En vous connectant, vous certifiez n'avoir jamais trompé votre club favori. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Le sous-marin bleu

La rédaction ayant renoncé, c'est l'incomparable JPS qui s'est chargé de régler son compte à cette misérable équipe de "peintres en bâtiment", qui a salopé le boulot à Chypre...

Auteur : Jean-Patrick Sacdefiel le 14 Oct 2004

 

Trêve de mièvrerie et d'indulgences indues. Les Cahiers du football (canal habituel) n'ont même plus la force de défendre l'équipe de France, alors ils m'ont dépêché pour dresser le tableau de ce France-Chypre. Et quelle croûte infâme, peinte avec les pieds par des hémiplégiques... TF1 avait des allures de galerie d'art de l'avenue Matignon, quoique le stade GSP (c'était plutôt GPS pour des joueurs français complètement égarés) soit assez loin d'évoquer la pierre de taille du 8e arrondissement. Il avait plutôt l'air d'un Furiani rénové, en 2054. Idéal pour les audiences en petit comité de la première chaîne, qui doit se mordre les doigts d'avoir dépensé une fortune pour avoir l'exclusivité d'une équipe de peintres en bâtiment, alors que le groupe Bouygues en paye des milliers, largement aussi talentueux, en dessous du SMIC. Thierry Roland ferait un meilleur audimat dans une émission d'Arthur. Les célèbres questions surtaxées en deviendraient presque "difficiles", faute de gogos incultes, c'est dire.

 

Même Larqué a pitié

Voilà où l'équipe de France en est rendue : à prendre des gaillards comme Pires pour des sauveurs potentiels. Le petit Ribery (que j'ai supervisé quand il était encore en National) lui mettrait l'enfer à l'entraînement, et encore, avec une jambe dans le plâtre. Son médecin s'est gouré dans les prescriptions et lui a refilé les doses de Lexomil de Letizi ou quoi? Mon orthopédiste m'a toujours dit qu'on ne pouvait pas courir très vite avec les pieds en canard, mais là, il marche carrément à reculons, même Ngotty le battrait sur dix mètres départ arrêté. C'est simple, sa deuxième mi-temps a été meilleure que sa première. Il s'est au moins mis au niveau de ses partenaires, dont on aurait juré qu'ils avaient ingurgité des litres de jus d'orange pressé par Bernard Tapie. Des passes plus molles que des érections d'octogénaire, des imprécisions de sonde martienne européenne, un engagement à la Pierre Méhaignerie et une créativité de publicitaire albanais... Quel festival.

Dacourt arrive à se mettre des coups à lui-même, Luyindula confirme le fait qu'Aulas ne vend que des joueurs défectueux, Gallas n'ajuste ses centres qu'au troisième poteau, Vieira joue avec autant de conviction qu'un acteur de Lelouch et Henry n'en finit pas de confirmer la valeur pitoyable du football anglais (il ne peut marquer que tout seul, avec des espaces aussi grands que sa demeure londonienne). Des cafés crème à la louche, comme dirait Larqué. Même lui prend pitié de cette équipe de miséreux, s'excusant d'avoir allumé Mavuba lors du match précédent. Tout part en quenouille, je vous le dit.

 

Chypre, si proche

Face à une telle opposition, les Chypriotes ont réussi à placer des petits ponts pour la première fois de leur carrière, et on aurait pu prendre Okkarides (une sorte de Henri Dès avec un ocarina) pour un pur produit de l'école brésilienne. Okkas s'est même payé le luxe de se prendre pour le fantôme de Charisteas (bouh!) et Barthez, le clown triste, s'est fait mitrailler comme un gardien de CFA et peut se féliciter que son poteau n'ait pas été d'exécution.

 

Bon, il n'y a pas eu que du négatif. L'ambiance Louis II a au moins eu le mérite de mettre Squillaci et Givet dans de bonnes conditions: ils sont parvenus, avec une remarquable régularité, à dégager les ballons n'importe où avec une certaine vigueur. Wiltord a fait figure de génie, en étant le seul international français capable de courir autrement que comme un dératé vers le but adverse. Et Moreira a nettement relevé le niveau en réussissant le seul dribble de son équipe et en ratant son occasion mieux que les autres. Je pouffe.

 

L'équipe de Raymond Domenech n'a toujours accouché de rien, et il a déjà le baby blues. Le bonhomme qui esbaudissait le parterre des salles de presse avec ses saillies spirituelles se prend désormais les pieds dans sa langue de bois et affiche déjà une mine de grand dépressif dépigmenté. Aucun maquillage ne pourrait d'ailleurs masquer qu'il n'a même pas les compétences pour entraîner Luiseaux-Couhans. Son plus grand coup tactique du match aura été d'envoyer s'échauffer Evra en achevant de décomposer le pauvre Silvestre, pour finir par le faire entrer à la place de… Luyindula à la 66e minute. En voyant ça, je me suis claqué la lèvre dans un rictus d'incrédulité.

