Seuls 36% des internautes parviennent à saisir leur e-mail / password du premier coup. En feras-tu partie ? Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Roger Courtois, buteur d'époques

Plus présent dans les palmarès que dans les mémoires, l'avant-centre Franco-Suisse Roger Courtois a marqué le FC Sochaux et traversé des époques agitées. 

Auteur : Pierre Martini et Stéphane Pinguet le 10 Jan 2020

 

 

Le nom de Roger Courtois ne sonne pas comme celui d’une star, bien qu'il figure dans les records du championnat de France. Sans qu’on s’y attarde: seules les grandes performances contemporaines comptent.

 

Oui, mais celles qui durent, on en fait quoi? Ils en sont où les grands buteurs actuels face à leurs aînés? Du championnat de France, Cavani est le 28e meilleur buteur, Gignac le 79e, Lacazette le 85e. Roger Courtois est le 4e.

 

Oublions les Onnis, Lacombe, Revelli et consorts. Célébrons la fidélité, célébrons le talent, avant de fêter l’oubli. Avec 209 buts sur ses 364 (autres divisions et coupes comprises), il est le meilleur buteur en première division pour un seul et même club, le FC Sochaux-Montbéliard [1].

 

 


Le Miroir des sports, 12 octobre 1937.

 

Galactiques de Sochaux

Né à Genève de parents français, Courtois bénéficie de la double nationalité. Il effectue sa scolarité de 1921 à 1927 à Thonon où, atteint d’une pleurésie, il arrête toute activité sportive pendant de longs mois. Apprenti dans le commerce genevois, il renoue en 1932 avec le football et signe, à vingt ans, sa première licence pro à l’Urania (Genève).

 

En 1933, il rejoint le FC Sochaux-Montbéliard et le tout récent football professionnel français. Le club franc-comtois en est un fer de lance, avec son effectif composé d'internationaux français et étrangers. Courtois y devient double champion de France en 1935 et 1938, meilleur buteur en 1936 (34 buts) et 1939 (27).

 

Ce petit gabarit (selon les sources, sa taille varie de 1,60 à 1,66 m) ne craint pas d'affronter des défenseurs plus athlétiques. Surtout, il marque énormément et hérite du surnom "Dum Dum", en référence aux balles qui font beaucoup de dégâts au contact de la cible.

 

En 1937, le Miroir des sports liste ses qualités: "la recherche du démarcage (sic), la soudaineté de démarrage, l'excellence du dribble, la vitesse de pénétration, la puissance de tir sous tous les angles et à toutes les allures". En plus, "sa correction est absolue".

 

 

« Redoutable shooteur »

Appelé en équipe de France quelques mois après son arrivée dans le Doubs, il est aligné contre l'Angleterre à White Hart Lane (défaite 4-1). Il doit attendre un an sa deuxième sélection, en décembre 1934 face à la Yougoslavie, mais en profite pour ouvrir son compteur et s'installer chez les Tricolores.

 

En octobre 1936, Paris Soir estime qu'il "remporte une unanimité quasi complète au poste si délicat d'avant-centre". Le Petit Journal le qualifie de "meilleur centre-avant français". Un an plus tard, la veille d'un France-Suisse très symbolique pour lui, le Miroir des sports voit en lui "le plus indiscutable et le plus indiscuté de tous les joueurs choisis" – il vient d'inscrire un quadruplé contre Strasbourg.

 

 


Le Miroir des Sports, 12 mars 1936.

 

Le chroniqueur Mario Brun, dans Le Petit Parisien, rembarre un lecteur qui contestait l'appellation de "meilleur avant-centre français", devant Zatelli et Nicolas. "Courtois est un leader d'attaque complet. Il est puissant, rapide, habile dans la feinte, redoutable shooteur sous les angles les plus aigus et, surtout, la qualité de son football reste toujours de très grande classe".

 

En mai 1938, le magazine Regards le qualifie encore de "meilleur avant-centre français". Malgré ce crédit et sa polyvalence – il peut jouer en pointe, à l'aile ou comme second avant-centre –, il reste remplaçant durant la Coupe du monde en France. Il comptera tout de même 22 sélections et 10 buts entre 1933 et 1947.

 

 

La guerre en terrain neutre

Mobilisé en 1939, il continue de jouer pour Sochaux en Coupe de France, lors des permissions. Capturé en 1940, prisonnier durant six mois, il invoque sa nationalité suisse pour être libéré et rejoindre son pays natal. Il dispute alors quatre saisons pour Lausanne-Sports, marque 50 buts et réalise le doublé coupe-championnat en 1944.

 

Le Miroir des Sports du 25 janvier 1943 croit noter qu'il s'y est reconverti en intérieur droit: "Le réalisateur est devenu préparateur, constructeur, et il montre un nouvel aspect de son talent d'incontestable de joueur de balle. Mais il fait bien défaut, Courtois, au football français!"

 

 


Le Miroir, 29 octobre 1939.

