Seuls 36% des internautes parviennent à saisir leur e-mail / password du premier coup. En feras-tu partie ? Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Le Blanc est-il encore supérieur au Noir ?

Il faut parfois savoir trancher les polémiques et mettre un terme aux mauvais procès. Défense de Pierre Ménès et Lilian Thuram (dans cet ordre décroissant). 

Auteur : Gilles Juan le 9 Sept 2019

 

 

On ne pouvait déjà plus rire de tout, voilà qu’on ne peut même plus raconter ses week-ends. Les violentes réactions au témoignage émouvant de Pierre Ménès sur le plateau de Cnews montrent une fois de plus que la bien-pensance a pris le dessus.


Beaucoup s’offusquent en entendant ce bon vieux Pierrot le Foot ne rien dire d’autre que la vérité vraie, qu’un simple tour en bagnole démontre: oui, le foot est gangréné d’abord et avant tout par le racisme anti-blanc, comme l’avait déjà démontré l’affaire des quotas, ce complot gauchiste pour réduire le nombre de Blancs dans le foot.

 

 

 

 

Noir sur blanc

Qu’a-t-il dit de si grave? Il a confié que son fils nul au foot ne recevait pas de passe de la part de ses coéquipiers noirs. C’est un fait ou ce n’est pas un fait? C’est un fait. Et il faut avoir le courage d’écrire qu’il est scandaleux. Le fils Ménès aurait dû recevoir des passes, bien que nul, parce que blanc.


Sauf que voilà. Les temps ont changé (par effet de mode?) sur une question que l’on croyait réglée: celle de la supériorité de l’homme blanc sur les autres races. Longtemps, en effet, la question ne s’est pas posée. L’expression “homme blanc” elle-même relevait presque du pléonasme, tant il était acquis que le concept d’homme, en son sens le plus exigeant, le plus ambitieux, le plus prometteur, sous-entendait autant la masculinité que la blancheur.

 

Le fait même que l’homme blanc soit blanc était déjà bien compris un signe de supériorité: c’est en effet la couleur de l’innocence, de la pureté, de la perfection, de la paix. Et à ceux qui ironisent au prétexte que l’homme blanc n’est justement pas blanc, il convient de répondre: raison de plus! L’homme occidental convient tant aux symboliques vertueuses de la couleur blanche, qu’il fallait qu’elle lui soit octroyée, quand bien même il s’en éloigne en petit peu. Tandis que l’homme noir… Eh bien il est noir. Noir.



Amitiés blanches et animosités noires

Au XVIIIe siècle, le naturaliste Buffon explique fort bien que le blanc est d’ailleurs la couleur d’origine de l’humanité, et que le noir en est la dégradation manifeste. Or que se passe-t-il aujourd’hui? Ceci.

 

 

Un dénommé (je rappelle que le masculin l’emporte sur le féminin pour signifier le neutre) “chupei” se pose encore cette question évidente, dont la réponse est évidemment oui, et démontre qu’on n’apprend plus rien à l’école. On en est là.


Le Noir descend du Blanc, et d’ailleurs le singe aussi (ce qui démontre que les cris dans les tribunes ne sont pas racistes), comme le prouve cette ressemblance flagrante entre un Blanc et un singe.

 

 

Enfin bref. Le racisme a en réalité toujours été dans le même camp, celui du ressentiment, c’est-à-dire le camp des Noirs. L’expression de cette haine (que la psychologie blanche peut certes expliquer) a pris, la semaine dernière, ses deux formes désormais banalisées.

 

Il y a d’abord ceux qui veulent nier les différences. Ah ah ah ! Et ceux, encore pire, qui veulent renverser l’ordre établi. Ils disent: ”Ce n’est pas le Noir qui est raciste, c’est le blanc!” Le Blanc qui a apporté les lois de la trigonométrie et du commerce, l’art, le langage, la religion, puis la géopolitique, et enfin le sport, et le capitalisme, à tous les primitifs sans distinction: raciste…


Bien sûr, ces théories ne sont pas dominantes (en tout cas en France), mais le moins qu’on puisse dire est que les réseaux sociaux aidant, elles ont désormais une certaine influence, au point que des universités françaises commencent à s’en réclamer. À ce jour, aucune preuve de l’égalité des Noirs avec les Blancs n’a toutefois été apportée. Les Noirs courent certes toujours aussi vite, mais quand on les interviewe à la fin de sprints de seulement dix secondes, le simple effort de fabriquer des phrases courtes les essouffle.

