Un dimanche avec beau-papa

29/10/2008 – 8:58

 Les millions de lecteurs qui, chaque jour, cliquent compulsivement pour découvrir les nouveaux articles de Paris Sonne le Glas, adressent moult courriers à nos hébergeurs de football et d’eau fraîche pour que soit enfin révélée l’identité des génies qui composent notre équipe. Sans aller jusqu’à exaucer ce vœu (ce qui risquerait de compromettre nos carrières par ailleurs brillantes), il nous est possible de lever le voile sur certains aspects de nos intimités.

 
Ainsi, sachez tout d’abord que nous sommes jeunes mais déjà respectables, nantis de fortunes colossales issues de nos emplois à la Société Générale, dotés d’un humour ravageur et que, si nos physiques ne sont qu’inégalement agréables, nos virilités conjuguent dimension et vigueur en un équilibre si parfait qu’il fait se pâmer la ménagère. Pourvus de tels attributs, même les plus sots d’entre vous comprendront que, dans nos quêtes matrimoniales, nous n’avons pas récolté les plus moches des guenons : nos compagnes oscillent entre Penelope Cruz et Hale Berry, sauf qu’elles ont renoncé à des carrières prometteuses à la scène ou dans le mannequinat pour mieux nous combler de petits plats mitonnés et de massages relaxants.
 
Ainsi, par exemple, pour ce qui me concerne, ma chère et tendre a la beauté du soleil irisant la rosée matinale, elle a la douceur du petit koala qui mange, bien calé sur sa branche, un fondant au chocolat. C’est vous dire si elle est un peu chouette.
 
Ah oui mais quand même, un détail… Elle est marseillaise. Vraie de vraie. Native. Genre elle craint dégun. Les boules.
 
Mais bon, vous savez ce que c’est, l’amour, la passion, les petits nuages flottants : de notre divergence supporteriale essentielle nous sûmes faire table rase et allâmes main dans la main, Roméo et Juliette modernes se moquant bien fort des guéguerres du Clasico… Ce fut beau.
 
Oui mais un autre détail : ma chère et tendre, malgré toutes ses qualités, est nantie d’un papa à elle qu’elle aime – oui oui, c’était dans le contrat de vente, page 4 en bas. Un papa marseillais lui aussi, et depuis plus longtemps qu’elle, et plus porté qu’elle sur la chose footballistique – autrement dit : une autre paire de manches.
 
Clouons néanmoins au sol le malentendu avant qu’il ne prenne son lourd envol de vautour : le papa en question est un homme charmant. Malgré le fait que, manifestement, je couche avec sa fille, il n’a mis que deux ans à répondre à mes bonjours et seulement une année de plus à m’adresser spontanément la parole : je ne sais pas si Dieu me donnera un jour une fille, mais, si c’était le cas, ça m’étonnerait que je sois aussi avenant avec mon futur gendre… Faut quand même pas déconner.
 
Le temps passant, mon beau-papa et moi développâmes cette saine complicité masculine faite d’amour de l’apéro, de goût pour le saucisson et la bière fraîche bue, les stores baissés, devant l’Euro, pendant que les femmes piaillent en cuisine. Nous accompagnâmes ainsi de soupirs et de jugements péremptoires le calvaire des Bleus en Suisse, ravis d’être en terrain neutre sans une rivalité parisiano-marseillaise pour troubler notre quiétude.
 
Et puis les jours filent, les mois se succèdent, et l’on s’éloigne du havre de l’Euro pour se rapprocher du 26 octobre, la date fatidique, celle où les clubs de nos ventricules vont se conter fleurette. Durant le dîner, nous faisons durer le paisible armistice : nous parlons astrophysique, cueillette des olives et romans policiers italiens. Mais par deux fois, tout de même, je surprends beau-papa à regarder sa montre… C’est que l’heure approche, il faut passer au salon télé.
 
20h58 : Bien calés sur le canapé, nous découvrons la composition des équipes. Décidé à être gentleman, beau-papa déclare tout de go :
          Oh la ! C’est un OM bien défensif alors que Paris fait preuve d’une volonté offensive plaisante ! Bravo à Paul Le Guen !
Je m’empresse de tempérer :
          Certes, certes, mais c’est l’animation qui compte… Il ne sert en rien d’empiler les attaquants.
 
21h01 : Bourillon découpe Niang sitôt le coup d’envoi donné. Soucieux de montrer mon objectivité, je m’écrie :
          Oh mais ça va pas ! Ca mérite le jaune, ça !
Beau-papa apprécie mon fair-play et ne souhaite pas être en reste :
          Y a faute, mais Niang en rajoute beaucoup, quand même.
 
