C’est un match que Luis Fernandez traîne comme un boulet. 7 mars 2001, La Corogne – Paris Saint-Germain, cinquième journée de la deuxième phase de la Ligue des champions. Les Parisiens partaient “à la pêche au miracle”, comme l’avait titré Pierre Ménès, envoyé spécial de L’Équipe pour ce match. Ils avaient besoin d’une victoire en terre galicienne pour continuer à croire en une improbable qualification pour le tour suivant.

Le plan de jeu mis en place semblait parfait. Après cinquante-cinq minutes, grâce à des contres éclairs, le PSG mène 3-0. Un doublé de Laurent Leroy, dont un but sublime, et une réalisation de Jay-Jay Okocha. “Hier soir à La Corogne, l’entraîneur parisien a cru avoir tout bon, écrivit d’ailleurs Pierre Ménès le lendemain. Parce que même si le PSG devait impérativement l’emporter à Riazor pour continuer à entretenir ce fol espoir de qualification en Ligue des Champions, il ne fallait pas se jeter stupidement à l’assaut du but espagnol pour se faire ramasser en contre.” “Alors qu’on menait 3 à 0, le docteur Hakim Chalabi, à côté de moi, m’avait donné un coup de coude: ‘Allez, à 3-0, c’est fait!’, raconte Luis Fernandez dans son autobiographie Luis. J’avais un mauvais pressentiment. ‘Ah tu crois ça, toi ?’ Je connaissais suffisamment la Galice pour savoir qu’avec leur état d’esprit, les joueurs ne s’avouaient jamais vaincus. ‘Si on encaisse un but dans les cinq minutes, on risque fort d’exploser.’”

L’entraîneur parisien est ici un peu comme Pleasure, le personnage joué par Brendan Fraser, dans The Air I Breathe: il voit ce qu’il va se passer dans le futur proche mais est incapable d’en changer l’issue. Luis Fernandez a imaginé le renversement de situation complètement fou. Il a vu La Corogne enfiler les buts. Il a tout fait pour l’empêcher, mais il n’y est pas parvenu. Il a fait entrer Peter Luccin, Éric Rabesandratana puis Igor Yanovski, trois joueurs censés solidifier son équipe. En vain. “J’étais dépité, comme impuissant”, résume-t-il dans Luis. Comme si la défaite était inéluctable.

EFFET PAPILLON ET ORDRE “NORMAL” DES CHOSES

Quand on regarde le match aujourd’hui, en en connaissant l’issue, on comprend pourquoi. Malgré un 5-4-1 ultra défensif, Paris a concédé une multitude d’occasions pendant cinquante-cinq minutes, sans être puni. À l’inverse, tout a réussi aux attaquants parisiens. L’ouverture du score d’Okocha est déviée par un défenseur alors que José Molina était sur la trajectoire, Laurent Leroy a marqué le but de sa vie… On sous-estime souvent le rôle de la chance dans le football. Un faux rebond peut faire basculer un match, voire une saison. Le fameux “effet papillon”, objet de tant de fantasmes. En l’occurrence, en dépit de son avance au tableau d’affichage, le PSG ne paraissait pas intouchable, loin de là. Avec le recul, ce basculement du scénario ressemble fort au rééquilibrage d’une anomalie du destin. La seule incertitude concernait le délai de retour à la “normale”. Après tout, le processus aurait pu être interrompu par le coup de sifflet final…

Les détracteurs de Luis Fernandez affirment qu’il l’a accéléré en sortant les seuls joueurs (Arteta, Benarbia et Okocha) capables de tenir le ballon et soulager leur arrière-garde. D’autres retiendront plutôt le coaching gagnant de Javier Irureta, qui fait entrer Diego Tristan (un but) et Walter Pandiani (triplé), deux joueurs de surface bons dans les airs, pour enfin concrétiser les innombrables centres délivrés depuis le début du match par Victor, Fran, Pablo et Romero. On notera d’ailleurs qu’Éric Rabesandratana devait éteindre cette menace aérienne, que Luis Fernandez avait parfaitement identifiée.

