En vous connectant, vous certifiez n'avoir jamais trompé votre club favori. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Psychose toujours

PSG-OM : la maudite affiche fait la Une avant d'avoir commencé, avec le déploiement des forces de l'ordre, la crainte d'incidents graves et même des menaces de délocalisation du club parisien… L'occasion d'enrayer le hooliganisme local?
Auteur : Jamel Attal le 24 Oct 2002

 

Jérôme Leroy s'est donc auto-suspendu à la veille du sommet phocéo-parisien pour la deuxième fois consécutive. L'inconscient du joueur doit turbiner à plein régime à l'approche d'une rencontre qui l'a déjà vu se bagarrer avec son copain et homonyme Laurent. Du coup, acte manqué et tatannage d'adversaire. Cela fera toujours un motif de dégénérescence de moins pour un match dont on a fini par seulement espérer qu'il ne s'y passe rien. Ni bananes, ni sièges volants, ni trains dévastés, ni banderoles insultantes, ni penalty contesté, ni bagarres sur le terrain ou autour du stade. Mais pour une fois, l'affiche en est vraiment une, puisque par la grâce d'une victoire à Troyes et d'une autre sur Strasbourg, Paris et Marseille sont à égalité de points au troisième rang du championnat. Ces équipes sont encore loin de survoler leur championnat, et gagnent parfois aussi laborieusement que ce week-end, mais enfin elles sont là. Et surtout, elles prônent de nouvelles vertus. D'un côté, un Fernandez assagi par sa longue suspension n'a jamais autant prôné l'humilité pour son groupe, et de l'autre un OM métamorphosé par ses nouveaux dirigeants connaît enfin une saison calme (voir Marseille, la normalité ou la mort). Les ambiances viciées par les clubs eux-mêmes appartiennent aux souvenirs. Peur sur la ville Cependant, c'est bien la psychose entourant la préparation du match qui fait l'actualité de la semaine, avec une flopée d'articles dans la presse, et les déclarations alarmistes des divers responsables. Les acteurs semblent eux-mêmes vouloir dramatiser l'événement, avec des appels "pour ne pas céder à la haine" (Laurent Perpère) ou des craintes exprimées par le contrôleur général de police (Le Parisien, 22/10). Deux mille policiers sont mobilisés ainsi que des unités de la Brigade anti-criminalité, les responsables sécurité des deux clubs manifestent leurs inquiétudes, les rumeurs sur la vindicte des supporters se répandent… Les discussions ont d'abord porté sur l'horaire avancé (17h15), mesure prise initialement pour alléger les tensions, mais qui suscite maintenant les doutes. Le samedi en fin d'après-midi, la foule et la circulation sont à leur maximum, les commerces sont ouverts… Sur fond de lois sécuritaires, le préfet de police a même envisagé dans un entretien à Libération (22/10) la future délocalisation de ces matches à risque au Stade de France, ce qui a eu pour effet de faire réagir Laurent Perpère et Frédéric Thiriez. Le stade de Saint-Denis présente moins de garanties quant à la sécurité intérieure, mais, la vidéosurveillance ayant progressé, les problèmes se sont déplacés aux abords des enceintes (1). Le tissu urbain très dense autour du Parc est effectivement un terrain favorable aux troubles, et l'on entend à nouveau, par la voix des élus locaux, les demandes d'expropriation du PSG, dont les affluences perturbent le calme habituel de ce quartier bourgeois. Mais ce n'est pas parce qu'on ne parvient pas à se garer dix-huit soirs par an qu'il faudrait démonter le Parc des Princes, un des rares chefs d'œuvre d'architecture sportive en France, qui a déjà réussi à survivre à la construction du Stade de France (voir Le Stade de France, une histoire chaotique). Provocateurs, crétins et miliciens : faites le tri sélectif En fait, plusieurs sortes de risques sont amalgamés. Il y a d'une part les supporters, membres ou non d'associations, sur le comportement desquels portent en partie les interrogations. Les lancers de fumigènes et autres projectiles ou les tirs de fusées entretiennent durablement les haines justifiées par le "c'est eux qu'ont commencé", mais fondées en vérité sur l'affirmation que "j'ai un plus petit cerveau que toi". Les blessés du passé servent de martyrs à venger, et la bêtise humaine étant inépuisable, ça peut durer longtemps (sur le PSG-OM d'il y a deux ans, durant lequel un jeune spectateur a été paralysé après avoir reçu un siège sur la tête, voir Tristes stades). Pourtant, les signes d'une responsabilisation des associations sont sensibles depuis quelque temps (2), et les seuls espoirs d'amélioration viennent de ces groupes de supporters. Alors évitons les procès d'intention. Car d'autre part, ce sont les éléments incontrôlés qui posent les problèmes les moins solubles. Ceux-là ne chercheront peut-être même pas à entrer dans le stade, et ils ne parviendront pas, de toute façon, à entrer en contact avec les supporters Marseillais faisant partie du déplacement organisé. Il leur reste donc les éventuels supporters isolés, les malheureuses voitures immatriculées dans les Bouches-du-Rhône, et surtout les CRS. N'y voyez pas un geste politique, dont leur pauvre mythologie est bien incapable (voir Mythes et misère du hooliganisme, mars 2001). Enfin s'ajoute le problème spécifique et récurrent à Paris du maintien de groupuscules racistes qui, si leur présence a été circonscrite et réduite dans la tribune Boulogne, continuent de perpétrer des provocations racistes du côté de la Porte de Saint-Cloud (3). Eux sont à cheval sur les deux catégories et constituent toujours la vraie plaie du PSG, malgré leur marginalité — évalués à trois cents, ils ne représentent même pas 1% des spectateurs du Parc. Dans le contexte actuel (4), la préfecture considère cette saison comme une saison test (L'Equipe, 22/10), et le PSG, comme les autorités parisiennes (la mairie suit le dossier de près) ont tout intérêt à saisir l'occasion pour franchir un pas décisif vers l'éradication des fauteurs de trouble internes et externes. En espérant que bientôt, l'organisation d'un tel match n'oblige plus à faire d'un stade et de ses alentours le terrain d'une absurde guerre civile, et que samedi, la psychose sera démentie par l'absence d'incidents. (1) N'oublions tout de même pas que les incidents gravissimes de PSG-Galatasaray n'ont pas plus de dix-huit mois (13 mars 2001). (2) Certaines associations parisiennes sont associées au Contrat local de sécurité (CLS) conclu avec les mairies de Paris et de Boulogne. (3) Un supporter antillais a été agressé en janvier de cette année. Le club a déjà été dans le collimateur des "testings" de SOS Racisme, produisant un clip contre le racisme diffusé en fin de saison 2000 (voir Le PSG vers une réhabilitation). (4) Le projet de loi de sécurité intérieure prévoit une meilleure formation des stadiers et une application plus ferme des interdictions de stade. Nous proposons de ne garder que ces points-là et de bazarder le reste du projet.

