En vous connectant, vous certifiez n'avoir jamais trompé votre club favori. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Foot et politique

Le fil politique est un fil du rasoir, alors évitons de nous y couper. Par ailleurs, n'oublions pas que son but est d'accélérer l'avènement du grand soir, un de ces quatre matins!

  • Hannibal le 24/01/2023 à 09h35
    Ruffin mauvais ce matin en interview... Il paraitraît qu'il a été adoubé par le che. Bref.

    Sans arrière-pensée de valider la mouture actuelle de la réforme des retraites, je me disais juste une chose : je lis ou j'entends rappelé ici et là que Macron n'est pas représentatif des français, il n'a pas la majorité absolue au parlement, ce qui est vrai. Par contre quand une réforme est portée par renaissance et LR, on a bien une majorité parlementaire. C'est d'ailleurs une application concrète d'une démocratie parlementaire, n'en déplaise à certains... qui appellent à une démocratie parlementaire depuis longtemps.

    (On pourra toujours rétorquer que les citoyens qui les ont portés au pouvoir ne sont pas pour autant d'accord avec cette réforme - mais l'illégitimité n'est pas invocable à mon sens)

    Petite soirée avec mon voisin ce week-end, italien, qui me disait que pour "les italiens" (je ne sais pas ce que représente "les italiens"), les français sont des italiens fâchés. Ca m'a bien fait rire.

  • Tricky le 24/01/2023 à 09h44
    Aucune idée pour le FN, mais il me semble que l'idée c'est surtout de pouvoir permettre auxdits seniors (ou à plus d'entre eux) de pouvoir travailler s'ils le souhaitent et en ont encore la possibilité physique et mentale, ce que je ne suis pas certain, à l'instar de Mr. Jo, qu'un index permette.

  • Le Pobga du Coman le 24/01/2023 à 10h20
    C'est effectivement uniquement pour les lois de financement de la sécurité sociale.

    Mais il semblerait que la réforme des retraites soit soumise dans un projet de loi de finances rectificatif de la sécurité sociale... Justement pour pouvoir forcer la réforme / limiter les débats...

    Sources :
    le figaro : lien

    et libération : (avec le texte officiel soumis au conseil d'état)
    lien

  • Red Tsar le 24/01/2023 à 12h27
    Comme Dussopt, j'ai mûri (ma femme emploie un autre terme) et je suis prêt désormais à faire des efforts pour aider à accomplir une réforme qui soit juste et permette, en même temps, de réaliser des économies. Donc, voilà l'idée.

    L'INED, dont les moyens seraient renforcés, calculerait l'espérance de vie de chaque assuré social, en fonction de son sexe, de ses revenus, de son territoire de vie, des métiers exercés, des évolutions médicales, etc. Parce que cette réforme serait à la fois moderne et fondée sur l'équité, l'assuré pourrait, à tout moment, aller consulter son compte « Mon temps de vie restant », mis à jour chaque trimestre par l'INED. Une mission de McKinsey & Company avait suggéré de l'appeler MOn Reste de Temps (MO.R.T). Mais on a estimé que ce n'était pas très pédagogique. Or c'est important la pédagogie, pour que la réforme soit bien comprise et ne crée pas d'inutiles crispations.

    Chaque assuré partirait en retraite vingt ans avant l'expiration de son « Temps de vie restant ». Mme X, par exemple, deux grossesses, travaille dans un service de RH, vit à Levallois, espérance de vie estimée : 89,3 ans, partirait en retraite à 69,3 ans. M. Y, vit dans un logement insalubre, travaille en chantiers (+ longs trajets chaque jour pour se rendre sur son lieu de travail) depuis qu'il a seize ans, espérance de vie estimée : 66,9 ans, partirait en retraite à 46,9 ans. Attention, on prend en compte les pathologies liées aux métiers, pas aux habitudes de vie individuelles (alcools, tabac...), car il est important que chacun soit responsabilisé, sinon, on va-t-on, je vous le demande.

    Une « Caisse de compensation », gérée de manière paritaire, car nous respectons les partenaires sociaux, récupérait l'argent économisé quand des personnes décèdent avant d'avoir pu bénéficier de leurs vingt années de retraite. Cet argent servirait à financer la pose d'une plaque de remerciement pour leur civisme, sur leur tombe ou urne funéraire, et permettrait d'accroître d'autant le temps de ceux qui vivraient plus longtemps que ce que l'INED avait initialement calculé. Une mesure d'humanité que vous comprendrez, j'en suis sûr, même si certains peuvent trouver ce privilège indu. Mais, de toute façon, il faut avancer pas à pas pour éviter de braquer la population. Quand la « Caisse de compensation » est vide, les personnes ayant épuisé leurs droits sont dirigées, avec humanité, toujours, vers des « Centres de transition » (pour les écolos et les woke) ou des « Pistes d'élévation » (pour les croyants). Ces vocables ont été préférés aux T.U.E : Terminaux Ultimes d'Existence, proposés initialement.

