En vous connectant, vous certifiez n'avoir jamais trompé votre club favori. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Comment rater une demi-finale de Ligue des champions : un conte parisien

Une Balle dans le pied - Kylian Mbappé en coupable idéal, Nasser Al-Khelaïfi échappant à ses responsabilités : l'échec face au Borussia Dortmund montre que même quand tout change au PSG, rien ne change. 

Auteur : Jérôme Latta le 10 Mai 2024

 

Atteindre une demi-finale de Ligue des champions, surtout après tant d'échecs, surtout pour une équipe en reconstruction dont on attendait peu en début de saison, c'est une très belle performance pourtant perçue... comme un énième échec cuisant.

Magie du PSG, qui orbite constamment autour de l'astre des fiascos, son ellipse ne l'en éloignant que pour l'en mieux rapprocher.

On peut évoquer les six montants touchés par les Parisiens sur cette double confrontation, mais être si peu à la hauteur dans les deux rencontres, rester si loin des potentiels individuels et collectif justifie la déception. Le piège était tendu sous la forme d'un tirage "idéal" : le Borussia Dortmund, avec le match retour au Parc des Princes. (...)

LIRE L'ARTICLE

Réactions

  • Manx Martin le 11/05/2024 à 02h19
    Très amusante à observer, quand on n'est pas supp du PSG (Dieu m'en préserve), cette espèce de rage anti-Mbappé qui s'est emparée de certains d'entre eux. "Ah il part pour plus beau que nous ? Qu'il soit maudit ! Et d'ailleurs il était nul ! Et sa mère, une mégère !" Cas presque pur et parfait de dépit amoureux.

  • Sens de la dérision le 11/05/2024 à 09h09
    J'ai bien re-regardé que c'était bien un article de Jérôme Latta. Jérôme Latta qui écrit donc : "Kylian Mbappé, lui, poursuivra sa route ailleurs, ce qu’il aurait dû faire bien plus tôt". J'en tombe de ma chaise. L'histoire de Mbappé au PSG aurait pu être belle justement parce qu'il est resté au PSG.

    Sur les deux derniers paragraphes, on semble lire que c'est normal que Mbappé ait des privilèges au PSG mais qu'il devra se mettre au service du club quand il sera au Real. On marche quand même sur la tête comme Mbappé a semblé (en tout cas de loin) marché sur la tronche de Paris.

    (et la cerise sur le gâteau, ce KMB tout moche)

  • Manx Martin le 11/05/2024 à 15h20
    Ce que dit l'article c'est que ce club est géré avec les pieds et que Nasser al-Khelaïfi est une sorte de Waldemar Kita avec plus de pognon.

    Dans ces conditions, Mbappé aurait dû, pour privilégier sa carrière sportive, partir à Madrid plus tôt (peut-être dès 2017, en tout cas en 2022). Il a cru aux promesses de réforme sportive, et sans doute aussi il a cru à la montagne de fric qu'on lui a offert.

    Ce que je comprends des deux derniers paragraphes, c'est que dans une institution sérieuse comme le Real Madrid, non-gérée par des buses comme les deux citées plus haut, on essaie avant tout de mettre les joueurs dans les meilleures conditions pour qu'ils se sentent bien et brillent sur le terrain.

    Classico a posté récemment sur PEM une analyse selon laquelle les "grands joueurs" (genre vraiment grands, Cristiano, Messi, Mbappé, Haaland, pas des mecs qui jouent à l'OL ou à Nantes) marchent non pas à la confiance mais à la surconfiance. Ils en ont besoin pour tenter et réussir les trucs de ouf qu'on attend d'eux.

    Si tu leur retires cette surconfiance, genre tu les fais sortir à la mi-temps parce que c'est "des joueurs comme les autres" (alors que même pas, parce que sortir un mec à la mi-temps c'est clairement une punition), tu casses cette dynamique de la surconfiance et tu fais douter ton super-joueur, qui devient donc un mec ordinaire. Enfin, meilleur que Christophe Jallet, mais pas aussi bon que ce que ses 70 millions par an devraient justifier. Et en cassant cette dynamique, tu casses aussi la relation avec le joueur, qui s'investit moins. Cercle vicieux (je pense que la fin de carrière de Cristiano à ManU est assez représentative de ça, mais sans doute aussi parce qu'il n'avait plus les capacités physiques pour justifier son statut).

    Et donc, à Madrid, on mettra Mbappé dans les meilleures conditions, parce que les top-joueurs, ils savent faire. Et que le club est suffisamment puissant et bien géré pour que jamais il ne puisse penser qu'on la lui fait à l'envers et l'inciter, même inconsciemment, à minimiser son investissement.

    Car le principal argument de l'article, c'est bien que NAK est une buse.

  • michelidalgo le 11/05/2024 à 16h25
    Résumons-nous : NAK est une "buse" et Mbappé un "grand joueur" comme Messi. Même en le répétant dix fois, j'ai du mal à y croire.

  • Manx Martin le 11/05/2024 à 16h43
    Ok Michel

  • Pascal Amateur le 11/05/2024 à 20h07
    PROCRASTINATION Littér. Tendance à différer, à remettre au lendemain une décision ou l'exécution de quelque chose. Synon. ajournement, atermoiement. Cette habitude, vieille de tant d'années, de l'ajournement perpétuel, de ce que M. de Charlus flétrissait sous le nom de procrastination (Proust, Prisonn., 1922, p.86). Besoin de surconfiance ? Ou procrastination ? En remettant aux calendes grecques son départ au Real, Mbappé n'a-t-il pas repoussé son désir jusqu'à le détruire ?

  • Manx Martin le 12/05/2024 à 00h12
    Tu veux dire qu'il aurait eu peur de son propre désir ? Ou de son accomplissement ?

    C'était ton hypothèse sur PEM. Ça me semble une hypothèse valable.

    Attendons de voir ce qu'en pense Michel.

  • 12 mai 76 le 12/05/2024 à 09h54
    Et bien moi j’envie les supporters du Parc d’avoir tant d’années durant eu la chance de voir jouer sous leurs couleurs un tel joueur. C’est toujours incroyable d’avoir sur le terrain un des plus forts du monde, de savourer la classe de ce type de joueur. Trois ans durant j’ai connu ça avec Platini à Geoffroy Guichard. 40 ans après j’en ai encore pleins les yeux d’avoir eu ce privilège d’avoir vu en vrai un des plus grands de l’histoire du foot..
    Ce type de joueur, si rare, que parfois tu ne regarde plus le match mais seulement leur déplacement, leur prise de balle.
    J’ai vu M’Bappe 4 ou 5 fois à la Meinau. Pas toujours transcendant mais même moyen ça reste exceptionnel.

  • michelidalgo le 12/05/2024 à 10h11
    Ce petit ange serait donc parti trop tard sous l'effet du concept de procrastination structurée. Hypothèse séduisante... Puis-je remettre mon avis définitif à demain ?

  • Metzallica le 13/05/2024 à 09h47
    "il a péché par orgueil, préférant le confort du « Kylian Saint-Germain » à un challenge sportif plus relevé et plus incertain"
    Aller a Madrid qui gagne la Champion's League un an sur deux depuis 10 ans ne me parait pas un challenge mais au contraire le confort. Alors ok à Paris il reste la seule star en place donc il y a l'orgueil d'être au centre de l'attention mais le challenge sportif y est 100x plus important que d'aller au milieu des galactiques "gagner des titres".

La revue des Cahiers du football