Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Toulouse : le forcené menace de tout faire sauter

Le TFC vole la vedette à l'OM dans les guérillas administratives et financières de l'intersaison. Les graves accusations de ses dirigeants contre la DNCG font franchir une nouvelle étape à l'affaire des faux passeports, et le vaudeville tourne au règlement de compte…
Auteur : Julie Grémillon le 21 Juin 2001

 

Gravement compromis en raison d'une gestion politique catastrophique, le dossier des faux passeports devait nécessairement trouver une conclusion politique. C'était presque chose faite avec la proposition d'Alain Afflelou dont l'apport financier (une cinquantaine de millions) éviterait au TFC la relégation administrative en National tout en l'incitant à annuler son recours devant le Conseil d'Etat.
C'est du moins ce que tout le monde avait compris, avant que les dirigeants toulousains ne manifestent leur intention "d'aller jusqu'au bout", que le lunetier n'assure que son engagement auprès du club n'était en fait soumis à aucune condition, puis que Me Decker accuse le président de la Commission d'appel de la DNCG de lui avoir proposé un "marché" impliquant l'abandon de la requête toulousaine devant le Conseil d'Etat… Les dirigeants ont dit leur intention de saisir le procureur de la république, ce que Jacques Bistagne, le dit président, a menacé de faire le premier.

Une justice sportive en lambeaux
Rappelons que sur le fond, les démarches toulousaines sont fondées, dans la mesure où la Ligue n'a pas appliqué son propre règlement (qui prévoit de donner match perdu à toute équipe ayant présenté des joueurs à l'identité frauduleuse). Cependant, Toulouse peut difficilement justifier ses démarches par un souci de justice sportive. Tous les clubs ont rencontré les clubs fautifs et l'on peut raisonnablement établir que le classement final, forcément " faussé " du fait de la tricherie et de sanctions assez peu équitables, le serait encore plus s'il fallait recalculer les points attribués en annulant les matches concernés : ce traitement conduirait à une situation infiniment plus absurde, dont la perte du titre par les Nantais serait la preuve la plus flagrante.
Dans cette affaire, les dirigeants-actionnaires du TFC cherchent plus à sauver la valeur d'un capital qu'ils espéraient céder rapidement et avec profit (d'où les investissements spectaculaires à l'intersaison), qu'à assurer la pérennité du club et à préserver ne serait-ce que ses chances de bien figurer en deuxième division la saison prochaine. Leur lutte est devenue très largement antipathique au sein du milieu, y compris à Toulouse, puisque l'association qui possède un tiers des parts de la SAOS a voté une motion de défiance à l'égard de l'équipe dirigeante (qui possède les deux autres tiers).
La grande faute des Toulousains est d'avoir joué la carte de la justice civile ou administrative en rompant l'accord tacite qui empêche un club de se pouvoir hors des juridictions sportives (l'embryonnaire exception sportive n'a pas encore permis de rétablir une interdiction pure et simple — voir Libéralisation: un pas de plus). Ils ont ainsi pris le risque d'un chaos de grande ampleur. La grande faute des instances est de s'être montrées incapables de garantir une justice sportive forte, claire et impartiale, prêtant ainsi le flanc à tous les recours.

Scandale ou manœuvre désespérée ?
Que des pressions " politiques " s'exercent sur les procéduriers acharnés que sont Rubio et Decker n'a donc rien de surprenant. Mais une tractation menée sous l'égide la DNCG, organisme dont l'indépendance est reconnue, compromettrait sérieusement cette instance et aggraverait le discrédit des autres : leur peur de la décision du Conseil d'Etat se serait transformée en panique, et l'état dramatique des finances du TFC offrait l'opportunité d'un tel marchandage. La crédibilité de cette accusation de MM. Rubio et Decker est cependant altérée par les ambiguïtés toulousaines, à commencer par le volte-face d'Afflelou, qui s'est rétracté plus vite qu'un Bernard-l'Hermite dans sa coquille, non sans dire qu'il ne tenait pas à voir le club "passer pour le fossoyeur du foot français". Il avait pourtant affirmé à deux reprises et mot pour mot "je ne pourrai pas être le partenaire du TFC si le club maintient ses requêtes devant le Conseil d'Etat" (AFP 21/06).
Le Conseil d'Etat rendra sa décision mercredi prochain, mais d'ici là, d'autres rebondissements ne sont pas à exclure dans ce jeu de dupes où l'un des deux protagonistes est un affreux menteur.

OM : la citrouille redevient carosse
L'autre feuilleton de la " 35e journée " du championnat 2000/01 concernait la session de rattrapage de l'OM devant la DNCG. Ce dernier s'est vu sans surprise maintenu en D1 par la Commission d'appel de la DNCG, après que celle-ci ait examiné les garanties présentées par Robert Louis-Dreyfus. Le mini-drame fut donc interprété par tous les acteurs à la perfection pour faire croire que la catastrophe était possible. Le football français aime se raconter des histoires qui font peur et surtout qui masquent l'essentiel, à savoir une situation financière et sportive vraiment précaire pour le club marseillais, de plus en plus dépendant d'un actionnaire majoritaire de plus en plus épuisé. En cas de nouveau fiasco, la situation dans un an justifiera largement les alarmes actuelles.
Mais Bernard Tapie reprend le moral et annonce la concrétisation prochaine des recrutements en cours, tout en réaffirmant l'ambition d'un OM candidat déclaré au titre la saison prochaine…

Réactions

  • DOOMER le 22/06/2001 à 05h21
    J'ai du mal à y croire à cette histoire de troc, c'est trop gros.
    Et puis c'est tellement plus facile pour les dirigeants toulousain de cacher l'impossibilité de trouver des financiers sérieux derière ce genre de coups fumant

  • ZZ le 22/06/2001 à 05h37
    BK_Starr...l'histoire du troc me paraît grossière... J'ai une théorie...

