En vous connectant, vous certifiez n'avoir jamais trompé votre club favori. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Stade dépassé

Cette saison qui multiplie les accidents parfois graves montre l'impuissance programmée du foot pro face aux débordements ordinaires dans les tribunes. À quand une révolution des mentalités?
Auteur : Jamel Attal le 28 Fev 2001

 

Le 22 février, notre fameuse Commission de la discipline relâchée et du laxisme bon enfant statuait sur les incidents d'OM-PSG, condamnant le club phocéen à 200.000F d'amende, jugement dont les dirigeants ne vont évidemment pas faire appel. Ultime épisode d'une saison déplorable en la matière, ce bombardement n'est qu'un exemple de plus d'une situation qui concerne la quasi-totalité des stades, et ne saurait être rapportée à une quelconque spécificité marseillaise. Il n'est donc pas question de faire le procès d'un public plus qu'un autre, et encore moins de se renvoyer à la face ses plus lamentables exactions (soyons clairs, toutes les réactions qui se placeront sur ce registre seront effacées).

En un seul lancer (de siège!), un supporter parisien avait d'ailleurs fait plus de mal lors du mal aller. La grêle qui s'est abattue sur Letizi et Fernandez, outre qu'elle est d'un esprit lamentable, aurait aussi pu faire une victime. Le problème n'étant donc pas celui d'un club, on constate surtout que les sanctions trahissent une politique totalement fataliste en matière de sécurité dans les stades. Paris avait d'abord écopé de 500.000F d'amende et d'un match avec sursis, sanction ramenée ensuite (par la Commission d'appel) à une provision de 300.000F pour réaliser un audit sur la sécurité (!). Le club de la capitale a dû ensuite faire un chèque de 100.000F pour l'orange reçue par Adam sur sa pomme lors de PSG-Troyes, et pouvait se féliciter de la levée de la suspension avec sursis. Pas de quoi grever les budgets des clubs. Seul le Metz-Strasbourg, interrompu, a provoqué une peine plus lourde et symboliquement forte avec l'annulation du match, après quelques tergiversations. Encore est-elle malheureusement exceptionnelle, ce qui a permis à l'indicible Patrick Proisy de crier au complot arbitral.
Les sanctions, uniquement financières, ne sont significatives que lorsqu'il y a blessure, ou que celle-ci ne doit qu'à un miracle de ne pas se produire; pour exemple, Montpellier devra payer 20.000F pour jets de projectiles sur les joueurs sochaliens. Si quelqu'un avait été touché, la prime aurait été multiplié par dix, alors que seule la providence en décidé autrement. Les amendes peuvent bien de chiffrer en centaines de milliers de francs, elles ne peuvent que faire ricaner les supporters concernés, pas forcément mécontents de voir leurs radins de dirigeants mettre la main à la poche. Et ces PV n'incitent pas encore les dirigeants à assumer leurs responsabilités, puisqu'on les entend systématiquement se défausser sur ces supporters isolés, plaider l'impossibilité de fouiller etc. Mais l'usage très variable de la vidéo (à quoi ont servi les bandes du Vélodrome?) ne permet pas assez souvent de confondre les auteurs de cette lâche Intifada, noyés dans une foule passive.
Au vu des objets qui tombent sur les pelouses, on comprend que les instances s'en remettent entièrement au hasard qui guide leurs trajectoires. Que l'une d'elles soit fatale, et la sanction est plus lourde. Mais on continue de tolérer l'ordinaire de cette violence particulière, jusqu'au jour où un crétin sera d'une adresse réellement fatale, et l'on aura un drame sur les bras (ceux que l'on avait baissés).

L'argument selon lequel on ne doit pas punir un club qui ne peut contrôler tous les spectateurs, ni punir l'immense majorité innocente des spectateurs est bien gentil, mais si on le suivait jusqu'au bout, on ne pourrait jamais sanctionner une équipe au prétexte que tous ses joueurs ne sont pas munis de faux passeports. Il sert surtout de prétexte aux clubs pour maintenait un statu quo qui les arrange, et il évite de s'interroger sur les solutions éventuelles. L'injustice des sanctions globales comme la suspension du stade constitue le seul moyen de frapper un peu les esprits, afin (on se répète) se changer durablement les mentalités et de rendre impensables les gestes de ce genre. Il n'est même pas besoin d'assigner des matches sur terrain neutre, des rencontres à huis clos sanctionneraient le club dans son ensemble, tant financièrement que sportivement.
Une jurisprudence plus sévère permettrait de dissuader rapidement de genre de comportements, de les faire condamner au sein même des tribunes. Le bombardement sur le carré de Luis Fernandez au Vélodrome, venu des latérales, montre bien que tous ceux qui entourent les lanceurs rigolent ou applaudissent. En serait-ils de même si leur club risquait une suspension, ou si le match pouvait être interrompu? Car le délégué et le quatrième arbitre pourraient tout à fait arrêter les parties dès que les conditions se dégradent, notamment aux poteaux de corner ou aux abords de la cage. L'absence de toute menace sérieuse, de toute conséquence grave contribue à "dépénaliser"
Pour élargir la palette, on pourrait aussi suspendre les déplacements des supporters qui se seraient rendus coupables de jets de fumigènes ou de dégradations, au lieu de laisser les clubs prendre ces décisions, sans responsabiliser personne. Là encore, il est question d'introduire un minimum d'autodiscipline, tant pis si ce doit être par des mesures bêtement répressives (mais qu'opposer d'autre à la bêtise?).

