En vous connectant, vous certifiez n'avoir jamais trompé votre club favori. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Extension du domaine de la ligue

Il n'y a pas si longtemps, le football ne cochait pas toutes les cases de notre emploi du temps: il fallait l'attendre, et se résigner à son absence chronique. 

Auteur : BIG le 3 Fev 2020

 

 

Au départ, il n’y a qu’un lien hypertexte vers une image figurant la grille horaire de Ligue 1 pour la période 2020-2024. Je ne sais même pas pourquoi je l'ouvre, ça n'a théoriquement aucun intérêt pour moi, membre alternativement actif du forum des Cahiers du football qui n'a pas regardé un match de championnat de France depuis plusieurs années – il m’est en tout cas impossible de me souvenir de la dernière fois que c'est arrivé.

 

Au bout du lien, le tableau s'affiche, sobrement bleuté (à l'exception des logos de la Ligue elle-même qui ont revêtu un jaune fluo digne des ronds-points les plus mobilisés du pays). Et je constate avec circonspection que le tableau s'étale considérablement. Vendredi soir, samedi après-midi, samedi soir, dimanche toute l'après-midi en pas moins de trois créneaux horaires, puis enfin dimanche soir…

 

 

 


Une fête sans fin

Il reste peut-être le temps, samedi matin, d'aller au marché pour les plus ruraux, à un brunch pour les véritables bobos des centres-villes, ou à la zone commerciale en Dacia Duster pour les plus périurbains, d’y remplir un caddie de choses utiles puis s'arrêter dans la galerie marchande en vue d'ajouter un bibelot moins utile qui soulignera la futilité de l’existence.

 

Le reste du week-end, qu'on se le dise, sera désormais occupé par la chose footballistique omnipotente, par ces décrochages télévisuels, qui depuis une crise aulassienne à Lyon, qui depuis un avant-centre porteur d'espoir à Marseille, qui depuis les prémisses d’un psychodrame relationnel à Paris, qui depuis l’ambiance morne d’un Téfécé à la recherche de points occasionnant une blague si vite éculée sur la réforme des retraites.

 

Ou depuis je ne sais où pour y vivre je ne sais quel moment illustré d’un beau geste balle au pied, d’une tribune suspendue administrativement, d’un recours polémique au vidéoarbitrage, ou d'entraîneurs perpétuellement courroucés.

 

Il y aura des stades immenses et des consommateurs ravis, des lumières vives qui changeront avec l'avancée de la pendule éternellement plantée dans le salon des personnes âgées, pas de fumigènes ni de banderoles politiques, des maillots third bariolés, et la fête du football ne se terminera jamais vraiment.

 

Je ne vais pas mentir: ce n'est pas exactement le souvenir que m’a laissé le football. J'ai toujours eu l'intuition – désormais manifestement caduque – de savoir quand commençait le football et quand il se terminait, de comprendre quand il était susceptible d’interférer sur nos vies, et quand il s’éclipsait.

 


Des buts à Laval

Dans mes années d'adolescence, le football commençait lentement le samedi à dix-sept heures, restant paisiblement optionnel, dans la mesure où son empreinte sociale ne démarrait réellement que le même soir, à dix-neuf heures.

 

Quelques privilégiés avaient investi dans le premier outil de pay-per-view jamais introduit en France, mais pour le reste du monde – et c'est peut-être la dernière chose qui ait réussi le saut générationnel entre mon grand-père et moi – il n'y avait que la radio et cette grande soirée du samedi déclinée en autant de stations, et sur chacune d’elles, en autant de stades.

 

Un brouhaha incessant haché par des pastilles sonores promotionnelles exaspérantes, des accents variables, un débit de parole d'asile psychiatrique en surtension, des buts à Laval comme s'il en pleuvait. Une expérience du football, imaginaire, imaginée, qui tenait au pouvoir d’évocation de conteurs fantasques, armés de leurs seuls mots, chargés de décrire un réel en mouvement sous l’épais bourdonnement des tribunes.

