Si vous saisissez votre mot de passe PUIS votre e-mail, vous aurez la confirmation que ça n'a aucun effet particulier. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

La vidéo rend aveugle

L’épisode du faux-vrai penalty accordé aux Norvégiens est venu à point pour recadrer le débat sur l’arbitrage et démasquer les démagogues du lobby pro-vidéo.

Auteur : Jamel Attal le 30 Juin 1998

 

 

Cette Coupe du monde ne déçoit pas, elle nous offre quelques démonstrations de crétinisme médiatique assez exemplaires, et surtout elle ridiculise les Tartufe en détrompant publiquement tous leurs jugements. Ceux qui prédisaient une équipe de France indigente en furent d’abord pour leurs frais. Mais le plus spectaculaire retournement eut lieu avec la merveilleuse affaire du penalty imaginaire qui donnait la victoire à la Norvège contre le Brésil, et éliminait le Maroc.

 

S’ajoutant au but refusé au Cameroun, cette erreur — certifiée par non moins de quatre ralentis et autant d’angles de vue — eu pour effet de lâcher la meute du lobby journalistique en faveur de l’arbitrage vidéo. Nous entendîmes alors les sempiternels discours sur “l’archaïsme de la FIFA à l’aube du 21ème siècle“, le scandale absolu constitué par ces dénis de justice, l’évidence et l’infaillibilité de la solution vidéo.

 

Plus au ras des pâquerettes, l’arbitre américain fut voué aux pires gémonies, excommunié par cette cour suprême de la vérité. Les seuls à rester dignes furent les Marocains eux-mêmes, joueurs et supporters, qui ne se livrèrent pas à la vaine curée à laquelle ils étaient conviés ; quant aux Camerounais qui ont disputé trois rencontres de 90 minutes, personne ne devrait croire qu’ils ont perdu leur qualification sur une seule action.

 

Tombant en pleine frénésie vengeresse, les images de la chaîne suédoise vinrent doucher les incendiaires, soudainement confrontés à leur impénitence, saisis en flagrant délit de procès imbécile. Elle est convaincante la vidéo, qui persuadait un monde entier de téléspectateurs que Flo était un ignoble simulateur et l’homme au sifflet un irresponsable. Il manquait un angle, miraculeusement et paradoxalement couvert par une caméra, pour découvrir une réalité totalement contraire à la certitude précédente. Le plus drôle est que dans le direct, tout le monde voit la faute, mais la succession des ralentis vient détruire cette juste perception initiale.


Voilà de quoi relativiser, et rappeler que les décisions arbitrales ne peuvent relever que d’interprétations et non d’expertises (pensons à toutes les actions que les deux camps interpréteraient — au vu pourtant des mêmes images — de façon complètement contradictoire) ; les erreurs de l’arbitre sont un moindre mal en regard des ambiguïtés terribles que pourrait causer des jugements sur images. Tout ça pour en plus casser le rythme des rencontres, détruire l’irréversibilité du football qui fait sa magie (imagine-t-on le nombre de buts annulés?), imposer les commentateurs de télé comme des experts en arbitrage des arbitres (ce qu’ils prétendent déjà être)...

 

Canal+ a vraiment eu une bonne idée de finir ses soirées foot par une séquence avec Jérôme Bureau, dont on a pu voir le visage décomposé à plusieurs reprises (victoires nettes des Bleus), puis l’air penaud après la révélation de ce faux-vrai penalty norvégien qui gâchait un peu le festif lynchage des arbitres lancé depuis le début de la compétition. La rédaction de L'Equipe ne s’est pas plus fourvoyée que ses homologues télévisuels (l’encadré rétablissant la vérité n’a cependant suscité qu’un texte très court, au contraire de l’article de la veille, gentiment titré “Lles zéros de l’arbitrage“), mais on peut s’étonner que la presse écrite se prête avec un tel entrain à la campagne pour la vidéo – cheval de bataille des télés toutes puissantes – et accorde une foi totale aux images et aux verdicts télévisuels.

 

Il faut certes réformer l’arbitrage, mais les premières mesures à prendre ne concernent certainement pas l’introduction des images, sauf pour prendre des sanctions rétrospectives à l’encontre des tricheurs, seul moyen de les dissuader et d’assainir le jeu. En attendant, laissons les arbitres arbitrer le plus sereinement possible, en croisant les doigts et sans les accabler de procès aussi démagogiques qu’inutiles.

Réactions

  • Safet le prophète le 26/02/2005 à 14h15
    Si je comprends bien ce cher Jamel Attal, l'exemple du vrai-faux penalty de Norvège-Brésil suffirait à discréditer l'arbitrage vidéo...
    Mais qui a prouvé qu'il y avait bien eu tirage de maillot ce soir-là ? Une vidéo, non ?
    La démonstration de l'incompétence de Rouiller et de son acolyte sur canal + n'est plus à faire, et ce n'est pas le récent Strasbourg-PSG qui démontera ce fait. Perso, loin d'être un génie et d'avoir un oeil bionique à la " major league ", le deuxième ralenti m'avait suffit pour voir le rebond étrange du ballon devant la silhouette de Lacour, le troisième me confortant qu'une déviation du pied de l'alsacien l'avait crédité d'un auto-goal.
    Par ailleurs, le recours à la vidéo n'est pas l'unique solution, il existe d'autres voies qui ont un intérêt, comme celle d'équiper le ballon et les joueurs d'une puce émettant un signal, qui nous dirait automatiquement si le ballon a franchi la ligne de but ou les limites du terrain, ou si un joueur est en position de hors-jeu au départ du ballon. Cela déchargerait l'arbitre de la pression des joueurs lorsqu'il faut décider rapidement dans le premier cas et lui permettrait ainsi de se concentrer sur les fautes de jeu, comme les tacles, les contacts ou les fautes involontaires.