Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Les Bleus, héritiers de l'Ajax

Les carnets de l'archiviste – Loin du football total lundi soir, l'équipe de France n'a pas honoré sa lointaine filiation avec l'Ajax de Cruyff. Un Roumain venu de HollandeThuram, le rescapéLes belles générations
Auteur : Bruno Colombari le 12 Juin 2008

 


Un Roumain venu de Hollande


Les entraîneurs de l'équipe de France étrangers n'ont pas été très nombreux, et l'on doit surtout se souvenir de celui qui a créé un lien de parenté entre le grand Ajax et les Bleus.

Le "magicien britannique" invente le marquage à la culotte
En cherchant bien, on en trouve trois. Les deux premiers sont britanniques et ont sévi entre les deux guerres, à une époque où il n'y avait pas de sélectionneur comme aujourd'hui, mais un comité de sélection et un entraîneur. D'octobre 1923 à janvier 1924, un certain T. Griffith a été embauché pour préparer la France aux JO de Paris, qui allaient être remportés par l'Uruguay. Dix ans plus tard, c'est George Kimpton, surnommé le "magicien britannique", qui est chargé d'entraîner l'équipe de France pendant la phase finale de la deuxième Coupe du monde de l'histoire en Italie. La légende prétend que c'est lui qui aurait inventé le concept de marquage à la culotte en demandant à son défenseur Georges Verriest de ne quitter l'attaquant autrichien Mathias Sindelar sous aucun prétexte, même si ce dernier allait aux toilettes.

carnets_fra_rou_kovacs.jpgL'héritage de Kovacs
Le seul étranger à avoir eu le statut de sélectionneur moderne, c'est le Roumain Stefan Kovacs. Quand la fédération française l'appelle au chevet d'une équipe nationale fantomatique  à l'été 1973, Kovacs vient de gagner deux coupes d'Europe avec le grand Ajax d'Amsterdam. Il a même fait mieux en 1972, avec cinq titres raflés la même saison (championnat, coupe nationale, supercoupe d'Europe, C1 et coupe intercontinentale). Il a tiré le meilleur de la génération de Cruyff et doit tenter d'en faire de même avec les Bleus.

Dès son arrivée, Kovacs sélectionne neuf nouveaux pour son stage de préparation, dont sept joueront contre la Grèce le 6 septembre 1973: Osman, Repellini, Jouve, Sarramagna, Lacombe (titulaires), Ravier et Berdoll (remplaçants). En mai 1974, quand on l'interroge sur le temps que prendra la mise en place d'une sélection compétitive, il répond, visionnaire: "avec des structures, en huit ans, dix ans, on peut faire une belle équipe nationale".

Hidalgo exécuteur testamentaire
Huit ans après 1974, cela nous mène en 1982 et à Séville, avec six de ses joueurs sur le terrain ou sur le banc : Alain Giresse (débuts en septembre 1974 contre la Pologne), Dominique Rocheteau (septembre 1975 contre l’Islande), Bernard Lacombe (septembre 1973 contre la Grèce), Gérard Janvion (octobre 1975 contre la RDA), Gérard Soler (novembre 1974 contre la RDA) et Christian Lopez (juin 1975 contre la Hongrie). Dix ans, c'est 1984 et le premier titre décroché à Paris contre l'Espagne. Giresse, Rocheteau et Lacombe sont toujours là.

Le mandat de Kovacs prendra fin dix-huit mois plus tard, après une nouvelle élimination de la Coupe d'Europe des Nations 76. Mais son bilan n'est pas négatif : Kovacs amplifie la démarche de détection des jeunes et de préparation physique amorcée par son prédécesseur, Georges Boulogne. Et surtout, il met sur les rails son adjoint, un certain Michel Hidalgo, qui apprend beaucoup à ses côtés, notamment sur le plan tactique et sur l'adaptation en France du football total cher à l'Ajax. Un Roumain qui a formé les Bleus à la mode hollandaise: voilà une curieuse coïncidence qui rejoint le programme de l'équipe de France cette semaine.



