Seuls 36% des internautes parviennent à saisir leur e-mail / password du premier coup. En feras-tu partie ? Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

OL : sans colonne vertébrale, c'est dur de marcher

Visualisation – Onzième de Ligue 1, l'OL a peu de certitudes dans le jeu. Et cela se voit dans les temps de jeu de sa première partie de saison. 

Auteur : Hugo Hélin le 17 Fev 2020

 

 

La représentation des temps de jeu en Ligue 1 révèle d'emblée une faiblesse flagrante: les côtés. Un secteur où le turnover peut certes être plus exacerbé qu'en défense centrale par exemple, mais où personne ne s'est vraiment imposé et ne dépasse sensiblement la moitié du temps de jeu disponible (chiffres arrêtés à la 21e journée).

 

[cliquez-sur les images pour en prendre plein les yeux]

 

 

 

Léo Dubois faisait ainsi office de principale certitude dans les couloirs. Mais sa blessure a relancé l'alternance entre Rafael et Kenny Tete (dire que certains remettaient en question le fait d'avoir trois latéraux droit dans l'effectif…).

 

À gauche, Youssouf Koné n'a pas vraiment réussi à convaincre avant sa blessure (l'un des thèmes récurrents de cette saison) et a donc remis en jeu Fernando Marçal.

 

Koné a même poussé Maxwel Cornet à tester ce poste, ce qui nous a d'ailleurs valu des maux de tête au moment de placer la bulle de l'ancien Messin (qui a joué sur les deux postes du côté gauche, ainsi qu’ailier droit).

 

Laissons-le à droite avec Bertrand Traoré, un duo capable d’inventer beaucoup de choses différentes pour être frustrant. Martin Terrier semble donc bien seul de l’autre côté sur notre infographie, alors que son temps de jeu n’est pas si élevé et qu’il n’en fait pas grand-chose de productif.

 

 

La faiblesse au niveau des ailiers explique d’ailleurs pourquoi Rudi Garcia avait adopté un 4-4-2 avec Jeff Reine-Adélaïde sur le côté droit, Houssem Aouar sur le côté gauche et Memphis Depay en attaquant axial (son poste favori, même s'il est aussi sans doute le meilleur ailier de l'effectif et a commencé la saison à gauche).

 

Un système qui avait montré quelques promesses, mais n'a pas survécu à… l'improbable double rupture des ligaments croisés de JRA et du Néerlandais sur le même match.

 

 

Si les bulles de notre graphique sont plus grosses dans l'axe que sur les côtés, cela ne signifie pas pour autant que l'OL y a beaucoup plus de certitudes.

 

Parmi la colonne vertébrale et dans les joueurs encore en état de jouer, seul Moussa Dembélé apparaît par son efficacité comme une valeur sûre cette saison (au point d'ailleurs d'être beaucoup utilisé et de commencer à tirer la langue). Avec peut-être Jason Denayer, titulaire indiscutable d'une charnière centrale où Marcelo et Joachim Andersen alternent à ses côtés.

 

Anthony Lopes vit lui une saison totalement neutre. Houssem Aouar a parfois été brillant, mais ne pèse pas toujours assez sur le jeu. Lucas Tousart a trop de lacunes pour que l'OL n'accepte pas immédiatement la première offre tombée du ciel (enfin si, c'était possible mais ça a prouvé que Jean-Michel Aulas était un meilleur négociateur que nous).

 

Thiago Mendes a perdu son mojo lillois (un thème récurrent des saisons lyonnaises des années 2000) et erre plus souvent comme une âme en peine qu'il ne réussit de passes.

 

 

 

 

Une énumération d'individualités en dessous de leur niveau théorique (ou pas, c'est un autre problème), dont on ne sait pas trop s'il explique les difficultés à imposer un jeu cohérent dans la durée, ou si c'est l'inverse.

 

L'OL a beau vivre "une des meilleures saisons de son histoire" selon Aulas, car il est encore en course dans les quatre compétitions (si tant est qu'on puisse dire que l'OL soit encore en course en championnat), la fin de saison pourrait donc rapidement s'avérer pénible… ou bien tourner autour de la préparation du futur et des prochaines années.

 

Le manque de certitudes fait qu’il est en effet possible d’imaginer l’organisation être encore chamboulée, pour trouver comment mettre Aouar dans les meilleures conditions, réussir à aligner deux clean sheets d’affilée pour la première fois depuis les deux premières journées ou avoir d’autres idées offensives que l’accumulation de centres.

 

L'intégration de Maxence Caqueret, Rayan Cherki ou Bruno Guimaraes sera elle aussi intéressante à suivre, tout comme le sort réservé à Melvin Bard (arrière gauche, un poste où la concurrence n'est pas forcément féroce) ou Amine Gouiri (avant-centre auteur d’un doublé en Youth League et d’un quadruplé en National 2 la semaine dernière).

 

Des noms qui n'apparaissent pas (à l'exception de celui de Caqueret) sur le premier graphique, ne prenant en compte que les joueurs à au moins 300 minutes après la 21e journée. Rien ne dit que Rudi Garcia, pas forcément un entraîneur pensant au long terme lors de ces dernières expériences, ait envie de préparer un avenir qui ne le concernera peut-être pas.

 

 

 

Lire aussi : À qui Tuchel a-t-il donné le temps ? 
 

Réactions

  • Redalert le 18/02/2020 à 15h37
    Une saison totalement neutre pour un gardien de la stature de Lopes, c'est une figure de style pour ne pas dire qu'il fait une saison pourrie ?

  • OLpeth le 18/02/2020 à 16h05
    Sa saison est pas pourrie parce qu'il coûte pas de buts par des cagades, mais il ne permet plus de gagner des points en sauvant la patrie quand on mène poussivement 1-0.

  • Sens de la dérision le 19/02/2020 à 08h42
    En fait il y a une colonne vertébrale, c'est juste qu'elle est un peu tordue et qu'elle fonctionne moyen.

    Sinon en comparant les graphiques de l'OL et du PSG, on peut voir que l'OL a 8 joueurs à plus de 1500 minutes de jeu contre 5 au PSG. Donc on dirait que ça tourne un peu moins à Lyon, ma

  • Sens de la dérision le 19/02/2020 à 08h43
    ...
    malgré les blessures qui plombent quand même pas mal le club.

  • Claude quand j'sais pas le 19/02/2020 à 08h43
    Merci à l'auteur pour cette analyse.

    Pour ma part, j'ai été surpris de voir que Terrier avait eu le meme temps de jeu que Cornet et Traoré. Il me semblait que ces deux-là, malgré des performances plutôt décevantes, passaient beaucoup plus de temps sur le terrain que Terrier.

    Je rejoins l'analyse globale, on gagnerait sans doute à avoir une équipe type claire, plus quelques remplaçants entrant dans la rotation à des postes bien ciblés.

    En circonstances atténuantes, n'oublions cependant pas les blessures longue durée de JRA, Memphis, Dubois et Koné, et les deceptions Mendes et Andersen : 6 (!!) joueurs qui (en tout cas dans mon esprit) devaient être titulaires indiscutables.