Posts tagged ‘Drogba’

Jamais à l’abri d’une bonne idée, Vincent Labrune a donc réussi à éclairer notre mercato hivernal avec le prêt de Florian Thauvin dont Newcastle se sera lassé en moins de six mois. L’opération est belle, mais le retour de celui qui a illuminé notre saison 2014-2015 aurait pu être parfait si nous avions cédé aux demandes anglaises de “vrai” transfert (le fameux humour anglais). Cette direction a encore une belle marge de progression, tout espoir est permis pour l’avenir.

Et l’avenir proche, c’est la mise en place d’une opération commando “Objectif Ligue de Champions” pour conclure ce mercato en feu d’artifice en faisant revenir au bercail 11 anciennes gloires locales.

  • Gardien : Steve Mandanda, parce qu’il est temps qu’il comprenne qu’il finira sa carrière à l’OM. Mais si un Stoke se décide à lâcher 35 millions, Elinton Andrade fera parfaitement l’affaire. Le karma, ça ne s’achète pas.
  • Défenseurs :
    • Manuel Dos Santos, au moins avec lui le couloir était bien cimenté.
    • Marcel Desailly, pour montrer à Laurent Blanc et Zinédine Zidane ce qu’est un véritable challenge sportif.
    • Stefano Torrisi, parce qu’aligner Paolo de Ceglie manque de panache.
    • Juan Ángel Krupoviesa, pour perpétuer le mythe du flop argentin.
  • Milieux de terrain :
    • Alou Diarra : le nom de Lassana, l’abattage et presque le prénom de Diaby. Le remplaçant idéal de Romao.
    • Charles Kaboré, parce que.
    • Florian Thauvin, parce que Mauricio Isla est trop sobre et fait trop de passes. Et puis il est déjà revenu…
    • Jérôme Leroy, pour redonner l’envie de se battre aux milieux de terrain.
  • Attaquants : Patrick Bosso et Robert Pirès, car seul un duo Bob l’épongesque pourra remplacer Michy.

Remplaçants : Jean-Pierre Papin, Bixente Lizarazu, Habib Beye, Christophe Dugarry, Reynald Peydros, Franck Sauzée et Franck Leboeuf. Non seulement, on ne les entendra plus dans les médias, mais en plus, leurs anciens collègues seront peut-être indulgents avec nous. Ou éviteront de nous diffuser en prime time pour ne pas en dire du mal.

Entraîneur : Bernard Tapie, le seul entraîneur français à avoir gagné la Ligue des Champions.

Ils n’ont pas passé le cut : Cédric Carrasso, Stéphane Trévisan, Mehdi Benatia, Renato Civelli, Carlos Mozer, Ronald Zubar, José Delfim, Pascal Johansen, Mathieu Valbuena, Ibrahima Bakayoko, Didier Drogba, Mario Jardel, Mamadou Niang, Cyrille Pouget, Fabrizio Ravanelli, José Anigo, Abel Braga, Rolland Courbis, Pape Diouf, …

Ils seraient bien venus mais ils sont trop occupés : Basile Boli et Manu Amoros.

[Bakayoko-Lanta est le jeu événement de l’été : précipitez-vous sur l’épisode précédent si vous l’avez manqué !]

Le Koji Nakata est une épreuve originale de Bakayoko-Lanta : il s’agit d’un parcours dans Marseille à effectuer, autour du quartier de la Préfecture, en jonglant avec un ballon, chaussé d’après-ski. L’équipe gagnante est la première dont tous les membres finissent le parcours.

Jouer en moonboots, certains en rêvaient : enfin allaient-ils avoir une excuse pour leurs pieds carrés. Nécib aussi est contente : sa pédicure souffre moins que dans le carcan de cuir que sont les crampons. En revanche, pour tous, l’interdit du ski pour les footballeurs rend l’expérience unique. Ceux qui s’en sortent le mieux sont finalement, chez les jaunes, ceux qui viennent de contrées septentrionales, comme Thauvin, Payet, Mendy et Imbula.

Imbula neige.

Imbula neige.

Chez les rouges, c’est plus folklorique. Andrade ne sait clairement pas jongler avec autre chose que des citrons ; je vous laisse imaginer le spectacle, en après-ski et avec un ballon. C’est d’ailleurs suite à cette épreuve que Margarita avait insisté pour le recruter lors de la saison 2009 de Bakayoko-Lanta : il lui avait furieusement fait penser à un danseur russe sur l’air de Kalinka.