21h04 : Marseille enchaîne les corners et Taïwo frappe de peu à côté. J’ai un spasme du bras gauche et dissimule mon cri de peur en une quinte de toux fort artificielle… Beau-papa tente de cacher son petit sourire et se carre confortablement dans le canapé en prévision de la bonne soirée qu’il va passer.
 
21h09 : Le PSG obtient un corner et je vois beau-papa s’agiter un peu nerveusement. Je le rassure :
          Oh, pas d’inquiétude, c’est Rothen qui le tire… Il ne dépassera pas le premier poteau.
 
21h10 : Le corner est superbement tiré et Hoarau marque d’une tête puissante. Beau-papa laisse échapper :
          Putain c’est pas vrai !
Puis il se tourne vers moi et je sens bien qu’il se retient d’ajouter « c’est agréable de voir le match avec un connaisseur ». Je regarde ma chaussure gauche en me répétant in petto « yes ! yes ! YES ! ».
 
21h21 : Sur un centre anodin de l’OM, Bourillon enlève subtilement le ballon des gants d’un Landreau en mode Grégorini. Niang marque dans le but vide. Je me prends la tête dans les mains. Beau-papa retrouve le sourire et dit :
          Ah ben tiens ! Je me demandais pourquoi Mandanda avait piqué la place de Landreau en équipe de France, je comprends mieux… Et le Bourillon, là… pas mal ! Il ferait une belle charnière centrale avec Méxès.
Je trouve ça assez mesquin et préfère garder un silence digne.
 
21h30 : Kaboré, déjà auteur de plusieurs fautes, commet un attentat sur Armand. Je tape sur le canapé en criant :
          Et c’est reparti ! Comme à la grande époque !
          Excuse-moi mon petit, ironise beau-papa, pour toi la grande époque c’est celle de Skoblar et Magnusson ou celle de Papin et Waddle ?
          C’est celle de Mozer et Di Meco.
 
21h44 : La domination marseillaise est totale, et beau-papa enrage qu’elle ne se concrétise pas à la marque. Puis Valbuena double la mise, et beau-papa serre un point rageur tandis que je m’enfonce dans le canapé. Il se tourne vers moi avec un sourire jusqu’aux oreilles :
          Allez mon petit, c’est pas grave… Vous vous rattraperez mercredi contre Toulouse… Quant à nous, t’as vu ? On est leaders du championnat !
          Ah ouais, pas mal… Vous avez qu’à demander à la LFP de considérer ça comme un titre, ça vous re-débloquera votre palmarès.
 
21h49 : C’est la mi-temps, on va se rechercher une bière. Les femmes nous demandent si c’est un beau match.
          Très beau, fait beau-papa.
          Bof, pas trop mal, je réponds.
 
22h01 : Violent tacle de Hoarau sur Cheyrou.
          Et c’est nous qui sommes brutaux ! s’exclame beau-papa.
          Peut-être mais nous on prend les cartons quand on les mérite, c’est pas le cas de tout le monde.
Non mais. Pour cette seconde mi-temps, je vais muscler mon jeu, ça suffit de me faire bouffer dans les duels.
 
22h08 : Egalisation de Luyindula. Beau-papa s’emporte à la vue du ralenti :
          Oh mais oh, le quatrième arbitre il retient Hilton par la manche pour l’empêcher de rentrer ! Mais c’est pas vrai, il a été acheté ou quoi ?
          Ah non cher beau-papa, les enveloppes dans les jardins, c’est pas nous.
 
22h21 : A la lutte avec Camara, Niang s’effondre dans la surface parisienne. Beau-papa se lève :
          Et là, y a pas pénalty, peut-être ?
          Non je crois pas.
          Eh ben moi je crois que si.
          Eh ben moi je crois que non.
          Eh ben peut-être qu’à Paris on joue avec des règles différentes, mais moi je crois que si.
Restons calmes, c’est beau-papa, restons calmes, c’est beau-papa.
 
22h25 : La reprise de Cheyrou se fracasse sur la barre transversale de Landreau. Beau-papa s’enthousiasme :
          Oh purée quelle mine ! On aurait dit une frappe à la Sauzée, tu te souviens mon petit ?
          Sauzée, Sauzée… C’était quand vous gagniez des titres, ça ?
          Eh beh oui !
          Ah désolé, je me souviens pas… J’étais trop jeune.
 
22h33 : Coup franc de Rothen, Hoarau rate la balle, Mandanda se déchire, but. Beau-papa met un grand coup de poing dans le mur. Je me hasarde :
          Le Mandanda, là… C’est pas déjà lui qui était dans les buts pour Autriche-France ? Ah c’est sûr, on comprend vraiment bien pourquoi il a remplacé Landreau.
 