    Comme le dialogue social est crucial dans une démocratie vivante, il va de soi que la limite fixée à vingt ans n'est qu'une base de discussion. Les échanges avec les partenaires sociaux pourraient évidemment permettre de l'ajuster, à quelques mois près.

  • Tricky le 24/01/2023 à 12h34
    C'est chouette, je me demandais ce que ça allait donner ce prequel du Solaris de Soderbergh réalisé par Laurent Cantet.

  • suppdebastille le 24/01/2023 à 12h35
    La question des 44 ans pour certains à cotiser est en train de devenir l'élément central des discussions .
    J'écoutais Matthieu Croissandeau hier soir sur LCP pas spécialement opposé à la réforme mais qui à son tour ne comprenait pas comment ce point pourrait tenir .

    J'ai d'ailleurs découvert ce weekend que j'étais directement concerné. Si j'ai bien compris, mes 4 étés travaillés de 17 à 20ans qui me donnent 4 trimestres avec le système actuel (donc reste à cotiser 42 ans) ne compteraient plus avec la réforme, donc je vais donc devoir cotiser 1 an + 43 = 44.
    J'ai bien compris ?

  • John Six-Voeux-Berk le 24/01/2023 à 12h40
    Fort joli, cher Red TS.

    Mais une dimension essentielle de la question me semble avoir été escamotée : vingt ans de reste-à-vivre, d'accord. Mais peut-on réellement les faire s'équivaloir d'une class... euh d'un individu à l'autre. Vingt ans de vie de, disons, mon inculte beau-frère égoutier ont-ils autant de valeur (sociale, mais aussi personnelle : attention, tenons bien compte de la dimension vécue de la chose) avec, disons, vingt ans de vie d'un cadre strato-international cultivé et curieux ? Le premier ne risque-t-il pas de déprimer assez vite, faute de profondeur personnelle, et ne serait-ce pas un cadeau à lui faire que de le dispenser d'avoir à tirer autant d'années que celui qui saura en faire fructifier chaque instant ?

    Bref, ne faudrait-il pas construire un "index de capacité effective à jouir du reste-à-vivre" (ou ICEJRAV... et oui tout le monde n'a pas votre chic pour inventer de beaux acronymes) qui module les effets un peu trop égalitaro-quantitatif de votre proposition ?

  • Balthazar le 24/01/2023 à 12h47
    Je sais pas si vous seriez pas des génies.

  • Le génie se meurt ? Ah mais l'mage rit le 24/01/2023 à 13h12
    Ce matin, j'ai entendu la proposition suivante de la part d'une collègue. Gardons l'âge de la retraite tel qu'il est sauf pour les personnes qui ont voté Macron au 1er tour qui était donc pour son programme et donc le recul de l'âge.
    J'imagine que ça permettrait de combler une partie du trou (j'ai pas fait les calculs).

  • Jah fête et aime dorer Anne le 24/01/2023 à 13h19
    D'autant plus qu'étant donné l'espérance de vie d'un égoutier, 20 ans de retraite, ce serait plus que le nombre d'années travaillées, et là faut quand même pas pousser mémé dans les orties, car bon, on a besoin d'argent pour supprimer les impôts des entreprises du CAC 40.

    Et, surtout, avec moins ou plus d'années travaillées, l'espérance de vie changerait. Ton égoutier, s'il ne travaille pas 30 ans sous terre mais seulement 20, il ne va plus crever à 55 ans mais à 65. Et Mme X censée mourir à 89 ans, si elle travaille jusqu'à 69 ans, elle va clamser à 80 ans (voire à 69ans d'un accident du travail). Il va donc falloir en embaucher du Polytechnicien pour faire des régressions mathématiques pour trouver le point d'équilibre, et ça va coûter bonbon vu qu'il va falloir concurrencer les salaires des banques pour les recruter.

    N'empêche, c'est quand même une idée assez originale pour diminuer le montant des retraites : faire travailler les vieux plus longtemps pour qu'ils meurent plus tôt qu'avant.
    Tiens, d'ailleurs, le saviez-vous ? Depuis l'année de la dernière réforme des retraites (2014), l'espérance de vie a diminué, ce quel que soit l'âge (sources insee). Certes, le covid est passé par là, mais les situations type covid sont amenées à se répéter.


    @Le Génie se meurt : elles sont déjà à la retraite, non ?