En vous connectant, vous certifiez n'avoir jamais trompé votre club favori. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Foot et politique

Le fil politique est un fil du rasoir, alors évitons de s'y couper. Par ailleurs, n'oublions pas que son but est d'accélérer l'avènement du grand soir, un des ces quatre matins!

  • AS Roma Gricole le 25/11/2021 à 11h18
    S'il y a beaucoup de papiers sur le qui vote RN, je n'ai pas trouvé beaucoup d'études sur le pourquoi.
    Mais il y a celle-ci, qui date du début d'année : lien

    La première raison du vote RN est le "mécontentement à l'égard des autres partis
    politiques" (page 16 et suivantes du document)

    Par ailleurs, je rappelle que le RN a fait une percée assez folle dans les outremers aux dernières élections.
    lien
    Il arrive en tête 7 fois sur 10 (avec même 45% des suffrages à Mayotte), 2 fois 2ème et une fois 3ème...

    On devrait pouvoir en déduire qu'il y a surement autre chose que du racisme.

  • OLpeth le 25/11/2021 à 11h31
    Avec tout le respect que je porte à Le Bodmer, je préfère les études statistiques et les séries à un témoignage unique, pour intéressant qu'il soit (celui d'Aulas Tique sur l'impuissance générale des autorités pour agir sur un fait grave était aussi éloquent).
    Le recensement de ce type de faits que font certains sites m'incitent à penser qu'il y a un problème significatif qui n'est plus de l'ordre de l'exception.

    On peut faire le parallèle avec les violences policières pendant les GJ : tous les policiers ne sont pas violents, mais le nombre excessif de violences relevées incite à penser qu'il y a un problème... ta ta taaaaan... systémique : doctrine de maintien de l'ordre, emploi des différents corps essentiellement (mettre des baqueux en manif c'est la pire idée qui soit), absence de sanctions. La hiérarchie a mis en place, plus ou moins consciemment, un système encourageant les policiers à faire preuve de violence envers les manifestants.

  • Easy Sider le 25/11/2021 à 11h50
    C'est pour ça que vos commentaires sont complémentaires. On est quand même souvent confronté sur ce forum, sur ces questions, à des situations où les études statistiques et les séries sont pour le moins nuancées par les expériences de terrain des gens présents ayant une expertise sur les sujets.

    Ça ne veut pas dire que les études se plantent ou que les témoignages sont faux, ça veut juste dire qu'en réalité, la vérité n'est révélée ni par l'étude stat ni par le simple témoignage. Par contre, la stat permet d'appuyer une thèse comme celle du racisme systémique, alors qu'il est très facile de balayer le témoignage de terrain comme un truc insignifiant.

    C'est marrant parce que tu citais hier le livre sur le journaliste infiltré dans le police. Je n'ai pas lu le livre, mais l'ai vu sur quelques plateaux médias, répéter justement que la police en tant qu'institution n'était pas raciste à ses yeux, même s'il avait pu observer plein de comportements border ou racistes parmi les policiers ou la hiérarchie.

    Personne n'a nié qu'il y avait des racistes dans la police, ni partout ailleurs, et sûrement plus dans la police qu'ailleurs (faudrait voir aussi les taux de participation dans ces bureaux de vote par rapport aux autres, parce que ça m'étonnerait pas qu'on y vote plus massivement, et que si on forçait les abstentionnistes d'ailleurs à voter, on ait des surprises étant données les motivations du vote RN extraites par AS Roma Gricole).

    En tirer des conclusions "institutionnelles", ça me parait plus hasardeux. Surtout si quand tu en parles, tu dois expliquer au préalable que tu ne vises pas tout le monde, qu'il y a des gens biens, qu'il ne faut pas que tu sois mal compris et que tu ne parles que des méchants, et pas d'un système comme si tu étais anti-système.

  • Easy Sider le 25/11/2021 à 11h50
    Et je te rejoins sur la doctrine de maintien de l'ordre en manifs, mais comme on parlait du racisme à propos des contrôles au faciès, je vois pas bien le rapport.

  • Hyoga le 25/11/2021 à 12h00
    Lapin compris

  • lemon le 25/11/2021 à 12h07
    Je reviens un peu en arrière dans le fil de discussion, mais ce point me semble crucial.

    Manx dans tes posts tu reviens à la définition première de systémique, à savoir une approche sociologique de phénomènes, qui s'oppose (ou s'additionne) à une approche analytique (ou fragmentée).

