Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Le sous-marin bleu

La rédaction ayant renoncé, c'est l'incomparable JPS qui s'est chargé de régler son compte à cette misérable équipe de "peintres en bâtiment", qui a salopé le boulot à Chypre...

Auteur : Jean-Patrick Sacdefiel le 14 Oct 2004

 

Trêve de mièvrerie et d'indulgences indues. Les Cahiers du football (canal habituel) n'ont même plus la force de défendre l'équipe de France, alors ils m'ont dépêché pour dresser le tableau de ce France-Chypre. Et quelle croûte infâme, peinte avec les pieds par des hémiplégiques... TF1 avait des allures de galerie d'art de l'avenue Matignon, quoique le stade GSP (c'était plutôt GPS pour des joueurs français complètement égarés) soit assez loin d'évoquer la pierre de taille du 8e arrondissement. Il avait plutôt l'air d'un Furiani rénové, en 2054. Idéal pour les audiences en petit comité de la première chaîne, qui doit se mordre les doigts d'avoir dépensé une fortune pour avoir l'exclusivité d'une équipe de peintres en bâtiment, alors que le groupe Bouygues en paye des milliers, largement aussi talentueux, en dessous du SMIC. Thierry Roland ferait un meilleur audimat dans une émission d'Arthur. Les célèbres questions surtaxées en deviendraient presque "difficiles", faute de gogos incultes, c'est dire.

 

Même Larqué a pitié

Voilà où l'équipe de France en est rendue : à prendre des gaillards comme Pires pour des sauveurs potentiels. Le petit Ribery (que j'ai supervisé quand il était encore en National) lui mettrait l'enfer à l'entraînement, et encore, avec une jambe dans le plâtre. Son médecin s'est gouré dans les prescriptions et lui a refilé les doses de Lexomil de Letizi ou quoi? Mon orthopédiste m'a toujours dit qu'on ne pouvait pas courir très vite avec les pieds en canard, mais là, il marche carrément à reculons, même Ngotty le battrait sur dix mètres départ arrêté. C'est simple, sa deuxième mi-temps a été meilleure que sa première. Il s'est au moins mis au niveau de ses partenaires, dont on aurait juré qu'ils avaient ingurgité des litres de jus d'orange pressé par Bernard Tapie. Des passes plus molles que des érections d'octogénaire, des imprécisions de sonde martienne européenne, un engagement à la Pierre Méhaignerie et une créativité de publicitaire albanais... Quel festival.

Dacourt arrive à se mettre des coups à lui-même, Luyindula confirme le fait qu'Aulas ne vend que des joueurs défectueux, Gallas n'ajuste ses centres qu'au troisième poteau, Vieira joue avec autant de conviction qu'un acteur de Lelouch et Henry n'en finit pas de confirmer la valeur pitoyable du football anglais (il ne peut marquer que tout seul, avec des espaces aussi grands que sa demeure londonienne). Des cafés crème à la louche, comme dirait Larqué. Même lui prend pitié de cette équipe de miséreux, s'excusant d'avoir allumé Mavuba lors du match précédent. Tout part en quenouille, je vous le dit.

 

Chypre, si proche

Face à une telle opposition, les Chypriotes ont réussi à placer des petits ponts pour la première fois de leur carrière, et on aurait pu prendre Okkarides (une sorte de Henri Dès avec un ocarina) pour un pur produit de l'école brésilienne. Okkas s'est même payé le luxe de se prendre pour le fantôme de Charisteas (bouh!) et Barthez, le clown triste, s'est fait mitrailler comme un gardien de CFA et peut se féliciter que son poteau n'ait pas été d'exécution.

 

Bon, il n'y a pas eu que du négatif. L'ambiance Louis II a au moins eu le mérite de mettre Squillaci et Givet dans de bonnes conditions: ils sont parvenus, avec une remarquable régularité, à dégager les ballons n'importe où avec une certaine vigueur. Wiltord a fait figure de génie, en étant le seul international français capable de courir autrement que comme un dératé vers le but adverse. Et Moreira a nettement relevé le niveau en réussissant le seul dribble de son équipe et en ratant son occasion mieux que les autres. Je pouffe.

