Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Suissidés

Après s'être planté un couteau suisse dans le dos, les Bleus quittent un Euro qui sonne comme un adieu. La nalyse • Les observations • Les gars • Vu du forum 

le 29 Juin 2021

 

 

En la voyant effacer une première mi-temps aussi ratée, on a cru retrouver une équipe de France qui, en réalité, avait déjà disparu. Le France-Allemagne inaugural nous a dupés, et cet effondrement après avoir mené 3-1 à la 80e minute marque la rupture de la balance karmique entre une défense et une attaque jadis aussi impitoyables l'une que l'autre.

 

"L'attaque que l'Europe nous envie" n'a pas porté de coups suffisamment fatals, et elle-même n'a pas été très vivante. Benzema, meilleur buteur, ne s'est vraiment exprimé que par séquences. Griezmann, valeureux, n'avait plus beaucoup de magie. Et Mbappé, bien que présent sur une majorité des buts et des grosses occasions françaises, incarne l'échec du trio.

 

Dans tous leurs matches de cet Euro, les trois ont sous-performé individuellement et collectivement, malgré quelques séquences brillantes et des buts superbes qui accentuent les regrets. Cela aurait pu être le match du déclic, si les deux buts d'avance avaient été conservés. De toute façon, l'équipe ne tenait plus en équilibre que sur Pobga et Kanté, et à force de jouer sur le fil, le fil s'est cassé.

 

 

 

 

La beauté de la rencontre tient dans ce flirt avec le précipice: la chute était imminente avant que Rodriguez rate son penalty. Et puis, avec la parade de Lloris, le doublé de Benzema et le coup de mortier de Pogba, l'histoire était belle et elle était écrite. Mais la fin est arrivée quinze minutes trop tôt, et c'est la Suisse qui a rédigé le troisième et dernier acte, jusqu'à l'épilogue des tirs au but.

 

Didier Deschamps a eu le mérite de percevoir les failles qui perçaient sous les assurances, et de prendre l'initiative en rappelant Benzema ou en essayant plusieurs systèmes, mais il n'a pas empêché son équipe de tomber. Cette fois, la mentalité encore irréprochable de ses joueurs n'a pas suffi, et leur état physique n'est pas une excuse suffisante: le problème était tactique et le sélectionneur n'a pas eu de solutions.

 

Les probabilités se sont retournées contre lui, comme face au Portugal en 2016, mais cette fois à un stade beaucoup plus précoce. C'est dire à quel point la marge de réussite de cette équipe a fondu, et qu'elle l'avait consommée tout entière à Munich, pour sa seule victoire dans un tournoi sans défaite.

 

Étrange décompte que ses buts encaissés par match: 0, 1, 2, 3… Et si l'on exclut le csc de Hummels, on a la même chose pour les buts marqués. Trois buts n'ont pas suffi, et des balles de match ont été manquées.

 

"Il a manqué de tout", a dit Varane. Il a manqué Hernandez par exemple, et probablement de la fraîcheur physique, mais la liste est longue. C'est la loi du genre: un torrent de réprobations va déferler, et il vaudra mieux couper les robinets pour éviter les odeurs après trois ans de fermentation. L'heure des procès est venue, et il faudra du courage pour faire le tri dans les arguments.

 

Cédons plutôt à la mélancolie, qui sera tenace dans les jours qui viennent. Retenons que l'équipe de France a été sortie au terme d'un match superbe. On craignait la revanche des Belges ou des Croates, les Suisses ont coupé l'herbe sous le pied de tout le monde. C'est beau de gagner comme ça.

 

 

 

 


La nalyse

 

 

 

 


Les observations en vrac

C'était bien l'Euro 2016 qu'il fallait gagner.

 

Sept Français présents sur le terrain avaient participé au France-Suisse de la Coupe du monde 2014 (5-2): Lloris, Varane, Sissoko, Benzema, Giroud (titulaires) Griezmann et Pogba (entrés en jeu).

 

Avec la programmation de la montée en puissance physique, les internationaux vont être en pleine forme pendant leurs vacances.

 

Une victoire n'aurait pas apaisé toutes les souffrances de ce match, alors une défaite…

 

Probabilité d'une récupération de cet échec par un élu du RN = 1.