 

 

L’universalisme en crise

Et c’est là que Lilian Thuram, un Noir lucide s’il en est, a essayé de venir au secours de Pierre Ménès: grand bien lui en a pris… Lui aussi a reçu les leçons de morale de la bien-pensance. Les réactions outrées à la théorie qu’il a esquissée, pourtant difficilement contestable, sont scandaleuses.


On reproche à Thuram d’avoir “essentialisé” l’homme blanc, d’être “raciste” en ce sens-là, et en effet, c’est vrai qu’on ne peut pas généraliser, il y a en effet des hommes blancs qui ne se sentent pas supérieurs, mais la faute à qui? On essaye tellement de faire culpabiliser l’homme blanc de sa supériorité, que certains finissent pas en douter.
L’homme blanc est supérieur, mais l’air du temps est ainsi fait qu’il n’a plus le droit de l’exprimer, de le montrer, de le ressentir.

 

Thuram a dû s’excuser, regretter d’avoir dit “tous les Blancs”, mais on voit bien ce qu’il voulait dire, et il disait juste. D’autant que lui sait bien qu’il est l’un des Noirs les plus cultivés du monde grâce à l’enseignement blanc, et qu’au lieu de chipoter, on devrait regarder tout ce que Blancs et Noirs s’apportent depuis leurs positions respectives.


Il est en effet émouvant de voir qu’aujourd’hui le Blanc peut compter sur le Noir alors même qu’il l’a généreusement affranchi de l’esclavage. N’est-ce justement Lilian Thuram, le Noir qui en demi-finale a permis d’aller en finale, où des Français blancs ont alors marqué trois buts pour remporter la Coupe du monde? (Dans un élan de gratitude, on a cru la décennie suivante pouvoir donner le capitanat des Bleus à des Noirs: on en est revenu après Knysna…)

 

 

Appendice

 

Mon éditeur (blanc) me signale que Zinédine Zidane, double buteur en finale en 98, n’est pas exactement un “Blanc”, au sens scientifique de l’approche, mais qu’il est ce qu’une large frange des électeurs de la région PACA nomme “un gris” (même si l’expression a perdu du terrain face à son concurrent imagé, certes plus chantant, et très typique de l’inventivité française en matière de figures de style, le “melon”).

 

Cette nomenclature permet de rappeler que la dégradation culturelle se signale par la dégradation des couleurs, et puis elle me rapporte à la mémoire une bonne blague de Jean Roucas sur le sujet, une blague de la fin du XXe siècle, quand les Pierre Ménès n’auraient été emmerdés par personne, et quand des Thuram auraient été félicités pour leur affirmation médiatique du légitime sentiment spontané de supériorité de l’homme blanc. La voici pour finir par une touche d’humour.


C’est une famille de Sénégalais. Il y a le papa, la maman, et le petit garçon, et ils ont un peu de mal à s’intégrer. Un jour, ils voient une réclame pour “Le savon Michael Jackson qui rend blanc” et le papa dit:
"On va se badigeonner, pour nous-mêmes, là, on sera tout blanc et après on sera tranquille mmmouiii!!" [1]

Ils achètent le savon, et alors la maman se lave la première. Effectivement, elle ressort toute blanche de la baignoire. Le père se lave aussi. Il est tout blanc. Il n’y a que le petit garçon qui ne veut pas.
“Non, je ne veux pas être blanc !
- Viens ici !
- Non, je ne veux pas être blanc !
Et le père dit à la mère :
- Tu vois, ça fait cinq minutes qu’on est blancs et on est déjà emmerdé par un Noir…”
[2]
Rires.


[1] Pour l’éventuel lecteur des Cahiers du foot qui aurait moins de 35 ans, des expressions comme “pour nous-mêmes, là”, ou “mmmouiii” reflétaient, ainsi que le comprenait bien le public, le parler des Noirs.
[2] Jean Roucas, Roucasseries, la compilation.

