Archive for the ‘Plus belge la vie’ Category

Raymond: Alors, t’as eu des bonnes vacances Bob?

Bob-Loulou: Bof, je me suis ennuyé comme un rat mort.

Raymond: Et cette reprise?

Bob-Loulou: Tu n’as pas lu mes notes d’OM-Sochaux? Le match fut insupportable à regarder!

Raymond: Ah?  Moi, j’ai trouvé ça pas si mal.

Bob-Loulou: Oui, je voulais dire visuellement. Avec ce maillot épileptique, beaucoup de supporters de l’OM risquent de finir comme Ian Curtis après la saison 1979-1980 de Manchester City.

Raymond: Ca risque de finir pareil pour les attaquants qui vont rentrer dedans le triangle des Bermudes Diawarra-Mbia-Diarra quand ça marchera cette affaire!
La présence de Diarra fait espérer: je ne veux pas  traiter Édouard Cissé de brelle (et je te parle pas de Jacques). Il  a quand même apporté sûrement plus que ce que tout le monde attendait de lui, mais le fait qu’il y ait un vrai récupérateur, ça aide à remettre Cheyrou et Lucho dans la construction, voire à la finition.

Bob-Loulou: Rendre le jeu aux joueurs qui sont censés le construire: Didier est un génie!

Raymond: Si à côté de ça, Diarra s’autorise quelques participations à l’attaque comme sur le goal de Lucho…

Bob-Loulou: Sur le moment, j’ai cru voir Vieira, puis je me suis rappelé qu’il est bientôt attendu ici-haut.

Raymond: Par contre, celui qui a été moins à la fête, c’est André Ayew, même s’il s’était peut être un peu fait mal et que ses collègues l’ont oublié parfois.

Bob-Loulou: Il est mal placé pour leur reprocher de l’oublier…

Raymond: Oui, mais on ne peut pas vraiment lui en vouloir s’il croit qu’il peut être notre sauveur.  Ce qui s’est surtout passé, c’est qu’il s’est mal placé tout court.  Maintenant que tu as Rémy qui ressemble de plus en plus et de mieux en mieux à un attaquant de pointe - et on dirait que c’est ce que Didier attend vraiment de lui…

Bob-Loulou: … Il va alors vraiment falloir qu’il travaille les un-contre-un face au gardien…

Raymond: … André doit penser à moins repiquer en position d’avant-centre et continuer d’offrir une solution sur le côté ou en soutien.  C’est ça que les autres espèrent de lui.  En plus, ça doit permettre de rééquilibrer le jeu.
C’est vrai tu sais, le profil d’Amalfitano le fait participer beaucoup plus à la construction que son collègue de l’aile gauche dimanche soir.    Sans être blinquant, Amalfitano a trouvé à combiner avec Lucho et à eux deux, ils ont fait pencher l’équipe à droite.  À gauche, Cheyrou était plus loin d’Ayew et c’est pas le comportement de ce gaillard-là qui l’a aidé.
Diarra, il permet à Cheyrou et Lucho d’être plus actifs dans la construction, mais c’est pas à eux deux qu’ils vont arriver à couvrir toute la largeur du terrain sur toute la profondeur du camp adverse.  Quand t’es en phase de construction, les ailiers doivent servir d’appuis pour eux vers l’avant et sur les côtés.  Il ne faut pas qu’ils se contentent d’un rôle d’attaquant de complément, surtout d’objet indirect, comme André l’a fait hier, et Jordan après, mais l’équipe devait se dépêcher à cause du score.

Bob-Loulou: Que faut-il espérer, alors?

Raymond: Je ne me tracasse pas pour André, un coup de mou c’est pas grave en début de saison.  Ce qu’il y a c’est qu’il faut qu’on espère que Lucho reste, avec la même gnaque que dimanche soir.
Après ça, les ailiers devront donner toute sa dimension à la tactique de Didier; et ça montre bien l’importance que tous les joueurs qui joueront à ce poste ont: André, Jordan, Gignac, Rémy, Amalfitano et Valbuena.
On ne doit pas non plus mettre de côté le rôle des latéraux si les médians sont trop loin des ailiers, c’est pas nécessairement parce qu’il n’y a pas de récupérateur ou que les ailiers ne participent pas assez, mais c’est parfois la faute aux latéraux qui ne couvrent pas assez les initiatives des médians.
Laissons le team se mettre à sa place et trouver son rythme de croisière.

Bob-Loulou: Oh, ça va, leurs vacances ont déjà été bien assez longues.

Plus belge la vie, épisode 2: Brandy

Dassier et Anigo semblent décidés à m’achever en liquidant peu à peu mon héritage: ils viennent de se débarrasser du dernier joueur que j’aie offert au club. Raymond Goethals m’a invité à fêter cela avec lui.

