Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Retors vers le futur

En se demandant en mars si Ibrahimovic est bien placé pour le Ballon d'Or, France Football donne un exemple parmi d'autres d'une conception de l'actualité qui escamote le présent.

Auteur : Gilles Juan le 13 Mars 2014

 


En visitant ces jours-ci le site de France Football, on s’aperçoit que le classement "top des internautes" plébiscite un article consacré à Ibrahimovic: rien d’autre ne semble justifier, dans le fond, la une insolente proposée cette semaine par le magazine. C’est Zlatan qui a le plus de like sur le web, c’est Zlatan qu’on va mettre en une pour le print – pour en dire quoi, puisqu’on y est? Qu’il aurait apparemment pris l’avantage dans la course au Ballon d’Or.
 

 

France Football Ibrahimovic Ballon d'Or
 


La mire du Ballon d'Or

Bien sûr, le timing a étonné, et l’on ne comptera pas les moqueries soulignant l’absurdité qu’il y a à parler, avant même l’arrivée du printemps, d'une récompense qui ne sera attribuée que l’hiver prochain. C’est risible en même temps que c’est le fruit d’une logique compréhensible: promotion par le magazine de son Ballon d’Or (ou presque), exploitation de l’engouement pour le joueur… Rien de nouveau. Par ailleurs, on ne conteste pas qu’Ibrahimovic soit génial en ce moment. [1] Pourtant, derrière tout cela (option opportuniste, enjeu marketing, plaisir du pronostic), il y d’autres choses. Une chose qui concerne le foot en particulier, et une autre, le fonctionnement médiatique en général.
 

Dans le foot en particulier, le rappel perpétuel de la mire "Ballon d’Or" laisse penser que les compétitions nationales et internationales sont de moins en moins des fins en soi, mais des moyens pour cette fin dernière, supérieure, qu’est ce fichu Ballon d’Or. La mention du trophée arrive sans doute plus tôt que jamais avec la une de France Football – mais elle arrive de toute façon toujours trop tôt. Le Ballon d’Or est par définition le résultat d’une considération de l’année écoulée, une fois toutes les priorités dépassées: comment pourrait-on le faire autrement qu’une fois l’année écoulée? En le faisant avant le bon moment (après tout le reste), on inverse aussi les priorités. Une autre logique s’oppose alors à celle du bon sens. Elle s’impose, même.
 

Aujourd’hui, le Ballon d’Or n’est plus seulement une vague ligne d’horizon, c’est le point de fuite concret vers lequel tendent toutes les perspectives: la Coupe du monde devient, pour telle liste de joueurs, un prétexte pour le remporter. Ce n’est pas grâce à Ribéry que la France va gagner la Coupe du monde, c’est grâce à la Coupe du monde que Ribéry va ("enfin") remporter le Ballon d’Or [2].


Avance rapide

La compétition sportive est le moyen; la récompense individuelle, la fin… Parce que la chronologie des récompenses y conduit? Parce que l’individualisme prend le pas, en général, sur le collectif? On a bien envie de le penser, de donner en exemple les matches réduits à des duels… Ou encore, les choix successifs, et largement contestables, d’indiquer le nom des joueurs sur le maillot de l’équipe nationale (ce que tout le monde ne fait pas), puis d’attribuer à chaque joueur son numéro à lui... D’ajouter à cela les signatures déposées lors des célébrations, où ce n’est définitivement plus l’équipe qui a marqué – le but est tamponné, l’auteur a son identité visuelle, sa "marque" de fabrique… C’est son but à lui.
 

Il y a peut-être un peu de ça, mais il y a aussi un autre mouvement, plus sournois et plus efficace encore que le privilège des récompenses individuelles: c’est la priorité perpétuelle à l’avenir. La fuite en avant. On croit que l’actualité est qu’Ibrahimovic est incroyable? Pas du tout. L’actualité est qu’Ibrahimovic est bien placé pour dans dix mois. C’est significatif d’une époque où l’actualité donne de moins en moins le compte-rendu de ce qui vient ou est en train de se passer: elle dresse le bilan de ce qui va se passer. Elle vit sur cet oxymore. Sur L’équipe 21 le matin: de plus en plus, l’actualité de la journée ou de la soirée à venir, plutôt que celle de la veille. Vous voulez voir les buts de l’équipe de France? On vous conseille de regarder la télé après le match le soir-même…


L'actu, un mauvais film d'anticipation

Le traitement du foot subit, en définitive, ce que subit le traitement de la culture, de la politique, de l’information en général. Combien de unes, de reportages, de témoignages sur "les artistes de demain"? Les jeunes qui seront les stars de demain? Allociné, qui cultive aujourd’hui les internautes cinéphiles, fournit son modèle aux magazines comme Première: priorité aux films attendus en 2014 et même 2015, aux anecdotes sur les préparations calamiteuses des films qui vont peut-être sortir, aux comptes-rendus des conflits de castings pour des films qui n’existent encore qu’à titre de projet… Au détriment de la critique des films actuels. La considération du passé, de l’histoire du cinéma, n’en parlons pas. [3]
 

À ce sujet, les Cahiers se sont récemment vu adresser sur Twitter un sarcasme parce qu’un article concernait… l’année 1922. Sous prétexte que nous proposons un article historique, nous serions des "hipsters" (mot derrière lequel il faut entendre, alors, l’élitisme, le snobisme? Le souci de se démarquer?). Comment a-t-on pu en arriver au point où le fait d’accorder de l’importance à l’histoire du foot est connoté négativement – même par quelques personnes isolées? Encore une fois, l’article aurait pu entendre le reproche d’être pourri, incohérent, de défendre encore et toujours l’arbitre, le supporter ou je ne sais quoi – mais là, non, on lui a juste reproché d’aborder un événement datant d’un siècle ou presque.
 