 

L'équipe de Raymond Domenech n'a toujours accouché de rien, et il a déjà le baby blues. Le bonhomme qui esbaudissait le parterre des salles de presse avec ses saillies spirituelles se prend désormais les pieds dans sa langue de bois et affiche déjà une mine de grand dépressif dépigmenté. Aucun maquillage ne pourrait d'ailleurs masquer qu'il n'a même pas les compétences pour entraîner Luiseaux-Couhans. Son plus grand coup tactique du match aura été d'envoyer s'échauffer Evra en achevant de décomposer le pauvre Silvestre, pour finir par le faire entrer à la place de… Luyindula à la 66e minute. En voyant ça, je me suis claqué la lèvre dans un rictus d'incrédulité.

 

Le sélectionneur s'accroche à la métaphore de la reconstruction et voit ses ouailles "franchir un pallier". À ce rythme-là, il ne vont le franchir que pour tomber au fond du vide sanitaire. Je ne vois qu'une solution pour prendre le parti de ce ridicule qui nous rattrape: la nomination d'un Comité de salut public composé de Vincent Duluc (il me plaît bien, lui), Gervais Martel (avec son look à la Travolta dans "Pulp Fiction", il y aurait du spectacle en conférence de presse) et José Anigo (pour faire redescendre les testicules de cette équipe de post-adolescents). Comme de toute façon nos starlettes n'ont plus envie de venir se coltiner le nouveau règlement de Clairefontaine, il faudra faire une équipe avec des jeunes du centre de formation nantais et quelques piliers de L2. On ne marquera pas plus de buts, mais au moins on verra trois passes de suite.

Réactions

  • JPDarky le 14/10/2004 à 09h56
    Yo,

    Bon, je lis rarement un article sur l'EDF ou le foot de nations en general, mais la je vois que JPS le signe, donc, j'ai lu, j'ai ru.

    A un moment, on peut lire :

    "Le petit Ribery (que j'ai supervisé quand il était encore en National) "

    Ca y est, tout est clair maintenant : JPSacdefiel est en realite le pere de PeterElephanto, Mr Lamy, c'est evident. C'est quand meme la grande classe, Jean-Patrick et Peter dans la meme famille, les soirees de Noel doivent etre excellentes. Et dire que dans d'autres famille, c'est michel noir et botton qu'on retrouve autour de la dinde, on se dit que le monde est injuste dans sa repartition des roles.

    Ca fait bien de dire des machins un peu cryptique d'initie et tout (je dis pas ca pour noir et botton).

    Sinon, c'etait bien le match ?

    Blourg

    JPDarky

  • Lee le 14/10/2004 à 11h07
    Jack MalFaizant - jeudi 14 octobre 2004 - 09h25
    Quand j'ai vu Moreira, au terme d'un des trop rares beau mouvement (oui il y en a eu quelques uns mais qui n'ont pas masqué les déficits multiples déjà énumérés), je me suis dit comment l'équipe de france fait pour jouer à la nantaise sans nantais. Cette action était typiquement canarienne, jeu à trois ultra rapide qui décale Moreira dans une position parfaite ce dernier centre pour personne. "

    => J'ai eu exactement la réaction que toi sur l'action. De plus, l'action qui amène le but de Wiltord est typiquement canarienne des années milieu 90's?

    Par contre, au global, l'animation et l'engagement physique sont typiquement canariens de cette année (car je trouve que comparer avec Dijon-Amiens, c'est y aller un peu fort !).

  • taivince le 14/10/2004 à 11h17
    Le meilleur, c'est quand des lecteurs sont "d'accord" avec "l'analyse" de Sacdefiel.
    Comme des GO du club med qui s'identifieraient au personnage de Popeye dans les Bronzés.
    Ou un charcutier moustachu qui approuverait les opinions de Coluche dans son sketch "Moi ca va".
    Encore meilleur!

  • Jartagnan le 14/10/2004 à 11h36
    Ben quoi Dijon-Amiens ?
    Au moins, j'avais la bonne couleur de maillot !

    De plus, pour que l'EDF ressemble à ces canaris partis avec l'eau du bain, le retour de vieilles gloires jaunes à plume est indispensable :
    - Carrière (bon, encore lui, je veux bien)
    - Armand (sic), Pujol (sic sic)
    - Vahirua (re sic)
    - le fameux triptique de personanongrata Loko-Pedros-Ouedec (sic, sic et re sic)
    - Les vieilles gloires Makélélé, Karembeu et Desailly
    - Enfin, en cherchant bien loin au fond du tiroir, on pourrait prendre Xavier Gravelaine, qui au fin fond de son CV a quelques semaines en jaune en formation à Nantes ...

    JJ (menfin !)

  • JihaiR le 14/10/2004 à 11h52
    José Anigo entraîneur (enfin coach testiculaire mais bref !) de l'EdF !!