 

Quand c'est à notre tour d'écoper d'un VAR-penalty, l'adversaire le rate.

 

L'équipe de France est invaincue à l'Euro 2021.

 

Palmarès des Bleus 2021: sur la photo du plus grand match de l'histoire de la Suisse.

 

Le problème avec un arrêt de Lloris sur penalty, c'est qu'il faut attendre neuf ans pour le prochain.

 

On a l'épitaphe des champions du monde 2018: "Ils menaient 3-1 contre la Suisse à la 80e".

 


Les gars

Hugo Lloris a enfin eu des arrêts décisifs à effectuer, sauve son équipe du naufrage en arrêtant un penalty, mais rate l'exploit lors des tirs au but.

 

En axial droit, Raphaël Varane a fait peur, avant de retrouver son poste, son autorité et son niveau après la pause pour plusieurs sauvetages précieux.

 

Presnel Kimpembe a eu l'air de se demander ce que Lenglet faisait là, et parfois ce que lui-même faisait là (surtout quand il s'est retrouvé latéral en fin de première période). Gavranovic l'élimine trop facilement sur un but qui, on le saura plus tard, élimine la France.

 

Peut-être que Clément Lenglet échangerait ses 13 sélections (pour autant de titularisations) contre celle de Franck Jurietti. Une mi-temps de cauchemar dans un schéma qui a fait de lui le coupable, et son duel à peine disputé sur l'ouverture du score a témoigné contre lui.

 

Un Euro en pente raide pour Benjamin Pavard, après un premier match rassurant: souvent débordé, neutre en attaque et fautif sur Zuber, provoquant le penalty.

 

Au moins s'en est-il mieux sorti dans le camp adverse avec quelques inspirations, mais lui aussi a le mauvais rôle: piston puis latéral, Adrien Rabiot n'est ni l'un ni l'autre, et il n'a remplacé ni Hernandez, ni Matuidi.

 

Il faut à N'Golo Kanté – encore exemplaire, mais pas décisif – une meilleure équipe pour être meilleur. Perdu en première mi-temps, loin du ballon, peut-être lui aussi était-il arrivé au bout de son rouleau.

 

Paul Pogba ne méritait pas ça, et le match aurait dû être bouclé après sa lucarne. Le drame est qu'il a contribué à la catastrophe sur le troisième but suisse, pour avoir compliqué un ballon simple, alors que son génie est de simplifier des ballons compliqués. Tout le reste ne fut que grâce.

 

 

 

 

Meilleur buteur des Bleus avec deux nouvelles réalisations tout en opportunisme et en sens du placement, Karim Benzema semble de nouveau ne s'être libéré qu'après avoir marqué. Il laisse un sentiment de frustration tant c'était de son retour qu'on attendait une nouvelle animation offensive.

 

Quasi-buteur sur son tir dévié par Sommer vers Benzema, Antoine Griezmann a rarement été en position de frappe, et son travail a encore manqué du brio espéré. Son heure ne viendra pas dans cet Euro.

 

Doit-on lui faire porter un chapeau trop large au motif qu'il a la grosse tête? On va faire payer à Kylian Mbappé un statut qu'il n'a pas honoré face au but durant cette phase finale, à l'instar de ce raté spectaculaire à la 110e minute. Pourtant, il est sans doute celui des attaquants qui a fait le plus de différences, et il a paradoxalement été bon dans les combinaisons. Son tir au but manqué est le dernier clou sur sa croix. Il devra encaisser: il est assez jeune pour connaître des revanches.

 

En entrant au retour des vestiaires, Kingsley Coman a permis de mettre sur la défense suisse une pression qu'elle n'avait pas beaucoup subie auparavant. Avec un meilleur sort, son tir sur le montant dans les dernières minutes aurait fait oublier ses quelques excès d'égoïsme.

 

Durant la prolongation, Olivier Giroud a vu son tir dévié… par Mbappé, et son ultime occasion de la tête vient si tard que plus personne, pas même lui, n'a semblé y croire. Marcus Thuram a tenté de prendre le couloir gauche sans pouvoir y faire grand-chose, tandis que Moussa Sissoko, entré à la place de Griezmann pour tenir le résultat, s'est lui aussi retrouvé dans la peau du mauvais choix de coaching.