 

Je suppose que l’on ne pouvait qu’être d’accord alors avec le constat du football comme "opium du peuple", venu remplacer dans le vivre-ensemble le pouvoir de manipulation des foules autrefois exercé par le religieux.

 

C’est assez vrai que le football semblait avoir repris tous les stratagèmes dont usait avant lui le catholicisme: mise en valeur démesurée du sacré et du dévouement, création d’idoles à vénérer aveuglément, ritualisation extrême dans un rapport à la fois intime et collectif aux événements, intermédiation d’orateurs empreints d’éloquence prompts à guider le panurgisme des fidèles…

 

Et, surtout, cette fixation dans le temps, à l’échelle de la semaine, d’un moment de communion inviolable, ancré dans les consciences comme dans les emplois du temps, rendez-vous intangible et structurant socialement. Il serait un peu simpliste de dire que le multiplex radiophonique du samedi soir avait quelque chose d’une messe, mais on y vénérait de la même manière une entité abstraite qui n’existait que par le récit qu’on nous en faisait.

 

 

 


Voyages dans les soupentes du championnat

Je me souviens qu’il y avait, plus tard le samedi soir, ce Jour de Foot qui pourrait tout aussi bien avoir été aujourd’hui entièrement oublié. Il figurait cette prétention un peu exagérée à faire revivre la journée de championnat au plus près de son déroulement, sans toutefois dépasser la ligne rouge infranchissable du direct.

 

On y apercevait des échanges de vestiaires avec de la buée et des couloirs vides comme décors, bien loin de ces panneaux publicitaires transportables devenus les immeubles par destination de l’interview footballistique.

 

Sept ou huit voyages à travers les soupentes du championnat, les interstices déshérités de la D1, dans une ingurgitation accélérée d'images contextualisées, sorte de retranscription d'histoire immédiate, soutenue par un exercice de commentaire conçu en écriture automatique.

 

Un narrateur racontait le match qu’il avait vu en essayant d’en transposer l’émotion, mode opératoire étrange que la production de l’émission avait préféré à un simple prélèvement des commentaires proférés en direct, comme si le travail journalistique devait s’anoblir d’exposer plutôt que de seulement donner à revoir sans distance l’intensité des faits.

 

Je me souviens que le dernier Jour de foot que j'ai vu, c'était à Bourg-Argental. Aux "portes de la Méditerranée", à quelques encablures de Saint-Étienne. Il y avait des cédéfistes, c’était le soir du premier tournoi du forum. Certains tenaient l'antenne du téléviseur pour aider le décodeur et invoquer les images comme on appellerait, là encore, une divinité du passé. Ce monde m’avait semblé déjà un peu finissant.

 


Nostalgie du vide

Qu’est-ce qui change, au fond, quand s’étale jusqu’à des confins temporels indéfinis une maigre journée de championnat? J’aurais presque tendance à faire valoir que je regrette avant tout l’unité temps, celle du théâtre classique. Une délimitation qui évite la dilution de l’intensité dramatique, ce sentiment d’une conjonction des vécus, d’avoir confronté son ressenti à celui du reste du monde.

 

Et cet étrange plaisir de ne pas avoir pu tout voir, d’avoir été contraint de choisir, ou même de n’avoir rien pu choisir du tout et d’avoir utilisé mon attention pour la diriger vers le peu que l’on voulait bien nous montrer, vers le mystère procuré par un commentaire radiophonique, par cinq à huit minutes arrachées à quatre-vingt-seize factuellement jouées, au cours desquelles le match devait avoir dit sa vérité; puis par des avis jetés sur le papier dans un grand – le seul – quotidien sportif.

 

Je suis pourtant – comme le sont un peu les crétins qui ne veulent pas vieillir trop vite – nostalgique des cinémas qui ferment après la séance de vingt-deux heures trente pour échapper aux nuits consumées sur les applications déversant leur contenu à la demande.