En ces temps électoraux où les obsessions sécuritaires resurgissent comme par magie, il ne serait pas de bon ton ici de réclamer une politique du tout-répressif. Il est d'ailleurs difficile d'affirmer si l'on assiste à la recrudescence des incidents et à une nette dégradation de l'atmosphère dans les stades, ou bien s'ils semblent simplement de plus en plus insupportables. On est parvenu en Angleterre à transformer profondément les mentalités, jusqu'à rendre très improbables les gestes irresponsables des spectateurs. Sans imiter la purge sociale et les dérives sécuritaires (interdiction de se lever) des stades anglais, il serait possible en France d'initier une politique volontaire d'assainissement, en responsabilisant toutes les parties concernées. L'UNFP et UNECATEF ont accompagné le coup de gueule de Fernandez, mais une fois encore, qui va prendre des initiatives parmi nos instances, avant qu'un accident vraiment grave ne se produise?

Réactions

  • DOOMER le 28/02/2001 à 00h00
    Pour le consul et Il principo (réponse à leurs post d'hier)


    Merci de vos pensée pour ma ville dont il est evident que vous ne la connaissez pas. Vous la dites bourgeoise ventripotente et hautaine, je pourrais vous la décrire secrète, vous n'en connaissez que la gare, j'en connais les ruelles. Et au fond je me demande bien pourquoi je vous répond, je me demande même ce que vous faîtes sur un forum, mais je m'égare et la sécurité dans les stades sujet du jour est nettement plus interessantes que vos divagations. La réponse à ce problème passe aussi par une éducation des parents et des suporters au sein de tout les clubs de france (et des forums) et pas seulement de l'élite, car quand on vois 2 imbeciles se taper dessus pour un match de gamins de 12 ans il a de quoi etre désespéré.

  • ZZ le 28/02/2001 à 00h00
    La sécurité dans les stades, vaste sujet mais sujet peu rentable... C'est comme cela, je crois, qu'on vous répondrait dans n'importe quel club et dans les instances dirigeantes... Personne ne prend ses responsabilités et je suis malheureusement convaincu que tant qu'il n'y aura pas un drame du Heysel bis (pourvu qu'il arrive vite :-((((( ), rien ne sera fait... des fouilles qui servent à rien, des supporters qui viennent sans leur cerveau au stade, des commissions qui refusent l'application de mesures de sécurité (cf. le refus à l'OM de munir la tribune parisienne d'un filet de protection qui aurait au moins empêché les échanges de cadeaux entre supporters)... La solution passe sûrement par plus de fermeté (suspension de terrain, interdiction de déplacements de supporters, grosse vraie amende...) mais cela n'occultera en rien le fait que nos stades sont de plus en plus à l'image de notre société.
    Quant à Luis Fernandez (gros con certes mais qui ne mérite pas de finir estropié par un imbécile marseillais), à l'UNFP et à l'Unecatef, laissez moi rire... leur révolte n'est due qu'à l'air du temps et à la mode du "y en a marre de la violence" et n'est certainement pas sincère... Quand Geoffrey s'est pris un siège, quand Adam s'est pris une orange, quand Nelly viennot s'est pris un pétard, quand on se prend des pétards agricoles à Bastia.... je n'ai pas vu de réactions de leur part et puis qd on sait que M. Roux est le représentant de l'Unecatef, on peut difficilement croire au fait que cette association prône le respect des arbitres et la paix dans nos stades.

  • MMM le 28/02/2001 à 00h00
    Vous dites : " En serait-il de même si leur club risquait une suspension, ou si le match pouvait être interrompu?". Moi je réponds oui. Ceux qui jettent des objets sur le terrain sont tout simplement cons. Ils ne viennent pas pour voir un match, ils viennent voir leur équipe gagner, l'équipe adverse se faire exploser, ou tout simplement foutre la merde. Je pense que la majorité des "lanceurs" s'en foutent, si leur club est suspendu de terrain. Selon moi, seule une sanction individuelle sévère s'imposerait, mais quand le projectile n'atteint pas sa cible, on ne peut pas grand chose.
    Quelle solution? Je ne sais pas trop. On nous a pourtant dit que les systèmes de caméras étaient super performants, qu'on pouvait identifier n'importe quel spectateur. Ca doit être des foutaises, apparemment. En fait, il faudrait une loi spécialement édictée, qui stipulerait que tout spectateur surpris en train de lancer quoi que ce soit sur un terrain écope d'une très forte amende. Avec une surveillance vidéo accrue, cela pourrait être possible. Cela réduirait forcément les jets de projectiles. Mais bon, pour OM-PSG, ça n'aurait pas changé grand chose.


