Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

L’UEFA laisse les droits humains et le développement durable en plan

Une Balle dans le pied - La « Stratégie 2030 » de la confédération européenne projette des ambitions floues dans un futur lointain, sans même parvenir à nommer les enjeux.

Auteur : Jérôme Latta le 31 Dec 2021

 

Si l'enfer est pavé de bonnes intentions, c'est aussi le cas de bien des promesses d'engagement des grandes organisations en matière de développement durable et de défense des droits. L'UEFA, qui vient de publier sa "stratégie de durabilité axée sur les droits humains et l'environnement 2030", ne fait pas exception.

Ce document de 64 pages colorées et agrémentées de jolies icônes ne lésine pas sur le lexique. "Durabilité" : 89 occurrences. "Environnement" : 48. "Impact" : 26. "Parties prenantes" : 22. "Communauté" : 14. "Solidarité" : 12. "Inspirer" : 10. "Responsabilité" : 10.

Si la première notion remplace le démodé "développement durable", "écosystème" (11 occurrences) n'est pas employé au sens propre, mais comme un emprunt au jargon managérial - il s'agit de "l'écosystème du football européen". Il est aussi question de "lignes directrices", "process", "objectifs", "indicateurs clés de performances", "approches communes"... (...)

LIRE L'ARTICLE

Réactions

  • Mangeur Vasqué le 01/01/2022 à 13h38
    Analyse lucide, et forcément déprimante, de la situation.

    Ces publications UEFA sont du pur “PR” (public relations), avec jargon idoine et évitement classique des sujets qui fâchent. Ne serait-ce qu’écouter et interagir un minimum avec les acteurs du football, avec les ONG ou fédérations d’ONG telle la Sport & Rights Alliance que tu cites, provoquerait un questionnement, ou God forbid, un début de remise en cause. Et ça bien sûr c’est hors de question pour les instances internationales du football.

    Instances qui, retranchées dans leurs tours d’ivoire respectives en Suisse, opèrent en électron libre à la dérive et au pouvoir démesuré, jusqu’à, comme tu l’écris, dicter aux pays les politiques fiscales à adopter lors des grands événements de type Coupe du monde. Ce fut le cas notamment lors de la CdM en Afrique du Sud, beaucoup d’articles là-dessus alors dans la presse british. (Pour rester dans le thème local, ces instances me rappellent ces “ports francs” de Genève qui échappent à tout contrôle et à toute fiscalité, en matière d'œuvre d'art, et où les gazillionnaires planquent leurs croûtes. Des activités de stockage non régulées qui influent beaucoup sur le marché de l’art.)

    Je ne m’intéresse plus aux magouilles de l’UEFA et autre Fifa depuis une bonne dizaine d’années, mais je me souviens avoir lu pas mal d’articles et bouquins là-dessus et vu des émissions dans les années 2000, émanant notamment des spécialistes britanniques de ces questions, David Conn du Guardian et Andrew Jennings lien en particulier. La corruption morale et autre de ces organisations est révoltante et rien ne semble s'améliorer à ce niveau-là.

  • Sens de la dérision le 03/01/2022 à 07h59
    C'est sûr que rien ne semble s'améliorer de ce point de vue. Et la prochaine Coupe du Monde est évidemment l'exemple le plus notable.

    Petite question quand même : dans l'article, il est inscrit qu'il n'y a pas d’occurrence du mot antisémitisme. L'antisémitisme est-il un problème dans le monde du football ? Je n'ai pas franchement cette impression (mis à part la situation particulière d'Israël envers ses voisins mais "résolue" par la présence d'Israël dans la confédération européenne).

  • Jamel Attal le 03/01/2022 à 10h21
    C'est peu présent (visible ?) en France, mais ces derniers mois, on a constaté :
    - des chants antisémites de supporters de West Ham dans un avion ( lien) ;
    - idem lors des célébrations du titre du FC Bruges, avec un joueur impliqué ( lien) ;
    - idem avec des supporters du Beershot ( lien).

    Au cours des dernières années, on a vu :
    - des supporters de la Lazio détourner une image d'Anne Frank + des chants et des tracts antisémites ( lien) ;
    - des supporters de Chelsea entonner des chants antisémites ( lien) ;
    - des incidents récurrents en Allemagne et aux Pays-Bas ( lien).

    Recensement très partiel, je ne suis pas allé chercher du côté de l'Europe de l'est. J'ai le sentiment que le problème est un peu sous-estimé, noyé dans l'ensemble des expressions racistes. Disons qu'avec la résurgence globale de l'extrême droite, y compris dans les tribunes (on a vu des saluts nazis dans deux stades français, l'année passée), cela semble inévitable.

  • Bernard Diogène le 05/01/2022 à 17h37
    "Ainsi la confédération ne revient-elle pas sur le dernier Euro, disputé dans onze pays(...)."
    En effet, quoique cela a conduit paradoxalement à la réduction du nombre de kilomètres parcourus au 1er tour puisque les groupes se tenaient sur deux stades (contre 6 pour les dernières coupes du Monde). Ainsi, 6 équipes sont restées dans le même stade, 12 n'ont fait qu'un aller simple entre deux stades, 6 ont fait un aller-retour.
    Moyenne : 1783 km par équipe (1378 km selon le scénario initial Bilbao-Dublin du groupe F] contre près de 5400 km en Russie en 2018. 3 fois moins (et presque 4 selon le scénario de départ).
    Ça veut pas dire que je cautionne l'éclatement géographique de la compétition, mais qu'il faut en revenir aux fondamentaux : un pays organisateur, 4 groupes, 8 stades proches 2 à 2. C'est la France qui avait inauguré la mode de faire tourner à chaque match en 1998 pour d'obscures raisons économiques, en tout cas, pas du point de vue du porte-monnaie des supporters. On parle pourtant d'un événement populaire, non ?