En vous connectant, vous certifiez n'avoir jamais trompé votre club favori. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Papin 86, Trezeguet 98 ?

Faut-il titulariser Trezeguet en juin, au risque de se souvenir de l'introduction prématurée en sélection de certain avant-centre?..
Auteur : Boris Gouduneuf le 21 Avr 1998

 

Le cas épineux de Trezeguet laisse perplexe. Bien sûr qu'il est bourré de talent, bien sûr qu'il va s'imposer comme un des meilleurs avant-centres d'Europe rapidement, seulement la grande question reste posée: "Sera-t-il prêt pour l'équipe de France dès le mois de juin prochain?" Son inexpérience joue en sa défaveur, en effet, il ne compte seulement qu'une vingtaine de matchs en D1, 5-6 rencontres de coupe d'Europe disputées, de fort belle manière peut être, mais cette garantie va-t-elle dépasser un an?

Rappelons le cas de JPP, le plus grand avant-centre de Marseille depuis Marc Berdoll, le plus grand avant-centre de l'équipe de France depuis Bernard Lacombe, le plus grand avant-centre de tous les temps, qu'il neige, que le mistral se lève, que le soleil se couche ou que le temps s'anglicise. JPP avait flambé de la même manière seulement 6 mois avant la Coupe du Monde 1986. Résultat, une place dans les 22 d'Henri Michel. Or, rappelez-vous le premier match contre le Canada, Papin fut titulaire d'entrée, et il réussit un superbe feu d'artifice de pétards mouillés. Lors de chaque pré-papinade, tous les ballons se dirigeaient vers les nuages, atteignant les spectateurs les plus hauts perchés. Un festival de ratés dont son digne successeur Camara n'aurait pas à rougir. Seulement 0-0 contre le Canada, il y a mieux pour faire douter le Brésil. Alors Platini, le Zidano-Djorkaeffo-Pires de l'époque, orchestra une action qui finit par une balle millimétrée sur la tête de Jean-Pierre. Celui-ci, se trouvant sur la ligne de but canadienne, ne put éviter de marquer. MIRACLE, dans les dernières minutes, la France ouvrit le bal d'une des plus belles fêtes du foot français de tous les temps : 1-0. A la fin de ce premier match, Platini, le Del-Piero-Baggio-Zola de l'époque, déclara à propos de Jean-Pierre: "J'avoue qu'il m'a fait peur, celle-là aussi, j'ai cru qu'il allait la mettre au dessus!".

Un ami italien, me rappela une seconde mais non moins croustillante intervention de Platini, le Colucho-Desprogeo-Bedos de l'époque : "Avec toutes les occases que Jean-Pierre a raté lors du match contre le Canada, il aurait pu devenir le meilleur buteur de la coupe du Monde". Résultat, JPP ne réintégra plus l'équipe (match de la troisième place excepté?) pour le plus grand bien de l'équipe de France et le plaisir des femmes italiennes et brésiliennes, ravies de passer des vacances rallongées en compagnie de leurs losers de maris.
Alors prions pour que Platini, le Sastro-Le Graêto-Simonet de maintenant, n'ait pas l'occasion de sortir une de ces boutades dont il a le secret, et que la France gagne 1-0 contre l'Argentine en finale, grâce à un but à la 88e minute de l'enfant des deux pays après avoir remplacé Guivarc'h, à la 87e minute par exemple! Pas vrai, Jean-Pierre?

Réactions

Aucune réaction

La revue des Cahiers du football