 

 

 

 


Vu du forum

=>> Hannibal - 28/06/2021 à 20h56
Bonne flipette à tous.

 

=>> LLBB1975 - 28/06/2021 à 21h15
C'est qui qui se fait balancer comme un poisson ?

 

=>> Telstar - 28/06/2021 à 21h20 - Rabiot il perd des ballons exprès pour travailler ses retours défensifs.

 

=>> Metzallica - 28/06/2021 à 21h25
Kanté ailier gauche, Ok.
=>> samirbalbir - 28/06/2021 à 21h27
Kanté arrière droit, Ok.

 

=>> Le Meilleur est le Pires - 28/06/2021 à 21h28
Mbappé sur coup franc c'est comme Cristiano sur coup franc... Brad Pitt laisserait pas faire.

 

=>> shev2 - 28/06/2021 à 21h43
3-5-2 pas travaillé, pas les joueurs pour. Cela s'appelle une Lolo White.

 

=>> Milan de solitude - 28/06/2021 à 21h55
Embolo est partout à la fois. Embolo quantique.

 

=>> McManaman - 28/06/2021 à 22h13
La malédiction de l'arrière gauche qui tire le penalty.

 

=>> Milan de solitude - 28/06/2021 à 22h17
Ça doit être horrible pour les Suisses.

 

=>> cocobeloeil - 28/06/2021 à 22h27
Si on pouvait ne pas foirer nos contres, ça ferait un massacre.

 

=>> Flo Riant Sans Son - 28/06/2021 à 22h33
Et la Pogfrappe pour finir le travail!

 

=>> Dede Bâilleur - 28/06/2021 à 22h34
Bon, l’Espagne aussi menait 3-1 à quinze minutes de la fin.

 

=>> Mevatlav Ekraspeck - 28/06/2021 à 23h15
Le football devrait être interdit par la convention de Genève. À Genève, aussi.

 

=>> Delio Onnisoitquimalypense - 28/06/2021 à 23h51
La petite chatte est morte. On la sentait fébrile. Avec des shots de cortisone, elle a tenu le coup pour livrer un chant du cygne.

 

=>> Milan de solitude - 28/06/2021 à 23h53
Shaqiri, à moitié en demie.

 

 

Les titres auxquels vous avez échappé

Bucarest in Peace
La Xhaka Dédé
La Suisse ouvre son compte
À marquer d'une croix blanche

 

 


 

Réactions

  • sul le 30/06/2021 à 21h29
    Dans Vu du Forum, "la malédiction de l'arrière gauche qui tire le penalty", elle fait référence à quoi/qui exactement?
    Bossis en 1982 à Séville?
    Lizarazu contre l Italie en 1998 (mais bon sans conséquence)?

    Car moi j ai surtout un grand contre exemple en tête avec Brehme qui donne la victoire sur pénalty en finale de coupe du monde 1990.

  • Toni Turek le 30/06/2021 à 21h37
    sul >
    lien

  • environ bâillonné le 30/06/2021 à 23h05
    Lenglet a 13 sélections, sérieux ?

  • sul le 01/07/2021 à 14h27
    @ Toni Turek

    Ok merci pour le lien pour l'article CDF.
    Et donc effectivement le contre exemple de Brehme est bien identifié également dans le PS de l'article.

    Bon par contre c'est pas pour chipoter, mais à l'OM (et lors de la finale à Bari) Amoros il jouait arrière droit (c'est Di Meco à gauche) et non à gauche comme en EDF.

  • Balthazar le 01/07/2021 à 15h16
    Si jamais tu voulais tout de même chipoter, je te conseille le fil tennis.

  • Arthur33 le 02/07/2021 à 08h11
    Rapport un peu à côté de la plaque.

    ""L'attaque que l'Europe nous envie" n'a pas porté de coups suffisamment fatals, et elle-même n'a pas été très vivante.

    Elle a marqué 3 buts, tirée sur la barre, s'est créée beaucoup d'occasions.. Comme toutes les attaques, elle n'est pas parfaite tout le temps, mais ce n'est que la défense qui nous fait perdre aujourd'hui.

    On mène 3-1 à la 85ème..

La revue des Cahiers du football