En vous connectant, vous certifiez n'avoir jamais trompé votre club favori. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Feuilles de match et feuilles de maîtres

Qui a dit que football et littérature étaient incompatibles ? Voici le forum où vous pourrez parler de vos lectures récentes et anciennes, liées ou non avec le ballon rond.

Un conseil de lecture ? Une bonne librairie ? =>> "You'll never read alone", le Gogol Doc: http://bit.ly/11R7xEJ.

  • Red Tsar le 21/10/2023 à 19h56
    Ouais, enfin à une époque Julow nous partageait ses traductions de Shakespeare et comparait les interprétations de pièces baroques. Aujourd'hui, il se met à l'électro et nous fait du rap de caillera. Comme quoi Cousin avait pas tort sur cette histoire de décadence.

  • Pascal Amateur le 21/10/2023 à 20h03
    Bah, quand on a le choix entre "Électre" et l'electro, on devine d'avance la préférence de certains.

  • Red Tsar le 24/10/2023 à 17h23
    Disponible pour deux mois sur Arte VOD : Italo Calvino, l'écrivain perché.
    L'auteur aurait fêté son centenaire la semaine dernière.
    Évidemment, 52 minutes ne suffisent pas à aborder toutes les facettes de son œuvre. Mais elles restent une belle entrée en matière et quel plaisir que ce regard malicieux. 

  • Pascal Amateur le 01/11/2023 à 21h17
    C'est bientôt l'anniversaire de Christian Clavier. Alors petit quignon du soir, un extrait tiré du roman à découvrir. Roman déjà cité parmi ces 2288 pages.

    "Mais qu'est-ce qu'on a fait au bon dieu ?"

  • Pascal Amateur le 01/11/2023 à 21h27
    C'est bientôt l'anniversaire de Christian Clavier. Alors petit quignon du soir, un extrait tiré du roman à découvrir. Roman déjà cité parmi ces 2288 pages.

    "Il enlève la couverture.
    Oui, c'est là ! Il écarte ce drap du pantalon tout mâché et les paquets de pansements déroulés et puis celui qu'on a laissé en paquet dans le trou. C'est là. La plaie s'ouvre. Ah ! l'odeur !
    Mais qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu ?"

  • Delio Onnisoitquimalypense le 01/11/2023 à 21h32
    La vie sans savoir (ça marche une fois sur deux dans ce fil, on peut tenter, hein. Même si stylistiquement…)

  • Pascal Amateur le 01/11/2023 à 21h45
    C'est bientôt l'anniversaire de Christian Clavier. Alors petit quignon du soir, un extrait tiré du roman à découvrir. Roman déjà cité parmi ces 2288 pages.

    "Il enlève la couverture.
    Oui, c'est là ! Il écarte ce drap du pantalon tout mâché et les paquets de pansements déroulés et puis celui qu'on a laissé en paquet dans le trou. C'est là. La plaie s'ouvre. Ah ! l'odeur !
    Mais qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu ?
    (...)
    Un brusque feu roux s'élança. Il était tout emmailloté de brouillard et de fumée. Il sautait lentement très haut dans l'air épais ; il y restait accroupi, genoux au menton en boule rouge, puis il dépliait doucement ses jambes jusqu'à terre et d'un coup d'orteil il repartait.
    (...)
    Les morts bougeaient. Les nerfs se tendaient dans la rainure des chairs pourries et un bras se levait lentement dans l'aube. Il restait là, dressant vers le ciel sa main noire tout épanouie ; les ventres trop gonflés éclataient et l'homme se tordait dans la terre, tremblant de toutes ses ficelles relâchées. Il reprenait une parcelle de vie. Il ondulait des épaules, comme à son habitude d'avant quand sa femme le reconnaissait au milieu des autres, à sa façon de marcher. Et les rats s'en allaient de lui. Mais, ça n'était plus son esprit de vie qui faisait onduler ses épaules, seulement la mécanique de la mort, et au bout d'un peu, il retombait immobile dans la boue. Alors les rats revenaient.
    La terre même s'essayait à des gestes moins lents avec sa grande pâture de fumier. Elle palpitait comme un lait qui va bouillir. Le monde, trop engraissé de chair et de sang, haletait dans sa grande force. Au milieu des grosses vagues du bouleversement, une vague vivante se gonflait ; puis, l'apostume se fendait comme une croûte de pain. Cela venait de ces poches où tant d'hommes étaient enfouis. La pâte de chair, de drap, de cuir, de sang et d'os levait. La force de la pourriture faisait éclater l'écorce. Et les mères corbeaux claquaient du bec avec inquiétude dans les nids de draps verts et bleus, et les rats dressaient les oreilles dans leurs trous achaudis de cheveux et de barbes d'hommes. De grosses boules de vers gras et blancs roulaient dans l'éboulement des talus.
    (...)
    A la longueur de jour, un ciel de farine dormait par là-dessus, étouffant tout dans son épaisseur. Les paroles ne bondissaient pas mais glissaient sans force hors des bouches, comme de la salive."

  • Utaka Souley le 01/11/2023 à 21h53
    Je tente un "Voyage au bout de la nuit" mais sans certitude.

  • Pascal Amateur le 01/11/2023 à 21h56
    Non, mais paru juste l'année précédente.

  • Jah fête et aime dorer Anne le 01/11/2023 à 22h21
    Ca ressemble à du Giono cette façon d'écrire (mais consacrée à un sujet différent de ce que j'ai lu de lui donc c'est dit avec incertitude).


    @Utaka ; y'a pas de ..., donc ça ne peut être du Céline.