22h38 : Magnifique contre du PSG conclu victorieusement par Hoarau. Beau-papa ne dit rien, se lève, rajuste sa chemise, et sort sur la terrasse… Il s’allume un cigare. Je me mets au milieu du canapé, bras étendus, bière à la main.
Etonnée par la sortie de son père, ma belle gazelle vient aux nouvelles :
          Il est fini le match ?
          Non… Enfin, oui, mais non…
          Alors qu’est-ce qu’il se passe ?
          Mais rien mon amour, tout va bien… C’était une très bonne soirée… Et tu sais quoi ? J’aime vraiment beaucoup ton papa… C’est très agréable de regarder le foot avec lui.
 

 

 
 
 –  Une ride, beau papa ? Ah non, je ne vois pas. Vous rajeunissez chaque jour.

 

 

  1. 2,660 réponses to “Un dimanche avec beau-papa”

  2. Tro mortel.
    La classe a dallas…. PAris est magique et dédicace a tout mes poto marseillais qui ont chambrer jusqu’à 2-1 avant de prendre un malin plaisir a les achever. Heuresement que Pancrate n’a pas marqué ou c’était noël en avance …
    A plus

    De Cisco le 29/10/2008

  3. ” – … On est leaders du championnat !
    – Ah ouais, pas mal… Vous avez qu’à demander à la LFP de considérer ça comme un titre, ça vous re-débloquera votre palmarès.”

    Haha, vraiment trop bon, merci pour l’eclat de rire. Et le reste du texte est au meme niveau! Chapeau!

    De Dr_Evil_Hodzic le 29/10/2008

  4. Quand j’ai lu le début de l’article, je me suis demandé dans quelle dimension parallèle on était tombé.
    Puis un rapide coup d’oeil vers le titre pour me rappeler de quoi on était censé parler et la lumière fut, en même temps que je lisais la suite de l’article : très drôle, ce récit circonstancié du “Clasico” !

    De Matte-OL le 29/10/2008

  5. De la bombe de boulette de gardien!!
    Sinon la photo en bas, ça vous fait rien de savoir que Ducrocq joue à Strasbourg dans une charnière avec Gregory Paisley?? Pendant ce temps là, Ravanelli est devenu consultant auprès de Juninho…
    Et puis si j’étais marseillais, j’essaierai franchement de me pendre avec une sardine!

    De MonPotoDucrocq le 29/10/2008

  6. Rien ne vaut un bon OM-PSG entre supporters des deux clubs, on peut pas s’empêcher de se chambrer…
    J’en ai quelques unes, après une faute de Rothen, un mec dans le bar a crié : “Il avait raison Zidane, t’es bien un fils de pute!” inutile de vous dire que le bar en question se trouve dans un Gard très pro-OM.

    Que tout les OM-PSG soient aussi beaux, mais allez l’OM quand même

    De fabulous git' le 29/10/2008

  7. Mouahahahahahaaaaaa, continuez, vous êtes fantastiques.

    De Toucher Rekdal le 29/10/2008

  8. la bande des tocards associés…Supporter d’un club de merde, vous me faites sourire…

    Un marseillais, of course

    De JCL le 29/10/2008

  9. Très jolie histoire !!! 🙂

    Puis, c’est vrai que les défaites au Vélodrome sont les plus douloureuses pour un supporter marseillais. Je me souvient d’une frappe de Ducasse que tout le virage n’est pas près d’oublier…

    – Oh purée quelle mine ! On aurait dit une frappe à la Sauzée, tu te souviens mon petit ?
    – Sauzée, Sauzée… C’était quand vous gagniez des titres, ça ?
    – Eh beh oui !
    – Ah désolé, je me souviens pas… J’étais trop jeune.

    Trop bon ça ! ^^

    De Kelef le 29/10/2008

  10. Splendide. Vraiment au niveau.

    Je n’en attendais pas moins de vous !

    Allez l’OM, et longue vie à Paris Sonne le Glas !

    De Bamogo Cadiz le 29/10/2008

  11. Excellent !
    Un détail néanmoins, vu la précision de certaines infos sur la finance glanées dans certains articles, je reste persuadé que le poste à la Générale n’est pas du second degré. Si c’est le cas, je suis de tout coeur avec vous si vous avez souscrit au dernier plan réservé aux employés autour de 120…

    De Nerik le 29/10/2008

  12. Du haut niveau !
    Du changement de rythme, de la technique, de la construction, des éclairs de génie.

    Pareil pour le match.

