Si vous saisissez votre mot de passe PUIS votre e-mail, vous aurez la confirmation que ça n'a aucun effet particulier. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Paris s'est fait rentrer deux dents

Matchbox – Six mois après sa victoire en phase de poules, le PSG s'est cette fois logiquement incliné face à un FC Barcelone (1-3) trop fort en l'état des forces en présence. La nalyseLe match en gifsLes observationsVu du forumLes titres

Auteur : La rédaction le 16 Avr 2015

 

 

Sans Zlatan Ibrahimovic, sans Thiago Motta et sans Marco Verratti, on promettait une soirée très compliquée au Paris Saint-Germain. Le scénario du match a vérifié les craintes, même si l'on n'accablera pas exagérément Adrien Rabiot d'avoir perdu un ballon déterminant sur l'ouverture du score dix jours après qu'une mésaventure similaire est arrivée à Verratti. Le constat est simple: Paris était trop affaibli pour rivaliser dans l'entrejeu avec le Barça, malgré les efforts d'un Blaise Matuidi aux allures de général. Face au club catalan et ses pépites offensives, c'est souvent suffisant pour faire pencher la balance du mauvais côté. Le PSG abordera le match retour, dans une semaine au Camp Nou, avec un sacré handicap.

 

La nalyse

 

Christophe Kuchly – Yohan Cabaye, qui a fait quarante-quatre passes, est le premier Parisien dans ce classement, loin derrière les meilleurs Barcelonais. Si cette statistique est importante, c’est parce qu’elle reflète les difficultés du PSG à imposer son style face à une formation aux objectifs similaires mais aux armes plus affûtées. La veille, Monaco était tombé face à une équipe qui, si elle sait aussi contrer et défendre, possède une meilleure maîtrise et des individualités supérieures. Cette fois, la clé était inverse: avoir le ballon pour construire. Que le Barça ait eu la possession est une première victoire, que Paris n’a pas vraiment cherché à disputer. Il suffisait alors de quelques éclairs offensifs pour faire la différence.

 

 

 

 

En première période, on attendait un pressing parisien haut, on ne l’a pas eu. La stratégie mise en place par Laurent Blanc consistait à se replier dans son camp et lancer des attaques rapides pour profiter des espaces en contre. Pourquoi pas… mais Paris n’est pas vraiment habitué à cette configuration. Cette forme d’abandon partiel – prendre une autre route par peur de perdre la bataille mais en gardant tout de même le dispositif habituel – rappelle celle de l’an dernier à Chelsea, mais elle se comprend et s’est payée. De son côté, le Barça a appliqué son pressing habituel sur la relance adverse et profité d’une récupération haute conjuguée à une absence de Van der Wiel, déjà tourné vers l’attaque rapide espérée, pour ouvrir le score par Neymar. Et le PSG de perdre au passage son capitaine Thiago Silva, lequel était déjà diminué depuis plusieurs minutes.

 

Barcelone, sans être exceptionnel, a dominé son sujet face à une équipe qui a souffert au milieu. L’absence de Verratti, remplacé par un Rabiot logiquement un ton en dessous des monstres d’en face, s’est faite sentir, et les charges de Blaisou Matuidi n’ont pas suffit à inverser durablement la dynamique de la rencontre. “Quand une équipe fait courir l'autre, quand une équipe fait reculer l'autre, elle a quand même plus de chances de gagner”, analysait Laurent Blanc en conférence de presse. Difficile de lui donner tort… et d’être optimiste quand il affirme dans la foulée que ses joueurs “ont le sentiment qu’ils ne pouvaient pas faire mieux”, puis que “Barcelone a accéléré quand elle l’a voulu”.

 

Paris n’a pourtant pas affronté une machine: pas toujours souverain dans sa possession, gêné dès qu’il a été pressé plus haut, le club catalan a souvent gagné ce type de matches en ne marquant qu’un ou deux buts. La différence, cette fois, fut symbolisée par ce duo de petits ponts de Suarez au coeur d’une défense bien passive sur le coup, les éclairs qu’ont les grands attaquants, qui transforment les situations en occasions puis en buts. Mais, encore une fois, les possibilités sont plus nombreuses quand l’adversaire permet d’avoir le ballon à trente mètres du but pendant une bonne partie du match.

 

 

 

 

Et Messi dans tout ça? Son entraîneur estime qu’il “crée des situations de supériorité et génère des situations d’attaque”. Sa seule présence est menaçante et ses choix justes. Il n’a pas eu besoin d’être brillant pour être décisif, tout comme le milieu barcelonais n’a pas eu besoin d’être dans un grand jour pour être “supérieur dans l’entrejeu”, dixit Luis Enrique. Un milieu dominateur, une attaque capable de faire la différence à tout moment… et une défense solide. Comme depuis le début de la saison, le très bon Piqué et ses copains ont occupé intelligemment les espaces, n’offrant pas autant de boulevards qu’espéré.

 

Se qualifier au retour est très improbable, mais le coup vaut forcément la peine d’être tenté. Laurent Blanc a compris que cette équipe barcelonaise prend beaucoup et offre peu si l’on essaie d’être son némésis. Sans plusieurs éléments clé, aurait-il seulement pu faire mieux en tentant de battre le géant sur son terrain?

 

 

 

Le match en gifs

 

Quand Edinson Cavani tente un contrôle

 

 

Quand Luis Suarez se présente face à David Luiz

 

 

Quand Lavezzi part seul en contre

 

 

Quand Salvatore Sirigu se blesse sur une action anodine

 

 

Quand les Parisiens laissent Blaise Matuidi se débrouiller tout seul

 

 

 

 

Les observations en vrac

 

Apparemment, le traitement miracle de David Luiz ne dit pas qu’il faut toujours fermer ses jambes face à Luis Suarez.