 

Nostalgique des grandes surfaces d’ameublement ou de bricolage fermées les dimanches et les jours fériés. Nostalgique de la tranquillité d’esprit que procurait le fait d’être assuré que rien ne pouvait survenir durant des périodes déterminées puisque rien n’y était organisé. Nostalgique du vide qui a cédé face au trop-plein.

 

Car le dimanche il n'y avait presque rien, je crois. Peut-être d'autres choses et d'autres vies, peut-être le temps de revoir le Jour de foot si on était sorti la veille et qu'on avait lancé le magnétoscope (ou, pour les plus modernes, l’éprouvant Pilotime venu du futur).

 

Rien à faire jusqu'au soir, jusqu'à ce match, présenté comme un évènement et invariablement décevant, qui s'enfonçait dans la dernière soirée avant que le salariat ne remette la main sur sa progéniture après deux jours de repos.

 


La conquête de notre attention

Je ne me souviens pas de déblatérations interminables sur les plateaux de télé, ni de chroniqueurs chargés de faire un buzz qui agiterait les réseaux sociaux, ni même de jeunes filles aux physiques avantageux placées stratégiquement par la production derrière les animateurs.

 

L'énergie verbale du moment n’existait pas à côté du match, dans ces montages artificiels d'événements mêlés pour insérer la rencontre dans un "storytelling" préfigurant une prochaine discussion.

 

Le match en direct n'était guère annoncé, pas plus qu’il n’était véritablement "débriefé" à la manière d’un projet entrepreneurial moderne. Il y avait généralement Paganelli qui souhaitait des choses aux joueurs avant, pendant et après le match. Et c’était à peu près tout.

 

Je me demande à quel moment l’économie du football – sa Ligue, ses diffuseurs, ses agences publicitaires, fatigués d'avoir été trop longtemps simples auxiliaires d'une religion – a décidé de partir à la conquête de notre attention.

 

Peut-être faudrait-il souligner la grande transformation à l’œuvre: du football comme fait social autonome dont l’économie essayait tant bien que mal de tirer parti (et revenus) au football comme fait social encastré dans la chose économique, à la fois proie, produit et prétexte.

 

Traiter le supporter ou l’amateur de football non plus comme tel, mais comme agent économique rationnel susceptible d’allouer à son intérêt pour le football des ressources déterminées, un investissement mesurable et dûment décompté en heures consacrées.

 

Il y avait là un nouveau marché dont nous avions, non sans crédulité, ignoré l’existence jusqu’à ce qu’il se constitue et nous transforme en particules contractantes tenues d’arbitrer à l’infini entre mille combinaisons possibles du temps à consacrer au football, ce football désormais déversé en flux continu sur l’étal de nos écrans.

 

 

 


Les pluies perpétuelles de La Corogne

Quand cette colonisation du temps sera achevée, il se sera supposément perdu une grande part de notre excitation d’enfants, qui aura laissé place au calcul, et c’est un peu de nous-mêmes que nous aurons délaissé au passage, figés devant un divertissement sans début ni fin, la bave coulant lentement de nos lèvres, incapables de jongler intuitivement entre les fenêtres de diffusion dont le sens s’étiolera plus rapidement encore que nos existences livrées à la prédation d’une sollicitation de plus, d’un "nudge" de trop.

 

Naïvement, je me raccroche à cette expérience télévisuelle complète, totale et aberrante qu’est demeurée pour moi L'Équipe du dimanche. Il y avait ces grands formats qu'on ne choisissait jamais et qui avaient le pouvoir de faire voyager sous les pluies perpétuelles de La Corogne, au plus près des paires de gants portées par Freddie Ljumberg à Highbury quand le froid redoublait de vigueur, sous les neiges éternelles des hivers de Turin ou de Milan, puis à Brême au printemps quand décidément on ne savait plus où aller.

 

Il y avait des buts, partout des buts, tout le temps des buts, tous les buts du monde ou presque, ceux d'avant YouTube, ceux qu'on ne pourrait plus jamais revoir et qui allaient passer trop vite devant nos yeux, qu'on n'aurait la possibilité ni de liker, ni de partager.

