Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Foot et politique

Le fil politique est un fil du rasoir, alors évitons de s'y couper. Par ailleurs, n'oublions pas que son but est d'accélérer l'avènement du grand soir, un des ces quatre matins!

  • L'amour Durix le 13/10/2021 à 22h38
    Joey,
    Alors déjà, le match ne fut pas bon. En tout cas pas moi. Qu'est-ce que j'ai été mauvais !
    Je prends acte de ne pas être la cible de ton laïus anti-bobo hypocrite. Ce n'était vraiment pas évident au premier abord.
    Et je maintiens que ta question est bête, pas chiant, et je vais quand même y répondre.

    Je suis prof, pas prêtre. Je n'ai pas à vivre au milieu de mes paroissiens... Euh élèves. Et j'ai toujours soigneusement éviter de le faire. Pendant mon année de stage en centre-ville, je vivais en quartier. En banlieue parisienne, j'ai vécu dans une autre banlieue. Et ainsi de suite. Je suis prof bien assez longtemps sur la semaine (jusqu'à tard le soir, le week-end) pour ne pas m'obliger à croiser mes élèves. Pendant mes quatre années en Haute-Savoie, j'ai vécu à 40 km de mon bahut. Et bien j'ai quand même réussi à croiser une élève au supermarché en bas de chez moi, en jogging troué un paquet de PQ à la main. Je fais donc très attention à limiter ce genre de situation. Quand en plus mon établissement est au milieu de deux quartiers difficiles, je ne vais pas, en plus d'avoir un élève comme voisin du dessus, me contraindre à vivre avec des dealers en bas de mon immeuble. Ce serait très bête de le faire et ça l'est donc un peu de s'étonner que je ne le fasse pas.

    Comme supposé par Tonton, ma femme est prof aussi, dans un autre établissement. Ce serait un peu embêtant de devoir se séparer pour vivre chacun sur le secteur de recrutement du bahut. Le fait est (et je suis en train de faire exactement de faire ce contre quoi José-Mi m'a mis en garde) que je ne vis pas dans le quartier de mon bahut, ni même la ville, pas le département non plus. En fait, j'habite même dans une autre académie. Peut-être vas-tu en déduire que j'ai une dent contre mon recteur.

    J'ai choisi de jouir de la liberté que j'avais de m'installer où je voulais/pouvais. Et le lieu de scolarisation de mes enfants n'a pas joué un grand rôle. En fait, pas du tout dans mon cas, un peu plus pour ma femme. Parlons-en de ma femme : elle a grandi au 17ème étage d'une tour détruite depuis. Elle a souffert ses quatre années de collège (REP actuellement, à l'époque je ne sais pas) à se faire emmerder par des connards dont une partie non négligeable a mal tourné. Je pense qu'elle aurait mal pris le fait que je lui dise "Viens chérie, on va vivre à la rocade ! C'est important la mixité, tu comprends".

    Donc effectivement, "not for my kids" et pas pour ma femme non plus. Mais je parle du cadre de vie. À aucun moment de la scolarisation. Parce que tu l'as dit toi-même, avec les codes ou une structure familiale solide, un gamin s'en sortira scolairement, même dans un bahut compliqué. Et chaque année, je récupère des élèves géniaux issues de collèges REP+ où certains arrivent en Audi. Au volant de l'Audi, à 14 ans. Et si mon fils doit un jour être scolarisé dans mon lycée, qu'il y vienne (Même si ça me fera chier de croiser un élève tous les soirs à la maison...). Il a d'ailleurs commencé sa scolarité en REP, avec 50% de ses camarades de maternelle ne parlant pas français à la maison (Si tu te demandes pourquoi il n'y est pas resté, c'est juste que 4h de voiture pour aller au boulot, ça m'aurait fait un peu beaucoup).

    Je crois déjà l'avoir raconté ici mais mon bahut a changé ces dernières années. Il y a encore 3 ans, il jouissait d'une belle mixité, avec 50% d'élèves issus des quartiers et l'autre moitié des nord-Bouches du Rhône. Et putain, ça fonctionnait ! Les élèves se découvraient à l'entrée au lycée, allaient les uns vers les autres, créaient des liens entre bruns et blonds. Ça a l'air con dit comme ça mais c'était la vérité. Oui mais voilà, beaucoup d'électeurs des NBdR en avaient un peu marre que leurs enfants aillent fréquenter les arabes d'Avignon. Du coup ils ont eu le droit à leur lycée tout neuf, et tout blond. Et quand il s'est agi d'envoyer des élèves des quartiers moins périphériques pour remplir un peu le lycée et désengorger ceux du centre-ville, personne n'a levé la main. Et le recteur n'a pas levé le petit doigt. Finalement t'as raison, je ne l'aime pas.

    Le point de départ de tout ça, c'est ton intervention qui visait à ne sortir des quartiers que les meilleurs élèves, les plus motivés. Et donc c'est toujours non ! Parce qu'il y aura toujours tout un tas d'élèves un peu mous, un peu paumés, un peu dépassés. Mais qui voudraient bien. Et eux, si tu leur enlèves les bons éléments (qui ont bien valeur d'exemples, si !) tu les tues.

  • L'amour Durix le 13/10/2021 à 22h41
    Bon bah Joey, c'est malin.
    Tu as déclenché le courroux de la ligue des profs.

    Olpeth, t'es pas en Haute-Savoie ? C'est quoi le bahut en question ? Le Michel, le Paul, le Jacques ou rien de tout ça ?

  • leo le 13/10/2021 à 22h48
    Bonjour, un post de blog particulièrement déprimant du directeur du Shift Project sur la pénurie de ressources énergétiques et minières :

    lien

    Il va en falloir de la magie-han pour s'affranchir des limites physiques de notre planète...