carnets_fra_rou_thuram.jpgThuram, le rescapé

Ce France-Roumanie de Zurich aura été marqué par la réduction du nombre de champions du monde à une seule unité, même si elle pèse ses 141 sélections: Lilian Thuram est le seul rescapé de 1998 à avoir débuté l'Euro lundi. C'est bien évidemment la plus petite participation des vétérans du 12 juillet en phase finale. À titre de comparaison, ils étaient encore six à Berlin contre l'Italie en 2006 (Barthez, Thuram, Vieira, Zidane, Henry et Trezeguet), sept à Lisbonne contre la Grèce en 2004 (les mêmes moins Vieira plus Pires et Lizarazu) et onze à Séoul contre le Sénégal (moins Zidane et Pires, plus Lebœuf, Dugarry, Desailly, Petit et Dugarry entré en cours de jeu).

Le plus étonnant, c'est si on compare la sélection 2008 contre la Roumanie à celle qui a été championne d'Europe en 2000. Il reste seulement deux anciens, Thuram et Anelka. Il est vrai que le groupe avait très peu bougé entre 1998 et 2000, à quatre exceptions près: Ramé, Micoud, Wiltord et Anelka. Les trois premiers sont encore en activité en club, mais ne se sont jamais imposés en sélection (pour les Bordelais) ou n'ont plus été retenus depuis dix-neuf mois (le Rennais).



carnets_fra_rou_bens.jpgLes belles générations

L’Euro 2008, c'est le baptême du feu en phase finale de la génération née en 1987, la première de l’après-Platini (dont la dernière sélection date du 29 avril 1987 contre l’Islande).
Elle compte Samir Nasri et Karim Benzema, auxquels on peut ajouter Hatem Ben Arfa, même s'il n'a pas été du voyage en Suisse. Il y a comme ça des années plus fastes que d'autres dans les maternités (une conjonction astrale, peut-être).

Avant la génération 1987, il y avait eu celle de 1977, (Gallas, Trezeguet, Henry, Sagnol – mais aussi Mikaël Silvestre, ça ne marche pas à tous les coups), la génération 1972 (Zidane, Thuram, Dugarry, Coupet et Blondeau), la génération 1968 (Deschamps, Desailly, Djorkaeff, Lebœuf, sans oublier Gravelaine et Madar) ou encore la génération 1955 (Platini, Bossis, Rocheteau, Tigana et les immenses Ettori et Rouyer).

Plus récemment, quelques autres années ont placé plusieurs de leurs rejetons dans la liste des 23, comme celle de 1985 (Mandanda, Gomis et Lassana Diarra) ou de 1979 (Govou, Abidal, Anelka, Boumsong). En revanche, 1982 est l'année des poissards, puisqu'elle a vu naître Mexès et Cissé.

Réactions

  • Kasti le 12/06/2008 à 05h43
    Parti comme il est, Thuram nous survivra tous... et on l'entendra (air connu).

  • Raspou le 12/06/2008 à 08h20
    Très bon, le passage sur Kovacs...

  • Le_footix le 12/06/2008 à 11h02
    Non mais ho, Gravelaine était un excellent joueur.

    Sur youtube on peut maintenant voir son doublé contre le Real Saragosse (ah ! quel duo il formait avec Paille !).

  • tholotforever le 12/06/2008 à 12h00
    Sauf erreur de ma part, entre 1998 et 2000, Ramé, Wiltord et Micoud étaient bel et bien bordelais. Donc le rennais, vois pas qui c'est vu qu'Anleka , lui était au PSG, à Arsenal ou à Madrid, je ne sais plus trop... Voilà, voilà...

  • Obiwan Kenobi le 12/06/2008 à 12h11
    Le rennais c'est Wiltord, je pense (si on prend les clubs actuels).
    Ca marche aussi pour Ramé et Micoud, qui jouent encore (ou de nouveau) à Bordeaux.
    Et même si on pinaille, Micoud doit encore être sous contrat jusqu'au 1er juillet, non ?

  • Portnaouac le 12/06/2008 à 13h02
    tholotforever
    jeudi 12 juin 2008 - 12h00

    ---------------

    Vous avez demandé le service "explication de texte", merci de bien vouloir patienter... Vous avez demandé le service "explication de texte", merci de bien vouloir patienter... Vous avez demandé le service "explication de texte", merci de bien vouloir patienter... Vous avez demandé le service "explication de texte", merci de bien vouloir patienter...

