Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

On lâche rien ! (ou presque)

Toutes les équipes de foot se font engueuler à la mi-temps. Il y a cependant des mots plus justes que d’autres pour entretenir ou décupler la motivation des joueurs.

Auteur : Gilles Juan le 20 Fev 2014

 

 

Parmi la grande diversité des mots forts et mobilisateurs, il y a le fameux: "On lâche rien, les gars, hein", prononcé lorsqu’on mène au score (par l’entraîneur, par le capitaine ou par Patrice Évra). Car il faut savoir que le joueur de foot qui mène au score a une tendance certaine à l’alanguissement. Sans le vouloir, sans même s’en rendre compte, l’équipe est plus décontractée quand elle a marqué. Elle lâche. Soulagée d’avoir "fait le plus dur", elle n’est plus tendue vers un objectif excitant. Comparé au fait de marquer, tenir le score consiste moins, dans la tête des joueurs, à aller chercher quelque chose. L’équipe est alors moins vaillante. Elle vient d’ailleurs de manquer de peu de prendre un but, mais heureusement c’est la mi-temps, et elle va pouvoir se faire gueuler dessus.

 


 


Y mettre le ton

Évidemment, c’est surtout lorsque les deux équipes préservent un "score de parité" qu’elles ne doivent rien lâcher du tout. Qu’elles dominent ou pas, les équipes doivent alors être encouragées, car la fatigue nerveuse, causée par l’appréhension de prendre un but et de réaliser que le temps disponible pour égaliser s’est amenuisé, s’ajoute à la fatigue physique. Si l'on domine, il faut être encouragé à pousser, car les arrêts du gardien adverse, les barres et les sauvetages sur la ligne peuvent enfoncer dans l’imagination fébrile et superstitieuse des footballeurs l’idée qu’une fatalité est en train de s’abattre, qu’il n’y a décidemment rien à faire, qu’on ne marquera pas. Un joueur de foot est une petite chose fragile. À l’équipe dominée, il est a contrario nécessaire d’expliquer qu’il va y avoir des occasions de contre, qu’il faudra être tranchant, mais qu’en attendant, il faut tenir bon. "Allez les gars, putain on lâche rien!" dira alors l’entraîneur expérimenté à l’une comme à l’autre, sur un ton à la fois convaincu et exigeant.


Notons qu’une équipe est parfois plus motivée quand elle doit revenir au score qu’à 0-0. Elle peut être transcendée, et pratiquer un football bien meilleur. C’est à se demander pourquoi les équipes ne jouent pas dès le début du match comme lorsqu’elles sont menées au score. De toute évidence, c’est psychologiquement qu’elles ne le peuvent pas (puisqu’elles le peuvent physiquement, une fois menée). On peut tromper ses coéquipiers, son entraîneur ou l’arbitre, mais pas sa conscience: impossible de faire comme s’il fallait absolument marquer s’il ne faut pas absolument marquer.


Il n’y a que le Barça qui joue, quand il n’est pas mené, comme s’il l’était. Mais c’est tout simplement parce que Barcelone joue toujours pareil. D’ailleurs le Barça ne peut être mené au score que contre le cours du jeu [1]. Barcelone joue; de temps en temps les mecs prennent un but. De temps en temps (mais bien plus souvent) ils en mettent un. Donc même les joueurs du Barça ne jouent pas comme s’ils étaient menés – ils font même le contraire: quand ils sont menés, ils jouent comme s’ils ne l’étaient pas. En fait, le Barça ne tient pas compte du tableau d’affichage. On ne leur dit rien à la mi-temps.
 


Y mettre les arguments

À part au Camp Nou et en Angleterre, les joueurs peuvent aussi avoir tendance à lâcher, bien sûr, lorsqu’ils sont menés au score. À 0-1, ça va encore. À 0-2, ça devient rude. À 0-3 ça semble mort. À 0-4, pour espérer revenir au score, il faut se transcender, et affronter une équipe qui a tout lâché (notamment parce que l’entraîneur n’a pas su dire avec crédibilité, à la mi-temps, qu’il fallait ne rien lâcher, qu’il fallait faire comme s’il y avait 0-0). Dans les contextes plus classiques (un ou deux buts de retard à la mi-temps), l’entraîneur doit savoir trouver les mots, parce que les renversements sont largement à la portée des équipes menées. Il dira alors: "C’est pas fini, alors on y croit! Allez on lâche rien!" Ces mots doivent avoir valeur de coup de fouet. Être un tissu rouge pour énerver le taureau. Ils sont dit sur un ton menaçant.


