Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Foot et politique

Le fil politique est un fil du rasoir, alors évitons de nous y couper. Par ailleurs, n'oublions pas que son but est d'accélérer l'avènement du grand soir, un de ces quatre matins!

  • Tetsuo Shima le 18/05/2022 à 15h51
    Le truc c'est qu'à cet âge-là, tu es cher, moins malléable, un peu fatigué quand même (même dans le tertiaire). Et donc les entreprises font tout pour se débarrasser de toi. Elles te virent si elles peuvent ou bien mettent en place des plans de départ anticipé.

    Perso j'ai fait 5 ans d'études après le bac : je me suis pas reposé, hein ? C'était pas 5 ans de glande à la plage ! Et je vais devoir bosser jusqu'à 66 ans pour avoir une retraite à taux plein. Sachant qu'à partir de 50-55 ans je serai considéré comme un boulet par rapport aux petits jeunes qui n'en veulent, ça va être long de "tenir" jusque là !
    Moi c'est surtout le retour à 40 annuités que j'espérerais, c'est quoi tous ces efforts de productivité qu'on nous réclame depuis des décennies si c'est pour passer le temps gagné au boulot ?

  • suppdebastille le 18/05/2022 à 15h56
    Juste une remarque en réponse à @easy ou quelqu'un d'autre, un étudiant qui travaille cotise pour sa retraite. J'ai bossé 2 mois d'été 4 années consécutives ça m'apporte bien 4 trimestres dans mon décompte.

  • Parisiano le 18/05/2022 à 16h06
    Easy Sider aujourd'hui à 15h09
    C'est ce que je dis, les gens vont se retrouver dépendants du fait qu'on les place dans un dispositif spécifique pour pouvoir partir plus tôt. Alors qu'avec un âge fixé à 60 mais 43 annuités, ceux qui ont commencé tard seraient partis à 65 de toute façon, à moins d'accepter une décote de malade entre 60 et 65 ans (mais si les gens décident d'avoir la décote, et qu'il y a un mouvement massif vers ça, alors c'est qu'il faut s'interroger sur la pertinence de vouloir les faire bosser jusque 65 ans. Mais il ne me semble pas que ce soit le cas, si?).


    Perso, un peu comme Tetsuo, je suis entré tard sur le marché du travail. Mais pas question pour autant d'en sortir tard. Décote ou pas, je m'arrêterai quand j'estimerai que je ne serai plus en état.

    De toute façon, vendredi prochain j'ai prévu de gagner à l'Euromillion, donc bon, ça me passe au-dessus tout ça.

  • JauneLierre le 18/05/2022 à 16h43
    Pour info, il existe un site permettant de faire le calcul de votre retraite : lien
    Il m'annonce donc que, pour avoir une retraite à taux plein, je devrai attendre le 1er décembre 2038, soit quelques semaines après mes 67 ans...
    J'ai certes une scolarité et une carrière sinueuses (premier vrai boulot à presque 28 ans) mais je constate que mon parcours est bien restitué (jobs d'été et service militaire) malgré quelques trous inexplicables.
    Comme Parisiano, je compte gagner à l'EuroMillions donc je siroterai des mojitos dans la piscine bien avant si je ne me suis pas ruiné auparavant par le rachat du FC Nantes et des transferts douteux.

  • El Mata Mord le 18/05/2022 à 16h46
    Bon, c'est bien gentil de parler d'âge, de durée de cotisations ou de % de cotisations patronales ou salariales. Mais on ne parle JAMAIS du seul sujet REELLEMENT important pour ceux qui prennent leur retraite : le montant de la pension.

    Ce que Parisiano a résumé à sa façon...

    Combien de retraités actuels de 72 ans et moins, se sont arrêtés parce qu'ils en "avaient le droit" et recommencent à travailler quelques années après parce que leur pension (ou le minimum vieillesse ou la pension de reversion) est trop faible par rapport à leurs besoins ?
    Beaucoup. Beaucoup trop devrais-je dire.

