Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

La zizanie

Pétages de plomb, mesquineries, guerre civile, ploutocrates en folie... Le football français, un milieu où tout le monde a largement dépassé son seuil de compétence, craque de partout. C'est l'effet de l'accélération ou celui de l'écroulement?
Auteur : Etienne Melvec le 26 Fev 2002

 

On aura vite fait de nous traiter de Cassandre, mais il est difficile de ne pas avoir le sentiment que le foot français part complètement en quenouille ces temps-ci. L'impression de foire qui se dégage du milieu doit frapper les esprits bien au-delà des amateurs, avec la multiplications des épisodes tragi-comiques et des signaux d'alarmes.

Côté "terrain", on assiste à des altercations de cour de récréation, qui opposent un président de club persécuté-persécuteur à un entraîneur qui répand de la poudre de perlimpinpin dans les cages et pour mieux y mettre le feu ensuite. Puis c'est un joueur d'ordinaire plutôt discret qui accuse ses adversaires de brutalité, et un directeur sportif qui réplique avec des arguments qui ne volent pas plus haut. Dans cette comédie de boulevard, certains personnages se parodient jusqu'à l'absurde ou tombent le masque. Un sympathique notable rural vedette de la pub montre ainsi son visage de maquignon sans foi ni loi ni décence.
Devant ce tableau, ce n'est plus la peine de regarder les matches ou leurs résumés, les défaites sont dues à la violence des adversaires, à l'incompétence des arbitres, aux pressions des dirigeants ou à la fiscalité française. Tout le monde pleure, geint, se complaint.

Côté instances, le président de la Ligue déblatère en direct et travestit grossièrement la réalité en vendant des vessies au prix des lanternes et en cautionnant le lynchage des arbitres. Un quarteron de ploutocrates s'empare du pouvoir, écarte tout débat et lance une offensive contre leurs confrères, les médias, les publics, l'Etat et la loi. Les "petits" clubs minoritaires et les autres catégories socioprofessionnelles se résignent à les laisser agir, peut-être dans l'espoir d'un fiasco rapide. Le président de la Fédération rétrécit et est frappé de mutisme depuis l'accord financier signé avec la LNF (70 millions d'euros sur cinq ans, le prix du silence). Un représentant des entraîneurs désavoué par les urnes continue de siéger à la Ligue et se croit intouchable parce qu'il vient d'être opéré du cœur (alors que tout le monde sait qu'il n'en a pas). Un rapport de la Cour des comptes pointe les irrégularités et les anomalies de la gestion de la Ligue, le rôle obscur et l'omniprésence de Jean-Claude Darmon, mais cela ne dérange pas grand monde (sauf L'Equipe, qui après avoir oublié le parrain du foot français dans son compte-rendu, prépare un article terrible pour lui, d'ici à 2006 — d'après nos informations).

Les arbitres n'ont jamais été autant méprisés et contestés, jamais aussi peu protégés. Joueurs, entraîneurs et dirigeants peuvent se défouler sur eux en toute impunité, le président de la Ligue les couvre et les sermonne s'ils s'avisent de l'ouvrir. En plus, ils multiplient les erreurs. Lebœuf fait même la promotion de l'arbitrage vidéo.

Chez les médias, RMC se découvre une vocation monopolistique et les autres radios une vocation collectiviste. Les audiences vont bientôt découvrir la Coupe du monde et le championnat en exclusivité. Marie-George Buffet et Catherine Tasca essaient d'endiguer la chienlit, mais personne ne sait si elles seront encore là dans quatre mois. La presse écrite assiste à la débâcle et prend des notes en se demandant si elle devra payer le droit de rendre compte d'un match. Le torchon brûle aussi avec les clubs qui verrouillent l'accès aux coulisses (avant de vendre les places en tribune de presse au prix de la minute de pub?).

Pour les clubs, les bilans financiers sont alarmistes, mais heureusement, ils restent anonymes. De toute façon, la guerre financière va bientôt nettoyer le paysage et dégager de vraies hiérarchies. L'intelligence et la cohérence de la gestion des clubs sont toujours remarquables. Le LOSC invente le CDD de président. Seydoux remplace Graille qui avait remplacé Dayan. L'OM est la proie des enquêtes, des conflits internes, des rumeurs et des opérations de ses propres dirigeants. Le PSG apparaît tout à coup comme la petite filiale très déficitaire et menacée d'une multinationale aux pieds d'argile. L'autocrate Campora lui-même risque de passer à la trappe monégasque, tandis que François Pinault n'en finit pas de rater ses débuts dans le football. Au passage, on se demande toujours ce que M6 et la Socpresse foutent à Bordeaux et Nantes. Quant à l'OL, il a tout pour plaire, mais étrangement, seule sa cote d'impopularité augmente.

La grande famille du football, cela ressemble à "Festen" en ce moment. La discorde règne et la branche élitiste fait le choix de la rupture en enfermant ses opposants dans la cave et en appliquant son programme le plus radical. Tout le monde condamne et personne ne réagit, chacun joue sa carte, tout le monde tire sur tout le monde. La saison passée était celle des affaires judiciaires. Celle-ci restera dans l'histoire comme celle de la guerre civile?

Réactions

  • homer le 26/02/2002 à 21h36
    Ca va peter!!! C'est Jamel qui va etre content, la revolution est proche!!!

    Helas... Car il est vrai que les attitudes et comportements se sont a tel point degrades dans tous les compartiments du jeu (on ne va pas chipoter sur les details) qu'un changement s'impose. Mais lequel???

