En vous connectant, vous certifiez n'avoir jamais trompé votre club favori. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Manette football club

Botter le cul des dieux de l'Olympe à coups de glaive ? Trop facile. Repousser une invasion extraterrestre à la sulfateuse ? Sans problème. Vaincre Barcelone en finale de champion's league aux commandes du Stade Brestois 29 ? Pfff, du gâteau. Vous êtes chez vous, enfoncé dans votre fauteuil. Les doigts virevoltant sur les sticks ou dansant sur votre souris. Invectivant votre écran, la mâchoire serrée, sous l'oeil inquiet de vos proches. Les fesses ruisselant de sueur dans votre jogging. Deux yeux rouges brillant au milieu d'un visage blafard. Et assurément, ce fil est fait pour vous. Sans oublier, pour ceux qui en ont marre des plaisirs solitaires, cette excroissance créée par des forumeurs des cahiers pour organiser des événements entre gens de bonne compagnie et dédiée principalement aux jeux de futchebol : ici

  • Sidney le grand Govou le 17/08/2023 à 11h50
    Le prix des CM me rend dingue.

    J'ai une magnifique sapphire 7900XT Nitro+ qui m'attend, il me manque combo CM/Proc (je vais pas mettre cette CG derrière mon 2600X) et comme j'ai de la RAM Expo, je suis commit sur du AM5.

    Maintenant 7600x ou 7700x (undervolt) avec une B650e pour pouvoir mettre un plus gros.
    Mais on parle d'un ticket d'entrée à 500 balles la.

  • Roger Cénisse le 17/08/2023 à 13h19
    J'ai dans mes cartons de me remettre à une tour pour mon prochain PC (j'ai un portable actuellement) mais clairement la température (et le bruit...) me font peur, je sais pas s'il est possible actuellement d'avoir une config puissante, à peu près silencieuse et qui réchauffe pas trop la pièce...

  • forezjohn le 17/08/2023 à 14h50
    Je lisais que AMD "non X" chauffait bien moins (mais du coup est un chouilla moins puissant en pointe),
    Sur ma config le silence est bon. Y'a un léger bruit de ventilo quand ça tourne à fond mais ça reste discret. Par contre ça chauffe. Bon je pense quand même qu'en terme de compromis puissance/bruit/chauffe la tour s'en sort largement mieux qu'un portable.
    Bon et puis la chauffe en hiver ça fait chauffage gratuit.

  • Danishos Dynamitos le 17/08/2023 à 14h56
    Et bien après plusieurs mois de dur labeur, j'ai enfin terminé FARCRY 6, le simulateur de guerilla-revolucion, et je me promets d'arrêter les Ubisofteries.

    Je suis un joueur de FarCry depuis le premier opus et j'ai joué à tous les épisodes principaux. Ces derniers, à l'exception notable du 2 (qui se cherchait pas mal), ont toujours monté en gamme au fur et à mesure de l'avancée de la saga. Mais là c'est la brutale déception.

    Il faut se rendre à l'évidence: FarCry 6 est bien moins réussi que FarCry 5.

    Évacuons d'abord la question du gameplay: c'est le même que FarCry 5. Pas une copie conforme mais pas loin: FPS en monde ouvert, très organique, épuré de tous ses éléments RPG sur une carte immense remplie de points d'intérêts comme tout bon AAA Ubisoft qui se respecte.
    Ici, on alterne les patounes bien pensées (les coqs ou les clés USB) avec les trucs un peu teubés (les documents écrits qui n'apparaissent sur la carte que s'ils passent dans ton champ de vision) ou ultra-classiques (les caisses dont l'emplacement est révélé par des PNJ libérés ou des Guerilleros).
    Éléments nouveaux: les Amigos (qui sont une version évoluée des animaux compagnons), les combats de coq (un mini-jeu VS fighting dans le jeu), les opérations de Bandidos (des petites histoires à choix), les interceptions (des missions de rapidité) et les Supremos (des sacs à dos spéciaux fournisseurs de bonus thématiques). Bref, pas bézef mais c'est cà qu'on vient chercher.

    Alors, en quoi FarCry 6 pêche ?
    Sur deux points essentiels à mes yeux: l'ambiance et l'histoire.