 

Ensuite? Ensuite plus rien, à part peut-être D2 Max pour les sociopathes des Ardennes ou de l’Yonne qui voulaient tout savoir de la saison de leur équipe préférée pendant qu’elle végétait dans un purgatoire dont elle finirait bien par s’extraire.

 

Alors on pouvait dire que le football avait craché en quelques heures inextensibles tout ce qu’il avait à nous montrer, atteignant la respiration d’une finitude et offrant comme seule porte de sortie la possibilité de se souvenir. Il devenait un peu indisponible et l’on pouvait espérer vivre autrement.

 

Le football et sa représentation, délimités, se suffisaient à eux-mêmes, puis disparaissaient. Il faut croire que tout ceci était bien trop déraisonnable économiquement.
 

Réactions

  • balashov22 le 03/02/2020 à 14h44
    Merci de mettre sur nos pensées confuses des mots si précis, BIG. Et vive la Ligue des Cahiers.

  • Espinas le 03/02/2020 à 14h58
    Merci BIG, ce qui me frappe, outre les droits qui sont trop divisés, c'est qu'on ne sait plus faire de bons résumés comme ces 'grands formats' de l'équipe du dimanche qui pouvait durer 30 minutes ou même ceux de jour de foot de 5 à 10 minutes mais oú on voyait des actions qui ne faisaient pas but, les poteuax/ barres et avec l'impression d'avoir un aperçu de la "physionomie" des matchs.

    Les résumés de la chaine de la LFP sur youtube sont une démonstration par l'absurde: 3 minutes par match, 30 secondes sur les compositions d'équipe, les coups d'envoi des deux mi temps systématiquement filmés en 10 secondes par mi-temps, 1 minute pour les buts dont 20 secondes sur les célébrations, une trente s'il y en a eu plus de 3, 15 secondes pour terminer sur le classement et le calendrier de la première journée.
    On dirait que le défi est de montrer le moins possible de jeu.
    On ne voit pas les actions dangereuses, pas les montants à part s'il y a 0-0, pas les actions menant aux coup-francs, pénalty ou corners. Non, le joueur est face au but et on doit l'accepter, ne pas savoir comment il s'y est retrouvé.

    Ce qui est censé être un outil de promotion du championnat arrive à faire détester la ligue et ses monteurs, et Jocelyn Veluire parce qu'il cache tellement de choses du matchs qu'on le jalouse, encore que je ne suis même pas sûr qu'il ait lui-même vu les matchs, le chemin critique du GANTT ne nécessitant pas qu'il les voit. Belle performance à l'envers.

  • Christ en Gourcuff le 03/02/2020 à 17h44
    Espinas
    aujourd'hui à 14h58


    Tu abordes deux sujets:

    1- la durée des resumés.

    Le temps d'attention maximum pour obtenir un engagement (le nerf de la guerre) sur YouTube est de... 30 secondes.

    Du coup, que la ligue veuille raccourcir au maximum ses vidéos ne me suprend pas. Son erreur est ailleurs:

    2- la stratégie media de la LFP

    On bloque toutes les images et videos qui ne sont pas éditées ou publiées par la LFP.

    Les ligues américaines et en particulier la NBA ont compris depuis bien longtemps que la pub gratuite occasionée par une video de 15 minutes sur les highlights d'un joueur star et produite -gratos pour eux- par NicordiOMFAN est une énorme opportunité.

    On devie un peu du sujet presenté de fort belle manière par BIG mais c'est interessant.
    Comment veux-tu attirer du monde en proposant des résumés de faible qualité comme tu l'as démontré?



  • Kireg le 03/02/2020 à 18h29
    Surtout quand il devient quasi-impossible de trouver lesdits résumés "officiels" sur le nouveau site de la LFP... (je cherche encore)

  • Kireg le 03/02/2020 à 18h48
    (Chouette article BIG)

  • Josip R.O.G. le 03/02/2020 à 20h38
    "c'était à Bourg-Argental. Aux "portes de la Méditerranée", à quelques encablures de Saint-Étienne."

