En vous connectant, vous certifiez n'avoir jamais trompé votre club favori. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Nettoyage à sec

L'époque est à la censure, et l'accueil fait à la mobilisation des supporters évoquée la semaine dernière est symptomatique de l'air du temps. Et ceux qui veulent bouter les banderoles hors des stades ont vraiment des arguments effarants.

Auteur : Etienne Melvec le 7 Oct 2002

 

 

L'initiative des supporters baptisée "Union contre la répression" a donc suscité un intérêt très limité de la presse (voir Ultras, moderne solitude). Signalons tout de même un article des Dernières Nouvelles d'Alsace (27/09) qui a eu le mérite de s'y intéresser et d'interroger des membres d'associations concernées. L'Equipe Magazine (05/10) a pour sa part procédé de façon assez significative en interrogeant différents acteurs, sans que le journaliste ne prenne le risque de donner une opinion ou même la peine d'effectuer une analyse (un certain mépris transparaît toutefois dans la légende de la photo "Les supporteurs se sentent brimés, alors ils ont fait une banderole").


Mais contentons-nous des témoignages recueillis, très éclairants. Le président des Ultrems de Reims donne l'exemple d'une banderole ayant dû être enlevée, faisant allusion à la relégation administrative du club il y a dix ans: "1992: assassiné; 2002: ressuscité". Quel grave trouble à l'ordre public, quelle terrible provocation à la haine! Les Ultras 84 de Marseille, qui n'ont pas signé la pétition, ne connaissent pas ce genre de problème: ils ne laissent personne leur intimer l'ordre de retirer leurs messages. Et ils ont foutrement raison. Car c'est du côté des répressifs que l'on trouve les propos les plus remarquables. Le responsable de la sécurité de Lens: "Aucune banderole ne rentre dans le stade sans un contrôle strict. S'il y a des propos contre le club ou contre la Ligue elles sont interdites. Les supporteurs n'ont pas le droit d'attaquer le système". Sidérant: "Les supporters n'ont pas le droit d'attaquer le système"! On est dans le Nord ou en Corée du Nord?


Quant à Guy Mislin, responsable presse de la Ligue, il déclare "Les supporters se plaignent que la loi Alliot-Marie sur les stades débouche sur des sanctions sévères mais ils déploient des banderoles faisant fi de la loi. Les supporters ne peuvent quand même pas dire n'importe quoi". Alors ils ne doivent plus rien dire? Et qui décide que des propos enfreignent la loi, qui est chargé de l'appliquer, les responsables sécurité des stades qui remplacent la police et la justice? Hypocrisie délirante, qui sous couvert de répression des provocations à la haine porte atteinte à la liberté d'expression la plus élémentaire, à laquelle les enceintes sportives n'auraient pas droit.


La palme revient à une "agrégée de philosophie" plutôt désagrégée qui affirme que "les supporters revendiquent un droit d'expression et cherchent à politiser un lieu apolitique, le stade. Derrière le titre de leur pétition, "Union contre la répression", on peut mettre tout et n'importe quoi, y compris des provocations extrémistes". Misère de la philosophie… Qui a décrété que les stades étaient un lieu apolitique, et comment un penseur peut ne pas se poser la question de savoir comment on en décide? Inversement, qualifier le contenu des banderoles de supporters de "politique", c'est signifier le niveau actuel de prohibition de la "politique"… Surtout, la dernière phrase de notre philosophe est absolument remarquable, car elle pourrait tout aussi bien s'appliquer à n'importe quel mode d'expression, qui peut effectivement receler des provocations extrémistes. Doit-on alors remettre en cause la liberté de la presse sous prétexte que certains pourraient en faire mauvais usage?


Mais la liberté de la presse est garantie par la loi, et la liberté d'expression des supporters (sont-ils encore des citoyens?), tout le monde s'en fout, journalistes compris. Ce qui outrage ces derniers dans ce domaine, c'est qu'on leur interdise l'accès aux entraînements. À la vérité, c'est une interprétation totalement abusive de la loi Alliot-Marie qui, avec la complicité de tous, nous en vaut aujourd'hui une application digne des régimes les plus liberticides. En amalgamant toute expression critique à des provocations à la haine, on s'autorise à tout interdire.


On dira que pour ce que les supporters ont à dire (incluant un bon paquet de conneries), ce n'est pas bien grave, et que la censure dans le football n'est qu'un épiphénomène comparativement à l'entreprise répressive menée par notre nouveau gouvernement. Ici on brûle des banderoles, là des livres... Mais à multiplier, dans l'indifférence générale, les exceptions à ces libertés civiques, on fait le lit d'un régime qui contredit les plus fondamentaux des principes démocratiques.
 