  • sophantfr le 27/02/2002 à 01h37
    Bravo pour votre article. Il décrit tout à fait le malaise que je ressents...
    Je suis de ceux qui esperent que le cartel qui a pris le pouvoir à la ligue en promettant monts et merveilles (traduisez flouze dans le langage libéral) au foot professionel francais se plantent. Non pas parce que je ne veux pas que foot rime avec business (c'est deja le cas depuis bien longtemps), mais parce que je suis opposé à un championnat formule NBA (l'objectif final du cartel) qui appauvrisserait le foot francais (traduisez technique, jeunes talents et formation dans le langage sportif).
    Notez que pour Bourgoin, l'affaire des droits de retransmissions radio sur le championnat francais risque d'être le début de la fin pour lui s'il échoue. Et comme les politiques s'en mélent et sont prêts a voter une loi rendant illégal ce type de racket...
    J'espère simplement que tout cela ne se terminera pas par un fiasco (comme en argentine, toute échelle gardée, ou l'application des idées libérales ont conduit le pays au bord du gouffre) et qui le foot francais pourra repartir. Notez que ceux qui veulent que le foot francais se hissent au niveau européen (ce qui n'a jamais été le cas, quoi qu'on en dise) sont des marchands de tapis: tout simplement parce que le foot reste un spectacle, et que potentiellement, il y a beaucoup plus de spectateurs (donc consommateurs pour les liberaux) en angleterre, en espagne, en allemagne et en italie. On peut mesurer facilement l'interet des francais pour ce sport (nombre de médias spécialisés, nombre moyen national de spectateurs, audience TV, etc...). Bizarre, tout de meme, que les libéraux ne conaissent pas cette loi du marché. Alors leurs illusions quant a l'evaluation financièere des droits de retransmissions TV (ou radio) en France par rapport a l'italie, l'angleterre? etc...

  • DOOMER(2) le 27/02/2002 à 02h45
    Bon, euh comment dire ça, je trouves que cet article, n'est que le résumé de ce qui avait été dit dans les précedent articles.
    Et qu'il ne nous fait pas avancer bien loin.
    Donc je ne vais pas m'étendre sur son contenu, mais poser une question à la rédaction : a quand de nouvelles informations? investigations?


  • RP le 27/02/2002 à 02h46
    Mais non, faut pas être pessimiste, tout va s'arranger, en récupérant 0,2 ou 0,3 € sur chaque exemplaire de L'Equipe vendu, les clubs français vont se renflouer, sans oublier le fait qu'il pourront bientôt négocier individuellement leurs droits de retransmissions radiophoniques ! Avec Bourgoin, tout est possible, dans 2 ou 3 ans, le Real sera un moucheron comparé à l'OL et au PSG qui auront chacun 500 millions d'euros de budget.

    Au secours !
    Reviens vite Noël, ils sont devenus fous!

  • cavalier sans tête le 27/02/2002 à 03h06
    L'article n'apporte pas d'éléments nouveaux Doomer, mais il fait juste le point sur le merdier ( Bourgoin, Roux, Fernandez, Aulas, Campora, Ruello, Tapie, Darmon, etc...) et c'est vrai que le foot français en tient quand même une bonne.

  • Louis II le 27/02/2002 à 03h16
    C'est ce que j'allais dire, c'est vrai que c'est un énorme merdier en ce moment.
    On commence par laisser parler un type (Aulas en l'occurence), puis on dit que c'est comme ça qu'une équipe a gagné (Fernandez), alors tout le monde s'y met, avant ou après le match (les Nantais, Carrière).
    En fin de championnat, il est logique que les gens soient plus tendus qu'avant, notamment les entraîneurs, qui jouent leur place et sans doute leur prime au résultat final (je pense à Santini et à Roux, qui jouent encore un peu le titre, et certainement la LdC)

  • DOOMER(2) le 27/02/2002 à 03h20
    C'est ce que je dis, mais avait on besoin d'un tel résumé, si c'est pour avoir demain un article approfondis sur un nouvel élément d'un des dossiers, là je comprend, sinon, et la je suis désolé, mais pas d'intérets.

  • cavalier sans tête le 27/02/2002 à 03h54
    Alors pour toi Louis II, Aulas c'est la poule qui a fait l'oeuf ? Tout allait bien et patatras, Aulas a sorti une grosse connerie ?
    Quand Vahid ou Guy Roux ou Guy Lacombe critiquent l'arbitrage, c'est fait plus finement ?
    Sûrement. En tout cas, ça fait moins scandale.

  • medifel le 27/02/2002 à 03h54
    Dans le jargon on apelle ça un EDITO.
    L'une des vocations de l'dito c'est la réaffirmation de l'oientation du canard.

    Elle a aussi pour but de rafraichir la memoire.

  • DOOMER(2) le 27/02/2002 à 04h07

    medifel
    T'as besoin qu'on te rafraichisse la mémoire : ), OK, alors vas lire :
    Privatisation du football (05/02)
    L'ultralibéralisme expliqué aux enfants (19/02)
    Les intégristes du foot buziness (19/02)
    La gazette 73 (24/02)

    Mais je me permet une petite remarque si avec tout ça tétait pas au courant de l'orientation du canard, ben c'est que t'as besoin de qque chose pour la mémoire, et pour finir un édito y'en a déja un!!!!!!
    SISI regarde bien sur la page d'accueil, en haut à gauche. Faut pas se jeter comme ça surles forums ;-)