    On croirait du Flaubert

  • Jankulovic Hasek le 04/02/2020 à 08h24
    Le panneau "Bourg Argental Porte de la Méditerranée vous souhaite la bienvenue" existe toujours à l'entrée du village quand tu arrives du col de la République.
    lien
    C'est vrai que quand tu descends d'un col enneigé à 1 100 m d'altitude et que tu arrives à Bourg 11 km plus loin sous le soleil, tu es aux portes de la Méditerranée, même si la mer est à trois heures de route.

  • Sens de la dérision le 04/02/2020 à 10h49
    J'ai jamais vu ce panneau c'est fou.

    Par contre, quelle énormissime erreur sur ce passage : "Car le dimanche il n'y avait presque rien, je crois. Peut-être d'autres choses et d'autres vies, peut-être le temps de revoir le Jour de foot si on était sorti la veille et qu'on avait lancé le magnétoscope (ou, pour les plus modernes, l’éprouvant Pilotime venu du futur)."

    Parce que le dimanche matin, il y avait Téléfoot, l'instant de rattrapage pour tous ceux qui n'avaient pas Canal, Téléfoot qui te permettait de voir la patate de Bertin de la semaine, le tacle hebdomadaire de Cyril Rool, le challenge Téléfoot et Christian Jean-Pierre (si on se réfère à la période que tu décris).

    Il y a du foot toujours, tout le temps mais, en même temps, pour les radins comme moi qui ne vont pas payer d'abonnement à quoi que ce soit, le foot a complètement disparu des radars de la télé gratuite. Je ne sais plus quand la loi a été passée sur les événements qui doivent être nécessairement télévisés (les matchs de l'Équipe de France, les finales de Coupe) mais c'est à peu près tout. Finis les décrochements régionaux de la Coupe de France, finie la Coupe de la Ligue et les délires télévisuelles de Godard, finie la Ligue Europa, finie la Ligue des Champions.

    Un désert dans un trop plein, c'est quand même notable.

  • Cantona pour un il y en a pour deux le 04/02/2020 à 11h34
    Comme balashov, merci de mettre des mots sur ce que je pense.

    C'est ce trop plein, car même s'il a disparu des chaînes gratuites, il est partout (au resto, à la salle de sport, sur internet,...), qui m'a fait ne plus regarder de football. Je regarde les matchs de l'équipe de France, et des autres équipes nationales éventuellement, uniquement pour les CDM et Euro.

    Car oui je partage tout à fait le point de vue que la rareté et l'attente fait que nous désirons le produit. Car ce qui est valable pour le foot, l'est aussi pour les films, la musique, les séries (quel plaisir de se préparer à regarder quelque chose en famille sous la forme d'un rituel dominical par exemple, la joie de l'attente dans le regard des enfants et leur sourire quand le générique débute). Le plaisir pourrait-il être le même avec une plateforme de diffusion, ou le binge watching ?

    Bref merci pour cet article, pour ce moment de nostalgie, pour cette réflexion qui s'engage, et qui va sûrement plus loin que le simple football.


  • Lucho Gonzealaise le 04/02/2020 à 12h18
    BIG, je suis toujours halluciné par le talent que tu as pour raconter les émotions et la nostalgie. Je me suis retrouvé dans beaucoup de passages... ces multiplex radio pendant lesquels je me faisais la promesse que quand je serai grand, je serais abonné à Canal pour voir tous les matchs, les samedi soirs à attendre Jour de Foot pour voir le dernier chef d'oeuvre de Savidan ou la dernière boulette de Sami Traoré, la longue attente du dimanche pour aller manger chez mon beau-père qui avait l'abo Canal. Cette attente interminable jusqu'à ce qu'enfin ils prennent l'antenne à 5 minutes du coup d'envoi, avec ce fameux jingle de carrés dansants, puis l'air latino qui accompagnait l'apparition du logo de la LFP...

    Et L'Equipe du dimanche, qui servait de sas de décompression après le stress du match, une petite heure pour retrouver un rythme cardiaque décent et dormir suffisamment pour être frais en cours le lendemain.