En vous connectant, vous certifiez n'avoir jamais trompé votre club favori. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Foot et politique

Le fil politique est un fil du rasoir, alors évitons de s'y couper. Par ailleurs, n'oublions pas que son but est d'accélérer l'avènement du grand soir, un des ces quatre matins!

  • Balthazar le 14/10/2021 à 13h07
    Ben oui, John (et Luis), le vote est aussi un acte. Infime peut-être, mais un acte tout de même.

    Si on est d'accord là-dessus, alors on peut être d'accord aussi sur le fait qu'"une conviction est en accord avec des actes".

    Ça ne signifie pas, d'ailleurs, qu'il ne peut pas y avoir chez certains, et sur certains sujets, contradiction entre la conviction et certains actes.

    Mais je ne commencerais à parler d'hypocrisie, pour ma part, qu'en cas de contradiction totale, c'est-à-dire lorsque tous les actes démentent la conviction affichée. Dans les autres cas, je dirais, selon mon humeur, qu'on a affaire à (ou : que je suis) quelqu'un de modéré ou de faible. Mais je ne vois pas pourquoi on devrait considérer que la conviction n'en est alors pas une. Dire "ce que tu penses, c'est ce que tu fais", c'est tout de même assez discutable, Luis... Il me semble qu'on peut blâmer l'inconséquence sans aller jusque-là.

  • John Six-Voeux-Berk le 14/10/2021 à 13h16
    Oh la synthèse pacifiante ! Bien joué (sauf que cette synthèse écrase un peu la contradiction entre actes présents et conséquences futures de cet autre acte qu'est le vote).

  • Classico le 14/10/2021 à 13h29
    En effet, on ne fait rien à l'échelle individuelle. Ce n'est pas l'individu privé qui est requis ici, c'est la politique. Mais cette non-action de l'individu privé a des vertus politiques cachées. Quand on en a fini avec l'illusion narcissique que son petit affairement individuel "responsable" a le pouvoir de changer quoi que ce soit à la situation, quand s'est bien pénétré de l'idée que le problème dépasse radicalement et définitivement le cadre de sa petite conscience intime, on est envahi par une inquiétude profonde et universelle qui a plus de chances, en fin de compte, d'être utile à la cause que l'autosatisfaction privée. D'autant qu'elle a des objets concrets et déterminés, cette inquiétude ; la cause du réchauffement, notamment, on la connaît : c'est la production capitaliste. Il n'y a aucun mystère, et il n'y a aucune chance que les petits affairements individuels "responsables" changent quoi que ce soit à la situation.

    (désolé, je vis au milieu de bobos éco-responsables et là fallait que ça sorte)

  • Toni Turek le 14/10/2021 à 13h48
    Pour parler un peu de foot sur ce fil :

    "Le Parlement a adopté définitivement jeudi, par un vote du Sénat, une proposition de loi qui prévoit qu'aucun match de football professionnel ne soit plus joué les 5 mai en France, en hommage aux victimes de la catastrophe du stade de Furiani, qui avait fait 19 morts le 5 mai 1992".

  • Utaka Souley le 14/10/2021 à 13h48
    Les individus qui se responsabilisent et "font des sacrifices" isolément, ça leur permet justement de se donner bonne conscience et d'assouvir leur besoin de religion
    -----------------------------------------------
    Ça leur permet de se comporter à leur échelle en tant qu'humains responsables, c'est à dire, à l'échelle où ils on le pouvoir de décision, de faire ce qu'ils pensent juste.

  • Luis Caroll le 14/10/2021 à 13h50
    Je ne juge pas les choix individuels. Je ne discute pas leur pertinence.
    Ce que je défends c'est qu'il ne peut pas, par définition, exister de contradiction entre des convictions et des actes.
    Si les actes vont en contradiction des convictions, on se ment à soi-même, ce qui n'est pas problématique. Si on devient militant on ment aux autres, et là ça le devient.

    Vous n'avez pas rebondi dessus, mais j'insiste: si quelqu'un milite pour la réduction de l'état providence "au nom de l'intérêt général" mais en profite "parce que je veux pas être le cobaye" vous aurez tôt fait de lui tomber dessus et vous aurez raison.
    Personne ici ne se dirait "Oui parfois il y a des contradictions, c'est normal faut vivre avec".

  • Pavarrois le 14/10/2021 à 14h10
    Tout à fait. Et rappelons qu'il y a quand même un point sur lequel tout un chacun a un levier sur la société capitaliste de consommation : c'est justement réduire sa consommation.

    Si une personne évite les achats compulsifs de produits manufacturés à l'autre bout du monde et utilisés deux fois ça ne changera rien.
    Si des millions de personnes font la même chose, il y aura un impact.
    Bien évidemment qu'une action politique forçant les mêmes millions sur un acte aura plus de poids, mais en son absence, il me semble aussi facile de se dire que nos actes ne changent rien

  • Balthazar le 14/10/2021 à 14h12
    Luis Caroll aujourd'hui à 13h50

    Ce que je défends c'est qu'il ne peut pas, par définition, exister de contradiction entre des convictions et des actes.
    ---
    Ça revient à soutenir que nous ne pouvons pas, parmi nos convictions, en avoir deux qui, sous tel ou tel rapport, se contredisent (et qui peuvent donc déterminer des actes qui seront en contradiction avec l'autre conviction). Bref, c'est défendre l'idée que le monde est beaucoup plus simple qu'il ne l'est à mon avis.

  • Tonton Danijel le 14/10/2021 à 14h21
    "Vous n'avez pas rebondi dessus, mais j'insiste: si quelqu'un milite pour la réduction de l'état providence "au nom de l'intérêt général" mais en profite "parce que je veux pas être le cobaye" vous aurez tôt fait de lui tomber dessus et vous aurez raison."

    Ce gars-là, on l'a eu, il s'appelait François Fillon. Et le choix de jeronimo de lui maintenir sa confiance bien qu'il ne respecte pas forcément sa promesse phare de réduire le train de vie de l'Etat semble du coup plus compréhensible (parce que de toutes façons, ce n'est pas Mélenchon qui aurait appliqué la fin de l'Etat providence).

  • Joey Tribbiani le 14/10/2021 à 14h24
    La posture « je m'y mettrai mais pas tout de suite. J'attends que tout le monde bouge, je veux pas être le cobaye de l'histoire » dans la bouche de soi-disant progressistes elle est tout de même hyper drôle. Quelle fumisterie.

    Heureusement que dans l'histoire des hommes, les vrais progressistes ont eu plus de cran. Sinon on n'aurait pas eu la Révolution française, la marche du sel en Inde, le mouvement des droits civiques aux US etc ...

    « Nan mais Martin Luther, c'est sympa tes histoires de rêves là, tes marches tout ça. Mais je vais pas bouger là tout de suite. J'attends que tout le monde le fasse en même temps. J'ai pas envie d'être le cobaye »

    Dilemme du prisonnier, théorie des jeux, équilibre de Nash. Révisez vos classiques. Ou plus court, rematez la scène des bateaux dans The Dark Knight.