 

On a bien vu Edinson Cavani, surpris, engueuler l’assistant de ne pas l’avoir signalé hors-jeu?

 

Le speaker et le compte Twitter du PSG ont annoncé un but d'Ezequiel Lavezzi... Même son propre club ne pouvait pas croire que Gregory van der Wiel ait marqué.

 

Oui, le sorcier Blanc n’a fait que deux changements. Mais quand on voit qui était sur le banc…

 

Munir, qui avait manqué une belle occasion à Paris en phase de poule, n’a plus joué avec l’équipe première depuis janvier. On pense à lui.

 

La meilleure chance du PSG aurait peut-être été de balancer quelques rumeurs idiotes pour faire virer Luis Enrique quand il était sur la selette, il y a quelques mois.

 

Il est toujours intéressant d’avoir l’avis de Daniel Bravo sur des soupçons de dopage.

 

 

 

Vu du forum

 

=>> olerouge – 20h35
Le duel Rakitic-El Flaco sera assurément un choc de poids lourds!

 

=>> Gazier – 21h43
Ils boycottent Canal même pendant les matches?

 

=>> El Mata Mord – 21h47
Euh, quelqu'un peut-il m'expliquer l'intérêt d'arroser autant la pelouse contre le Barça (à part si c'est Luis le coach du PSG)?

 

=>> Christ en Gourcuff – 21h49
Avant d'apprendre aux supporters à chanter, ils veulent pas apprendre à Cavani à cadrer?

 

=>> Metzallica – 22h24
David Luiz a des flashbacks post-traumatiques de juillet on dirait.

 

=>> Parkduprince – 22h38
La victoire du Barça à Paris classée 189e plus grand exploit du football espagnol en coupe d'Europe.

 

 

 

Les titres auxquels vous avez échappé

 

Blaise sans dard
Plan Blaise
Peur sur Van der Wiel
Carton à la catalane

 

Réactions

  • bcolo le 16/04/2015 à 08h04
    Pourquoi ça ne me fait pas peine ?

  • Matu-Verratti-Vieira-Touré-Clément-Cearà le 16/04/2015 à 08h41
    Ok, on a été dominé dans l'entrejeu, mais c'est avant tout une leçon de réalisme en attaque et dans les buts qu'ils nous ont donné. Hormi les trois buts, ils n'ont pas eu de réelles occasions, alors que les parisiens en ont compté quelques unes sans pouvoir les mettre au fond. C'est finalement sur une non occasion que l'on marque, sur un malentendu.

    Ok pour dire qu'on perd largement aux points de style, ok pour dire qu'on perd largement tout court, mais l'issue de la rencontre aurait vraiment pu être tout autre.

  • Sens de la dérision le 16/04/2015 à 08h54
    Le gif sur Cavani m'a beaucoup fait rire.

  • Edji le 16/04/2015 à 09h12
    Matu > le 1-3 me paraît pourtant bien refléter la physionomie du match.
    Le Barça a beaucoup plus d'occasions que ses 3 buts (rappelle-toi simplement le poteau de Messi en début de match).
    Par contre, tactiquement, c'est beaucoup moins brillant que par le passé.
    On ne prend d'ailleurs pas nos buts sur des séquences de jeu vraiment construites, mais sur des contres et des exploits individuels : cela rend le constat de nos absents du soir encore plus douloureux.

  • Jean-Luc Skywalker le 16/04/2015 à 09h39
    Pas beaucoup plus Edji, le poteau de Messi et une frappe trop enlevé du même Messi à 18m.

  • Jean-Luc Skywalker le 16/04/2015 à 09h41
    Je rajouterai qu'ils n'ont pas eu énormément d'occasions car ils se sont contentés de gérer leur avantage.

  • Tonton Danijel le 16/04/2015 à 09h56
    bcolo
    aujourd'hui à 08h04

    Pourquoi ça ne me fait pas peine ?
    - - - - - - - - - - - - - -

    Parce qu'il n'y a rien à redire?

    Le seul regret, c'est que Paris n'ait pas eu toutes ses forces pour ce match décisif. Peut-être reprochera-t-on à Blanc de ne pas avoir fait assez de rotations, notamment en coupe (à tout jouer, on finit par le payer). Mais ce match est finalement beaucoup moins frustrant que celui de Monaco la veille, il n'y a pas eu tant la place que cela. Et même si Paris aurait pu concrétiser une ou deux situations chaudes de plus, à partir du moment ou tu prends 3 buts à la maison, c'est extrêmement compliqué d'espérer pouvoir passer...

  • Matu-Verratti-Vieira-Touré-Clément-Cearà le 16/04/2015 à 09h59
    La frappe de Messi sur le poteau, c'est pour les points de style. Vraiment pas beaucoup de place entre le poteau et la main de Sirigu. Je me laisserais même dire moins que la taille du ballon.

    Ce ne sont pas des occasions du même niveau que la reprise de Cavani en pivot et la percée de Lavezzi qui termine dans les pieds de Cavani qui tire sur le défenseur alors que le gardien était battu.

    D'accord avec toi JLS, mais je ne les ai pas trouvés hyper efficaces justement les barcelonnais dans leur gestion du match. C'est leur efficacité offensive qui a fait le travail.

  • Tonton Danijel le 16/04/2015 à 09h59
    Sens de la dérision
    aujourd'hui à 08h54

    Le gif sur Cavani m'a beaucoup fait rire.
    - - - - - - - - - - - - - - - - - -

    Ils sont tous géniaux. Mais je dirais avoir un petit faible sur le match de David Luiz, c'est tout à fait ça.

  • Matu-Verratti-Vieira-Touré-Clément-Cearà le 16/04/2015 à 10h06
    J'aime bien cette nouvelle mode des gifs en général.