Irureta et Fernandez n’ont pas changé de système. Le premier a simplement rendu son 4-4-2 plus offensif, avec un Djalminha plus influent en créateur reculé qu’en soutien de Roy Makaay en première période; le second a blindé son 5-4-1 en sortant ses créateurs. De toute façon, Paris ne tenait déjà plus le ballon depuis le début de la seconde période, même avec Benarbia et Okocha sur le terrain. “Lorsque je décide de faire ces changements, nous sommes déjà en train de reculer, déclarait Fernandez dans L’Équipe, à l’époque. Si je peux avoir un regret, c’est de ne pas avoir fait entrer Luccin et Rabesandratana en même temps, juste après notre troisième but. J’ai voulu renforcer le secteur défensif pour réduire les espaces.”

FATALISME ET IMPUISSANCE

Ce débat pose la question du poids réel des entraîneurs pour infléchir le destin de leur équipe sur un match. Le mesurer précisément est impossible. Tout au plus peut-on affirmer qu’il est très relatif. Certes, les coachs ont à leur disposition trois changements pour modifier leur équipe, ils peuvent faire évoluer leur système de jeu, intervertir le positionnement de certains joueurs, ce qui exclut l’hypothèse d’un fatalisme général dans lequel la volonté humaine s’effacerait face au cours inévitable des choses. Dans certains cas, les entraîneurs font basculer un match du bon côté. Dans d’autres, c’est l’inverse: la déstabilisation espérée chez l’adversaire peut se retourner contre sa propre équipe. D’où certaines approches très conservatrices envers les changements.

Mais il faut appréhender cette influence d’un coach sur l’issue d’une rencontre de manière plus globale. Chaque jour de la saison, son travail consiste à faire intégrer ses principes par les joueurs, pour que leur prise de décision soit automatique une fois le match commencé. Car dans le feu de l’action, on peut difficilement corriger les lacunes. “Le temps que je m’aperçoive que le joueur est en retard, que je le lui dise et qu’il réagisse, c’est déjà trop tard, nous a expliqué Raynald Denoueix, rencontré pour l’ouvrage Comment regarder un match de foot ? (sortie le 11 février). Et parfois, si tu joues à Madrid, à Valence, les joueurs ne vont pas t’entendre. Donc l’un des maîtres mots, c’est ‘anticipation’. Mais pour certains, il n’y a rien à faire, ils ne comprennent que quand l’action s’est déjà déroulée.” L’interventionnisme est souvent un moyen pour l’entraîneur de se rassurer, ou de rassurer les joueurs. Lundi soir, on a ainsi vu Jean-Luc Vasseur, l’entraîneur du Paris FC, parler énormément au jeune Roli Pereira de Sa, prêté par le PSG, pour l’aider à se placer dans un entrejeu qu’il découvre encore. D’autres, comme Laurent Blanc, sont plus dans une posture d’observateurs, se limitant à quelques ajustements mineurs. Il n’y a pas besoin de plus quand la mécanique est bien réglée.

Il ne faut pas négliger pour autant tous les parasites qui pourraient l’enrayer. La tactique n’est pas le seul déterminant, et elle est directement impactée par les facteurs physiques, psychologiques et autres (météo, situation au score etc.). Pendant un match, un entraîneur doit décider rapidement en fonction de la situation d’une petite vingtaine d’hommes aux sentiments, conditions et volontés potentiellement disparates voire contradictoires.

C’est même peut-être d’abord là, dans la création d’une cohésion collective, que s’est joué La Corogne – PSG. Les trois mois vécus depuis le retour de Luis Fernandez sur le banc ont été rythmés par les polémiques. Stéphane Dalmat est parti, Peter Luccin s’est accroché avec son entraîneur, Éric Rabesandratana, Jimmy Algérino et le Brésilien Christian ont été plus ou moins écartés. Quelques jours avant le déplacement en Galice, Paris a battu Toulouse 3-0 en fin de match, au Parc des Princes. Mais Ali Benarbia a annoncé son départ en fin de saison, et Laurent Robert, sorti à la mi-temps, est allé au clash, critiquant Luis Fernandez dans deux entretiens successifs dans L’Équipe : “Entre nous, il y a un manque de dialogue depuis le début, affirme-t-il le 5 mars, deux jours avant le match au Riazor. Moi, j’en ai marre, il me parle mal, il me prend pour un gamin. Il me balance des vannes, ce qui n’est pas bien venant d’un entraîneur, avec tout le respect que je lui dois. Lui ne me respecte pas.” “Il m’a conseillé de prendre un peu de repos, mais c’est lui qui en aurait bien besoin”, renchérit-il le lendemain.

