Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Le derby le plus paisible d'Europe

Deux équipes de DH dans un stade de DH, mais l'enjeu d'une place en Ligue des champions... Le lendemain d’Inter-Milan, Tre Fiori et Murata se disputaient la suprématie de Saint-Marin.
Auteur : Guillaume Balout le 24 Juin 2011

 

Deux jours après l’investiture des nouveaux capitaines-régents, appelés à gouverner cet État de 30.000 habitants pendant six mois, Saint-Marin réussit à retenir les touristes malgré les plages de Rimini toutes proches. La belle affaire pour ceux qui préfèrent les charmes médiévaux de la forteresse, accrochée au sommet du mont Titan, de la plus vieille république du monde. Et qui ignorent aussi superbement Murata.


Le stade au bord du ravin

Au pied des remparts de la Citta, ce hameau ne tient qu’à quelques immeubles ocres, étalés le long de la sinueuse via del Serrone, et à son club de foot, sacré champion sans fléchir de 2006 à 2008. Cet après-midi, les Bianconeri se rendent à Fiorentino, un peu plus bas sur la même route, pour y affronter Tre Fiori, double champion en titre et solide leader d’un championnat de quinze équipes.
On n’est pas arrivé au pied de la montagne qu’il faut déjà se garer au milieu des grosses cylindrées rangées sur le bas-côté. À la sortie d’un virage à gauche, le stade Federico-Crescentini, avec son terrain synthétique comme les huit autres du pays, apparaît encastré dans un talus. Derrière des abris qui font office de bancs de touche, c’est un ravin et déjà l’Italie. Neveu de l’actuel président de la Fédération, Federico Crescentini était un défenseur de Tre Fiori, international à huit reprises, mort noyé après avoir sauvé sa copine des flots de la baie d’Acapulco en décembre 2006.

saintmarin_1.jpg

Voilà pour le "naming" façon SM… Pour le reste, la légende reste à écrire: ni buvette, ni boutique, ni speaker et encore moins de billetterie! Une vieille porte en fer entrouverte donne accès à la seule tribune des lieux, couverte à moitié. Des enfants rompent le silence en s’amusant sur le pré voisin sous l’œil distrait d’un policier accoudé à un muret. A cinq minutes du coup d’envoi, les quelque deux cents sièges du stade sont toujours inoccupés.

Ou presque. Enlevez la famille et les amis, et il vous reste Giampaolo Mazza. Sweat Lacoste, jeans délavé et Nike aux pieds, le sélectionneur national, professeur d’éducation physique la semaine, en poste depuis l’ère Lemerre en France, s’installe incognito avec les vieux du dernier rang. Devant eux, on découvre le visage des propriétaires des sportives allemandes, celui de la jeunesse dorée saint-marinaise en Pento, Ray Ban et tee-shirt moulant. Plus près de la pelouse, prenant le soleil, les filles au teint hâlé s’exposent en groupe. Dans tous les cas, aucune trace d’un quelconque supportérisme parmi les cinquante à soixante spectateurs venus finalement assister au derby le plus paisible d’Europe.



Le gardien de Murata tout près d’ouvrir le score

De timides applaudissements accompagnent les équipes à leur entrée sur le terrain. Murata et Tre Fiori sont les seuls clubs du pays à avoir connu la C1 – Tampere (Finlande), avec une pige d’Aldair, pour le premier, Sant Julia (Andorre) et Pljevlja (Monténégro) pour le second – une compétition accessible aux meilleurs amateurs saint-marinais depuis seulement 2008. Pourtant, l’opposition, à deux journées de la fin de la saison régulière, n’attire pas un journaliste. RTV San Marino a tout de même dépêché un caméraman pour l’immortaliser et en diffuser les meilleurs moments dans l’émission du lendemain. Alors que les droits télévisuels n’existent pas pour le championnat, la seule chaîne locale, copropriété de la RAI et du gouvernement local, prépare chaque week-end un plateau en direct sur… la Serie B italienne avec des présentatrices en robe légère et des images de Sky Sport.

saintmarin_3.jpg

Casquette bien enfoncée sur la tête, les deux entraîneurs font appliquer un 4-4-2 rigoureux, et un rien coincé, qui a le mérite de rappeler l’enjeu du match: une victoire face à un concurrent qui assurerait quasiment la qualification pour les play-off. Portée sur la tactique, Tre Fiori s’attache aux phases de jeu construites de loin. Certains joueurs auraient peut-être leur place en CFA ou CFA 2, mais sont vite rattrapés par une partie au rythme haché. Avec sa chevelure plus sel que poivre, Alessandro Giunta attire l’œil. À trente-quatre ans, un âge à peine mûr pour ce championnat de trentenaires, cette grande carcasse compense son manque de vitesse par un placement d’attaquant d’expérience. Statistiquement, ça suffit pour être jusqu’à présent le meilleur buteur de l’épreuve.

