vois aucun caractère injuste dans le fait de recevoir à domicile quand il y a plus d'une division d'écart, tout comme le Pays qui accueille une coupe du monde est implicitement avantagé doublement : il joue à domicile et qualifié d'office... et jouer une coupe du monde en aller-retour ça serait quand même lourd.

    Ensuite le but en or est, à mon sens, plus injuste que le match d'appui en cas de match nul, les équipes ont 90 minutes pour marqué et le fait de marquer en premier sur des prolongations ne veut rien dire, on a déjà des retournements de situations en prolongation...

    Enfin, les pénaltis sont un ultime recours qui mettent l'essentiel du destin du club dans les mains et les bras d'un homme le gardien de but et c'est un peu paradoxal pour un sport co', là dessus le match d'appui est plus équitable...

    Pour qu'il y ait des clubs un peu plus costaud en Coupe de l'UEFA, il aurait aussi fallu que le PSG puisse battre Gueugnon à domicile (les finales se jouent toujours à Paris ce qui avantage aussi implicitement Paris et désavantage potentiellement les clubs mals aimés dans la Capitale)... à mais, merde, c'était la Coupe de la Ligue et c'est vrai, on parle de la Coupe de France...

    Pour finir, si je TE soule, libre à toi de zapper mes messages dans ta lecture... quand un forumiste ou intervenant me soule, j'arrête simplement de lire ses messages... ou alors je réagis mais n'attribue que rarement un NOUS globalisant... C'était de la provoc' cynique par rapport à ces arbitres censés favoriser un camp plus que l'autre, je pensais que, comme tu en uses souvent, tu pourrais le comprendre cher Croisé...

  • marco le 22/01/2002 à 10h40
    L'equite sportive, l'equite sportive... mais ça passe aussi par un entrainement comparable, l'habitude du haut niveau... Bref, ça n'existe pas. Alors oui le tirage devient tres important, mais ce n'est surement pas l'element capital particulierement en ce qui concerne les matches à plusieurs divisions d'écart...
    L'arbitrage en faveur du petit ? Ca depend !!! Parfois oui parfois c'est le contraire, Nantes et ses deux finales de coupe s'en souvient...
    Et puis si les gros sont pas capables de passer tant pis ! L'OM ou le PSG des années 90 (debut) serait passé, aujourd'hui ce n'set plus systematique... Est ce une question d'equite sportive ? Surement pas ! De surcharge du calendrier ou de demotivation, peut etre...
    Mais rejeter la FAUTE des Bordelais ou Lyonnais sur de tels facteurs c'est de la mauvaise foi à mon sens. Ces qequipes ont perdu sur le terrain, voila.
    Enfin, j'aurais vecu pour voir El M défendre à tout va les multinationales du foot !!!!


  • El mallorquin le 22/01/2002 à 15h17
    Ben, équipe de D1 et multinationale du foot c'est pas vraiment la même chose. C'est toi qui emprunte un raccourci que je ne t'ai pas vraiment indiqué.

    Ce qui m'étonne de manière générale, c'est qu'on tient absolument à me faire dire des choses que je ne pense pas. Mais bon c'est pas grave.

Bonjour, le site souhaite utliser des cookies à des fins marketing.