En pupille, contre une équipe largement supérieure, l’entraîneur avait essayé, avant le match, de relativiser pour rassurer les joueurs: "Oh les gars, ils ont deux bras deux jambes comme tout le monde, hein, les gars. C’est onze mecs comme vous, alors on lâche rien", sur un ton encourageant. Mais à la mi-temps, quand on en a pris trois contre les onze mecs comme soi, il faut d’autres ressources. Beaucoup d’entraîneurs tentent alors le fameux: "Bon les gars on rentre sur le terrain comme si y avait 0-0, OK les gars? Allez putain, on lâche rien" (sur un ton un peu désespéré).


Ah?! On m’informe à l’instant que le président descend parfois dans les vestiaires pour compenser l’éventuelle insuffisance de la rhétorique de l’entraîneur, et proposer son discours à lui: "Prime de cas de victoire! Double prime! Alors on lâche rien!", éructerait-il. Je n’ose croire que cela existe. Je n’ose croire que des mecs aussi bien payés puissent lâchement trouver dans la perspective de salaire augmenté une motivation supérieure... Si?

 

[1] Expression relativement absurde, on le sait. S’il y a but, c’est que le cours du jeu a mené au but. Dans tous les cas.

 

Réactions

  • Gloup le 20/02/2014 à 09h18
    Il est également intéressant de noter la sémantique largement négative, voir nihiliste, des entraineurs.
    Les propos tenus sont généralement des négations de ce qu'il ne faut pas faire ou penser (on lache rien, c'est pas fini, on n'y est pas, on est pas venus en touristes, etc...).

    L'impact d'un discours qui s'ancre dans ce qui peut impacter négativement la motivation des joueurs est-il vraiment efficace ?

    Si la mi-temps est sans doute trop courte pour ré-affirmer ou modifier un projet de jeu, le discours de l'entraineur ne doit-il pas utiliser à minima une rhétorique positive pour opérer à une prise de conscience efficace et transcendante ??

  • Gloup le 20/02/2014 à 09h31
    Il est également intéressant de noter la sémantique largement négative, voir nihiliste, des entraineurs.
    Les propos tenus sont généralement des négations de ce qu'il ne faut pas faire ou penser (on lache rien, c'est pas fini, on n'y est pas, on est pas venus en touristes, etc...).

    L'impact d'un discours qui s'ancre dans ce qui peut impacter négativement la motivation des joueurs est-il vraiment efficace ?

    Si la mi-temps est sans doute trop courte pour ré-affirmer ou modifier un projet de jeu, le discours de l'entraineur ne doit-il pas utiliser à minima une rhétorique positive pour opérer à une prise de conscience efficace et transcendante ??

  • El Mata Mord le 20/02/2014 à 10h10
    @Gloup : "L'impact d'un discours qui s'ancre dans ce qui peut impacter négativement la motivation des joueurs est-il vraiment efficace ?"

    Poser la question, c'est déjà y répondre : dans toutes les formations et les séminaires relatifs à la motivation, les coachs y apprennent à n'utiliser que des formulations positives. Et à dire "vous faites" à la place "d'essayer de faire".




  • José-Mickaël le 20/02/2014 à 10h34
    L'article m'a fait penser au film "Coup de tête" avec la fameuse scène du vestiaire à la mi-temps, que je vous retranscris (du coup ça me donne un prétexte pour la revisionner) :

    (Trincamp est mené 0-1 après une mi-temps à sens unique - sans le talent et la chance du gardien, on en serait à 0-4 ou 0-5.)

