En vous connectant, vous certifiez n'avoir jamais trompé votre club favori. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Ligue 1 à dix-huit clubs : une bonne idée, de mauvaises raisons ?

Minichro – Le président de la LFP pousse l'idée d'une réduction de l'élite française à dix-huit équipes. Quelles sont les intentions derrière ce projet? 

Auteur : Jérôme Latta le 10 Nov 2020

 

 

La minichronique pose une question, elle n'y répond pas toujours et, à la fin, elle en pose une autre.

 

* * *

 

L'idée ressort des tiroirs à intervalles réguliers, mais la crise lui donne plus de consistance: faut-il, comme le souhaite le nouveau président de la LFP Vincent Labrune, prêt à "ouvrir le débat", réduire le championnat de France à dix-huit clubs?

 

La principale justification avancée pour cette réforme est la recherche d'une amélioration de la "compétitivité" des clubs français. On pourrait entendre ce terme au sens sportif (resserrer l'élite pour en hausser le niveau), mais il résonne surtout au sens économique.

 

 

 

 

Car les motivations premières sont plus prosaïques, et ce sont essentiellement celles des gros clubs: moins de parts, c'est plus de gâteau pour chacun. D'autant que ce rétrécissement s'accompagnerait d'une diminution du nombre de relégations – probablement à deux, et pas forcément directes.

 

Un leitmotiv des réformateurs est en effet de "rassurer les investisseurs", qui hésitent en raison du risque sportif, en l'occurrence celui d'une relégation. Vieille contradiction entre la logique économique et la logique sportive, qui a conduit à une constante réduction de l'incertitude des résultats.

 

Une Ligue 1 à dix-huit clubs figurait dans notre Manifeste de 2003 (avec la suppression de la Coupe de la Ligue), mais notre souci premier était de réduire l'épuisement des joueurs, les risques de dopage et la saturation des calendriers et des écrans.

 

Et puis, nous imaginions quatre accessions-relégations pour créer une dynamique entre les deux échelons, favoriser les projets sportifs ambitieux et éviter qu'une descente en Ligue 2 ne soit un désastre. Tout le contraire d'un programme consistant à sécuriser les maintiens dans l'élite.

 

Même si Vincent Labrune admet une surabondance de matches et de compétitions en Europe et prétend vouloir "retrouver de l'incertitude", son "en même temps" très macroniste laisse peu de doutes: il faut "faire passer un cap aux plus gros clubs" et "en même temps, il faut chercher à renforcer les plus petits".

 

Sur le plan sportif, au-delà de meilleures conditions de récupération et de préparation, une Ligue 1 à dix-huit présente en théorie quelques avantages: une hausse du niveau moyen, un ventre mou amoindri, plus d'adversité pour les meilleures équipes. Mais, dans ces années 2020, c'est surtout un projet politique.

 

Dans le package qui se dessine, il y a en effet "la création d'une filiale commerciale qui gère directement les droits de nos championnats" (sur le modèle de la Premier League), et la volonté de donner encore plus de pouvoir aux clubs puissants (sur le modèle du Project Big Picture de la Premier League).

 

Didier Deschamps en a résumé la philosophie: "Ça va dans le sens de l'élite". Il soutient le projet, peut-être contre son camp: le grand chambardement des calendriers qui s'annonce a une victime déjà désignée, le football de sélections.

 

La Ligue 1 à dix-huit serait une bonne idée dans un autre contexte. Dans celui-ci, a-t-elle une chance de servir l'intérêt collectif plutôt que des intérêts particuliers?
 

Réactions

  • José-Mickaël le 10/11/2020 à 19h23
    El Mata Mord
    aujourd'hui à 13h01
    > J'en reviens à mon dada :
    > - le national devient un championnat professionnel, abandonne son statut bâtard entre presque pro et plus vraiment amateur et s'appelle la L3 ;
    - les L1, L2 et L3 passent à 16 clubs chacun soit 48 clubs professionnels (au lieu des environ 43 actuellement) ;

    C'est aussi mon dada ! Rappelons que jusqu'au début des années 1970, il n'y avait pas de pont entre le foot professionnel et le foot amateur. Il y avait deux groupes en division 2, et même trois à un moment donné. (Et pourquoi pas deux groupes de L2 plutôt qu'une L2 et une L3 ? J'y vois des avantages et des inconvénients...)

    > - les droits TV se répartissent sur les 3 championnats et la marche entre chaque niveau devient moins haute d'un point de vue financier ;

    Exactement : la répartition doit être la plus homogène possible.