On fait donc l’hypothèse que France Football, représentatif de son temps, s’adresse simplement (comme lorsqu’on dit de quelqu’un de stupide qu’il est simple) et plus généralement à un public de son temps, qui est tenu en haleine par ce qui doit advenir – alors qu’en toute rigueur logique, on ne sait, au sens propre, absolument rien de l’advenue du Ballon d’Or. Ce public, d’ailleurs, le sait bien, mais il préfère peut-être toujours ça aux considérations de ce qui est passé, et donc est, à ses yeux, en retard, fini, inutile.

 

 

[1] On a même envie de penser que s’il continue comme ça, il parviendra peut-être à rivaliser, en effet, avec ceux qui vont briller lors de la Coupe du monde – et notamment Franck Ribéry, qui va marquer, en finale, à la 88e, le but de la victoire pour la France – pour briguer le trophée du meilleur joueur 2014.
[2] Il y a quatre ans déjà, l’échec ou l’élimination de chaque pays signifiait en même temps l’élimination de tel ou tel joueur dans la course au prix de fin d'année. Il y a deux ans, l’absence de Messi à l’Euro (et pour cause) laissait, parait-il, plus que jamais l’opportunité à ses rivaux d’atteindre le Graal.
[3] Autre contexte, voilà bien des mois (depuis le lendemain de la défaite peut-être?) qu’on se demande si Nicolas Sarkozy sera à nouveau candidat – et que cette question est présentée comme essentielle, comme étant une question "d’actualité"… Et bien des relais de tout cela sur Twitter ont moins peur de dire une connerie que d’être "old".

 

 

Réactions

  • vertigo le 13/03/2014 à 07h36
    Tout ceci est très juste, mais ça ne nous dit pas si Griezmann a une chance de remporter le Ballon d'Or 2016.

  • Sens de la dérision le 13/03/2014 à 09h05
    Si on pouvait étoiler cet article, je le ferais volontiers. Tout est parfait dans cet article pour engendrer la réflexion : on part d'un fait anodin (cette une) et on suit le fil de ce que ce fait signifie. Vraiment bravo !

  • Matu-Verratti-Vieira-Touré-Clément-Cearà le 13/03/2014 à 09h24
    Je me joins aux éloges.

  • Save Our Sport le 13/03/2014 à 10h40
    Cet article a été publié il y a plus d'une heure, je ne comprends même pas pourquoi des gens s'y intéressent encore.

  • Ba Zenga le 13/03/2014 à 10h48
    Pareil, tout est nickel dans cet article. Bravo. Carpe Diem, encore et toujours, c'est un mal récurrent de ne pas arriver à le faire. Et pourtant, c'est la chose que nous pouvons le mieux maîtriser.

  • matthias le 13/03/2014 à 11h11
    Le compte twitter du gars qui a fait la remarque de 1922 est... comment dire... intéressant.

  • visant le 13/03/2014 à 11h40
    Oui intéressant. D'ailleurs faudrait peut être le prévenir que le bouquin qu'il cite constamment a été rédigé bien avant 1922.

    Sinon merci pour l'article!

  • visant le 13/03/2014 à 12h02
    Oui intéressant. D'ailleurs faudrait peut être le prévenir que le bouquin qu'il cite constamment a été rédigé bien avant 1922.

    Sinon merci pour l'article!

  • dugamaniac le 13/03/2014 à 13h57
    Article intéressant.
    Mais analyser la réflexion de Kevin sur twitter en 2014, ça me semble être la même chose que de commenter la réflexion de Bébert au Café des Sports en 1970.
    Vain et pas vraiment pertinent.

  • Gone with the Greens le 13/03/2014 à 16h30
    Sens de la dérision
    aujourd'hui à 09h05

    Si on pouvait étoiler cet article, je le ferais volontiers. Tout est parfait dans cet article pour engendrer la réflexion : on part d'un fait anodin (cette une) et on suit le fil de ce que ce fait signifie. Vraiment bravo !
    -----------------------

    Tout pareil!

    Cette fuite en avant et cette rage de vendre demain au lieu de profiter d'aujourd'hui et de savourer hier est insupportable.

    Je n'ai ni le talent ni le courage de pondre un article de cette veine, mais je signale aux bonnes volontés une autre manie qui se développe insidieusement chez les journalistes et donc les foorballeurs interviewés: celle d'utiliser systématiquement le démonstratif par ex "cette équipe du PSG" au lieu de "le PSG" ou "l'équipe du PSG" de façon absolument maltapropos.
    Si vous ne voyez pas ce que je veux dire, je vais constituer un dossier car il y a surement interprétation intéressante là-dessous.