Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

À qui Tuchel a-t-il donné le temps ?

Visualisation – Comment Thomas Tuchel a-t-il composé ses équipes et réparti le temps de jeu cette saison? Quelques réponses avec des bulles. 

Auteur : Jérôme Latta le 28 Jan 2020

 

 

Malgré son effectif enviable, l'entraîneur du Paris Saint-Germain n'a pas eu que des problèmes de riches, puisque blessures et suspensions ont jalonné ce demi-exercice 2019/20. Il lui a aussi fallu gérer un groupe dont les véritables échéances sont programmées dans les prochaines semaines.

 

Afin de donner une idée ce qui s'est dégagé de ses choix et de ce qu'ils préludent pour la suite, proposons ici un exercice de visualisation de ces compositions, au travers du temps de jeu des joueurs, en championnat et en coupe d'Europe.

 

[cliquez-sur les images pour les rendre great again]

 

 

 

 


Les positions en attaque sont les plus discutables, du fait d'une importante rotation – consécutive aux absences (en particulier de Neymar et Mbappé en début de saison) et au choix d'aligner trois ou quatre attaquants.

 

Mbappé a ainsi évolué comme second attaquant près d'Icardi, ou sur les ailes. Di Maria a pour sa part été majoritairement envoyé à droite, laissant son aile "naturelle" à Neymar ou Mbappé.

 

Au milieu, Sarabia (qui aussi bénéficié de son aptitude à jouer ponctuellement en attaque) et Paredes ont été utilisés comme des alternatives, Draxler et Herrera plutôt comme des compléments.

 

On note que Gueye et Verratti, en dépit de leur statut théorique de titulaires, ont relativement peu joué en Ligue 1 (l'équivalent de 11 fois 90 minutes), ce que leurs absences pour blessure ou suspension n'expliquent pas complètement.

 

Marquinhos, troisième joueur de champ le plus utilisé, a justement été régulièrement employé dans l'entrejeu, en alternance avec l'axe de la défense (à quatre ou trois).

 

À gauche de Thiago Silva, à peu près inamovible, Diallo et Kimpembe se sont relayés, le premier dépannant aussi comme latéral. Sur chaque côté, la hiérarchie est nette entre Bernat et Kurzawa d'une part, Meunier et Dagba de l'autre.

 

 

 

 


En Ligue des champions, les hiérarchies ont été beaucoup plus claires à chaque poste, et les temps de jeu bien moins partagés.

 

Thomas Tuchel a privilégié une équipe-type qui se dessine nettement, à la différence du championnat, qui a été l'occasion de procéder à des essais et à un turnover plus important.

 

Diallo et Kimpembe sont les joueurs dont les statuts en L1 et C1 varient le plus, le premier en sa défaveur, le second à son avantage.

 

Dagba et Kurzawa n'ont disputé qu'un seul match, laissant Meunier et Bernat exercer comme quasi-titulaires.

 

Paredes, Herrera et Choupo-Moting n'ont été que des solutions d'appoint, tandis que Draxler n'a joué que les utilités (23 minutes). Seul Sarabia conserve un statut intermédiaire avec cinq matches dont trois d'entrée de jeu. Cavani, lui, semble déjà parti.

 

Évidemment, si le onze-type de la phase de poules est explicite, il est remis en cause à l'orée de la phase à élimination directe. La disponibilité de Neymar pose la fameuse question du système, autour de la possibilité de jouer avec les quatre "fantastiques".

 

 

 

 


Ligue 1 et Ligue des champions confondues, quatre catégories de joueurs peuvent être distinguées.

 

Les "titulaires" appartiennent à la première, entre 1.500 et près de 2.000 minutes de jeu: Thiago Silva, Di Maria, Navas, Marquinhos et Bernat. Neymar et Mbappé, sans leurs blessures et la suspension du premier, auraient dû y figurer.

 

Entre 1.000 et 1.500 minutes, la deuxième catégorie comprend les joueurs bien ou très bien placés dans la rotation: Verratti, Gueye, Icardi, Meunier, Diallo, Sarabia et Kimpembe.

 

En dessous de 1.000 minutes figurent les deuxièmes et troisièmes choix: Paredes, Dagba, Kurzawa, Choupo-Moting, Herrera, Draxler et Cavani.

 

Enfin, au-delà de ce "groupe" qui compte 21 joueurs, Kouassi, Rico, Kehrer, Bulk et Aouchiche émargent à moins de 300 minutes de jeu.

 

À moins qu'une arrivée notable ne perturbe la hiérarchie avant la fin du mercato, ou qu'un Tanguy Kouassi ne fasse office de bonne pioche, la plupart des cartes sont distribuées au sein de l'effectif parisien. Reste à bien les jouer.
 

Réactions

  • Claude quand j'sais pas le 29/01/2020 à 08h30
    Merci de vos commentaires complémentaires.

    Le match contre l'OL, qui aura lieu une semaine avant celui à Dortmund, pourra peut être donner quelques pistes quant aux plans de Tuchel face à un adversaire (un peu) plus fort que la moyenne ligue 1.

    A suivre donc !

  • Jamel Attal le 29/01/2020 à 11h10
    @Raspou
    J'ai un peu forcé le trait, je suis assez d'accord avec toi, notamment sur l'idée de "bout de chaîne" – le souci étant qu'elle va rarement jusqu'à ce maillon, mais c'est conforme à son profil minimaliste et à sa science du placement.

    Le travail défensif d'Icardi me semble néanmoins assez récent, j'ai souvenir des matches durant lesquels c'était le néant de ce point de vue.

La revue des Cahiers du football