    L'ambiance tout d'abord. Elle change (forcément) pour chaque jeu puisque chaque opus se déroule avec des personnages différent dans un environnement différent. Ici le contexte, c'est une révolution en forme de guerilla dans une grande île des Caraïbes (en gros, c'est Cuba) dirigée par un dictateur charismatique et impitoyable.
    Si l'ambiance latino-américaine est dépaysante, croisement entre Tropico et Just Cause pour ce qui est du cliché de la république bananière, l'aspect crasseux et tiers-mondesque de ce petit pays finit par lasser un peu à cause d'un manque de variété entre plantations, jungle, plage et hameaux reproduits à l'infini. Seule la capitale, Esperanza, tranche un peu et ajoute de l'urbanisme dans tout cà mais un choix scénaristique (la zone est interdite par loi martiale) empêche d'en profiter puisque on s'y fait tirer dessus à vue.
    Et surtout, l'ambiance musicale, qui avait tout pour être parfaite, est cent lieues derrière celle de FarCry 5, qui avait mis tout le monde d'accord avec ses mélodies au banjo, ses ballades bucoliques et ses chansons évangéliques entraînantes. Ici, on a du bon rock latino, un peu de Habanera et des palanquées de marches militaires à deux balles. L'hymne national de Yara tourne en boucle dans les haut-parleurs et franchement, c'est un air vraiment lourd à la longue. Gros gros point noir en ce qui me concerne, sachant que mon style infiltration m'impose pas mal de silence et de préparation. C'est sûr que si on joue en tirant sur tout ce qui bouge, on souffre moins de ce downgrade musical.

    Ensuite, l'histoire. Sans être du niveau d'un Witcher ou d'un Bioshock, les histoires narrées dans les FarCry ont depuis le 3 toujours été des éléments forts de l'expérience, sachant manipuler les codes du genre pour préparer des twists ou au moins mettre à mal l'apparent manichéisme des FPS. L'élément moteur de cette narration est en général l'antagoniste principal qui marque autant la progression que les esprits des joueurs: Vaas dans FC3, Pagan Min dans FC4 et Joseph Seed dans FC5 font tous partie des méchants les plus mémorables pour les joueurs ayant joué à ces jeux alors Ubisoft s'est dit: "Prenons l'acteur le plus emblématique du méchant parfait pour notre jeu". Et ils ont donc engagé Giancarlo Esposito (Gus Frings dans Breaking Bad, Moff Gideon dans the Mandalorian, etc...)
    Sur le papier, l'idée est intéressante: Esposito campe un dictateur crédible, inquiétant, éloquent et imposant. Mais clairement, on sent que le chèque a été élevé et qu'il faut le rentabiliser. L'acteur danois est partout: sur les murs des immeubles, à la TV, à la radio, dans les cinématiques, dans les haut-parleurs, sous forme de statue, partout, tout le temps... A vous en donner la nausée. Et même si c'est probablement voulu afin de traduire le culte de la personnalité de ce genre de despote, celà a aussi pour effet de désacraliser ses apparitions. A force de se faire servir le méchant au chausse-pied, il finit fatalement par perdre de son aura...
    La progression scénaristique suit une trame très classique pour du FarCry: d'abord la fuite peu après la séquence d'ouverture, puis on rejoint un groupuscule de résistance grâce à l'aide d'une figure de mentor et on regagne chaque région petit à petit en se débarrassant des principaux sbires du méchant.
    Le souci c'est qu'ici, les sbires en question ne sont pas intéressants. Les enfants de Joseph Seed dans le 5 étaient tous remarquables. Là, à l'exception notable du businessman canadien Sean McKay, on a surtout affaire à des apparatchiks caricaturaux, général machin par-ci, docteur bidule par-là. Sitôt présentés, sitôt abattus, sitôt oubliés.
    La narration contient quand même quelques moments de bravoure intéressants, notamment par l'inclusion des guerilleros de la génération précédente et par la mort inattendue de quelques figures qu'on aurait pu croire intouchables. Mais la structure reste très classique, le manichéisme omniprésent et surtout la fin est très décevante.

    Bref, j'aurai probablement tout oublié de FarCry 6 dans quelques années alors que le 5 me hante encore aujourd'hui. Et je tenterai peut-être FarCry 7 mais j'espère de tout cœur qu'Ubisoft saura tirer les leçons de ce semi-échec artistique en se rappelant que de nos jours, il ne suffit pas de décréter un contexte pour s'assurer de réaliser un bon jeu immersif.

