La morale dans le milieu du football, le rapport des jeunes à l’argent, l’amour du maillot, les petits arrangements entre clubs, les conseillers toxiques… Depuis plusieurs semaines, tous ces sujets sont plus ou moins bien traités en filigrane du cas Florian Thauvin. Une fois la pression retombée, on se rend compte qu’il en est un qui n’a été que trop peu évoqué : les qualités sportives du joueur. Si le LOSC l’avait recruté en janvier, c’était dans le but de le faire jouer. Et sans lui, c’est une belle option tactique qui disparaît.

LOSANGE DE LA TÉLÉ RÉALITÉ

Pendant les premières semaines de sa préparation, lors de ces matches où toute l’équipe change à la mi-temps, René Girard a hésité entre plusieurs schémas tactiques. Petit à petit, le 4-4-2 losange s’est détaché et a fini par devenir un choix naturel. Soutenu par les joueurs offensifs, notamment un Salomon Kalou qui n’était alors pas sûr de rester au club, il a été validé par les résultats. En gagnant toutes ses rencontres, face à des adversaires certes abordables, le LOSC a montré qu’il pouvait s’en sortir sans son historique 4-3-3. Un sentiment positif conforté après le succès contre Lorient lors du premier match de Ligue 1, puis vite remis en cause la semaine suivante à Reims.

En pratique, ce 4-4-2 s’apparente à un 4-3-1-2. La pointe du losange, Marvin Martin, évolue en meneur de jeu derrière deux attaquants : le très bon Kalou et, au choix, Divock Origi, aussi talentueux que tendre, ou Ronny Rodelin, qui peine à prendre ses repères dans ce système. Souci, un tel dispositif déplume les couloirs. Avec Mavuba, Balmont et Gueye dans l’entrejeu, Lille ne possède pas d’autres milieux portés vers l’avant. C’est alors à Béria et Souaré d’apporter du danger dans leur couloir, sans quoi la menace offensive se réduit à trois joueurs. Malgré la bonne tenue de Souaré, les bonnes volontés ne compensent pas entièrement le niveau intrinsèque. Battu la seule fois où il a été mené, le club nordiste a troqué son allant offensif pour la solidité.

LE PLAN B PLOMBÉ

Après le match amical contre Troyes, celui où le 4-4-2 prit le dessus, René Girard confiait cette phrase dans les couloirs : « Avec les arrivées, on pourra être amené à modifier notre dispositif. » Par arrivées, il fallait alors entendre celle de Thauvin, alors en vacances, et le retour en forme de Ryan Mendes, longtemps blessé et à la recherche de ses sensations. L’évolution semblait alors s’imposer d’elle-même : un 4-4-2 qui fonctionne pour commencer avant de basculer en 4-3-3, avec Thauvin et Mendes dans les couloirs. Une hypothèse séduisante, qui laissait Rodelin, Origi, Roux, De Melo et Ruiz sur le banc mais à la bagarre pour être titulaires. Sur le papier, cette force de frappe offensive trouvait peu d’équivalents en Ligue 1.

Même si Thauvin et Mendes peuvent jouer dans l’axe, les voir chacun dans un couloir, avec toujours la possibilité d’évoluer en cours de route, laissait imaginer une équipe de Lille offensive. L’ancien Bastiais parti et Martin blessé, le match face à Rennes a montré les limites d’un 4-3-3 sans lui : un trio Rodelin-Kalou-Mendes pas mauvais mais pas flamboyant non plus. Surtout, le LOSC n’a désormais plus beaucoup le choix. Origi, Roux, De Melo sont des joueurs d’axe et Ruiz, s’il montre de belles choses à l’entraînement et lors de ses courtes apparitions, a tout à prouver au haut niveau.

Match face à Saint-Etienne. L'influence des joueurs est représentée par la taille de leurs noms sur le terrain. (via StatsZone)

Match face à Saint-Etienne. L'influence des joueurs est représentée par la taille de leurs noms sur le terrain. (via StatsZone)

Hormis Marvin Martin, qui s’épanouit en position de meneur de jeu même si ses prestations ne justifient pas que le dispositif soit choisi uniquement pour lui, Lille ne possède que des milieux de 4-3-3 et des attaquants de 4-4-2. René Girard, comme les autres coachs, répète pourtant que l’important n’est pas le système mais l’animation. Sans joueurs pour dépasser leur fonction, l’argument perd cependant de sa valeur. Si les latéraux deviennent ailiers, que les milieux de côté du losange prennent la profondeur et que le récupérateur coulisse et revient entre ses défenseurs centraux pour compenser, les chiffres ne sont plus que théoriques, à l’image des équipes de Marcelo Bielsa qui se retrouvent parfois avec six joueurs dans la surface adverse sur attaque placée. Si les trois milieux le restent, que le meneur mène et les attaquants se contentent de permuter, le 4-4-2 n’est que ce qu’il est.

UNE BONNE RECRUE ?

Avec Gignac, Payet et Valbuena, Marseille compte déjà trois joueurs offensifs indéboulonnables à court terme. Florian Thauvin sera donc en concurrence avec André Ayew pour la quatrième place, à moins que le Ghanéen ne soit positionné plus bas. Elie Baup, lui, affirme vouloir voir Thauvin dans l’axe. Dans tous les cas, sa venue, ne répondant pas à un critère sportif immédiat, affaiblit beaucoup plus Lille qu’elle ne renforce l’OM. Qu’il devienne un grand joueur ou non n’est qu’une question périphérique. En l’achetant à prix d’or, Marseille s’est donné une possibilité de plus tout en misant sur l’avenir. En le laissant partir, le LOSC a perdu bien plus qu’un joueur, il a perdu un profil, celui qui devait remplacer Dimitri Payet dans le couloir.

l'excellente Jessica Genetel (La Voix du Nord).