Réactions

  • Resist le 24/10/2002 à 14h39
    zoher, tu crois vraiment qu'1 l'intervention française en cote d'ivoire est 1 intervention à but strictement humanitaire? je sais pas moi, t'as pas pensé que c'était seulement pour préserver ses intérêts qu'1 quelconque humanisme issu de d'1 histoire commune et au nom de vieux liens coloniaux?

    quand à peterelephant, il s'est bien vite adapté au discours ambiant qui met 1 éclairage intense sur l'insécurité, qui ns présente 1 monde à la stephan king, 1 monde ou des hordes barbares sont à nos portes, pendant qu'1 sarkosy plein de sollicitude et des sourires plein la caboche tient 1 discours populiste avec 1semblant de regard hyper humain sur 1 france d'"en bas" qu'il ne connait absolument pas, lui l'homme carriériste s'il en faut, tout en faisant oublier délibérément les licenciement énormes qui se profilent à l'horizon au nom de plans sociaux concoctés dans des ministères feutrés..

  • Alsaco du sud le 24/10/2002 à 14h40
    Et paf...

  • zoher le 24/10/2002 à 14h56
    Resist jusqu'à preuve du contraire la France n'a pris parti ni pour les rebelles, ni pour l'actuel président. Si son but était de protéger ces intérêt commerciaux je pense qu'elle aurait ssoutenu Laurent Bagbo et attaqué les rebelles. Même si c'est évident que la France a un intérêt à ce que la situation ne dégénère pas, le résultat est qu'on évite un conflit ouvers entre lees béligérant. Je trouve sa dommage qu'on condamne une chose qui me parait plutot positive sous prètexte que ces motivations ne sont pas purement désintéressées.

