Tactique de haut vol

12 octobre 2007 – 18:01

Le lendemain matin, on a vu Henry arriver très énervé au petit-déjeuner, en demandant qui lui avait piqué son nécessaire de rasage. Tout le monde a regardé Ribéry, puis chacun a vérifié qu’il n’avait pas de mousse à raser dans son bol. Henry a gueulé qu’il allait perdre sa prime Gillette s’il jouait avec une barbe de deux jours.

Pour gagner du temps, j’ai fait la séance vidéo pendant le vol. Le technicien de la fédé a voulu passer les images sur les écrans de l’avion, mais il n’a réussi qu’à s’électrocuter. Il n’a pas trop progressé depuis l’annonce des 23 de la Coupe du monde à Clairefontaine. Heureusement, on avait emporté le paper-board de Santini, avec ses compos d’équipe de 2002. On a d’ailleurs perdu dix minutes à expliquer aux jeunes qui était Christanval, et à les convaincre que Marlet, Brechet et Bruno Cheyrou avaient vraiment été internationaux à cette époque. “C’est aussi à ce moment-là que j’ai eu ma première sélection”, s’est exclamé Govou. Il y a eu un silence gêné.

J’ai quand même pu commencer mon speech, mais ça n’a pas duré longtemps. Au début, je me suis dit qu’ils étaient simplement heureux d’entendre des consignes tactiques plus claires que jamais, mais j’ai vite constaté qu’ils rigolaient franchement. C’était Mexès, derrière moi, qui m’imitait en faisant l’hôtesse de l’air avec son sac Vuitton sur la tête. Assez sexy, en fait. Ben Arfa et Benzema le regardaient d’un drôle d’air, je n’étais pas complètement rassuré pour lui.

Pas de commentaire à faire sur ce sujet, merci de contacter M. Martinon.