Seuls 36% des internautes parviennent à saisir leur e-mail / password du premier coup. En feras-tu partie ? Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Shankly, une utopie socialiste

Bill Shankly, entraîneur et auteur d'aphorismes aussi légendaires que lui, a défendu une vision humaine du football, qu'il a concrétisée à Liverpool. 

Auteur : Christophe Zemmour le 18 Jan 2021

 

 

You say you want a revolution. Parler d’une révolution dans le Liverpool des Beatles n’est pas si incongru. La ville des bords de la Mersey connaît au début des années 60 un essor sportif et culturel qui fait d’elle la principale attraction en Angleterre.

 

Mais si la célèbre chanson de la bande à Lennon demande des actes plutôt que des paroles en ce contexte de mouvements protestataires de 1968, elle ne peut décemment pas s’adresser à Bill Shankly.

 

 

 


Révolution rouge

Arrivé déjà neuf ans plus tôt à Liverpool, après quelques mandats sous d’autres cieux où il a souvent montré ses désaccords avec les dirigeants, le natif de Glenbuck a révolutionné le club, l’amenant de la deuxième division au sommet de l’Angleterre, en apportant discipline diététique, esprit de compétition, sens du partage et philosophie tactique basée sur le jeu de passes.

 

Surtout, plus qu’une équipe, Shankly y a créé une communauté, une utopie socialiste. Suffisamment charismatique pour embraser une foule et saisir la tendance de son époque, il était lui-même un supporter qui mettait le public au centre de l'institution: "Dans un club de football, il y a une sainte trinité: les joueurs, l'entraîneur et les supporters. Les présidents n'en font pas partie. Ils sont juste là pour signer les chèques".

 

Il savait la difficulté que représentait le travail manuel et ouvrier, et ce que le football pouvait avoir de libérateur, en quoi il pouvait changer le monde: "La pression, c'est travailler à la mine. La pression, c'est être au chômage. La pression, c'est d'essayer d'éviter la relégation pour 50 shillings par semaine. Cela n'a rien à voir avec la Coupe d'Europe, le championnat ou la finale de la Cup. Ça, c'est la récompense".

 

Son socialisme, Bill Shankly ne l’avait pas théorisé à partir des livres. Il croyait en un système de coopération mutuelle, en une forme de socialisme brute et instinctive.

 

"Le socialisme auquel je crois n'est pas politique en réalité. C'est un mode de vie. C'est l'humanité. Je crois que la seule manière de vivre et de vraiment réussir, c'est par l'effort collectif, chacun travaillant pour l'autre, chacun aidant l'autre, et tout le monde partageant à la fin les fruits de ce labeur. C'est la façon dont je vois le football, la façon dont je vois la vie."

 


De l'importance des choses

Ce que le socialisme lui évoquait, il l’avait appris auprès des gens. De ces personnes combatives qu’il aimait et qui constituent la raison principale de sa venue à Liverpool. Il n’était pas rare de se voir invité à boire une tasse de thé si on frappait à sa porte.

 

De même qu’il arrivât souvent qu’il aide financièrement certains supporters à payer leurs trajets retours lors des déplacements et qu'il leur propose de partager le même train que les joueurs. Qu’il leur fournisse des billets pour les matches. Qu'il leur envoie des cartes d'anniversaire. 

 

 

Bill Shankly fait partie de ces gens qui bouleversent à jamais l’identité d’un club. De ceux qui ont participé à écrire: "We are Liverpool: This means more". C’est probablement son héritage qui a provoqué cette levée de boucliers qui a fait changer la décision initiale du club de mettre le personnel non joueur au chômage partiel durant le confinement dû à la crise du Covid-19 au printemps 2020.

 

Ce n’est pas un hasard si aujourd’hui, un entraîneur passionné, brillant et proche du public comme Jürgen Klopp, pour qui "le football est la plus importante des choses non importantes", est si adulé à Anfield. L’importance des choses, de la vie, de la mort, du football, Shanky en avait une petite idée.

 

Si Liverpool est un club dont l’hymne est You’ll Never Walk Alone, il le doit aussi à ce cher Bill, tombé amoureux de la reprise de cette chanson par Gerry and the Peacemakers. Comme d'autres révolutionnaires avant lui, Shankly a bien mérité sa statue.

 

 

Retrouvez les révolutions et les révolutionnaires du football dans le grand dossier de notre numéro 5.

 


 

Réactions

  • Julow le 18/01/2021 à 17h06
    Merci pour l'article !

  • Dan Lédan le 18/01/2021 à 20h13
    Coincidence : je suis entrain de finir "Rouge ou mort" de David Peace...quel personnage !!

  • khwezi le 22/01/2021 à 03h14
    Red or Dead est quand même très Peacien :)

    ("Red Men" de John Williams, sociologue et Liverpudlien, m'a passionné, autant pour l'histoire du club que pour celle de la ville avec laquelle son destin et celui de ses supporters est inextricablement lié.)

  • Red tattoo le 27/01/2021 à 10h58
    Le style de Red or dead est frénétique et entêtant, et donne parfois envie de balancer le bouquin contre le mur, mais il faut s'y plier, et le livre devient fascinant.
    Comme le dis l'article, Shank était socialiste par philosophie, pas par idéologie. C'était un homme ordinaire qui menait une vie simple, mais un entraîneur extraordinaire, au service exclusif du club et des supporters, qui à l'époque étaient presque tous composés de gens des classes populaires locales.
    Personne à Liverpool, ni ailleurs pour ceux qui connaissent un peu le sujet, n'a le moindre doute sur sont rôle : il fait effectivement partie de ces rares personnages a avoir changé le cours d'une histoire. Paisley après lui a remporté plus de trophées, mais Shank a été plus important et a fait de Liverpool un grand club d'une manière beaucoup plus profonde et durable que d'autres grands entraîneurs de son époque (Brian Clough ou Don Revie par exemple).
    Aujourd'hui, les références au grand Bill mêlent reconnaissance profonde de son rôle et opportunisme commercial. Les dirigeants du club sont comme partout des entrepreneurs ultra-capitalistes, et quand ils disent "Avant de prendre une décision, nous nous demandons ce que Shankly aurait fait" ça fait sourire ou grimacer, selon l'humeur de chacun.
    Mais je m'égare : merci pour l'article. Shank est pour moi le plus grand de tous, le souvenir aussi d'une époque ou un autre football était possible.