Bob-Loulou: Alors Raymond, pour avoir un canasson comme celui-là, tu devais sacrément charger tes joueurs!

Raymond: C’est vrai que c’est un drôle d’animal! Il a fort pesé sur le jeu du club pendant deux ans, avec dedans deux phases plutôt distinctes.

Bob-Loulou: Le coup de coude et le tampon du cul?

Raymond: Non mais quand il a débarqué au club, le team était plein de promesses c’est sûr, mais il y avait un problème assez important: le milieu. Il se reposait surtout sur une récupération de Cana et M’Bami, avec une construction tournante entre Cheryou, Ziani et Zenden. Mais là où ça coinçait, c’était dans la difficulté que les gars avaient à contrôler le jeu avant la dernière passe. Du coup, les médians avaient tendance à s’empaler dans les défenses des autres. C’est pour ça qu’Éric demandait à ses ailiers d’aider à cette dernière phase de construction. D’ailleurs, quand tu regardes, les profils de Valbuena, Bernard Fa et Koné, c’était pas mal pour faire ça.
Mais devant, l’avant-centre se retrouvait souvent tout seul et ça lui faisait bien sûr pas du bien et l’équipe était bien contente de pouvoir compter sur le talent de Niang. Quand Brandao est arrivé, il a donné plus de poids en pointe et ça a permis aux ailiers de se rendre plus utiles atour de lui et aux médians de réussir à calmer le jeu et à maîtriser la construction. C’est assez dire que plutôt que de devoir tenter d’essayer une dernière passe dangereuse, le milieu pouvait alors se concentrer sur une avant-dernière passe assurant le décalage.

Bob-Loulou: Pourquoi cela a moins bien marché ensuite? C’est parce que l’arrivée de Diawara l’a conduit à fréquenter la nuit aixoise?

Raymond: C’est sûr que c’est la faute au recrutement en général. Même si Didier ne s’est jamais empêché de profiter de l’apport de Brandao, la nouvelle configuration du milieu, et l’efficacité beaucoup moins efficace du bourrin, l’ont remis en cause. Le milieu est devenu plus compact et a acquis une conservation de la balle plus sûre et plus haute grâce à Lucho et Cheyrou. Les ailiers se sont retrouvés avec un rôle un peu modifié parce qu”ils avaient plus souvent la balle, et donc ils étaient forcés plus souvent à conclure. De ce côté là, Brandao était toujours utile comme pivot mais est-ce que cet avantage niveau point d’appui était intéressant assez pour se passer de la présence d’un attaquant plus efficace devant le goal? On s’est posé la question pendant la première saison de Didier parce qu’il y avait des succès et que Niang était providentiellement efficace, ce qui était un peu trompeur. Mais cette année, il n’y a pas photo quand on voit comment on critique souvent la qualité de jeu et l’efficacité offensive de l’OM.
Comme le profil des ailiers a évolué, il faut que la ligne d’attaque soit optimalisée au profit de l’efficacité des trois attaquants. Et c’est aussi le profil général des cinq offensifs qui amène à préférer un système qui privilégie la vitesse et le décalage dans la transmission à la place de la profondeur et du jeu en remise que la présence de Brandao imposait.

Bob-Loulou: Surtout qu’après avoir tenté son repositionnement coté gauche, Deschamps a de suite compris qu’il ferait moins de mal de l’autre côté de la ligne de touche. Puis finalement, il s’est mis hors-jeu sur la bande d’arrêt d’urgence.

Raymond: Voilà. En somme, ce départ, c’est son dernier appel dans le mauvais tempo.

Bob-Loulou: Il ferait mieux de se préserver un peu, il pourrait prochainement avoir besoin d’en faire un, d’appel.

Raymond: Allez, trinquons à la beauté du jeu. Ça te dit un brandy?

Plus belge la vie, épisode 1: Manchester United - OM

Depuis trois semaines, Raymond Goethals cherchait un partenaire pour faire une belote contre George Best et Matt Busby le soir du match retour, et j’ai fini par accepter. Mais j’ai vite regretté: devant le match, ils n’ont pas arrêté de parler football. En V.O. en plus.

Raymond: Alors Robert, qu’est-ce que t’as pensé de ça?

Bob-Loulou: Nos supporters sont quand même formidables… Je regrette que tous les joueurs n’aient pas mis autant d’énergie qu’eux hier soir.

Raymond: Oui mais fieu, les regrets que tout le monde dit, c’est pas tellement de ne pas avoir essayé hein, c’est surtout d’avoir joué sans récupérateur ni buteur.

Bob-Loulou: Il faudrait savoir! Après Lille, Cissé et Kaboré se sont pris un mandat de dépôt sur le banc de touche, et il fallait absolument faire remonter Mbia.

