Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Foot et politique

Le fil politique est un fil du rasoir, alors évitons de nous y couper. Par ailleurs, n'oublions pas que son but est d'accélérer l'avènement du grand soir, un de ces quatre matins!

  • Josip R.O.G. le 29/09/2022 à 22h36
    C'est sûr, revendiquer la fin de la prescription c'est très intersectionnel.

  • Utaka Souley le 29/09/2022 à 22h41
    Ça surprend quand même un peu de lire, sur un forum de gauchistes, sous la plume (numérique) de gauchistes revendiqués, les mêmes arguments proférés par la droite la plus extrême ( Le Pen, Ciotti ou Zemmour) pour détricoter le système judiciaire, au motif qu'il n'est pas assez rapide, sévère, etc…
    Les seules différences sont dans la typologie des crimes et des criminels.

  • Tricky le 29/09/2022 à 22h50
    Mais donc je maintiens, à l'encontre de mon ami blafafoire, que c'est la formulation sur la responsabilité qui est terrible.

    Ça, et, pour revenir sur ces histoires de prescription (c'est mignon vos 'oh mais c'est comme le RN', mais moyennement productif comme totem, vu qu'on peut précisément jouer au même jeu à la con sur Badinter), le charmant 'et oh ça va dix ans' qui lui échappe. Parce que l'insensibilité à la difficulté des victimes de viol à parler est tout de même assez répugnante.

  • Edji le 29/09/2022 à 23h13
    Je serais curieux de savoir en quelle sinistre compagnie E. Badinter se retrouve en rappelant fermement l'importance cardinale de la prescription dans une société civilisée.
    Et sinon, oui, c'est une intellectuelle, pas une psy qui reçoit des victimes dans son cabinet ; le procès en défaut d'empathie me semble totalement hors sujet.

  • Utaka Souley le 30/09/2022 à 00h13
    Il me semble aussi, concernant le « 10 ans c'est suffisant » qu'il fait aussi référence à une gradation dans la gravité des crimes, laquelle justifie les différences de peines. Cette gradation justifie par là même les différences de délais de prescription. On peut trouver ça injuste ou mal fait, mais le concept n'est pas illogique.

  • John Six-Voeux-Berk le 30/09/2022 à 06h40
    L'imprescribilité est la norme théorique et générale au Royaume-Uni. Sont-ils des barbares ignorants la civilisation?
    Bien sûr, c'est à croiser avec d'autres aspects du système britannique.
    Sinon, partout les délais de prescription (variables ou non en fonction des cas) résultent de compromis et d'adaptations historiques : s'accrocher à telle ou telle durée figée pour l'éternité n'a aucun sens en dehors de cette « négociation » sociétale générale.

  • Pavarrois le 30/09/2022 à 06h59
    Vu sur tu es amateur de rugby et que tu parles du Royaume-Uni, la question doit être rhétorique

  • Edji le 30/09/2022 à 07h19
    La pratique n'a rien à voir avec la théorie Outre-Manche.
    Et l'idée n'est pas de s'accrocher coûte que coûte à un délai, mais de rappeler pourquoi le concept existe, et pourquoi c'est une folie pour le corps social d'en traiter sans aucune précaution.
    Et il ne s'agit pas seulement de grands principes (grande loi de l'oubli), mais de sécurité juridique et de bonne justice ; il vient un temps où les preuves requises pour établir des faits deviennent de piètre qualité voire impossibles à rapporter.

  • Red Tsar le 30/09/2022 à 07h34
    Tout à fait d'accord pour la gradation et oui, il est légitime qu'un viol soit moins sanctionné que des crimes contre l'humanité. Mais il y a une particularité sur les VSS : les victimes ne portent pas toujours plainte ou ne trouve que très longtemps après les faits la force de le faire.
    Si quelqu'un se fait cambrioler, il porte plainte tout de suite (et s'il ne le fait pas, il a sûrement quelque chose à se reprocher...). Une victime de VSS, non. Donc oui, ça ressort longtemps après, les femmes dans le bureau de PPDA, la fillette violée par un beau-père durant des années avant ses dix ans, les jeunes par des éducateurs, etc.
    Qu'on dise explicitement : « désolé pour vous, mais si on fait une exception pour vous, il y a des conséquences trop graves pour les équilibres sociaux derrière », pourquoi pas (vraiment). Mais il faut l'assumer.
    Par contre, il me semble très dur de renvoyer une victime à sa responsabilité (= toi, individu, débrouille-toi). Peut-être peut-on espérer que faire société se soit aussi prendre soin les uns des autres et s'entraider ?
    Par ailleurs, notez que les associations féministes sont entièrement d'accord pour que les victimes portent plainte de suite. Elles les y incitent, organisent des formations, ont demandé et obtenu de revoir les manières de prendre les plaintes, etc.

    Edit @Edji : "il vient un temps où les preuves requises pour établir des faits deviennent de piètre qualité voire impossibles à rapporter" : ce qui du coup limite de facto les possibilités d'abus de vengeance, non ?

  • blafafoire le 30/09/2022 à 07h43
    Je maintiens que le syllogisme de Badinter (les féministes veulent l'imprescribilité pour les crimes sexuels or l'imprescribilité c'est pour les crimes contre l'humanité DONC elles comparent les crimes sexuels aux crimes contre l'humanité) est risible et n'a d'autre fonction que de ramener lesdites féministes au rang de négationnistes.