Mais, de fait, il n’avance pas, si bien que les rouges sont beaucoup plus dispersés. Drogba, très à l’aise avec ses pieds d’éléphant, prend la tête de l’épreuve et progresse rapidement. Il se laisse même aller à quelques pitreries qui le font jongler de la tête et zigzaguer sur la route. Un taxi manque même de le renverser, et Drogba n’y voit rien jusqu’à ce que le conducteur l’intime de remonter sur le trottoir.

Phoque me, I’m famous !

Phoque me, I’m famous !

Toujours plus rapide, il arrive au niveau des bains turcs quand le drame se produit. Alors qu’il évolue toujours le nez en l’air, Drogba chute violemment.

Lorsqu’il se retourne pour trouver le responsable, Drogba est effaré.

Lorsqu’il se retourne pour trouver le responsable, Drogba est effaré.

Il vient de trébucher sur le cadavre de Mário Jardel !

Il faut à cet endroit que je m’autorise une petite digression, car je vous dois des explications. Jardel est l’un des participants les plus prestigieux de Bakayoko-Lanta. Peu de joueurs ont atteint son assiduité, une présence indéfectible durant plusieurs saisons consécutives, avec parfois la victoire à portée de main, notamment lors de la fabuleuse saison 2001 où Tapie avait tout fait pour qu’il l’emporte. Malheureusement pour Jardel, Pascal Nouma avait été plus agressif lors de l’épreuve de lutte gréco-romaine et l’avait finalement emporté.

It’s a fucking digression !

It’s a fucking digression !

Ses coéquipiers rattrapent Drogba un à un – sauf Andrade – et essayent de l’aider à se relever. Mais la blessure à l’ego semble trop grave, il va abandonner. Le choc est terrible pour les rouges : plus que la perte de Drogba, ils connaissent les règles de Bakayoko-Lanta et savent que cela signifie son remplacement dans l’équipe par le dernier éliminé du jeu, à savoir Khalifa !

Pendant ce temps, les jaunes terminent l’épreuve sans trop de peine, si ce n’est un début de bagarre avec des maquereaux de Marseille qui ont confondu Miranda avec un travesti bien connu de la rue Sénac. Mais Mendy et Imbula ont assuré la défense.

À l’arrivée, c’est donc un rouge qui doit être éliminé. La cellule de recrutement ne perd pas l’occasion qui lui est offerte de renvoyer Andrade aux inscriptions pour la prochaine saison de Bakayoko-Lanta.

[Rendez-vous la semaine prochaine pour l’épisode 5]

Salut les vivants,

Cette confrontation, la deuxième consécutive en Ligue des champions contre un club russe, était placée sous le signe du retour du fils prodigue.Pour rappel: “Prodigue: adj. Qui dilapide son bien en dépenses excessives”. Dépenses excessives: syn, “Meilleure équipe depuis dix ans”.

Alors certes, Dassier a fait revenir Drogba, mais gagner contre Chelsea, je l’avais fait aussi. Ce match respirait tant la sérénité que j’ai un instant cru qu’il s’agissait de la seconde manche de mon trophée du mois d’août.

C’est dommage qu’Anelka ne soit pas venu, j’aurais aimé savoir s’il acceptait les interviews du journal La Marseillaise. Quant au reste des joueurs de Chelsea, on les a tellement qualifiés d’extra-terrestres après le match aller qu’ils ont débarqué en petits hommes verts, croyant qu’il s’agissait d’une soirée déguisée.

Éternel retour, mais pour une fois pas au score.

Sans transition, voilà mes notes:

Mandanda: Depuis qu’il a fini d’être nul sur les sorties aériennes, nous l’oublierions presque. Surtout quand il n’a à jouer que des frappes de 25 mètres venues mourir dans ses bras. 7/10 Plein d’espoirs, comme le retour de Ben Arfa.

Kaboré: Si ses centres loupés étaient étaient aussi décisifs que les frappes ratées de Taiwo, l’OM n’aurait jamais à craindre de finir Fanni. 5/10 Dispensable, comme le retour de Ferreri.

Diawara: Lui-même ne se souvient pas du dernier match de Ligue des champions qu’il a joué sans tenter d’offrir un penalty. Récupère petit à petit le mojo défensif d’Heinze. 5/10 Décevant, comme le retour de Tapie.