  • Sidney le grand Govou le 17/08/2023 à 16h57
    Les Intel 13eme sont des radiateurs apparemment.
    Les modèles X de la génération Raphael d'AMD chauffent plus que les non X, pour pas grand chose de plus en perf (d'ailleurs on retrouve les X moins cher que les non X généralement). Cependant, il est simple de brider les X pour limiter ça.
    Il y a une exception, le 7800X3D qui apparemment chauffe peu et éclate tout le monde (en gaming, faut pas pousser non plus). Même si il reste un budget a prendre en compte, il semble être, avec sa baisse de prix des derniers jours le meilleur rapport perfs/prix (surtout en prenant en compte Starfield).

  • lemeu le 17/08/2023 à 18h02
    Ou sinon : si ta connexion internet le permet, et modulo les débats (difficiles à trancher) sur la consommation d'énergie et de bande passante, as-tu étudié les solutions décentralisées de type Shadow ou GeForce Now?


    Un tout autre sujet, je reviens sur Marvel Midnight Suns pour tempérer un poil les avis positifs.

    Alors, je vais pas être cinglant, hein : le jeu a plein de qualités et j'ai passé un bon moment.
    La direction artistique est clean et agréable, le gameplay super fluide, pas de bugs, on se laisse porter, mais... comment dire... je sais pas, ça manque peut-être d'un petit supplément d'âme, t'as l'impression que plein d'aspects du jeu sont là pour répondre à un cahier des charges, ou pour rallonger la sauce.

    Le scénario ? anecdotique. Le mini open world à explorer autour de la base ? bof. Le loot aléatoire de cartes de compétences ? pas loin d'être fastidieux. Les relations à développer avec les coéquipiers ? Y a tellement de RPG qui l'ont mieux fait...

    D'une certaine manière, c'est un "bon jeu Marvel" comme on dirait "un bon film Marvel" : c'est sympa et spectaculaire, mais pas le souvenir du siècle. Bref, ça fait honnêtement le job.

  • DansonsLaBostella le 19/08/2023 à 04h28
    Tu as Divinity Original Sin 2 du même studio que Baldur's Gate 3 aussi....et qui en plus de tourner sur PS4 se trouve à pas cher.

  • Özil paradisiaque le 20/08/2023 à 21h23
    Tiens en manque de drogue dure, j'ai lancé une partie (la seconde) d'Europa Universalis.

    Mode Ironman.
    Avec Florence.
    Autant dire qu'on avance par petit pas.

  • forezjohn le 21/08/2023 à 00h52
    A cette taille c'est aléatoire et un jeu d'opportunités.

    De mon côté j'enchaîne les pays à Victoria 3.
    Usa, France, Russie, Japon, Prusse.
    C'est vraiment amusant pour le côté simulation politique et économique avec les défis à relever suivant chaque pays. Par exemple le Japon est verrouillé par le shogunat(aristo/propriétaire terrien) et ne peut pas commercer avec le monde extérieur. Il faut donc se débrouiller pour monter l'économie avec les ressources qu'on a et saper patiemment loi après loi sans provoquer de révolution cette entité sclérosée qui nous empêche de devenir une grande puissance.
    Bon l'interface est un bordel pas possible, il faut vite abandonner le tuto pour jouer un gros pays pour vraiment comprendre ce qu'on fait et une fois qu'on a pigé comment faire croître son économie on passe les 20 dernière année du jeu à déclarer la guerre pour accaparer des ressources qui sont déjà toutes exploitées sur notre territoire mais c'est une chouette simulation de l'époque, je conseille aux amateurs du genre.

  • magnus le 21/08/2023 à 09h40
    Les créateurs de Shadow Tactics et Desperados 3 viennent de sortir leur nouveau jeu, Shadow Gambit.
    Toujours la même formule, mais après le Japon des shoguns et l'Amérique des westerns, la toile de fond est des pirates mort-vivants. Dit comme ça ça semble moins attirant.
    Après avoir chopé le premier à vil prix et joué au 2ème gratos via le gamepass, je me sentais un devoir pour une fois de payer plein pot un de leurs jeux.
    Et ça semble parfait pour le Steam Deck même si les textes sont vraiment petits. Faut que je règle encore des paramètres car la machine chauffe bien et la batterie se vide vite alors que ça reste un "petit" jeu.