 

L'Aurore est moins aimable. Après un cuisant France-Grande-Bretagne (0-5) en octobre 1944, le quotidien fait le procès du football français, qui aurait trop fait appel aux vedettes étrangères avant-guerre. "Roger Courtois, attiré de Suisse par le froissement des gros billets agités par Sochaux, s'en est retourné d'où il était venu".

 

Cette critique détonne dans le concert de louanges qui émane des archives, tant sur sa personnalité que sur ses qualités dans le jeu. Même son physique légèrement rondouillard semble inspirer de la sympathie.

 

 

« L'homme qui n'a pas d'âge »

Courtois revient à Sochaux en même temps que la paix et, les années passant, on salue sa longévité. "Le vénérable ailier du FC Sochaux, affirme, à 37 ans, qu'il n'a jamais couru aussi vite", lit-on dans Les Jeunes en novembre 1949.

 

Dans La Bourgogne républicaine, en février 1952, l'attaquant est tenu pour "«l'homme qui n'a pas d'âge», ou «le pape» pour ses supporters qui, avec ses quarante ans, est le doyen des joueurs français et sans nul doute le plus intelligent".

 


Match, 22 Octobre 1935.

 

Cette année-là, il rejoint l’AS Troyes-Savinien en tant qu'entraîneur-joueur. En juin 1956, il y inscrit son dernier but en D1 à plus de 44 ans, ultime record d’une carrière professionnelle de plus de vingt ans. Sa longévité sur le terrain ne se traduira pas dans la vie, qui s'achève le 5 mai 1972.

 

Meilleur buteur d’avant-guerre avec 151 réalisations [2], premier buteur français à plus de 30 buts en une saison en D1, Roger Courtois reste, depuis, confortablement installé au panthéon du football français, sans bruit ni débat, sans doute le meilleur indice de l’indiscutable.

 

Toutes images via gallica.bnf.fr.

 

[1] Une carrière exceptionnelle par les chiffres que ni le site de la FFF, ni le site de la LFP, ni même celui du club de Sochaux ne savent honorer d’un petit article.
[2] Comme Roger Courtois, le quatrième meilleur buteur du Calcio a connu l’entre-deux-guerres – mais c'est l'illustre Giuseppe Meazza. En Angleterre, seuls deux buteurs dans les dix premiers ont commencé leur carrière après-guerre, dont Alan Shearer.

 

Réactions

  • 12 mai 76 le 10/01/2020 à 11h47
    Merci pour l’article et la découverte de ce buteur très impressionnant au vu des stats.
    4ème buteur de l’histoire en championnat ce n’est pas rien.

  • MinusGermain le 10/01/2020 à 13h29
    Très chouette article, merci.
    Il lui manque peut être une anecdote extra-sportive un peu glorieuse pour rester dans la légende et les mémoires.

  • Sens de la dérision le 10/01/2020 à 13h35
    Allons bon, Sochaux en première division, ça m'étonnerait un peu.

  • José-Mickaël le 10/01/2020 à 20h38
    Merci pour cet article drôlement intéressant !

    Ce n'est pas pour troller, et je sais bien que ça avait mené à de longs débats sur les forums à l'époque, mais entre J. Nicolas et Courtois, je ne trouve pas évident de désigner Courtois. OK, Courtois est un attaquant polyvalent, mais Nicolas est un buteur d'une toute autre efficacité. Rappelons les chiffres : 207 matchs, 239 buts. Il est toujours le deuxième meilleur buteur de l'histoire de la D2 avec 54 buts (en 26 matchs).

    (Quignon : qui est le premier ?)

    Bon, c'était surtout pour évoquer le bon vieux temps...

    (Et je serais ravi de lire un article sur le trop méconnu Gérard Grizetti.)

  • Jamel Attal le 10/01/2020 à 21h24
    @José-Mickaël
    Tu peux lire l'article du Matin mis en lien, qui met Courtois devant Nicolas, mais ça va être compliqué de polémiquer avec son auteur :)

  • José-Mickaël le 10/01/2020 à 21h35
    Bonne idée ! Ce que l'auteur dit de Nicolas (il devient irrégulier) est d'ailleurs compatible avec sa courte carrière.

    Bon, donc OK pour Courtois pour sa longévité !

  • Toni Turek le 10/01/2020 à 21h40
    Je me joins aux louanges et remerciements pour cet article.

    Sochaux en D1, j'ai comme l'impression que c'était il y a une éternité...

    (C'est pas en Bundesliga qu'on trouverait des buteurs aussi prolifiques pendant l'entre-deux-guerres ;-p).

  • suppdebastille le 11/01/2020 à 10h24
    Bel article , personnellement c'est toujours ce que je préfère ces articles historiques.

  • Dédie mon Stück le 11/01/2020 à 11h09

    12 mai 76
    10/01/2020 à 11h47

    Merci pour l’article et la découverte de ce buteur très impressionnant au vu des stats.
    4ème buteur de l’histoire en championnat ce n’est pas rien.

    ----------

    Surtout en étant interrompu à 27 ans par une guerre mondiale !

    Bravo pour l'article, très réussi

  • Jankulowski Desailly Galasek le 14/01/2020 à 10h55
    Superbe article.

La revue des Cahiers du football