Heinze: Sur le premier crochet de Kalou, Heinze n’a pas eu le temps de voir défiler sa carrière, alors l’attaquant a décidé de le passer en double contact. Toujours aussi efficace dans l’hypnose d’arbitre, sans doute gagne-t-il une boîte de cigares du pharaon chaque fois qu’il réussit son numéro de fakir. 6/10 Victorieux, comme le retour du Jedi.

Taiwo: Comme Heinze jouait aussi un peu arrière gauche, il n’a pas vraiment eu l’occasion d’être mal placé. 6/10 Décisif, comme le retour de Goethals.

N’Diaye: Titularisé pour mettre Cissé au repos. Rien que ça. Mettre Cissé au repos, c’est comme demander à Avi Assouly d’être un peu plus méridional. Il s’est concentré sur la seule chose qu’il sait faire: remettre la balle à celui qui vient de la lui passer. Blessé par Lizarazu qui l’a traité de “Philippe Christanval”, Douloureux, comme un retour de kick. 5/10 Remplacé par Jordan Ayew. Oui, à 1-0 contre le champion d’Angleterre, Deschamps chambre et sort son seul milieu récupérateur pour faire rentrer un avant-centre. A disparu rapidement, comme le retour de Saint-Étienne.

Abriel: L’OM prolonge le Téléthon en mettant en avant ses handicapés (rien à voir avec la myopie de Kaboré sur ses centres). A tout fait pour se mettre dans la peau de Lucho, notamment avec une feinte de corps pour Kaboré. Oui, on est passés de feintes de Lucho pour Niang à des feintes d’Abriel pour Kaboré. Improbable, comme un retour de Llodra 5/10 Remplacé par Lucho, qui fait moins la gueule que Lisandro quand il est sur le banc, lui.

Cheyrou: Au mieux de sa forme, comme l’indiquent ses statistiques de frappes foireuses. Lui faire admettre qu’il n’a pas de frappe de balle, voilà un défi à la hauteur de Deschamps 8/10 A part ça, toujours aussi bon, comme Retour vers le futur.

Rémy: Offensivement, c’est une sorte de Cissé rapide. Défensivement… eh bien c’est pas mal. Il ferait un excellent arrière latéral, je me demande pourquoi on va chercher Fanni. Mais c’est bien la preuve qu’on apprend de nos erreurs: stratégiquement, nos attaquants devaient avoir l’air nuls pour que l’adversaire ne veuille pas les acheter. Rémy a appliqué la consigne à merveille. 4/10 Un peu pathétique, comme le retour de Schumacher.

Brandao: Il s’est contenté durant la majeure partie du match de faire du Drogba-vieux. Finalement, il entre dans la cour des grands du football européen en mettant un but à la Pippo. En voyant la balle de Taiwo être déviée vers lui, j’ai eu peur qu’il essaie de la passer à Rémy. Heureusement, il a manqué son contrôle. 6/10 Surprenant, comme le retour de Carrasso.

Valbuena: Il tire sur la barre: il aurait donc grandi de quelques centimètres depuis Liverpool? A du se faire voler sa copine au camping par un Anglais, c’est pas possible de briller autant dès que l’opposition parle la langue de Shakespeare. 6/10 Remplacé par André Ayew, qui n’a pas tardé à recevoir son carton jaune réglementaire et à faire des allers-retours en courant le long du couloir gauche. C’est Pintus qui doit être content: il peut calculer sa VO2max à chaque match. De mieux en mieux, comme le retour de Gérard Gili.

http://news.ahibo.com/IMG/jpg/Drogba_Didier_OR1.jpg

Deschamps: Au bout de vingt minutes, il envoie un texto plein de sueur à Dassier en le suppliant: “J’ai besoin d’un 06”. Dassier lui a répondu que Margarita avait son forfait chez un opérateur suisse.

L’adversaire: Le signe que ça va mal à Chelsea, c’est que je les ai vus jouer en contre une bonne partie du match. Je me demande si Malouda perd son football dès qu’il entend parler français. Et le signe que ça va vraiment très mal, c’est qu’Heinze a mis exactement le même but à Arles Avignon.

Kalou: Soit Renato Civelli a bronzé sur une plage naturiste ces deux dernières années, soit la pelouse du Vélodrome incite à l’exhibitionnisme.

Drogba: Il a tellement voulu  jouer à l’amant parfait qu’il est allé chercher les ballons sur nos touches. Et quand je l’ai vu se tordre de douleur sur un contact avec Heinze, j’ai bien cru qu’il terminerait sa carrière à Marseille. Blessé.

Bob-Loulou.