    Ma'ame Rédac a écrit :
    "Il est vrai que le groupe avait très peu bougé entre 1998 et 2000, à quatre exceptions près: Ramé, Micoud, Wiltord et Anelka. Les trois premiers sont encore en activité en club, mais ne se sont jamais imposés en sélection (pour les Bordelais) ou n'ont plus été retenus depuis dix-neuf mois (le Rennais)."

    Ce qui peut se résumer ainsi :
    [...] quatre exceptions : Ramé, Micoud, Wiltord et Anelka.
    Les 3 premiers (de l'ensemble précédent, on ne retient donc que que les 3 premiers, à savoir : Ramé, Micoud, Wiltord, le quatrième n'étant pas concerné par la suite de la phrase, même s'il vérifie l'une des conditions qui seront énoncées ci-après) sont encore en activité en club, mais ne se sont jamais imposé en sélection (pour les Bordelais) ou n'ont plus été retenu depuis 19 mois (le Rennais).
    (c'est bien dans cet ensemble de 3 qu'il convient de rechercher les Bordelais et le Rennais ; d'où l'on peut déduire, d'ailleurs, que les Bordelais sont 2 et le Rennais... 1).

    Reste le fait de savoir si l'on aurait du considérer qu'il y avait là 3 Bordelais ; certes, le texte évoque le peu de mutations ayant affecté le groupe au cours de la période 1998 à 2000 et cite donc ces 4 exceptions au sein desquelles il en considère particulièrement 3, portant le maillot girondins à cette période ; il n'en reste pas moins vrai que le thème de cette partie de l'article est "que reste-t-il, au sein de la sélection actuelle, de la sélection présente à l'euro 2000 ?" avec une recherche d'explication type "que leur est-il arrivé ?" ; dès lors, la construction logique du texte impose de faire référence, pour expliquer leur absence de l'effectif actuel, à leur club actuel plutôt qu'à leur club de l'époque ; ceci est d'autant plus vrai que le membre de phrase précédant immédiatement la distinction entre ceux qui ne se sont jamais imposé et celui qui a réussit mais àa dépassé la DLC, mentionne leur statut (actuel) de joueur encore en activité.

    Curieuse en première lecture (surtout parce que habituellement, lorsque l'on opère une distinction au sein d'un ensemble, on examine les deux composantes de la distinction, ce qui conduit le lecteur à considérer que les premières affirmations concernent nécessairement les membres du premier ensemble et les secondes affirmations, les membres du second ensemble, ce qui n'était pas le cas ici, une sous-distinction ayant été opérée, entre-temps, au sein du premier ensemble et le second ensemble n'étant pas examiné) la construction est parfaitement logique à mon sens.

    Voilà, voilà...

  • Fuck le 12/06/2008 à 17h15
    C'est moi ou Thierry Henry et trézéguet était à la fois dans l'équipe de 98 et de 2000. Et que le premier est aussi toujours là?

  • Portnaouac le 12/06/2008 à 17h56
    Fuck
    jeudi 12 juin 2008 - 17h15

    ---------------

    Drrreling drrreling, deuxième service, drrreling drrreling drrreling,... Drrreling drrreling, deuxième service, drrreling drrreling drrreling,... Drrreling drrreling, deuxième service, drrreling drrreling drrreling,... Drrreling drrreling, deuxième service, drrreling drrreling drrreling,...

    Dame rédac' a écrit :
    [...] si on compare la sélection 2008 contre la Roumanie à celle qui a été championne d'Europe en 2000.

    La comparaison ne porte donc pas sur les 23 de 2000 et les 23 de 2008, mais sur les 23 de 2000 et ceux ayant participé au match de Lundi (ceux figurant sur la feuille de match ?).

    Si la comparaison avait porté sur les deux sélections de 23, il aurait fallu ajouter à ta remarque (pertinente) sur Henry, la présence également de Vieira.

    (dites, Dame Rédac, z'envisageriez pas de créer un poste de porte-parole de la Rédac' par hasard ?)

  • boubou le 12/06/2008 à 18h41
    Faut pas s'acharner sur l'année 82, Cissé est de 81 ;-)