    De JRM le 29/10/2008

  13. Très bon les échanges de vannes sur les erreurs de gardien!!

    Par contre tu aurais du lui faire remarquer à ton beau père que Landreau a mis 20 minutes à changer le but suite à la frappe de Cheyrou, et qu’il était parfaitement posé, filet compris au coup de sifflet final ca aurait évité le concours de drop entre “Juan Martin” Valbuena et “Lionel” Koné…

    “- Sauzée, Sauzée… C’était quand vous gagniez des titres, ça ?
    – Eh beh oui !
    – Ah désolé, je me souviens pas… J’étais trop jeune.”

    Trop vrai…

    Continuez votre blog est vraiment génialissime et je fais partie des fous furieux attendant impatiemment votre billet quotidien

    De JeSouffre Mulumbu le 29/10/2008

  14. 6 mois de patient travail réduits à néant. Cela fait 6 mois que je tente de cacher a mes collègues de bureau mon inavouable activité de la pause dej (si l’on considère qu’elle court de 10h30 à 16h). Mais je n’ai pu résister, j’ai fait mon coming out… pas pu faire autrement pour expliquer mes gloussements… oui je lis Paris Sonne le Glas…. et j’en suis fier.

    Je tiens à dire que les fréquentes références au palmares virginal de l’OM depuis…. pfiou… 15 ans… est pour moi source d’un plaisir quasi orgasmique. Car oui, nous, on est presque relégables mais on se tape la coupe à moustache tous les 2-3 ans pour faire une ligne sur le palmares… Ca sert à rien d’autre que de faire chier nos potes marseillais….

    De Sa fete à Suzy le 29/10/2008

  15. Depuis le début de la saison je frémissais de peur avt chaque résultat du PSG… Et si ce club de branquignoles se remet à gagner… seront-ils aussi drôles et prolifiques?..
    Me voilà entièrement rassuré.
    Long palmares au PSG et longue vie à PSLG!
    Merci.

    De Camara en short le 29/10/2008

  16. J’étais au vél’ en 1993 pour la célébration du dernier titre et mes tempes ont bien blanchi depuis. Je revois le but de Boli et l’explosion de joie, je pense avoir eu un orgasme quand l’arbitre a sifflé au Parc un penalty absolument imaginaire sur Ravenelli, j’ai broyé le canapé-lit de mes parents quand Van Buyten a marqué (il en reste encore des taches de bière sur le plafond blanc).

    Mais il est temps de faire mon coming out: je les ai detestés, exécrés, haïs mais maintenant, je les aime comme des frères (sauf les fachos de Boulogne, faut pas déconner quand même) et je rêve de faire la même chose que lors de l’avant-match OM-Bruges, l’année lointaine du dernier titre: une tournée pastis, une tournée bière et que le meilleur gagne!

    Le prix Nobel de la paix au Glas!

    De noel-san le 29/10/2008

  17. De noel-san le 29/10/2008

    Imposteur! La bière, ça tache pas !

    De Pirès te calme le 29/10/2008

  18. C’était de la bière belge…

    De noel-san le 29/10/2008

  19. Ouaaah…

    [Au passage, corrigez ça, siouplaît : “se carre”, “in petto”. Ensuite, ne changez rien, je vous prie.]

    De Didier_F le 29/10/2008

  20. Bien vu Didier_F, c’est corrigé… Merci!

    De Les auteurs le 29/10/2008

  21. Les dieux qui président à l’incertaine marche chaotique d’un PSG pseudo-renaissant ont,pour une fois, depuis ces dernières années, et contre toute logique supplanté une bonne Mère somnolente qui a depuis un peu trop longtemps abandonné ses supposés protégés, négligeant les responsabilités qui sont sa raison d’exister.Cependant, je sens venir l’hiver,de qui la froide haleine d’une tremblante peur fait hérisser ma peau (pour la fragile pérennité d’une équipe miraculée);et le printemps, le printemps souriant ,ne manquera pas de corriger les exactions de l’automne….tout chauvinisme mis à part,car quoiqu’on en pense l’OM ,même si c’est improbable,avec l’aide circonstanciée et soutenue de la susdite bonne Mère, peut faire des progrès.On peut toujours rêver….Quoi qu’il en soit,merci pour ce joli article

    De beau-papa le 29/10/2008

  22. Merci beau-papa (eh oui chers lecteurs: rien de tout cela n’est fictif, vous êtes au coeur d’une sorte de blog-réalité… étonnant, non?).