  • chawax le 28/02/2001 à 00h00
    Petite réponse à MMM. La menace de suspension d'un stade n'inciterait certes pas les imbéciles à arrêter de foutre la merde. Mais si je suis dans un stade et que je vois mon voisin balancer des objets sur un joueur, un arbitre ou un dirigeant, que je sais qu'en cas de problème MON stade risque d'être suspendu et que je ne pourrais pas voir mon équipe favorite, alors c'est clair que j'empêcherai mon voisin de recommencer ...
    Je crois que tu n'as pas compris le sous-entendu des CDF à ce sujet. Personnellement, je fréquente régulièrement le stade du Moustoir à Lorient, de temps en temps la Beaujoire à Nantes, et j'ai du mal à comprendre que dans certains stades personne ne réagisse quand son voisin balance des projectiles sur le terrain de jeu! Ne pas réagir à ces conneries, c'est peut-être les excuser, sûrement les tolérer. Et quand on tolère un con, il devient de plus en plus co ...

  • DOOMER le 28/02/2001 à 00h00
    Suspendre un stade à cause de jet d'objet peut etre interressant, mais qui ou quoi empêchera un fan de l'OM jeter des objet divers et variés à paris et vice et versa (ceci étant un exemple d'actualité, j'aurais pu dire OL à ASSE c'était idem pour moi), ce qui aura pour effet de suspendre le terrain d'un adversaire hais.

  • MMM le 28/02/2001 à 00h00
    Chawax, je n'ai jamais vu mon voisin jeter quoi que ce soit. (Il semble quand même que ces faits soient assez localisés). Mais si je vois un con qui lance des trucs sur un terrain, ma première réaction n'est pas "merde le stade risque d'être suspendu", mais "merde, il va blesser quelqu'un, ce con". Et si tu regardes ce qu'il s'est passé à OM-PSG, dis-toi qu'il n'y avait pas beaucoup de gens pour dire à son voisin d'arrêter, mais que c'était plutôt le contraire. D'accord avec toi sur le fait qu'excuser ou tolérer ces cons revient à être encore plus con, mais souvent, c'est dans les kops que cela se passe, et il n'y a pas beaucoup de gens assez mûrs ou responsables par rapport au nombre de cons pour empêcher tout ça.


    Quand à la suspension du terrain, comme j'avais dit au sujet de Strasbourg-Metz, ça peut inciter des supporters s'infiltrer dans les kops adverses pour jeter des trucs et faire suspendre le terrain, invalider des résultats, etc.. Ca peut paraître burlesque, mais c'est très possible.


  • Dardevil le 28/02/2001 à 00h00
    Une solution simple et peu coûteuse pour éviter les jets de projectiles sur le terrain: la nudité dans les tribunes. Pour soutenir cette théorie, voici une liste non exhaustive des bénéfices possibles dépassant largement le cadre sécuritaire:

    1. Disparition des atouchements imposés par des CRS moustachus à l'entrée du lien
    2. Application stricte de la trêve hivernale de septembre à lien
    3. Marginalisation des supporters anglais qui traversent le terrain dans le plus simple lien
    Seul inconvenient: la disparition très probable de toutes les supportrices qui, depuis la Coupe du Monde, trouvaient le foot très glamour.


  • FD le 28/02/2001 à 00h00
    J'ai l'impression que les incidents les plus violents sont dus a des pseudo supporters d'equipes en crise (PSG, OM) et a fort potentiel "affectif", qui ne pensent plus qu'a hair les adversaires des lors qu'ils sont decus par leurs propres joueurs. Ca n'explique pas tout, mais j'ai le sentiment que ca joue un peu, non?

  • houbahouba le 28/02/2001 à 00h00
    C’est vrai que l’on peut se demander à quoi sert la vidéo surveillance dès lors qu’il est impossible d’identifier l’abruti qui balance une pomme alors qu’il est à 5 rangs du bord de la touche!

    Les présidents de clubs semblent vouloir de moins en moins de responsabilités en cas d’incident. Les faux passeports, c’est pas de leur faute. La sécurité dans le stade, c’est pas leur problème. Les extrémistes de tout poil, c’est pas chez eux. En fait, il n’y a pas de solution parce qu’il n’y a pas de volonté des dirigeants d’assumer leur rôle de responsables. On se demande s’ils ne sont pas que des notables voulant se faire voir, ou des chefs d’entreprise oubliant qu’ils ont des obligations vis à vis des "clients" qui viennent assister à leur spectacle ET vis à vis des acteurs de ce spectacle (joueurs, entraîneurs ET arbitres!).
    Le discours de Proisy après l'agression de Nelly Viennot visant à démontrer la simulation de l'arbitre est assez révélateur de l'esprit d'une partie des présidents de club: c'est une logique d'entreprise, donc de guerre économique et il y a forcément des victimes….. Ils essayent de nous dégoûter du foot ou quoi?

  • Amazigh 2 (kabyle aussi) le 28/02/2001 à 00h00
    Vive Dardevil.
    Tu as tout a fait raison, il faut revenir à l'origine de tout, pour pouvoir repartir sur des bases seines.
    Alors tous nus dans les stades et même Nelly Viennot???