Réactions

  • JPDarky le 07/10/2002 à 16h50
    En meme temps, il est bien precise dans le texte propose par les UB90 [comment imaginer que ce serait parceque ce sont les UB90 qui lancent l'operation que les Devils ne veulent pas y participer ? C'est vrai que pendant les evenements de la saison 91/92 a Lescure apres le match il n'y avait aucun Devils a lancer, justement, des projectiles dont certains incendiaires sur les UB90 en deplacement... hmmm] qu'en ce qui concerne les fumis, les personnes qui les manipulent communiqueraient avant la rencontre leur noms et adresse aux autorites, prenant donc par voie de consequence [j'imagine] la responsabilite en cas de deborements.

    Quand on voit que le texte regroupe a la fois des parisiens et des marseillais, des strasbourgeois et des messins, des messins et des nanceens, des lensois et des lillois., des stephanois et des lyonnais, etc etc...

    Citons un bout de la declaration commune :
    "Les Ultras comprennent la condamnation des fumigènes en tant que projectiles mais demandent la fin des sanctions pour l'utilisation raisonnable de ceux-ci. "

    Ce n'est pas non plus un sujet de croisade pour moi en fait, j'avoue que je suis plus circonspect sur l'aspect fumigene que banderole aussi, certes, mais je pense que plus ce texte est suivi par tous les horizons des supporters regroupes en association de France, plus la formidable LFP pourrait sentir qu'il faut peut-etre compter avec tout le monde, y compris ces cons de supporters beaufs que beaucoup d'entre nous sommes visiblement.

    Mais bon, ca compile la, alors j'ai le temps d'ecrire des conneries.

    JPD

  • CELTIC BHOY le 07/10/2002 à 18h28
    Je suis assez d'accord avec les posts de JPD.

    Je trouve que ce règlement intérieur tend à utiliser la lutte contre certaines dérives de groupuscules (en France en tout cas) pour lutter contre tous les supporteurs, organisés ou pas, qui refusent de se voir transformés en clients d'une société de loisirs. Et finalement, ça banalise les groupuscules fachos. Pendant très longtemps, rien n'a été fait contre eux, et si ces textes ont pour conséquence de les censurer, c'est tout simplement parce qu'ils font tâche comme les autres, pas pour la teneur de leurs banderoles ou pour leur comportement.

    D'ailleurs, dans des pays où le supporteur de base est un meilleur client que le supporteur Mickey, on voit que rien n'est fait pour lutter contre les groupuscules fachos.
    Hier par exemple, pour le derby de Glasgow, l'UK entier a pu voir la frange fasciste des supp nord-irlandais des Rangers s'en donner à coeur joie : saluts hitlériens (mais aussi drapeaux israëliens parce qu'ils prennent Sharon pour modèle !) et chants "incitant à la haine" (du style : "debout dans le sang irlandais"). Les quelques chants républicains des supp nord-irlandais du Celtic font un figure de bluettes en comparaison !


  • TheFlyingMoustache le 07/10/2002 à 23h33
    Moi je ne connais pas les groupes ou associations de supporters de l'intérieur, mais je les vois comme tout le monde quand je vais au stade. L'uniformisation (fringues, écharpes, maquillages, gestuelle...), la discipline paramilitaire, l'effet de masse qui permet à chaque membre des attitudes, des gestes, des cris ( ne serait-ce que le fameux et très léger "oh hisse enculé" quand le gardien adverse fait un 6 mètres, et je ne parle même pas des remarques racistes envers les joueurs blacks) qu'il ne se permettrait jamais s'il était seul ou juste entre copains, ça ne me plait pas du tout, voire ça m'effraie. Peut-être que les dirigeants des clubs de supporters sont des gens très bien, responsables et tout et tout, mais j'en dirais pas de même de tous les supporters de base. On peut me dire que c'est l'amour du foot qui les pousse, que c'est que du cinoche pour se donner un genre, que c'est pas politique et que c'est des braves gars qui font ça pour s'amuser : n'empêche qu'il y a 10 à 15 mille personnes (minimum) dans les stades à chaque match qui sont là par amour du foot sans avoir besoin de jouer au petit soldat. Je ne suis pas très sûr que la motivation profonde des supporters organisés ("ultras" ou autres -- attention, j'ai pas dit des organisations de supporters, mais bien des supporters qui adhèrent) soit très louable. En clair, je crois qu'un type qui accepte, au nom de la discipline de son organisation, de huer le nom d'un joueur adverse pour sa couleur, de chanter des chansons martiales, de lancer des projectiles divers, et de faire des saluts nazis est capable de faire la même chose en dehors du stade si on sait s'y prendre pour le lui demander, et ça ne me rassure pas. Qui a lu "Spinoza encule Hegel - à sec" de Jean-Bernard Pouy ? Un peu exagéré peut-être, mais le propre de toute littérature qui dénonce c'est de grossir un peu le trait pour mettre en évidence les dangers et les dérives potentiels.
    Quant à savoir si c'est une raison pour interdire les banderoles dans les stades, ce qui est le sujet de l'article et de ce forum, j'admet que c'est une autre question.