    Ca risque de me faire rire tout la journée, cette perspective...

  • Rigoboum Song le 14/10/2004 à 12h02
    Entre les réactions sur le fil "toujours bleus" et cet article, je commence vraiment à avoir l'impression d'être le Thierry Goudet de l'équipe de France (vous savez, ce petit homme à casquette et joues roses ex entraîneur du Mans - et désormais aux commandes de Grenoble, je crois... le gars positif en ttes circonstances même après un 7-0). Suis-je le seul à ne pas avoir vu hier matière à brûler les joueurs en place publique ? C'est clair que ce match m'a rendu perplexe (notamment au niveau de l'animation, du choix des titulaires et du coaching) mais bon, y'a pas de quoi non plus se fouetter le dos pendant des heures en hurlant qu'on est mauvais. J'ai rangé mes albums panini du mondial 98 et de l'euro 2000 au fond du tiroir (vous savez, à côté des Moreira et Diarra) et je vois désormais la France comme une équipe redevenue ordinaire. Mais je crois toujours en eux. Allez les bleus, gardez la foi.

  • ravio le 14/10/2004 à 12h09
    Oh la rédac ! C'est quoi ce bordel ? Ça va pas de laisser les clés de la baraque à Sacdefiel un soir de reconquête ?!?
    Ok, je sais ce que sais : vous avez touché PES 4 un jour à l'avance et vous avez pas pu vous empêcher de vous faire un petit tournoi à quatre. Pierre Martini a choisi Saint Etienne, Jamel Attal le CSKA, Ernest Macià (qui passait par là) le Barça et Julie Grémillon Arsenal (les filles, elles prennent toujours Arsenal) et vas-y que j’te dose. A ce moment là, Sacdefiel s’est vexé parce que vous avez pas voulu jouer avec lui à cause qu’il prend toujours le VfL Bochum et qu’il vous tacle vos meilleurs joueurs à la carotide.
    Pendant ce temps là, Sacdefiel a tout bien regardé le match de l’Equipe de France courbé sur son petit calepin marron corné et a déversé sa bile vengeresse sur nos valeureux combattants bleus… Et il a encore rendu un papier à côté duquel les plus sales torchons de la maison Touboul & Duluc passeraient pour de fines lingettes délicatement parfumées à l’essence de violette.
    Ça relève de la faute professionnelle d’avoir laissé faire ça ! Vous l’avez laissé cracher sur LE match de la rébellion, le match des hommes qui ont dit non à l’exécution publique qui n’aurait pas manqué de suivre une contre-performance comptable, le match ou le negro de oro a enfin rouvert son compteur but alors même que la selección du señor Aragones se prenait les pieds dans le tapis lituanien, le match fondateur par excellence qui, tel un Andorre-France du stade Montjuich, a relancé notre sélection favorite vers les sommets de la gloire mondiale. Hier soir, Messieurs et Madame, vous avez laissé commettre un crime contre l’Equipe de France, bien plus grave qu’une simple Ginolade d’un soir de détresse, parce que, si les gestes s’oublient, les écrits d’hier soir resteront à jamais gravés dans la mémoire de nos petits bleus meurtris…

  • Smer le 14/10/2004 à 12h12
    Excellent article. Rien a redire.

  • eskimo le 14/10/2004 à 12h29


    ravio tres beau !!

    sur les excuses de larqué je me suis demandé s'il n'y avait pas eu du courrier de protestation de lecteurs insistant sur "d'où il vient" (thierry l'a dit après les excuses de larqué: "surtout quand on sait d'où il vient") et je me suis demandé si y avait pas là une forme de politiquement correct imposé par la rédaction de tf1, qui serait malvenu puisque justement ce serait faire injure à rio que de à chaque fois rappeler sa naissance hors norme, comme pr excuser ou baumifier davantage son parcours, il l a dit lui-même dans une interview, il aimerait n'etre jugé que sur son foot

    voilà, moi aussi j'ai été sous le charme de ce match très engagé, et je prefere largement ca au 5 0 de la france contre l'ecosse avant la corée

    sinon henry m'a agréablement surpris et c'est dommage que son dénigrement soit devenu à la mode sur les fils bleus, il lui faudrait un pivot à la koeller je pense, bakari peut-etre ??

  • Rigoboum Song le 14/10/2004 à 12h43
    Ravio et Eskimo, merci je me sens moins seul. J'enlève ma casquette de Thierry Goudet (tiens, qui m'a brodé "guilty" dessus ?).