 

Réactions

  • Josip R.O.G. le 10/09/2019 à 15h42
    Un peu sur la même ligne que Glassmann, sans pouvoir l'expliquer. Un genre de malaise accentué par la photo d'Ardison en Chimpanzé, le fait qu'il soit juif rajoutant peut-être aussi à la gêne.
    Ça ne m'a pas arraché un sourire en fait, ni choqué par sa verve ou son audace.
    C'est juste mauvais quoi.

  • MarcoVanPasteque le 10/09/2019 à 15h58
    Ardisson est catho il me semble.
    En revanche son ami Serge Magneto est juif, d'après Stan Lee.

  • Roy compte tout et Alain paie rien le 10/09/2019 à 16h07
    J'aurais bien vu un photo de Jérôme Rothen pour illustrer la chose moi.

  • Josip R.O.G. le 10/09/2019 à 16h08
    C'est vrai pour Ardisson (et ça vaut comme lapsus pour moi sans doute hélas ) mais ça change rien au reste.

  • Glassmann le 10/09/2019 à 16h15
    la rédaction
    aujourd'hui à 14h00
    @ Glassmann
    Tu peux développer s'il te plaît? On n'a pas compris…
    -------------

    Je veux bien essayer, mais je ne garantis rien.
    Comme il n'est pas simple d'expliquer "pourquoi c'est drôle", il n'est pas beaucoup plus facile d'expliquer pourquoi c'est "juste mauvais" comme le suggère Josip.

    Le chapeau de l'article annonce qu'il va défendre 2 personnes qui ont soulevé des polémiques en évoquant le racisme de façon sûrement maladroite puisque les deux ont dû s'en expliquer ensuite. J'en salive !
    Or, le corps du texte étrille celui qu'on étrille Lundi matin après Lundi matin ici, et il le cherche bien, Pierre Ménès; et ensuite rend hommage à Thuram, à qui on rend hommage régulièrement ici.
    D'où ma phrase sur la Grosse Bertha et le cratère (on peut aussi dire "enfoncer des portes béantes").
    Je m'attendais à une tentative de 2nd degré sur la meute beuglante... et non, l'article vient bêler avec les agneaux de l'anti-racisme.
    Contre le racisme, j'avoue préférer les loups. Ou les Desproges.
    Par ailleurs, le genre de phrase "Or que se passe-t-il aujourd’hui? Ceci." avec un post de 2012 d'un gamin sur un forum obscur, je ne comprends pas son sens.
    Pour finir avec Zidane 98 puis Roucas 90, pour preuve que quand même, hein, les Blancs sont vraiment racistes !...
    Désolé d'avoir trop vite résumé votre article, mais sincèrement, ça fait penser à un devoir de lycéen très mal ficelé.
    Mais s'il y avait matière à réflexion, c'est que je suis passé à côté. En ce cas, mea culpa, et j'accepte une éventuelle explication de texte.

  • PlazaAthenee le 10/09/2019 à 16h16
    ens de la dérision
    aujourd'hui à 09h21

    De toute cette polémique, il y a quand même un truc qui me choque : c'est qu'au foot, sport collectif, blablabla, si t'es nul, ben personne ne te fait la passe. Que ce soit en club, à la récré, avec tes potes... Et que tout le monde trouve ça normal.
    --
    Si ça se trouve le fils est simplement à l'image du père : nul et désagréable. Pas besoin de chercher l'excuse pourrit du racisme anti-blanc.

    Blague à part, jolie preuve d'amour d'un père à son fils quand Ménès déclare devant tous "il a pas de talent, il est nul". Bonjour l'estime de soi après ça...

    J'ai trouvé le texte assez drôle une fois accepté le parti pris du retournement. Quant à ce cher Ardisson, (catholique et royaliste autoproclamé), rappelons-nous sa sortie dégueulasse sur les kebabs de rivoli.