Crédit photo : l'excellente Jessica Genetel (La Voix du Nord).

Si René Girard est resté discret dans ce dossier, c’est sans doute parce qu’il croit en son 4-4-2, valeur refuge qui ne fera sans doute pas vibrer les foules mais permettra si tout va bien d’assurer le service minimum, un classement entre la cinquième et la huitième place. On a dit et écrit que le départ de Rudi Garcia avait été l’un des éléments déclencheurs de la décision du joueur de partir. C’est sans doute vrai. Mais c’est aussi l’un de ceux qui a fait céder le club. Sans solutions de rechange pour monter un 4-3-3 compétitif, pas sûr que Rudi aurait dit oui…

Christophe Kuchly

8 commentaires

  1. Michel B. dit :

    Thauvin aurait évidemment été un renfort très intéressant pour l’attaque Lilloise, pour autant j’ai du mal à suivre jusqu’au bout l’argument consistant à conclure que le plan B alternatif au 442 de Girard est plombé. Après tout, par rapport à l’an dernier, on peut considérer que Payet est remplacé par Mendes, et qu’en la personne de Ruiz, un jeune talent pointe son nez pour titiller les titulaires naturels. A John de faire son trou.

    La donne a été annoncée dès le lendemain de la 38ème journée de la saison dernière : le LOSC entame un nouveau cycle. Il est donc admissible de ne pas considérer l’équipe comme un “produit fini”, l’équilibre reste à façonner. Et, si besoin, avec les ressources générées par les grosses ventes de l’été, on peut imaginer que les possibilités d’ajuster ce groupe au mercato d’hiver sont réelles. Quand Girard aura une vision plus pointue de ses besoins.

    Plus que Thauvin, de mon point de vue, celui qui n’a pas été remplacé est Digne, dont l’apport dans le 442 façon Girard aurait pu être clé. Souaré est un honnête défenseur, mais à la contribution offensive plutôt limitée. Mais peut-être que Sidibé pourra avoir à droite cet apport de piston que le côté gauche a perdu.

  2. Christophe Kuchly dit :

    Je suis plutôt client de Ruiz qui a une bonne pointe de vitesse et un excellent sens du but, mais j’attends de voir ce qu’il peut faire à un poste d’ailier. Pour l’instant on n’a que ses performances à Mouscron comme référence. Titiller les titulaires oui, mais si Rodelin ou Mendes se blessent ça obligerait à le mettre titulaire et ne pas avoir de remplaçants crédibles (Delaplace peut jouer sur le côté mais dans un autre rôle).

    Pour moi, le départ de Thauvin pèse dans le schéma et celui de Digne dans l’animation. Ce qui est dommage c’est que le 4-4-2 aurait en effet mis en valeur ses qualités offensives. Pourquoi pas un prêt en janvier s’il continue à cirer le banc à Paris… En tout cas Souaré défend et Sidibé attaque mais aucun des deux n’est assez complet pour devenir un moteur de l’équipe.

  3. Luc D. dit :

    Il n’empêche, que l’on est passé d’un système à 4 joueurs offensifs (3 avants + Martin) auxquels s’ajoutaient 2 latéraux, à un système à 3 joueurs offensifs, les couloirs étant abandonnés aux latéraux…qui montent moins qu’avant (La Buche, Digne). Avant les latéraux montaient plus souvent, dans des couloirs déjà occupés, en théorie.
    Nous avons aujourd’hui, donc, 8 joueurs essentiellement défensifs, avec un système entonnoir.

  4. Blaah dit :

    Même si c’est pas exactement le sujet, vous parlez pour l’OM d’une concurrence Thauvin-Ayew. Mais ne pourrait-on pas aussi imaginer, dans certaines circonstances, que l’OM se mette à jouer sans avant-centre avec une attaque Ayew-Valbuena-Thauvin-Payet ?

  5. Christophe Kuchly dit :

    Luc : On est d’accord. Le 4-3-3 n’a pas forcément besoin, par essence, de latéraux très offensifs. Surtout avec Martin au milieu. Et pourtant ça débordait et ça jouait de manière offensive. Désormais, à moins que Meïté prouve qu’il peut être un vrai milieu polyvalent, on est avec 3 joueurs offensifs et le reste qui essaie d’amener le danger au mieux. D’où cet enchaînement de matches assez peu enthousiasmants.

    Blaah : Tant que Gignac est à ce niveau, il me semble assez indiscutable. Mais par séquences - ou s’il est blessé -, la composition d’équipe avec Thauvin à sa place n’est pas inconcevable. Il peut jouer devant et profiterait de très bons partenaires d’attaques pour avoir un peu d’espace, surtout si Payet n’hésite pas à être un vrai attaquant de couloir.

  6. Michel B. dit :

    Christophe : je pense que c’est un peu tôt pour condamner le 442 lancé par Girard. Je suis curieux de voir ce que peut donner l’association Kalou-Roux devant, a priori complémentaire entre la force des appels de Nolan et le talent de Salomon balle au pied.

    Le milieu peut aussi faire mieux qu’aujourd’hui. J’étais au match de la CFA samedi, on est d’accord qu’on ne parle pas du même niveau, mais j’ai été favorablement impressionné par le volume, l’activité et la justesse de Delaplace. J’aimerais bien le voir à l’oeuvre à l’échelon supérieur.

  7. Professeur Magico dit :

    Je reconnais les flèches tactiques des premiers PES sur l’ardoise magnétique.

  8. Ludo dit :

    Salut a Tous..
    On en Janvier et Lille n’est pas du tout a la cinquième ou huitième place, troisième de ligue 1 . CA va comme service minimum..

Répondre