Raymond: Peut-être, mais alleï Mbia il était où? En fait, Soeur Alex a fait à sa sauce ce qui a marché il y a dix jours pour Lille: un gros pressing à la récupération, et une bonne fixation dans l’axe pour passer par notre milieu. Et ça fieu, c’est grâce à Rooney qui a joué le rôle de point d’appui entre nos médians et notre défense mais aussi grâce à Mbia qui n’était pas là! Ce n’est qu’une fois qu’ils avaient passé le milieu que les rouges ont écarté le jeu, en profitant des débordements de Giggs et de Nani.
Je vais te dire une chose: cette saison, passer par le centre d’abord et puis écarter après, c’est sûrement une bonne idée, enfin pour les équipes qui peuvent le faire hein. Comme ça, l’adversaire il évite le retour des peis sur les ailes pendant qu’il construit - Ferguson a tiré les leçons du très bon match aller de Rémy et Ayew là-dessus - et il nous ralentit dans la construction en cas de récupération: nos médians sont recentrés et nos ailiers sont éloignés.

Bob-Loulou: Pourtant, comme me le disait souvent Anigo, le milieu marseillais n’a pas été transparent…

Raymond: Ça c’est sûr! Deschamps il savait que la paire Scholes-Carrick serait une des clés et il leur a mis sur le dos le pressing combiné du duo Cheyrou-Lucho, les retours de Gignac et la bonne participation de nos ailiers. Les Diables Rouches n’ont pas été si dangereux que ça finalement, mais à chaque fois qu’ils sortaient de notre pressing, le danger était immédiat: bardaf, ils se retrouvaient à quatre (Giggs, Nani, Rooney et Cigarillo) dans le dos de notre milieu, devant nos backs et le fantôme de notre médian récupérateur. Pourtant on a continué d’espérer avec la bonne prestation d’ensemble de la défense dans les derniers vingt mètres. Mais quand eux se retrouvaient presque à quatre contre quatre une fois qu’ils avaient passé notre milieu, nous on se retrouvait systématiquement en sous-nombre, nos médians devant remplacer Mbia et se sacrifier dans le décalage pour passer à travers la paire Scholes-Carrick.

Bob-Loulou: Beaucoup de pression au milieu certes, mais Gignac n’a jamais pu se faire mousser…

Raymond: Le problème c’est que l’équipe voulait utiliser Gignac comme Brandao mais sans lui donner de ballons… Du coup, il est venu participer trop bas au pressing dans le jeu et ça ça a privé ses coéquipiers d’un point d’ancrage qui leur aurait permis de construire et d’avancer vers l’avant. Quand il a vu tous les blessés chez les rouges, Deschamps s’est dit qu’il allait mettre Valbuena à la place en se disant que la décision ne se ferait que par le jeu, tant pis s’il perdait le poids de Gignac.
On a pourtant envoyé beaucoup plus de balles dans la surface adverse que les Mancuniniens et on a essayé d’être présents à la retombée mais ça n’a pas marché souvent.
Avec plus de talent et de chance, le score aurait pu être différent: les deux passes d’Ayew à Gignac auraient pu rentrer dedans, Diawara se manque de pas grand chose et Cheyrou rate dans la position que Hernandez marque le deuxième goal. Et puis god verdom, on attendait autre chose comme créativité de la part de Lucho!

Bob-Loulou: Si l’inefficacité a été leur principal problème hier, alors je remercie les joueurs pour l’hommage!

Raymond: Oui, mais pas que. Si tu compares Gignac avec Rooney, tu vois que Ouayne il a su remplir son rôle convenablement entre les lignes mais sans abandonner son rôle dans la surface des autres en même temps. Et si Mbia avait rempli son rôle avec plus de présence, il aurait évité à Cheyrou de devoir jouer n°6, 8 et 10 et le numéro complémentaire et donné une possibilité de plus à l’équipe dans la construction et la dernière passe.

Bob-Loulou: Ferguson va quand même finir par croire que nous sommes le tirage maudit: la dernière fois qu’il nous reçoit il encaisse un but de Bakayoko, là il encaisse un but contre son camp… Et maintenant?

Raymond: Maintenant? C’est l’heure de la clope.
Ce qui n’a pas fonctionné face à l’équipe même déforcée de Manchester, ça pourrait quand même être assez pour maintenir le cap en championnat. Mais pour ça, il faut retrouver un récupérateur et le chemin des filets. C’était pas si mal cette formation et cette composition hein, surtout avec le retour de Valbuena qui est un bon petit ket et ça mériterait que Deschamps insiste.
Bon fieu, trêve de carabistouilles, on a fait capot. Qu’est-ce que tu dis en bas de ça?

Bob-Loulou: Si vous les avez manquées, n’oubliez pas de lire mes notes sur ce match!