  • JPDarky le 08/10/2002 à 08h44
    Cher TheFlyingMoustache,

    Puis-je savoir dans quel stade tu te rends ?

    JPD

  • TheFlyingMoustache le 08/10/2002 à 09h23
    Le(s) stade(s) en question n'a (n'ont) que peu d'importance puisqu'on y voit aussi les supporters visiteurs, et qu'à part les couleurs arborées, les différences entre eux et les locaux sont à peu près inexistantes, mais si tu veux savoir je suis ces derniers temps allé à la Beaujoire, à la Route de Lorient et au Roudourou, aussi à Le Basser dans un passé un peu plus lointain.

  • El mallorquin le 08/10/2002 à 09h33
    Pour avoir frequenté à de nombreuses reprises le Virage Sud à Lescure, je peux t'assurer que ta vision des choses me parait quelque peu erronée et outrancière...Tu es pote avec Marc Perelman ?

  • JPDarky le 08/10/2002 à 09h57
    Oui tu as bien devine a ma question que je souhaitais savoir dans quel(s) stade(s) tu te rendais. Je crois que, autant il n'y a rien a debattre avec un gros supporter extremiste intolerant neo-nazi tout ce que tu veux, autant il n'y a rien a debattre avec un partisan de l'eradication franche et massive voire totale de tout ce qui peut ressembler de pres ou de loin au supporter a l'ancienne.

    Donc je ne tenterai meme pas, ca n'a pas grand interet, tu n'as pas envie de debattre, tu viens seulement balancer tes verites en fait, non ? Dis, pourquoi tu viens sur un forum en fait, tu n'as aucune intention d'echanger des points de vue ?

    Bah, reponds pas, c'est pas tres important.

    JPD

  • baygonsec le 08/10/2002 à 13h03
    incroyable de lire des conneries pareilles...

  • TheFlyingMoustache le 08/10/2002 à 18h22
    Mais ça va pas, JPD ? Où as-tu vu que j'étais partisan de l'éradication des supporters ? A part les tarés heureusement très occasionnels capables de balancer un scooter dans les travées d'un stade, il n'est pas question d'interdire qui que ce soit ou quoi que ce soit. Si je ne cherchais pas particulièrement à débattre, c'est parce que je me suis contenté de faire part de mes réactions devant les groupes de supporters organisés : ce sont mes réactions "intimes" ; à ce titre elles sont légitimes, et n'offrent pas vraiment la possibilité d'un débat. Mais je ne "balance pas mes vérités" pour autant : je ne suis sûr de rien (relis mon post), sauf que tout ce qui ressemble à de l'embrigadement me fait peur, et que à tort ou à raison, vus de l'extérieur, les groupes (clubs ? Associations ?) de supporters donnent cette image là. Mais il y a matière à débat : on peut débattre de ce qui attire les amateurs de foot dans des organisations où, quoi que t'en penses, l'effet de masse est primordial (ça, pour moi, c'est un mystère), et on peut débattre de mes craintes devant cet attrait. Mais je n'ai jamais dit ou pensé que la présence des supporters dans les stades représentait un quelconque danger.

  • suppdebastille le 08/10/2002 à 19h57
    Moustache, dire que l'effet de masse a tendance à rendre con, c est une certitude mais de là à assimiler les assoces de supporters organisés à des groupes néo-nazis , il ne faut pas dire n'importe quoi.
    Pour te répondre , j'aurai juste un exemple qui n'est pas un cas isolé à te citer, dimanche dernier en me rendant au Parc , en face de moi étaient assis 2 jeunes membres des supras Auteuil , on a discuté , les 2 avaient leur carte de l'assoce , ils avaient fait le fameux déplacement à Marseille l'an dernier et d'autres déplacements, ils font donc partie de ces groupes organisés.
    C etait 1mec et 1 une fille, le mec était un petit blanc boutonneux à peine majeur ou peut être pas, et la fille était une mignonne black à peu près du même âge, ils ne m'ont pas semblé être de biens dangereux individus.

Bonjour, le site souhaite utliser des cookies à des fins marketing.