Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Rapinoe 2012, le corner olympique

Un jour, un but - Le 6 août 2012 à Manchester, l'Américaine Megan Rapinoe inscrit au cours d'un match inoubliable un but sur corner qui ne le fut pas moins. Un but olympique dans tous les sens du terme. 

Auteur : Richard Coudrais le 31 Juil 2023

 

Dans la longue histoire, le stade d'Old Trafford à Manchester a été le théâtre de bien des matches exceptionnels. Et la demi-finale USA-Canada du tournoi olympique de football féminin des Jeux de 2012 en fait indéniablement partie.

Le journaliste Scott Murray a écrit dans le Guardian qu'il avait assisté au "plus grand match à élimination directe de l'histoire des grands tournois depuis le RFA-France de 1982". Les Américaines tentent de se qualifier pour leur cinquième finale olympique en cinq éditions, mais trouvent face à elles des Canadiennes déterminées à ne plus servir de paillasson.

 

 

Le match est d'une intensité incroyable, avec de nombreuses occasions, de multiples rebondissements, une prolongation harassante, une fin de match inattendue, le tout agrémenté d'une petite polémique arbitrale pour accentuer la tragédie.

La buteuse et capitaine canadienne Christine Sinclair inscrit trois buts et permet à son équipe de mener trois fois au score. Mais les Américaines ont égalisé à chaque fois. Notamment à la 54e minute, alors que le score est de 1-0.

L'équipe des États-Unis obtient un corner que s'en va tirer l'attaquante Megan Rapinoe, 27 ans. Sa frappe est puissante et dotée d'un effet qui voit le ballon plonger au premier poteau et entrer dans la cage malgré l'opposition de trois adversaires. Alors que les Américaines se congratulent, un ralenti est nécessaire pour comprendre ce but.

Fausses pistes

Au moment de la frappe de Rapinoe, dix joueuses sont massées dans les six mètres de la gardienne Erin McLeod : sept Canadiennes et trois Américaines. Le ballon est frappé avec un effet arc de cercle. L'attaquante américaine Alex Morgan s'écarte de la zone des six mètres et entraîne deux adversaires avec elle, Desiree Scott et Jonelle Filigno. Un espace se crée alors au pied du premier poteau, là où justement le ballon semble se diriger.

La capitaine canadienne Christine Sinclair, venue apporter du renfort à sa défense, est la première à comprendre le danger. Elle court vers le poteau afin de boucher l'angle. Deux de ses coéquipières suivent son mouvement, la défenseuse Lauren Sesselmann et la gardienne McLeod. Mais aussi l'Américaine Rachel Buehler.

La buteuse canadienne semble en mesure de repousser le ballon, mais curieusement, elle retient son geste et le laisse filer. On dit souvent que les attaquants qui reviennent défendre présentent un risque à leur équipe, celui de n'avoir pas toujours le geste adapté. Même le plus grand footballeur de l'histoire du Canada peut commettre une erreur.

Le ballon poursuit sa course, inéluctablement. Sesselmann, sans doute surprise par le raté de sa coéquipière, mais aussi gênée par Buehler, accrochée à son maillot, voit la balle lui passer entre les jambes. Derrière elle, la sphère rebondit sur le genou de la gardienne, alors que celle-ci est déjà derrière la ligne.

Le ballon qu'elle repousse ne trouve que les fesses de sa coéquipière et entre définitivement dans la cage. Erin McLeod a alors ce geste désespéré de plonger jusqu'au fond des filets pour capter ce foutu ballon.

 

 

Récidive à Tokyo

Un "but olympique", c'est ainsi que l'on appelle un but inscrit sur corner direct. Le premier de ce type que l'histoire a retenu a été inscrit le 2 octobre 1924 à Buenos Aires. L'équipe d'Argentine recevait son grand rival uruguayen, qui venait d'être sacré champion olympique aux Jeux de Paris.

À la 15e minute, l'Argentine Cesáreo Onzari ouvrait le score en marquant directement sur corner. C'était la première fois que l'on voyait un tel but, raconte Eduardo Galeano dans son ouvrage de référence Le Football, ombre et lumière. Et comme il avait été inscrit contre les champions olympiques, il fut surnommé l'Olimpico.

Peu de buts sont inscrits sur corner direct. La légende du football a retenu celui du Colombien Marcos Coll lors de la Coupe du monde 1962, un exploit d'autant plus remarquable que le gardien battu n'était autre que le grand Lev Yachine.

Paradoxalement, jamais un "but olympique" n'avait été inscrit au cours des Jeux du même nom. Non seulement Megan Rapinoe a été la première à réaliser cet exploit en 2012, mais elle a récidivé neuf ans plus tard lors des Jeux de Tokyo, à l'occasion d'une rencontre États-Unis-Australie remportée 4-3 par les Américaines.

Réactions

Aucune réaction

La revue des Cahiers du football