    Entr. - Je vous dit que c'est formidable ! On a pris un but, c'est formidable ! J'ai pas l'habitude de vous faire des compliments, mais je vous dis : 1-0 à la mi-temps, c'est formidable !

    Le président entre, ainsi que quelques supporters...

    Supp. - Le premier qui marque, repas gratuit pendant un mois au Pénalty !
    Supp. - Et le plein d'essence gratuit pour un mois aussi au premier but !
    Supp. - Les magasins Lozerand font 50 % de réduction sur une salle à manger à celui qui marque !
    Supp. - Celui qui marque, je lui fais livrer une cuisinière, quatre feux, double broche automatique, four auto-nettoyant, hublot à double paroi.

    On fait sortir les supporters. Le président sort une liasse de billets de 500 F qu'il coupe en deux.

    Prés. - L'autre moitié à la fin du match si on gagne.
    Entr. - Alors heu... la tactique elle est simple :
    on va leur rentrer dans le chou à ces merdeux ! Ils nous ont traités de gonzesses, on va leur faire voir si on est des petites bites ! Alors Berthier, Morillot et Spilvak, je veux que vous me les dé-fon-ciez !
    Adj. - Oh Spilvak ! Tu sais ce qu'il a dit, le n° 10 ? Les Polaks, il leur chiait sur la gueule !
    Entr. - Bon alors celui-là, il touche plus un ballon ! À la première occasion, tu lui prends la canne.
    Prés. - Ces types vous méprisent. Alors vous avez 45 minutes pour régler vos comptes.
    Adj. - On ne marque pas avec ses pieds, on marque avec ses couilles !
    Prés. - On ne gagne pas avec sa technique. On gagne avec sa haine.

    Ce dialogue contient un mélange de plusieurs techniques de motivation, principalement : l'argent ; l'orgueil (on n'est pas des gonzesses, tout ça) et la haine. À noter que le président a aussi motivé l'entraîneur (ce n'est plus le même discours avant et après les billets de 500). C'est caricatural mais pas tant que ça à mon avis...

  • José-Mickaël le 20/02/2014 à 10h37
    Autre chose : la note [1], je suis contre. L'expression « marquer contre le cours du jeu » a un sens précis : marquer alors que c'est l'adversaire qui se créait les meilleures occasions. En fait, je suis contre la critique systématique des expressions colorées sous prétexte qu'elles sont imparfaites. Sans elles, on édulcore le langage sportif, on le lisse, donc on l'appauvrit. (J'aime bien par exemple le « si elle était dedans, c'était pareil » que je trouve très imagé mais qui est souvent critiqué vu que, en réalité, ce n'était pas pareil.)

    Si on veut uniquement des expressions 100 % exactes, on va se retrouver avec un langage administratif.

  • Milan de solitude le 20/02/2014 à 16h20
    @José-Mickaël
    Je ne pense pas qu'on reproche à ces expressions d'être imparfaites, mais usées jusqu'à la corne. Mettre en lumière leur incorrection est, à mon sens, un expédient pour fustiger leur omniprésence. Je dirais donc le contraire : on se repose sur ces expressions toutes faites par paresse d'en créer de nouvelles, de varier le commentaire.
    Enfin, un langage rigoureux ne revient pas du tout à de l'administratif. Celui de tous les bons écrivains l'est.

  • Kikifaitlatouche le 21/02/2014 à 11h55
    @Milan de solitude
    20/02/2014 à 16h20

    @José-Mickaël
    Je ne pense pas qu'on reproche à ces expressions d'être imparfaites, mais usées jusqu'à la corne. Mettre en lumière leur incorrection est, à mon sens, un expédient pour fustiger leur omniprésence. Je dirais donc le contraire : on se repose sur ces expressions toutes faites par paresse d'en créer de nouvelles, de varier le commentaire.
    Enfin, un langage rigoureux ne revient pas du tout à de l'administratif. Celui de tous les bons écrivains l'est.

    ------

    Jusqu'à la corde ça suffira Milan..

  • visant le 21/02/2014 à 16h08
    Ca me rappelle quelque chose ce vestiaire.

    Clermont-Ferrand non?