  • Alsaco du sud le 24/10/2002 à 15h09
    Il faudrait compter le nombre de pays d'Afrique où ca se massacre dans l'indifférence générale, mais on a sans doute pas assez de soldats pour tout le monde...

  • Resist le 24/10/2002 à 15h11
    zoher, en cote d'ivoire la france soutient bel et bien le président qui défend fort bien ses intérêts. l'opération 'licorne" a commencé et donne une nette préférence au régime en place... la france grande puissance, joue comme toutes les grandes puissances double jeu, en faisant croire qu'elle est là seulement pour défendre les ressortissants français... et pour maintenir 1 certaine stabilité... tiens tiens ça me rappelle quelque chose...

  • zoher le 24/10/2002 à 15h16
    Personnellement je suis pour le droit d'ingérence dans les cas de guerre civile donc oui il faudrait envoyer des contingents dans tous les pays ou ca se massacre entre concitoyen. Et cela pas qu'en Afrique j'avais pris l'exemple du Rwanda car ce conflit m'avait énormément choqué à l'époque mais j'aurais pu parler de l'ex-Yougoslavie ou l'attitude de la communauté international avait été lamentable.

  • hugues le 24/10/2002 à 15h18
    Plutôt d'acc avec Zoher.

    Puis-je ajouter que si la France n'est pas complètement "désintéressée" quant au sort de ce conflit, c'est aussi que j'en fais parti de cette France et que ça m'intéresse pas trop de voir un "Rwanda" se reproduire...

    Et puis cessons un peu de croire que toute la géopolitique est articulée autour du pognon, c'est un raisonnement aussi manichéen que celui de Bush (et paf!), les opinions publiques aussi, ça joue pas mal.

    Enfin, moi perso j'ai rien à voir avec la colonisation de l'Afrique alors c'est pas ça qui me fera dire "n'y allons pas, on va sûrement déranger"...



  • zoher le 24/10/2002 à 15h20
    Resist si la France soutient le président, pourquoi les partisans de ce même président manifeeste contre laa présence française en Cote d'Ivoire. Je dois avouer que je ne connais pas tous de ce conflit pourrait tu m'éclairer sur l'opération licorne.

  • mollows le 24/10/2002 à 15h24
    une petite histoire pour se detendre :

    Entré sans visa, le capitaine Barril est renvoyé d'Abidjan

    [...]

    Un habitué du "village" franco-africain, le capitaine Paul Barril, a été plus malchanceux encore. L'ancien numéro deux du GIGN, depuis 1983 recyclé dans le privé à la tête d'une société ("SECRETS"), est arrivé à Abidjan dimanche 13 octobre. A la demande de Lida Kouassi, il devait proposer une réorganisation de la garde présidentielle. Un séjour d'une semaine était prévu. Mais entre l'embarquement à Paris et la descente à Abidjan, Lida Kouassi avait été limogé ! Soupçonné de détournement de fonds de guerre, voire de trahison, Lida Kouassi a passé un très mauvais week-end à la présidence, où la garde était plus près de lui régler son sort que d'examiner un nouvel organigramme.

    Quand, privé d'interlocuteur, Paul Barril a voulu rembarquer, dès lundi, il a été arrêté, interrogé et retenu pendant 24 heures. Entré au pays sans visa, il a été mis dans l'avion le lendemain. Mercredi 16 octobre, en conseil des ministres, Lida Kouassi a été lavé de tout soupçon. Trop tard pour Paul Barril, qui multiplie les ennuis : déjà en mars 2001, à Kinshasa, sa venue, coïncidant avec une rocambolesque tentative de déstabilisation, lui avait valu un renvoi musclé.

    ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 22.10.02

  • taivince le 24/10/2002 à 15h25
    Harvest, je me demande moi aussi si l'elephant n'est pas en fait une taupe de la reaction, voire l'auteur de l'article meme.
    Ca serait un bon exercice de dialectique, j'en ai fait quelques-uns en fac de philo et c'est tres tres interessant, et ici en plus ca fait tout partir au quart de tour...
    Et pui l'elephanto reagit TOUJOURS le premier, juste apres l'edition de l'article, et JAMAIS apres, encore moins sur le forum.