    Et rassurez-vous: le passage de Toulouse au Parc a refermé la faille spatio-temporelle, le PSG a retrouvé son vrai niveau… Désolé que ce soit tombé sur l’OM…

    Et bon anniversaire 😉

    De Le gendre le 30/10/2008

  23. Vous pouvez voter par SMS* en envoyant Glas au 19 94. Si vous voulez garder beau papa, taper 1. Si vous voulez garder Le gendre, taper 2.

    *SMS non surtaxé, coût variable selon opérateur. L’ensemble des gains sera reversé à l’Association “Ronaldo à Paris”.

    De Les auteurs le 30/10/2008

  24. Excellent article!
    Bien que supporter inconditionnel de l’OM, je me suis bien marré (surtout le “vous vous rattraperez mercredi contre Toulouse” lol).
    Longue vie à ce blog digne des CDF! Continuez comme ça! Paris Sonne le Glas rend le PSG un peu moins moche (même s’il reste pas mal de boulot)
    ALLEZ L’OM!

    De POTOX le 30/10/2008

  25. Ca y est, je vais devenir accro… pas au PSG faut pas déconner quand même mais ce blog, c’est régalade sur régalade (et sur rigolade aussi).

    De Diablesse le 30/10/2008

  26. Tant qu’on est dans la réalité un petit moment, mon beau père est supp de Guingamp.

    Ca fait 4 ans qu’il ne veut plus me voir.

    Ca fait du bien d’en parler à quelqu’un qui comprend.

    De Lucarelli le 30/10/2008

  27. merci pour ce pur moment de bonheur .
    vous etes tout simplement fantastiques .

    De alexandre le 30/10/2008

  28. Dimanche soir 21H00

    Avignon

    Bar du club des supporters de l’OM d’Avignon

    25 supporters avec maillots, écharpes, casquettes (si, si), chaines en or…. bref des stéréotypes, des vrais…..

    Et moi………..le stéréotype du parisien méprisant

    J’entre dans le bar.

    Mon pote Raf hurle à la cantonade: “Ah v’la le parisien”

    Huées.

    Un client: “Bon il ha(aaa)bite Paris, mais il est pour l’om”

    Mon pote Raf:”Ben non il est abonné au Parc”

    Huées de plus belles. Je m’assois.

    Ma potesse Sophie (de loin la plus jolie fille du bar…. ok y’en avait trois et l’une d’entre elle avait soixante ans)

    “T’inquiètes pas, ca va aller”

    Début du match

    10 ème minute But de Hoarau

    “Putain, connard de Hoarau”.
    Je souris et reste digne.

    But de Niang sur grosse boulette de Bourillon.
    Ca chante ” Bourillon, bourillon, bourillon….”

    But de Valbuena
    Je râle sur la faute de Cheyrou sur Sessegnon sur la récupération du ballon. Me fait chambrer.

    Mi temps. Je paie une bière à un mec qui me saoule et me raconte que cet enculé d’Heinze avait volontairement cassé le crane de Fernandao qui était parti pour devenir meilleur que Rai mais qui n’a plus jamais été aussi bon.
    Salaud de Heinze (intérieurement je ricane… meilleur que Rai… aucun sens des valeurs ces marseillais)

    Deuxième mi temps on me promet des avalanches de buts, au moins trois…..

    Affaire du pénalty non sifflée sur Niang pour tirage de bras.
    J’ironise. “C’est le mistral qui l’a déséquilibré?”

    Huées

    J’ironise de plus belle. Dans le mouvement la main de Niang touche le visage de Camara. “Carton rouge, il lui met une baffe”

    Huées………..

    But de Pegguy
    Sessegnon met la misère à Cana… et But de pegguy étonnamment bon ce soir)
    Je me marre.

    2-2
    Tendu.

    Transversale pour cheyrou… belle action et faute gagesque de Niang sur Landreau. Tout le monde se marre et fait semblant de célébrer un but. Un grand mastodonte court autour du bar en hurlant et m’enlace comme si on avait gagné la coupe du monde.

    But de Rothen.
    Mandanda se chie dessus.
    Je souris en coin …. tout le monde fait la gueule.

    But de Hoarau. Il reste 5 ou 6 personnes dans le bar.

    c’était un super match et Sophie est vraiment mignonne…

    Dieu que c’était bon…..

    De Pencran le 31/10/2008

  29. eh.. thanks 🙂

    De Exceesy le 6/05/2009

  30. hh… bookmarked.

    De Expatacax le 23/05/2009

  31. nice! i’m gonna make my own blog

    De Expatacax le 1/06/2009

  1. 1 Trackback(s)

  2. 17/11/2008: Paris Sonne le Glas » Blog Archive » Petit Supporter Grandira - 1 / 4 : Ce soir, c’est la première fois

Pas de commentaire à faire sur ce sujet, merci de contacter M. Martinon.