  • Red Tsar le 13/10/2021 à 22h50
    L’idée qu’il faudrait être « exemplaire » dans son mode de vie (logement, consommation, loisirs...) pour recevoir un certificat d’honorabilité politique me pose un certain nombre de problèmes. Tout n’est pas clair dans ma tête et je me pose encore beaucoup de questions, mais voici ce qui me gêne :
    1- Cela implique de mettre l’individu face à ses choix individuels plutôt que de travailler le collectif. Or il me semble que c’est quelque chose qui nous manque cruellement aujourd’hui,
    2- Cela implique que l’individu est jugé selon des vices, des vertus ou qu’on juge à travers lui une condition humaine abstraite (« l’homme est égoïste », « l’homme est hypocrite »...) au lieu de se questionner sur le système qui nous met face à des choix parfois impossibles (et j’assume ce mot de système),
    3- Cela implique de mettre en avant des actes de consommation sur le politique alors qu’il me semble qu’il faudrait réfléchir à l’inverse (encore une fois, je me questionne, je n’ai pas de solutions toutes faites),
    4- Cela implique que seule une petite minorité, qui parviendrait à vivre dans un quartier sensible, tout en se déplaçant en transport en commun, en produisant son propre blé et sa propre électricité, etc. serait « honorable ». Premier souci, cela revient à dire à 99,99 % des gens : ne vous impliquez pas dans la cité, vous n’êtes pas dignes. Deuxième souci : cela revient à penser que seule une « élite » ayant réussi à vivre de manière conforme aurait droit à dire ou faire le/la politique.

  • OLpeth le 13/10/2021 à 22h50
    Non mais Mev la justice est cohérente : tu as vu ce que le procureur a requis contre Benalla ? 18 mois de prison avec sursis, dix ans d’interdiction de port et détention d’armes, la confiscation des armes remises, cinq ans d’interdiction d’exercer toute fonction publique, et 500 euros d’amende.
    Donc bon, accompagner gentiment une prof qui a trébuché franchement...

    Plus sérieusement au moins le crétin de gamin qui a fait ça a pris 140h de TIG, ça lui mettra peut-être un peu de plomb dans la tête s'il est encore temps.

  • El Mata Mord le 13/10/2021 à 22h52
    Donc si on lit entre les lignes, Thanos n'est qu'un enfant de coeur...

  • OLpeth le 13/10/2021 à 23h02
    Le Paul, qui était un bahut bien mixte socialement et tout à fait tranquille quand j'y étais et maintenant concentre toutes les difficultés. Comme dans ton coin ils ont construit un joli collège tout neuf à Cranves-Sales où ça peut rester entre gens de bonne compagnie. Pour dire, même les familles modestes des quartiers se saignent pour mettre leurs gamins dans le privé catho du secteur...

  • Joey Tribbiani le 13/10/2021 à 23h31
    J’aime bien ta réponse et ta franchise, vraiment. Et je te comprends.

    Mon expérience est différente : il y a quelques dizaines années un père de famille, issu d’un milieu modeste et pur produit de l’école publique républicaine, a jugé pertinent et cohérent de mettre son fils dans l’ecole primaire puis le collège REP du quartier où il vivait. Alors qu’il avait largement les moyens de le mettre dans n’importe quelle école privée hors de prix. Ce père de famille, gaulliste, n’aurait même pas pu je pense imaginer agir autrement, Que son fils fasse ses études dans la ville où lui même les avaient faites. Avec les enfants de ses clients et des gens avec qui il bossait et qui le faisaient vivre lui semblait la moindre des choses.

    Cet homme, « de droite », est bien plus de gauche par ses actes, honnête, courageux et sincère que beaucoup d’hypocrites donneurs de leçons à 2 balles que l’on peut croiser ici (et dont tu ne fais pas partie).

    Et je suis très fier de lui

    Les « contradictions » qu’il faudrait soi disant assumer, quel que soit le nom qu’on leur donne, ne sont pas une fatalité.
    Il y a des gens qui choisissent de mettre leurs actes en cohérence avec leurs principes et leurs valeurs. Cela demande il est vrai un minimum de courage et d’honnêteté intellectuelle.

    Et puis il y a les « gauchistes à grande bouche » : « faites ce que je dis hein (sinon je vous traite de reac) mais pas ce que je fais ... »

    Comme Olpeth ou d’autres.

  • L'amour Durix le 13/10/2021 à 23h34
    Merde alors, le Paul !
    Mais j'y ai bossé quatre ans ! Cranves-Salles était déjà ouvert, et ça restait encore très mixte.
    On n'est pas non plus sur un bahut APV où ton gamin sera en danger. Avec un bon accompagnement et un bon suivi, ça se passera bien. Je ne peux pas te rencarder sur l'équipe éducative parce qu'il a malheureusement beaucoup de turn-over et je ne dois plus connaître grand monde mais à mon époque (il y a moins de 10 ans), ça tournait bien avec des bons profs et des classes qui se tenaient relativement à carreau (sauf peut-être une par niveau).
    J'y aurai mis mon fils sans grande appréhension (mais 4 ans c'était un peu jeune pour le collège).

    De toute façon dans ton cas, tu dois pousser pour mettre ton fils dans le public. C'est évidemment sa mère qui aura le dernier mot et toi tu auras ta conscience de gôche tranquille.

  • Tonton Danijel le 13/10/2021 à 23h36
    (Ce qui ne l'empêchera visiblement pas de se faire traiter d'hypocrite quand même, hein).