Seuls 36% des internautes parviennent à saisir leur e-mail / password du premier coup. En feras-tu partie ? Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Une saison de buts en bleu

Dressons le bilan de l'attaque de l'équipe de France 2010/2011, avec ses 18 buts en vidéo et en infographies.

Auteur : Jérôme Latta le 14 Juin 2011

 

Avec 18 buts en 12 rencontres, soit 1,5 but par match, l'équipe de France de Laurent Blanc n'a pas vraiment traduit au score les ambitions offensives de son sélectionneur. En dehors d'Ukraine-France et de son final renversant, elle n'a jamais inscrit plus de 2 buts par match, même contre le Luxembourg (deux fois 2-0), et son efficacité n'a été sauvée en 2011 que par ces mêmes dix dernières minutes à Donetsk. L'analyse de la façon dont ces buts ont été inscrits montre tout de même que la sélection a des ressources offensives à (mieux) exploiter.


Les 18 buts de l'équipe de France 2010/2011

On a privilégié dans le montage l'action dans son intégralité, augmentée de ralentis quand ils donnent plus d'information sur sa conclusion (voir aussi la liste des buteurs).





buts_france_buteurs_passeurs.jpgButeurs et passeurs

Ont été exclues du décompte des "passes décisives" (notion très imparfaite de toute façon) les passes au buteur quand ce dernier a dû lui-même "créer" son occasion, la dernière passe étant secondaire dans la décision. En revanche, les coups de pied arrêtés – corner, coups francs indirects – ont été considérés comme passes décisives (parti pris qui se discute aussi).

Même s'il n'a plus marqué depuis France-Brésil (il n'a disputé que trente minutes en Ukraine et est resté sur le banc en Pologne), Benzema s'est imposé en pointe des 4-3-3 et 4-2-3-1 de Blanc avec une efficacité tangible: il a ajouté deux passes décisives à son bilan de quatre buts en huit titularisations.

Le Madrilène est le seul joueur à pouvoir prétendre à une telle influence sur le résultat. Le total de Gourcuff est certes significatif, mais le joueur a beaucoup perdu de crédit, tandis que Nasri, qui a décliné sous le maillot bleu au fil de la saison, présente le bilan assez faible d'une seule passe décisive (sur coup franc, pour la tête de Mexès).
La dispersion des passes décisives dénote peut-être le manque de leader technique dans cette équipe, voire de "cadres" offensifs. En 116 minutes, Martin présente le même bilan que Malouda en 771, et tout deux sont sur le podium...



De la variété

L'équipe de France s'est montrée nettement plus efficace en seconde période: 13 buts contre 5, avec une prédilection pour le dernier quart d'heure (7 buts dont 2 dans le temps additionnel) qui doit beaucoup à la victoire contre l'Ukraine.

Les buteurs l'ont d'abord été en reprenant de volée des passes et des centres (6 buts) ou en pénétrant individuellement pour se mettre en position de frappe, soit sur des appels en profondeur, soit sur des percées balle au pied (5 buts au terme d'une course, 3 après dribbles, crochets ou combinaison).

buts_france_infographie.jpg


Le côté droit confirme sa prédominance comme zone où la différence a été faite (7 actions, autant que pour l'axe et le flanc gauche réunis). En revanche, c'est à gauche qu'ont été exécutés les 4 coups de pied arrêtés victorieux: 2 corners (Benzema sur corner de Gourcuff, Kaboul de la tête sur corner de Martin) et 2 coups francs (Payet pour Gourcuff et Gourcuff pour la tête de Mexès).

Si les situations de but présentent une certaine diversité, on note l'absence de coups francs directs – Nasri et Gourcuff notamment ayant eu peu de réussite dans cet exercice.



Positions de tir

Les positions du buteur sont variées, avec trois tirs de loin assez spectaculaires (Ben Arfa, Gourcuff, Martin), pour une majorité de frappes à l'intérieur de la surface et une préférence sensible pour le côté droit – bien que les tireurs ne se soient pas beaucoup excentrés.

Benzema a ajusté le gardien de près, soit sur des centres (dont un corner au deuxième poteau), soit après avoir combiné ou crocheté. Mexès et Kaboul ont placé des têtes sur coups de pied arrêtés, mais on note qu'aucun milieu défensif ni latéral n'a été buteur.

buts_france_positions.jpg




Bilan : du mouvement avant toute chose

L'équipe de France tient en Benzema son buteur, mais il lui manque encore un secteur offensif stabilisé, capable de faire émerger d'autres scoreurs (et passeurs décisifs) majeurs. Souvent en échec face à des équipes regroupées, elle a dû imprimer du mouvement pour les déséquilibrer et marquer: un tiers des buts l'ont été, sinon sur de purs contres, du moins sur des remontées de balle rapide après une récupération, en profitant des espaces et avec suffisamment de vitesse dans les enchaînements. Le but type commencerait ainsi, se poursuivrait par un décalage sur le côté et un centre, pour s'achever sur un tir de volée ou après contrôle. Du classique.