  • Gilles Juan le 10/09/2019 à 17h33
    @Glassmann

    Merci pour l'effort d'explication.
    C'est justement Desproges, la référence. Dans Les Etrangers sont nuls. Et Hazanavicius. Plus précisément, j'essaie de reprendre leur stratégie (à mon avis commune): faire de l'humour en essayant de faire en sorte que le rire intègre un jugement critique du blagueur.
    Dans OSS 117, on rit moins "avec" Jean Dujardin que "de" Jean Dujardin déclinant les blagues racistes. Et le propos et de critiquer le Français : c'est à mon avis une démarche très importante.
    Ma "thèse" est que la "blague raciste" est légitime, et même décisive, si elle crée de la distance avec le contenu de la blague, et pour créer cette distance, le plus pertinent et de parvenir, en blaguant, à ridiculiser le blagueur.
    Il y a d'autres stratégies : celle de Blanche Gardin, faisant rire en parlant de son viol, qui arrive à créer de l'empathie avec la personne violée, le rire "sur le thème sensible" sert la cause. Le contraire d'une blague de Tex, qui propose de rire en entrant en empathie avec le mec qui bat sa femme.
    Je tenterai un truc comme ça une prochaine fois...

    Alors bon, je devrais peut-être choisir des modèles plus à ma portée. Quoi qu'il en soit, ce qui m'intéressait, là, c'était de tourner en ridicule non pas seulement Pierre Ménès, mais le débat lui-même : je ne comprends même pas toute l'attention accordée à ceux qui ont évidemment saisi l'opportunité de balancer leur histoire de racisme anti-blanc.
    Je n'ai pas réussi à trouver l'angle pour en parler sérieusement de manière originale, j'ai lu des choses très bien sur ce point, je n'avais rien à ajouter.
    Les Ménès et consorts sont grotesques ; j'ai voulu créer un personnage qui leur ressemble. Ils sont comme ce mec, avec leurs "preuves" absurdes.
    La France est une machine à décliner le racisme. Et franchement, quelle ne fut pas ma surprise de trouver la version "question con sur un forum" de la théorie de Buffon... J'ai trouvé ça délicieux. Et Ardisson ressemble vraiment à un singe, non ? Et la blague de Jean Roucass est une honte.

  • Tonton Danijel le 10/09/2019 à 17h56
    Jean Roucas n'est pas forcément l'auteur de toutes ses blagues. Je crois me souvenir (les heures de gloire de l'ex-comique trublion préféré du FN datant un peu) que certaines de ses blagues avaient été piquées à d'autres, étaient largement connues avant d'être réadaptés à la sauce Roucas (c'est-à-dire avec au choix accent pied-noir, de Chirac, ou Africain là-dis-dont).

    En l'occurrence, la blague énoncée n'a-t-elle pas pu être créée par une personne noire pour se moquer du racisme? Je trouve qu'elle répond justement à la phrase de Thuram sur le blanc qui se croit supérieur...

  • Josip R.O.G. le 10/09/2019 à 18h04
    Gilles Juan
    aujourd'hui à 17h33
    @Glassmann

    Merci pour l'effort d'explication.
    C'est justement Desproges, la référence. Dans Les Etrangers sont nuls.
    .....
    Alors bon, je devrais peut-être choisir des modèles plus à ma portée.
    ----
    Voilà, peut-être.
    Et sinon je crois qu'on avait bien saisi le procédé


    Quoi qu'il en soit, ce qui m'intéressait, là, c'était de tourner en ridicule non pas seulement Pierre Ménès, mais le débat lui-même : je ne comprends même pas toute l'attention accordée à ceux qui ont évidemment saisi l'opportunité de balancer leur histoire de racisme anti-blanc.

    -----
    100% d'´accord quoique j'ai pas très bien compris ta position en miroir sur les propos de Thuram

    Et Ardisson ressemble vraiment à un singe, non ?
    ---
    Tous les humains ceci dit si tu regarde bien, et vice versa.
    Mais la ressemblance avec le bonobo est effectivement flippante en l'occurrence (j'adore les bonobos et j'ai d'ailleurs un très bon ami bonobo)
    Et encore désolé de l'avoir affublé d'un caractère discriminant qui n'avait donc pas lieu d'être (et crois bien que ça me chiffonne) tout ça pour charger ta mule.

    Et la blague de Jean Roucass est une honte.
    ----
    Mais drôle (des fois le rire c'est honteux)

  • Manx Martin le 10/09/2019 à 18h18
    Cet article est spéciste, il dit du mal des singes. C'est honteux

La revue des Cahiers du football