En face, Murata s’en remet plus volontiers à ses talents individuels. Les coéquipiers de Claudio de Sousa cherchent systématiquement leur buteur, trop souvent hors-jeu. L’occasion la plus nette vient du gardien dès les premières minutes: après un long dégagement au pied, deux rebonds et trois mésententes dans la défense adverse, Simone Montanari contraint son homologue à une claquette en corner! Sympa, le championnat saint-marinais. De toute façon, Rimini, c’est surfait...



Tre Fiori vers le triplé

Pour éviter tout malentendu, Montanari montre qu’il se débrouille aussi dans sa vocation première, captant ici un tir lointain, réalisant là une manchette à bout portant. Plus tôt, lorsque Giunta s’est présenté à six mètres de son but, ce dernier avait trouvé le poteau. Avant la mi-temps, Tre Fiori se heurte à la transversale, mais Murata mène alors déjà au score après un coup franc en pleine lucarne de Gabriele Cardini.

À la pause, quelques spectateurs sautent dans leur coupé pour une course à faire. Sur la pelouse, à côté des remplaçants qui s’échauffent, les enfants reprennent leurs jeux. Au retour des joueurs, le sélectionneur ne raccroche plus le téléphone, prend de la hauteur en restant debout. Autour de lui, le public semble digérer le déjeuner dominical.

saintmarin_5.jpg

Sans pression, Tre Fiori peut prendre son temps. Faute d’intensité, le match patauge davantage qu’en première mi-temps mais c’est indéniable: le collectif du champion est plus fort et mieux rodé. Après un coup franc expédié au-dessus, il s’essaie à une combinaison vue à la télé: la louche par-dessus le mur. Si ses deux attaquants sont bien sur le coup, le ballon finit par leur échapper en sortie de but… Tre Fiori parvient à ses fins à moins de vingt minutes de la fin. Sur un centre de Fabio Vannoni, Giunta se désarticule pour battre Montanari d’une tête plongeante et inscrire son onzième but en championnat.

Dans les travées, les plus éveillés exultent, sans fanfaronnade. Laissant la partie reprendre son cours en toute quiétude. Dans une ultime tentative, Tre Fiori butera une dernière fois sur la transversale de Montanari. Il n’empêchera pas Murata de remonter la pente du Titan avec un point (1-1) mais sans certitude pour la suite. Comme son adversaire du jour avant lui, Tre Fiori est parti pour décrocher son troisième titre de champion consécutif. Pour le lauréat 2011, la Ligue des champions débute fin juin. À Rimini, il fera peut-être encore beau.


Du même auteur :
"Super Sunday à la bruxelloise"
"Dudelange et démons"

Réactions

  • la touguesh le 24/06/2011 à 00h59
    Un sympathique article qui me rappelle que la draft de la Ventre Mou's League débute lundi prochain.
    Merci Guillaume !

  • Sens de la dérision le 24/06/2011 à 06h30
    M'sieur, m'sieur, ya les CDF qui parlent d'un paradis fiscal. Et en bien en plus.
    Sinon c'est sympa : ça rappelle vraiment les matchs du dimanche en France (même si je suis très étonné de l'absence de buvette !).

  • Tonton Danijel le 24/06/2011 à 09h19
    Tiens, pareil que Sens de. C'est sympa les matchs des championnats VML, mais sans buvette...

  • Bésame Lucho le 24/06/2011 à 10h38
    Très chouette article. Grazie per l'acqua fresca !

  • magnus le 24/06/2011 à 11h13
    Les CDF, site de calcio et de San Pellegrino fresca.

  • Tarama Vahirua le 24/06/2011 à 15h32
    Article très réussi qui retranscrit fort bien une ambiance un peu lascive et tranquille. Ca donne presque envie !

  • Maniche Nails le 25/06/2011 à 00h55
    Article très réussi qui retranscrit fort bien une ambiance un peu lascive et tranquille. Ça donne carrément envie !

Bonjour, le site souhaite utliser des cookies à des fins marketing.