QUAND LA TACTIQUE S’EFFACE

Qui sait, une meilleure unité au sein du groupe parisien aurait peut-être entraîné une plus grande implication défensive sur les corners (deux buts en sont issus), phases où la moindre absence individuelle se paye directement au tableau d’affichage. Elle aurait aussi permis de mieux tenir tête à la déferlante offensive du Depor. “Cela se passe dans tête, on a reculé, jugea Fernandez le soir du match. L’équipe est jeune et elle doit encore mûrir. Le premier but de La Corogne est venu beaucoup trop vite (deux minutes après le 0-3). Ensuite, les Galiciens ont joué leur va-tout. Des fois, ça marche. Ils avaient déjà fait le coup au Barça (victoire 3-2 à la dernière minute après avoir été menés 1-2) et au Real (de 0-2 à 2-2) en championnat. Ils savent qu’ils sont toujours capables de revenir dans un match.” Ou quand la tactique s’efface derrière la psychologie. Au bord du terrain, l’entraîneur perd ses leviers majeurs d’action et devient impuissant.

Pourtant, Marca était très sévère avec l’entraîneur parisien : “De toute façon, Luis Fernandez devrait démissionner. Perdre après avoir mené 3-0 signifie soit que le PSG est très faible, soit que l’entraîneur est devenu fou.” Sous-entendu, un entraîneur raisonnable aurait su prendre les “bonnes” décisions pour que Paris gagne. En étant battu, Luis Fernandez s’est forcément trompé, et dans les grandes largeurs vue l’ampleur du renversement.

Mais un entraîneur peut avoir raison, et perdre malgré tout. Pendant les cinquante-cinq premières minutes de La Corogne – PSG, Luis Fernandez était un génie. Une demi-heure plus tard, il était un incapable. “Vous ne pouvez pas vous imaginer le nombre de fois où, après une victoire, je me demande quelle est ma part de responsabilité dans le résultat, confiait Rolland Courbis dans L’Équipe en mai 2014. Mais vous ne pouvez pas vous imaginer le nombre de fois, où, après une défaite, j’estimais que, personnellement, je n’avais pas perdu.” Mais c’est pourtant bien le résultat, aujourd’hui, qui fait office de juge suprême du travail d’un entraîneur. Et tant pis s’il est loin d’être le seul à pouvoir l’influencer.

Julien Momont

8 commentaires

  1. Djino dit :

    Très bon

  2. Voulpard dit :

    Je dirais même excellent.

  3. Hamada Jambay dit :

    Mais quelle est la part de mérite de l’auteur dans un article?
    Ne profite-t-il pas de l’expérience, récente ou plus ancienne, dont il tire les idées qui seront la chair de l’article?
    N’est il pas réducteur d’attribuer le mérite à l’auteur seul quand le lecteur, l’éditeur, les parents de l’auteur, ses professeurs ont aussi leur part de responsabilité?
    Dur toutefois de vous donner tort: avec cette équipe, dur de rapporter les trois points en France. Arteta et Distin feront une belle carrière, Benarbia était très bon, mais que de joueurs médiocres!

  4. Micka dit :

    J’hésite à acheter Football manager 2016 du coup, ça fait un peu cher le lancer de dés virtuel si mon impact sur le jeu est limité non? :)

  5. girl dit :

    girl…

    Les Dé-Managers : pour parler tactique, pas pour meubler. » Blog Archive » COACHING, RELATIVITÉ ET INELUCTABILITÉ…

  6. Chung Santiesteban dit :

    As a website developer I believe the material here is really fabulous, regards.

  7. Kay Morath dit :

    As a website developer I believe the content here is truly fabulous, regards.

  8. brainstorming strategies dit :

    Immigration Lawyers… [...]the time to read or visit the content or sites we have linked to below the[...]…

Répondre