Le kikonjou de la semaine : Bordeaux

2/03/2008 – 17:41

Aussi incroyable que cela puisse paraître, certaines peuplades parviennent encore de nos jours à survivre au-delà du périphérique. Parfois même à des lunes et des lunes de marche. On les appelle les kikonjoux. Afin de mieux connaître leurs coutumes et de promouvoir un tourisme parisien responsable, prenons notre Hummer Diesel et partons à leur rencontre.

Le kikonjou de la semaine : Le Football Club Girondins de Bordeaux

Bordeaux a été découvert un lundi par Jesse Garonne, un rapide sinueux et mal embouché, alors qu’il cherchait la plage que jamais il ne trouva. Il sut alors qu’il lui faudrait convaincre un monde incrédule que le cauchemar avait déjà commencé.

Par définition, les Bord-de-laids sont limite moches. A l’exception notable d’Ulrich Ramé, qui est quelqu’un d’entier. Dame Nature, un brin Taquine, les a en outre affublés d’une propension à l’ennui qui pourrait être joliment contemplative si elle ne consistait pas à fatiguer tout le monde. Spéciale dédicace à Montaigne et Mauriac, dont les cahiers de brouillon ont le mérite de caler à la fois le lecteur et sa bibliothèque.

 

girondins

Laurent Blanc indique à son groupe qu’à partir de là, on meurt ensemble.

« Lugdunum chiantus est, Burdigala kifkif bourgicos » avait coutume de dire Mauritius Paponus, le fameux légat acquitté en Aquitaine. Mais si les gens du Rhôgne sont réputés pour leur rasoir soyeux, les Bord-de-laids noient quant à eux leur torpeur dans les grands ignobles. La énalité étant leur ice, oilà t-y pas qu’ils parfument leurs in à la anille, ces endus.

Mais où sont donc passés tous les V ? Sur les scapulaires, évidemment. Ah la sainte dévotion envers la Vierge, Vairelles, et toutes ces icônes stériles. Pour que Claude Bez, fallait bien que çhaban delmas. Alors oui, certaines Girondines sont girondes, mais évitez tout de même les soirées jacuzzi avec Charlotte Corday.

 

obispu

Y’a même l’anagramme de Pablo Picasso sur cette photo. C’est pas la méga classe ?

Entre le Salon des Antiquaires et le Festival International d’Orgue, l’occasion de faire la teuf ne manque pas pour les Bord-de-Laids. En plus, le Port de la Lune vient d’être inscrit au Patrimoine Mondial de l’Humanité. Youhou ! Tout le monde avec la raie au milieu ! Mais cette promotion sociale n’est pas accessible à tous, et une frange Bord-de-Laide est contrainte, pour survivre, d’émigrer au Cap Ferret.

Certains de ces gueux taquinent le cuir au Haillon et se mettent chiffons en attendant leurs soldes. A l’instar de nombreux amateurs, ils ont donc souvent un autre emploi. Ainsi l’avant-centre et bourgmestre Juppê, un chauve sec, désagréable et imbu rarement décisif.

Qu’attendiez-vous d’une bourgade dont les sauvages les plus honnêtes mentent Ici Paris pour crâner avec les filles, franchement ?

  1. 2,675 réponses to “Le kikonjou de la semaine : Bordeaux”

  2. Vous êtes vraiment des malades 😀
    Bravo pour la photo avec Laurent Blanc !
    PEM vaincra (enfin du moins l’an prochain, qui sait)!

    De Jeanroucas le 3/03/2008

  3. Moi je dis mouarfateix’!

    De oie d'heule le 6/03/2008

  1. 1 Trackback(s)

  2. 3/05/2008: Paris Sonne le Glas » Blog Archive » Le kikonjou de la semaine : le Toulouse Football Club

Pas de commentaire à faire sur ce sujet, merci de contacter M. Martinon.