    Très bien, sauf que dans le débat public, ce n'est pas du tout comme ça que c'est posé. Jamais entendu un militant (ou même un sociologue de ces mouvements) expliquer que selon l'approche systémique, le racisme peut être compris comme [...].
    On parle bien de "racisme systémique" et pas de "selon l'approche systémique du racisme", et que le racisme ne peut être QUE systémique ; toute autre appréhension du phénomène étant fausse (voire mal intentionnée). Quand des militants assènent que "le racisme antiblanc n'existe pas", c'est bien parce qu'ils ne perçoivent plus le racisme QUE comme un système. Et pas seulement. Comme un système de domination hérité des Lumières qui vise à maintenir les populations non-blanches à une position sociale subalterne.

    Et pourquoi pas, ça se défend. Mais ce serait pas mal d'utiliser de temps en temps le conditionnel quand même. Parce que déjà ce n'est qu'une hypothèse. Et ensuite parce que dans le réel, les insultes et agressions sur base raciale vont dans tous les sens. Donc plein de gens, et pas que des blancs, ont du mal avec cette notion d'un racisme uniquement descendant des blancs envers les non-blancs, parce que ça ne correspond pas à leurs expériences. Et l'empirique, ça ne se combat pas facilement.

    Enfin, l'approche systémique n'est pas toujours recommandée ni pertinente. Zemmour par exemple propose une approche systémique du terrorisme islamiste qu'il incorpore dans le "système" Islam et que ça ne sert à rien de lutter contre des individus, ni même des organisations, ni même des idéologies. Nan. C'est systémique, hérité de l'époque de Médine, et vise à soumettre tous les humains. Et donc faut dégager l'Islam.

    Donc on en revient aux discussions précédentes. Quant tu dis d'un phénomène qu'il est systémique, si tu veux lutter contre politiquement, ça implique des mesures qui sont très différentes que si tu l'analyses comme fragmenté (ou individualisé, ou moral comme je le lis parfois mais je trouve le terme impropre).

  • syle le 25/11/2021 à 12h09
    Niveau méthodo, au niveau de l'enquête de la DARES, je ne sais pas si l'on doit conclure à du racisme pur et dur ou tout simplement aux représentations issues de la ghettoïsation que l'on a créée depuis depuis plus de 50 ans, et aux anomalies statistiques qui vont avec.

    Au final, il est indéniable que la discrimination existe bel et bien.
    Mais je ne suis pas sûr qu'il s'agisse, sur le fond, d'une discrimination foncièrement raciste. Je veux dire par là, que je ne suis pas sûr que ce soit la couleur de peau qui soit le moteur de cette discrimination.
    Et dans ce cas, ça irait un peu dans le sens du témoigne de Bodmer.
    Ca expliquerait également que cette discrimination soit moins présente pour les postes qualifiés : les diplômes du candidat attestent en eux-mêmes d'un certain mode de vie et donnent directement des garanties à l'employeur quant à la personnalité du candidat.

    Bref, je peux me tromper mais tout cela me donne le sentiment d'une - réelle - discrimination liée davantage à l'origine sociale que "raciale".

  • Roger Cénisse le 25/11/2021 à 12h13
    Voici un post auquel je souscris entièrement.
    Discrimination il y a, c'est indéniable. Mais je suis foncièrement persuadé qu'en effet elle est plus sociale et spatiale que raciale.

  • Pascal Amateur le 25/11/2021 à 12h22
    Une discrimination sociale, c'est en revenir à des questions concrètes à laquelle la politique pourrait, logiquement, répondre.
    Une discrimination raciale, c'est une discrimination qui tient à l'essence même, qui offre dès lors peu de solutions. D'où ce choix du personnel politique, qui peut ainsi retourner inaugurer la fête de la saucisse en serrant des paluches, et se taper dans le dos en se disant que, ma bonne dame, tout cela est bien insoluble, et les rhumatismes, comment ils vont madame Muche ?

  • Easy Sider le 25/11/2021 à 12h26
    Je pense que tu es dans le vrai aussi. Le poids des représentations est aujourd'hui, je pense, bien plus établi sur des représentations de ce qui peut sortir de certains endroits et types de profils, que sur des considérations purement raciales. Et, évidemment, tout ça se croise avec le fait que certains endroits sont devenus des ghettos sociaux ET ethniques. Quand 90% des gens habitant un endroits sont d'origine africaine, tu as 100% de chance de discriminer quelqu'un, et quasi-autant de chance de le discriminer sur son origine.

    Quand tu ajoutes à tout ça les représentations médiatiques...

    Ou alors, autre hypothèse, les anciens bastions communistes et socialistes qui votent RN en masse aujourd'hui étaient des hordes de fachos en fait.