 

Le sélectionneur s'accroche à la métaphore de la reconstruction et voit ses ouailles "franchir un pallier". À ce rythme-là, il ne vont le franchir que pour tomber au fond du vide sanitaire. Je ne vois qu'une solution pour prendre le parti de ce ridicule qui nous rattrape: la nomination d'un Comité de salut public composé de Vincent Duluc (il me plaît bien, lui), Gervais Martel (avec son look à la Travolta dans "Pulp Fiction", il y aurait du spectacle en conférence de presse) et José Anigo (pour faire redescendre les testicules de cette équipe de post-adolescents). Comme de toute façon nos starlettes n'ont plus envie de venir se coltiner le nouveau règlement de Clairefontaine, il faudra faire une équipe avec des jeunes du centre de formation nantais et quelques piliers de L2. On ne marquera pas plus de buts, mais au moins on verra trois passes de suite.

Réactions

  • willy the pimp le 14/10/2004 à 01h51
    le sous-marin bleu dans le cimetière marin...

  • Ashe le 14/10/2004 à 02h04
    ENORME !!! Encore encore !

    J'sais pas .. c'est émouvant : le meilleur article à mes yeux des Cdf. Et pourtant du Sacdefiel j'en ai déja lu (les joueurs commentés avant 2002). Ca m'avait manqué. Je vais me coucher heureux.

  • Jonathan Sifflercetrain le 14/10/2004 à 02h08
    voilà que l'innénarrable Sacdefiel est chargé de rendre compte du dernier match et il s'en donne à cœur joie, le bougre !
    les habituels auraient-ils perdu l'espoir ?
    la concurrence de "des racines et des ailes" était trop tentante et personne n'a regardé le match ?
    vous pensez que Duluc va pondre un article élogieux et donc les CdF se devaient d'être sceptique voire hostiles vis-à-vis de l'avenir de l'EdF par déontologie ?
    la sinistrose est donc partout, l'halali est sonné, les chiens sont lâchés et en plus, il a plu toute la journée !
    quo non descendamus ?
    pourtant, la situation est toujours correcte sur le plan comptable, les blessés vont revenir, Pires et Silvestre vont partir, l'EdF se qualifiera en éliminant l'Italie à la dernière minute du match retour des barrages et le monde sera beau !
    espoir, espoir...

  • wedr2 le 14/10/2004 à 02h52
    Heuresement qu'on est premier :-)

  • mmyers le 14/10/2004 à 08h25
    euh je crois que l'on a oublie PIRES qui jouait en tong. ( pour ceux qui ce souvienne les air scholz de papin)
    ben oui il n'a pas couru une seule fois pas une acceleration.

  • Jartagnan le 14/10/2004 à 08h48
    Ah, les Air Papin, de Scholl ! Celles qui font même pas de bruit quand on marche su'l gravier !
    Sans rier, je suis totalement d'accord avec l'ane à lyse de Messire Sacdefiel, car c'est bien beau de tenter de défendre les bleus, mais quand on passe sa soirée à se demander si c'est pas un match Dijon-Amien que l'on voit à la télé, ya comme un probleme.

    Moi pour cette EDF, je vote le retour des sans-grades, des Dhorasso, des Carrière, des Tony Vairelle, des Juliens Fernandez (merci Thierry Rolland) des types qui ont moins le melon (le "Henwy" en british dans le texte), et qui s'ils sont tout aussi peu spectaculaire, s'arracheront sur chaque ballon.

  • luckyluke le 14/10/2004 à 09h06
    Ce que je n'ai pas compris, c'est ce que Bouh vient faire dans cette histoire...

  • carolizba le 14/10/2004 à 09h14
    J'aimerais bien être éclairé sur les qualités et défauts des publicitaires albanais. Sont-ils pires que les autres ? Est-ce de notorité publique et dûment prouvé ? Ou Jean-Patrick est-il Aragonesque ?

  • Jack MalFaizant le 14/10/2004 à 09h25
    Juste pour dire que j'ai partagé la même vanne que JPS avec mon canapé (ma femme ayant démissioné dès la 12è minutes).

    Quand j'ai vu Moreira, au terme d'un des trop rares beau mouvement (oui il y en a eu quelques uns mais qui n'ont pas masqué les déficits multiples déjà énumérés), je me suis dit comment l'équipe de france fait pour jouer à la nantaise sans nantais. Cette action était typiquement canarienne, jeu à trois ultra rapide qui décale Moreira dans une position parfaite ce dernier centre pour personne. Ouf, celui là, le FCN ne l'a pas encore recruté... Mais ça ouvre quand même des perspectives d'équipe de France à Pujol et Vahirua !-))

  • planteplumeoucaahbon le 14/10/2004 à 09h41
    Hilarant, tout simplement hilarant!!!