L'attaque bleue devra progresser sur les points déjà positifs (coups de pied arrêtés, tirs lointains, combinaisons dans l'axe), augmenter l'efficacité des centres, compter encore sur des buts de solistes, et si possible se trouver un tireur de coups francs directs – avec ou sans numéro 10 dans le dos.


LISTE DES BUTEURS
Norvège-France : 2-1, 11 août 2010 (Benarfa)
Bosnie-France : 0-2, 7 septembre 2010, (Benzema, Malouda)
France-Roumanie : 2-0, 9 octobre 2010, (Rémy, Gourcuff)
France-Luxembourg : 2-0, 12 octobre 2010 (Benzema, Gourcuff)
Angleterre-France : 1-2, 17 novembre 2010 (Benzema, Valbuena)
France-Brésil : 1-0, 9 février 2011 (Benzema)
Luxembourg-France : 0-2, 25 mars 2011 (Mexès, Gourcuff)
Biélorussie-France : 1-1, 3 juin 2011 (Malouda)
Ukraine-France : 1-4, 6juin 2011 (Gameiro, Martin, Kaboul, Martin)
Pologne-France : 0-1, 9 juin 2011 (N'Zogbia)

Réactions

  • Lucho Gonzealaise le 14/06/2011 à 14h56
    La relation Benzema-Malouda semble avoir de beaux jours devant elle non ? Entre le une-deux vraiment pas dégueu contre l'Angleterre et l'appui de Benzema sur le but de Malouda en Biélorussie, ils ont l'air de se chercher et de bien se trouver.

    C'est vrai que quand on regarde les différents buts, on impression de vitesse et de justesse technique s'en dégage.

    Le plus gros problème à mon avis, c'est les formes éphémères des joueurs. Quand on regarde bien les buts dans leur ensemble, on a eu un gros Alou Diarra au début, avec de belles récupérations et même une passe décisive, on a ensuite eu Benzema, Valbuena, Menez, Payet, Rémy, Martin, N'Zogbia...

  • José-Mickaël le 14/06/2011 à 17h37
    J. Latta :
    > Avec [...] 1,5 but par match, l'équipe de France de Laurent Blanc n'a pas vraiment traduit au score les ambitions offensives de son sélectionneur.

    Il faut quand même remarquer que c'est une moyenne honorable. Par exemple en 38 matchs, ça représente 57 buts. Peu d'équipes atteignent un tel score à la fin du championnat.

  • Hautcoeur balade Chamakh le 15/06/2011 à 21h45
    tandis que Nasri, ... , présente le bilan assez faible d'une seule passe décisive (sur coup franc, pour la tête de Mexès).

    2 coups francs (Payet pour Gourcuff et Gourcuff pour la tête de Mexès).
    --------

    Doit-on y voir un complot de JMA pour masquer la mauvaise fin de saison du Breton ?

  • Yoann Bourpif le 16/06/2011 à 01h17
    1.5 but par macth pour une saison de reconstruction, ça semble pas mal du tout, voire presque inespéré. Il faudrait comparer avec 94-95, même si c'est une autre époque.

    Sinon, je ne peux m'empêcher de relever cette phrase qui contraste avec la ligne agréablement objective qu'ont adopté les Cahiers sur le cas Gourcuff cette saison:

    "Le total de Gourcuff est certes significatif, mais le joueur a beaucoup perdu de crédit"

    Donc, en gros, le mec il a significativement contribué à l'efficacité de son équipe, chiffres à l'appui, mais il a quand-même perdu du crédit parce que bon... tout les autres médias français le disent donc ça doit être un peu vrai. A cet égard, j'avais été sidéré après Angleterre-France par la différence de traitement entre la presse british, élogieuse sur Gourcuff (et, par ailleurs, Nasri), et la presse française qui persiste à le juger à travers ses prestations lyonnaises.

  • losc in translation le 16/06/2011 à 09h33
    Assez d'accord avec YB (mais il n'est pas objectif vu son pseudo. Moi, si). Je le trouve très actif sur l'ensemble des buts dès lors qu'il est présent. Donc pour un mec qui foire sa saison, je trouve ça pas mal.

  • Tonton Danijel le 16/06/2011 à 12h47
    Yoann Bourpif
    jeudi 16 juin 2011 - 01h17
    1.5 but par macth pour une saison de reconstruction, ça semble pas mal du tout, voire presque inespéré. Il faudrait comparer avec 94-95, même si c'est une autre époque.
    - - - - - - - - - -

    A mon souvenir, l'EdF était championne des 0-0 et des scores étriqués (victoires 1-0 en Italie ou aux Pays-Bas, par exemple). Donc ce devait être inférieur à 1 but par match. Même si il y eut l'exception Slovaque avec le score de 4-0...

Bonjour, le site souhaite utliser des cookies à des fins marketing.