    La cause principale, c'est le ratio actifs Versus retraités qui a considérablement diminué depuis 60 ans en raison de l'allongement de l'espérance de vie.

    Ca, c'est juste démographique, lié aux progrès de la médecine et à un confort global de vie qui a dans l'ensemble réduit la pénibilité physique de nombreuses tâches, tant professionnelles que personnelles.

    La conséquence, c'est que le coût global des pensions est bien supérieur aux montants collectés sur les actifs, malgré le fait que les revalorisations des pensions se sont réduites depuis plusieurs années.

  • Easy Sider le 18/05/2022 à 16h58
    Ton raisonnement serait parfaitement juste si, comme le rappelle Tetsuo, il n'y avait que la démographie qui jouait. Pendant que le ratio démographique se modifiait on a assisté à une explosion de la productivité qui a conduit à une hausse de la valeur crée par le entreprises et leurs salariés, qui ne se retrouve aujourd'hui pas mise à contribution pour financer les retraites.

    Le problème démographique, encore une fois relativisé par la COR, cache surtout le fait que la productivité en hausse ne s'est pas assise que sur du travail humain. D'où, par exemple, la proposition de Benoit Hamon en 2017 de taxer la valeur créée par les machines pour financer ce genre de chose.

  • Easy Sider le 18/05/2022 à 17h02
    Cela dit, on peut sûrement reconnaitre le fait qu'avec la mondialisation il devient dur de mettre à contribution les entreprises qui profitent à fond des mécanismes d'exemption fiscale, quand ce n'est pas de l'optimisation ou de la fraude. Mais ça, malheureusement, ce n'est ni la faute des actifs ni celle des retraites. Enfin, si, personne ne les oblige à voter pour des gens qui proposent de légiférer sur ce type de dispositifs.

    Rappelons quand même que sans exemption fiscales ou sociales, on a un Etat et des systèmes sociaux qui sont censés se financer mécaniquement à l'euro près, il me semble.

  • El Mata Mord le 18/05/2022 à 17h41
    Pour mémoire, un système par répartition est financé grâce aux diverses cotisations.

    Actuellement, celles-ci couvrent moins de 80% de ce qui est redistribué. Les impôts et taxes (notamment celles crées depuis 2010 suite à la réforme Sarkozy-Fillon) ainsi que les intérêts acquis via des placement financiers, environ 12%. Les organismes extérieurs (CNAM, CNAF, assurance chômage...) contribuent à hauteur de 6%.

    Et l'Etat à hauteur de 5% via des "subventions" (sic) visant à ré-équilibrer le système. Sachant que l'Etat contribue déjà via les cotisations.

  • AS Roma Gricole le 18/05/2022 à 17h51
    Je me permets de pointer cette interview de D. de Villepin chez TV5 Monde, que je trouve absolument passionnante: lien

  • Easy Sider le 18/05/2022 à 17h51
    Je sais bien, c'est aussi pour ça que je rappelle les mécanismes d'exemption de cotisation sociales (ou le travail au noir) comme freins à l'efficacité de la modulation des cotisations sociales pour financer le système. Le système est théoriquement fait pour être financé par les cotisations, qu'on doit pouvoir moduler pour répondre aux besoins sociaux. Il se trouve que ce n'est plus le cas.

    Forcément, puisque les cotisations sont devenues des "charges".

    Je me permets juste d'ajouter que puisque la hausse de la productivité du travail a été en partie permise par des machines qui ne cotisent pas (d'où la proposition d'Hamon de les faire cotiser), il y a potentiellement une transformation du système de financement à étudier, qui permettrait de prendre en compte la nouvelle réalité de la productivité dans le financement des retraites. Ou du chômage d'ailleurs, puisque les machines ont mis des gens au chômage.

    Ou alors, on ne mise que sur la démographie, ce qui se défend, sauf que ça empêche d'argumenter sur le fait qu'on prend en compte "la réalité".