    > on peut aussi tabler sur un meilleur remplissage moyen du stade lors des 15 rencontres restantes ;

    Tout à fait, puisque les 4 matchs en moins, c'est contre les équipes qui auraient été classées 17è à 20è (en gros).

    16 équipes, ça réduit le ventre mou et ça apporte de l'enjeu à tous les étages, surtout si on prévoit quatre relégations.

    8 journées en moins, ça permet de commencer le championnat plus tard et donc d'avoir une meilleure préparation, d'avoir une vraie trêve hivernale, ou de finir le championnat plus tôt les années de coupe du Monde.

  • Mik Mortsllak le 10/11/2020 à 19h36
    Knacklexander Vencel
    aujourd'hui à 17h23

    Bilan en C3 : malgré un contexte très favorable avec des matchs aller/retours, pas de reversement de la C1 vers la C3 et une abondance de clubs français grâce à la coupe Intertoto (7 clubs français en C3 en 97/98!), le résultat c'est une finale de C3 pour l'OM en 99 (avec Blanc)et deux pauvres 1/4 pour Lens et Auxerre.

    --------------------

    Dans le bilan il manque aussi les trois clubs français en quarts-de-finale en 99. Et le reversement de la C1 vers la C3 a commencé à partir de 99/2000.

    Une bonne idée pour de mauvaises raisons, c'est déjà bien mieux que la mauvaise idée pour de mauvaises raisons qu'était le passage à 20 clubs.
    Le calendrier surchargé en janvier et février depuis des années, c'est un peu n'importe quoi, et les dernières saisons à 18 ont montré que ça n'empêchait pas la présence de clubs pas forcément attendus à ce niveau: Sedan, Troyes, Lorient, Guingamp, Saint-Etie...heu, bref.
    Je ne sais pas si c'est forcément lié mais il y a aussi plus souvent une lanterne rouge à la ramasse depuis le passage à 20 clubs.
    Et comme le nombre de matchs a largement augmenté en C3 depuis 20 ans, repasser à 18 serait une manière de s'y adapter, mais évidemment ce ne serait sans doute pas suffisant pour y briller de nouveau.

  • Milan de solitude le 10/11/2020 à 20h10
    Reconnaissons, sans nous voiler la face sur les motivations de cette compétition, que la Ligue des nations a augmenté le niveau des matchs courants des sélections nationales, et qu'ainsi elle attire et passionne plus de public qu'un France-Moldavie amical (avec tout le respect que j'ai pour les valeureux footballeurs moldaves).

  • Lyon n'aime Messi le 10/11/2020 à 20h53
    Je n'ai aucune idée si je suis représentatif ou pas mais la ligue des nations me passionne autant qu'un match Allemagne-Espagne en rugby.

  • Toni Turek le 10/11/2020 à 21h01
    Pour mémoire, il y avait eu une discussion il y a quelques années avec Vieux Légume sur le sujet des D2 et D3.

    lien

    (Pages 400 et suivantes du fil "L2, National, CFA").

    =========

    La réduction de l'élite, c'est ça, "l'effet Médiapro", finalement ?


  • José-Mickaël le 10/11/2020 à 21h06
    Pour ma Ligue des nations est un tournoi amical, comme autrefois le Tournoi de France ou la coupe Kirin. Ou la coupe des Confédérations maintenant qu'on ne la gagne plus...

    En fait je ne sais même qui a gagné la dernière Ligue des nations (donc la première).

  • Toni Turek le 10/11/2020 à 21h16
    Le Portugal. J'ai gagné le quignon ?

  • shev2 le 11/11/2020 à 10h38
    Cela étant on fait tous le constat de calendriers infernaux depuis plusieurs années et cela a empiré avec le COVID-19. Les effets sur la santé des joueurs sont réels. Moins de matchs permettrait aussi de protéger les joueurs et d'éviter de favoriser ceux qui ont les moyens d'avoir deux équipes à tous les matchs. Et ce n'est pas vrai que pour le haut de tableau. Une série de matchs en coupe notammznt en janvier-fevrier voire une épopée, de même que quelques matchs en coupe d'Europe, ont vite fait de mettre sur les genoux des clubs de milieu ou de bas de tableau. Qui vont d'autant plus empiler des joueurs. Tout cela pour dire que cette réduction n'est pas que pour promouvoir une vision élitiste, mais que c'est plus nuancé.

  • El Mata Mord le 11/11/2020 à 14h34
    @José-Mi

    Nous devrions proposer le projet lors des prochaines élections à la FFF...

La revue des Cahiers du football