Archive for août 29th, 2015

Salut les vivants.

Après des débuts réussis contre Troyes, Michel s’est tout de suite vu comparé à Raymond Goethals, dernier entraîneur marseillais à avoir connu un tel succès pour sa première. Et je peux vous dire que ça le fait bien rire, Raymond, lui qui n’arrête pas de me répéter : “Mais ce n’était que Lyon en face !

Pour continuer à rire, il faut espérer que cet OM new look, une semaine après avoir lancé sa saison, n’aidera pas à lancer celle de Guingamp, toujours à la recherche de son premier but et de sa première victoire.

-45e En tout cas, Michel aime les surprises : Nkoudou cède sa place dans le groupe au jeune Zambo Anguissa.

-44e Avec André-Franck à la place de Georges-Kévin, nous respectons le quota “prénoms improbables”.

Coup d’envoi. J’aime bien ce maillot bleu, mais historiquement, les maillots third, ils ne marquent pas des loupés européens ?

1e Dans certains clubs, les nouveaux sont bizutés à coup de Tirelipimpom sur le chihuaha à la cantine. À l’OM, il suffit de rendre hommage au joueur qu’on remplace. Et après Payet dimanche, Diarra salue la mémoire de Romao avec une faute débile dans sa surface. Penalty pour Guingamp.

2e Il faut croire que nous n’avions pas tout équilibré contre Troyes pour que Mandanda privât Sloan d’ouvrir le score.

8e Qu’est-ce que j’ai dit, Jimmy Briand ? Donc non, le petit lob à l’entrée de la surface, ça ne passera pas ce soir.

15e Lemina est omniprésent dans ce premier quart d’heure. Mais quand je le vois essayer de déborder et centrer, j’espère pour la Juve qu’ils ont déjà des ailiers.

16e Je sens quand même nos joueurs décontenancés face à ces adversaires qui ne s’écartent pas devant eux.

30e Alors qu’il n’a pas raté un centre depuis le début du match, Alessandrini prend sa chance dans la surface. Et en fait, il ne voit pas mieux de près.

31e Les esprits mal placés en auront déduit qu’Alessandrini n’a toujours pas tenté de centre.

43e Rekik est à deux doigts de tromper Mandanda en contrant une frappe de Coco du cul. Quel plus bel hommage à Morel que de le rater ?

45e Sur corner, Barrada tente la même combinaison que face à Troyes. Il trouve cette fois Alessandrini qui fait une Benoit Cheyrou. L’Amicale des Mouettes du Boulevard Michelet dépose plainte.

Mi-temps. J’espère que nous n’avons pas épuisé toutes les ressources du cosmos en première mi-temps : avec notre veine lors du tirage au sort de l’Europa League aujourd’hui, je doute qu’il nous reste encore assez de karma pour gagner ce match.

46e C’est bizarre cette image des Guingampais, seuls sur la pelouse plusieurs minutes avant que leurs adversaires ne reviennent. J’espère que ce n’est pas l’annonce du retour de l’équipe fantôme.

49e Manquillo remplace Dja Djédjé, joue sur le côté d’Alessandrini, et il s’étonne de ne pas recevoir le ballon ? Vraiment ?

"Ô merde..."

Avec plus de doigts, Alessandrini pourrait commenter avec lucidité sa performance : "Ô merde..."

60e Quand Maradona boxe un ballon, non seulement il marque, mais il marque la Main de Dieu. Quand Alessandrini boxe un ballon dans les 6 mètres adverses, non seulement il concède une touche, mais en plus il se fait avertir.

63e L’instant “Retour en 2009″ : Jimmy Briand prend de vitesse la défense marseillaise avant de se faire sécher par Nicolas “Diawara” Nkoulou.

65e Pour qu’on ne puisse pas dire que je m’acharne sur Alessandrini, je vais faire comme si je n’avais pas vu cet extérieur du gauche devant Manquillo mieux placé.

66e D’ailleurs Manquillo n’en revient toujours pas et décide d’arrêter les débordements.

72e Il lui aura fallu du temps, mais Jimmy finit par faire jaillir la lumière avec une offrande pour Privat. 1-0

74e Batshuayi mystifie la défense adverse mais n’est malheureusement pas le seul joueur de talent sur l’action. Le gardien guingampais détourne en corner.

77e La complémentarité commence à venir côté droit : Alessandrini dévisse les centres, Manquillo les têtes. Ou alors il avait simplement vu que c’était Alessandrini seul au point de penalty.

81e Ce Marcus Coco fait souffrir le martyr à Mendy depuis le début du match. Heureusement que Benjamin a remporté la bataille du look.

83e Un an au contact de Romao est c’est le drame : à peine entré, Sparagna prend un carton jaune sur son premier ballon.

87e Même quand il réussit quelque chose, Alessandrini le rate. Sa remise pour Lemina qui égalise est parfaite ? Il était hors-jeu.

89e Mince, la frappe des 25 mètres de Benezet… Je l’avais pas vue venir celle-là. 2-0

90e L’analogie est trop frappante : Benezet à Delort dans les crampons.

90e+2 Alessandrini croit qu’il s’attirera la sympathie des Marseillais en essayant de faire du Valbuena, mais il gagnerait à ne pas singer que ses défauts.

Fin du match. Tout le monde avait cru que l’OM avait demandé à éviter les grosses équipes en début de saison pour bien se lancer. Mais en fait, nous avions juste demandé de rencontrer des équipes que personne ne regarde pour cacher notre médiocrité.

90e+5 Aux trois coins de l’Europe, des footballeurs amateurs sont pris d’espoir.

90e+6 Au quatrième aussi, remarque : celui de rejoindre l’effectif de l’Olympique de Marseille.

90e+10 En fait, le cosmos n’y était pour rien : Platini nous a juste vu jouer et, pris de pitié, a exigé un tirage au sort clément en Europa League.

90e+30 Toujours pas de démission de Michel. Ces Espagnols manquent vraiment de caractère.

90e+31 Le chômage, ce doit vraiment être compliqué en Espagne.

Bob-Loulou.