    Pour rester en D2, le TFC a besoin de 50 MF... Le TFC dispose de 29,5 MF par divers moyens.... Afflelou arrive, il propose 20 MF au TFC sous condition (il ne peut pas le nier, cet abruti l'a dit devant les caméras de télé) du retrait de son recours par le TCF (s'il y a eu tentative d'arrangement , c'est là que ça se passe et non devant la DNCG...)

    Devant la DNCG, on demande au TFC s'il retire son recours (ce qui arrangerait tout le monde sauf moi) pour savoir si on peut prendre en compte les 20MF d' Afflelou et donc maintenir le TFC en D2... Rubio et Decker qui n'en ont jamais eu l'intention répondent par la négative... Le TFC est donc fort logiquement rétrogradé en national puisque la DNCG n'a pas à se préoccuper des faux passeports et se base sur le classement actuel...

    Ensuite, Decker, avocat qu'il est, joue sur les mots : " on a tenté de nous forcer la main..."

    Non franchement vive le conseil d'état... Au revoir Bourgoin...

    Gabisu, franchement, je crois que la seule institution sportive française qui soit parfaitement indépendante, c'est bien la DNCG... Iss sont peut-être nommés par le monde du football mais ce sont des juristes et des professionnels comptables qui n'ont pas d'intérêts dans quelques clubs que ce soient ...

  • Salentino le 22/06/2001 à 05h39
    BK-Starr, pourquoi as-tu choisi de croire les dirigeants du TFC sur paroles? Ils t'inspirent confiance?

  • BK_Starr le 22/06/2001 à 05h50
    c'est pas que je fais confiance au TFC, je ne fais pas confiance aux deux parties !!!

    Ce qui m'intrigue c'est la Volte-Face d'Afflelou, j'ai une idée.

    Acte I
    Afflelou veut aider Toulouse dans sa débacle ... la j'ai pas l'explication.

    Acte II
    La DNCG exerce des pressions sur les dirigeants Toulousains et sur l'industriel. On lui fait comprendre que s'il aide Toulouse, il sera un élément d'influence donc pourrait amener le TFC à retirer sa requête devant le conseil d'etat.
    Ceci dit, ce ne sont que des pressions, aucun délit n'est à démontrer. Afflelou, diplomate et bien conscient que les relations avec la DNCG sont importantes, affiche en public son soutien si le TFC retire sa requête.

    Acte III
    Le TFC passe devant la DNCG. La DNCG propose le marché, "Extorsion de signature". C'est un délit, à mon avis, qui n'est pas mineur. Afflelou, politiquement exposé ne souhaite pas finir avec du savon sous les douches à la Santé, souhaite rester dans son bon droit et ne veux être associé aux pressions sur les dirigeants du TFC.

    Bon délire, non ??
    vivement le CE mercredi

  • BK_Starr le 22/06/2001 à 05h56
    Moi aussi, l'histoire me parait tellement grosse ... c'est comme un Concorde qui s'écrase à cause d'un éléphant dans un réacteur.

  • BK_Starr le 22/06/2001 à 06h00
    On délire, on délire, mais il y avait un conte de fée avec 200 KF enterré au fonds d'un jardin, c'était difficile à avaler aussi :)

  • AC2N le 22/06/2001 à 06h20
    DNCG indépendante? Pourquoi Simonet entame des poursuites judiciaires à l'encontre des dirigeants du lien ?
    Et pourquoi on dit "téfécé" alors que c'est Té ef cé ? ; )


  • ZZ le 22/06/2001 à 06h28
    AC2N,
    réfléchis 5 secondes... quand les dirigeants du TFC disent qu'on a essayé de les acheter... qui mettent ils en cause ? Que ce soit vrai ou faux... c'est pas mon pb mais il est logique que la Fédé, la ligue et monsieur Bistagne répliquent, c'est de bonne guerre...
    Je me répète mais, à mon sens, la DNCG n'a aucun intérêt que ce soit dans un sens ou dans l'autre (la DNCG a déjà fait ses preuves, demande à l'OM,
    Bordeaux, Brest, Cannes, Nantes et j'en passe... )Pour moi, oui, "on" a tenté d'acheter le retrait du TFC... Non, la DNCG n'a joué aucun rôle là dedans... C'est bien avant qu'il faut chercher et plutôt au moment où Afflelou qui je le redis apportait une aide sous condition, entre en jeu...

    J'espère seulement que maitre Collard a déjà en sa possession une enveloppe et que les Guignols reprennent vite...

  • BK_Starr le 22/06/2001 à 06h32
    Merci d'avoir resituer le débat: pourquoi dit-on TéFéCé d'abord ???

  • DOOMER le 22/06/2001 à 07h07
    J'ai toujours dit qu'Aflelou était un agent trouble, c'est surement la fede qui l'a envoyer pour peser sur les dirigeants du TFC.
    Trève de plaisanterie, sur france info tout à l'heure, j'ai entendu le president de la DNCG, qui expliquait qu'Aflelou avait prôposé des fond aux toulousains, si ceux ci retiraient leurs plainte.
    Enfin, les gens de la DNCG sont à priori tous des experts comptable ou des commissaires aux comptes, prendre un risque de corruption dans ces métiers là, c'est ne plus jamais retravailler de sa vie, et perdre tout ce que l'on a!!!!

La revue des Cahiers du football